background preloader

Collection de l'Art Brut

Collection de l'Art Brut
Related:  Art brut

Univers singuliers - Art asilaire L’ART ASILAIRE Avant d’en venir à la définition de l’Art singulier, nous parlerons de l’Art asilaire. L’art des aliénés, « L’art des fous », comme il était autrefois brutalement appelé, est entré au musée dans les années 40, sous l’impulsion de Jean Dubuffet qui a créé pour lui l’expression « Art brut ». Mais il était depuis plus de 50 ans systématiquement exploré ; et depuis plusieurs siècles au centre des intérêts et des perplexités de nombreux philosophes et médecins. L’Art asilaire est produit par des êtres souffrant de ce qui a été baptisé « schizophrénie », maladie qu’a explorée au début du XXe siècle, pour l’hôpital d’Heidelberg, le psychiatre allemand Prinzhorn. Une telle démarche n’a, d’emblée, été ni évidente ni facile. Certes, dès le XIXe siècle, de nombreux hôpitaux avaient constitué leurs « collections ». Expressions de la folie, tel est le titre du livre, marque la fin de l’exclusion. L’aventure est en marche. L’Art brut Dans ces conditions, qu’est-ce que l’Art brut ?

COLLECTION LOUIS GUYARD : art brut.. art naïf.. figuration libre.. Gregory Blackstock est un artiste américain qui inventorie sans relache. Insectes, animaux, immeubles... de façon méthodique et encyclopédique. Stupéfiant ! – 28 décembre 2011Posted in: Graphisme & Illustration Gregory L. Blackstock n’est pas un artiste connu du monde de l’art et pourtant il connaît un franc succès depuis quelques mois. Un livre a été publié en 2006 sur ces travaux, et désormais une exposition et même un film documentaire lui ont été consacrés à La Collection de l’Art Brut en Suisse en 2011. Cet américain de 65 ans et un dessinateur compulsif et méthodique. La particularité de Gregory L. Insectes, oiseaux, objets utilitaires… il dessine tout. Mais Gregory L. Les planches sont sublimes, d’une grande qualité graphique et esthétique Exposition BlackstockLa Collection de l’Art Brut - Lausanne (Suisse)30 septembre 2011 – 19 février 2012 Pour se qui veulent se faire un beau cadeau, le livre « Blackstock’s Collection »(le livre est sortit en mars 2006 dans sa 1ère édition / entre 12 et 18 € selon les vendeurs !!!) Lire aussi les articles suivants :

Qu'est-ce que l art Outsider ? Et l'art brut ? Art Outsider, Art brut, quelle est la différence ? Qu’est-ce que l’Art Outsider ? C'est une question que se posent de très nombreux amateurs, collectionneurs et même critiques d’art (!) qui s’interrogent sur le lien entre l’art Outsider et les termes connexes tels que, pour les plus connus d’entre eux, l’art brut, l’art singulier, l'art populaire, l'art autodidacte, l’art vernaculaire, l'art naïf, l’art enfantin, l’art « hors les normes », la figuration libre ou encore l'art primitif. Ces différents termes se confondent, s’additionnent et l’on s’y perd vite. Cependant, l’on pourrait s’essayer à une définition consensuelle de l’art Outsider : Le terme « Outsider » désigne celui qui est « étranger », celui qui « se trouve au dehors ». Cependant, de plus en plus d’artistes ayant reçu une formation artistique académique sont identifiés ou se revendiquent eux même comme étant des artistes Outsider, prenant de grandes libertés avec les canons artistiques et les règles de l’art. Et l'Art Brut ?

Gaston Chaissac : peintre rustique mais moderne "Cher ami, il semble bien que c’est en présentant sous son jour sympathique les gens dont je suis la risée et qui m’écrasent de leur profond mépris que j’aurais le plus de chance d’atteindre une grande célébrité. Aujourd’hui c’est la foire des essarts de septembre 1959, elle à lieu le second mercredi d’chaque mois. Hier c’était la rentrée scolaire et dans l’après midi j’ai fait un petit collage que j’ai dédicassé à Mme Simonne Garrigue, de Saint Nazaire qui a son époux voyageur rèprésentant qui s’occupe de la vente des chaises modernes faites à Ste Florence par eugêne chaillou avec du papier d’emballages et du reportage photographique en couleurs empruntées a un magazine en renom. […]" À l’image de ces quelques mots (parfois hasardeux et souvent mal orthographiés) tirés d’une lettre écrite à son ami Théodore Koenig, la peinture de Chaissac trouve sa force dans la simplicité, la ruralité et le terroir. Trois ans plus tard, il tombe gravement malade. Une odyssée vendéenne

Chaissac, Dubuffet : entre plume et pinceau au musée de la Poste | Le blog de Thierry Hay Le musée de la Poste à Paris présente jusqu'au 28 septembre 2013 des lettres, dessins, peintures et sculptures de deux artistes, Chaissac et Dubuffet, figures majeures de l'art dit brut, dont cette exposition nous révèle les subtilités et les très nombreuses recherches. Si les deux artistes étaient des amis et avaient les même envies artistiques, leur relation amicale a connue quelques orages et quelques rivalités. Les 448 lettres qu' ils se sont écrites en témoignent et les 80 oeuvres exposées éclairent ce parcours amical et artistique. Des lettres et des différences Dubuffet est l’inventeur de l’Art Brut et Chaissac se définissait comme le peintre d’une "peinture rustique moderne". Georges Héraut : Chaissac à Saint Florence, 1957. Dubuffet est né 1901 de parents aisés, négociants en vin. John Craven : Jean Dubuffet à l' entrée de ses ateliers de l' Ubac à V.ence. Mais ces deux hommes si différents se lieront d’amitiés grâce à leur haine de l'art bourgeois rassurant destiné à une élite.

Gaston Chaissac Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Il est également connu pour ses nombreuses correspondances, mais aussi textes et poèmes publiés entre autres à la NRF et à la Pléiade[1]. §Biographie[modifier | modifier le code] Sa santé se révèle fragile. À 13 ans, Chaissac quitte l’école pour entrer en apprentissage. En 1931, il est durement éprouvé par la mort de sa mère. §Paris et la tuberculose[modifier | modifier le code] En 1934, il tente de s’établir à Paris, où son frère Roger, devenu brigadier de police, lui ouvre une échoppe de cordonnier rue Mouffetard et l'accueille chez lui rue Henri Barbusse. En 1942, à l’invitation de Gleizes, il part pour Saint-Rémy-de-Provence. §La Vendée[modifier | modifier le code] En 1947, nouvelle exposition personnelle à Paris, à la galerie Arc-en-ciel. Après l’envoi d’un texte de Chaissac à la NRF en 1954, celle-ci publiera régulièrement de 1957 à 1960 ses « Chroniques de l’Oie », articles humoristiques entrecoupés de réflexions poétiques.

La Collection d’art brut « LaM Aujourd’hui, la notion d’art brut créée par Jean Dubuffet en 1945 peut être considérée comme un phénomène appartenant à part entière à l’art du XXe siècle. Nombreux sont les artistes, encore aujourd’hui, qui s’y réfèrent dans leurs démarches et leurs pratiques. Le musée possède à ce jour la plus importante collection publique d’art brut en France. Il s’attache à la présenter régulièrement dans des expositions monographiques ou thématiques et à la faire circuler dans le monde entier. La donation L’Aracine comporte plus de 3500 oeuvres de 170 créateurs français et étrangers : dessins, tableaux, assemblages, objets ou sculptures. Le musée enrichit cette collection régulièrement en faisant l’objet de dons et en menant une politique d’acquisition. La donation d’art brut de L’Aracine est présentée dans les nouvelles salles d’exposition construites par Manuelle Gautrand. Vue virtuelle de l'extension de Manuelle Gautrand.

Aloïse Corbaz Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. §Sa vie[modifier | modifier le code] Petite, son rêve est de devenir cantatrice. Elle perd sa mère, d'origine paysanne, à 11 ans. Son père est employé des postes[1]. À 18 ans, après avoir obtenu un diplôme de culture générale à l'école secondaire et suivi des cours de chant, elle s'inscrit à l'école professionnelle de couture de Lausanne. « Que ne puis-je retremper mon âme en feu dans les yeux de firmament constellé d'étoiles d'un homme inaccessible que j'aime éperdument[2]. » Aloïse rentre en Suisse avant la Première Guerre mondiale. §Son œuvre[modifier | modifier le code] Les œuvres d'Aloïse sont préservées grâce à l'intérêt que leur porte le professeur Hans Steck, psychiatre à Cery dès 1920 et directeur de l'hôpital à partir de 1936, et Jacqueline Porret-Forel, médecin généraliste qui rend visite régulièrement à Aloïse dès 1941. §Notes et références[modifier | modifier le code] §Voir aussi[modifier | modifier le code] Monographies Articles

Related: