background preloader

Le financement participatif peut-il bâtir des villes

Le financement participatif peut-il bâtir des villes
Le financement participatif (crowfunding ou "financement par la foule") est un marché en pleine expansion, expliquait le rapport de Crowdsourcing.org. Les 452 plateformes de financement participatif dénombrées dans le monde en avril 2012 ont récolté 1,1 milliard de dollars de fonds en 2011 pour les projets qu'elles accueillaient - dont plus de la moitié pour des projets hébergés par des plateformes européennes. Comme quoi, le modèle du financement participatif n'est pas un phénomène uniquement lié aux modes de financement anglo-saxons, que l'on dit traditionnellement plus sensibles au mécénat et à la prise de risque que l'Europe. Peut-être parce qu'en fait ce financement participatif fonctionne plutôt de plus en plus comme un système de prévente que comme un système de prise de risque ? Image : Répartition des 450 plateformes de crowfunding dans le monde selon le rapport de Crowdsourcing. Kickstarter en ses limites Image : page d'accueil du site Kickstarter. L'urbanisme Kickstarter Related:  Ville durable

Namur élue "commune la plus durable" de Belgique mardi 25 septembre 2012 à 20h03 La ville de Namur a remporté, mardi lors d'une cérémonie officielle à l'hôtel de ville de Bruxelles, l'élection de la commune la plus durable, grâce à son projet intitulé "Namur se fait durable et désirable". La commune anversoise de Merksplas a reçu une mention spéciale. La commune la plus durable 2012 est une première édition lancée par Cofely Services, filiale du groupe GDF Suez. 62 communes ont introduit plus de 80 projets. Un jury indépendant, présidé par l'explorateur et entrepreneur engagé Alain Hubert, en a retenu un par province. Une seule commune a représenté la région de Bruxelles-Capitale. Les nominés étaient Anderlecht, Chaudfontaine, Dour, Gouvy, Houthalen-Helchteren, Londerzeel, Merksplas, Namur, Ostende, Ottignies-Louvain-la-Neuve et Renaix. Les représentants de la ville de Namur ont reçu, pour leur premier prix, un bon d'une valeur de 5.000 euros afin de financer leurs projets durables futurs. avec Belga

Totnes : les pionniers de la transition | ARTE Reportage de Anne-Claire Prefol, Pierre Grillot et Dove Belhassen – ARTE GEIE / Scientifilms - France 2012 En Europe, en Amérique ou même en Asie, les territoires dits « en transition » fleurissent depuis quelques années. Hérauts d’une réflexion sur la fin du pétrole, certaines communes ont initié un mouvement pionnier, à l’origine d’une multitude d’actions collectives. Parmi elles, Totnes. Cette charmante ville du Devon, au sud-ouest de l’Angleterre, était déjà connue pour abriter une population néo-hippie, nourrie aux idées alternatives. Avec ses quelque 8 000 habitants – dotés d’un important pouvoir d’achat –, elle s’est avérée un terrain d’expérimentation tout trouvé pour le père de la Transition, Rob Hopkins, professeur de permaculture – une méthode respectueuse de la nature et de l’homme. Une résolution : anticiper cette inéluctable évolution, sans attendre une quelconque action des gouvernements, mais – autant que possible – en collaboration avec les autorités locales.

Réseau habitat Un lieu d’échanges à dimension internationale Présents en Afrique, en Amérique et en Europe dans une quinzaine de pays francophones, les membres du Réseau Habitat et Francophonie sont tous engagés professionnellement dans le secteur de l’aménagement urbain, de la réhabilitation de quartiers insalubres et de l’habitat social, en tant qu’aménageur, constructeur, financeur ou gestionnaire. Les objectifs de RHF • Constituer un authentique lieu d’échanges et de réflexion, • Partager des expériences pour établir des modèles de pratiques optimales, • Conduire des actions permettant le développement des compétences et des ressources humaines, • Lutter contre l’isolement professionnel ou linguistique, • Sensibiliser les pouvoirs publics et les grandes instances internationales sur l’habitat social. Les activités de RHF Le droit au logement Plus d’un milliard d’hommes, de femmes et d’enfants sur la planète sont encore sans-abris ou mal logés, et 1,3 milliards n’ont pas accès à l’eau potable.

Mesurer la richesse des villes autrement Alter Echos - Le fil d infos - Mercredi 05 Décembre 2012 publication : Alter Echos , Le fil d'infos , secteur : Action sociale , rubrique : Fil d'infos , date : le 05-12-2012 , par : Sandrine Warsztacki , imprimer diminuer la taille du texte taille normale du texte augmenter la taille du texte puiblier sur facebook puiblier sur twitter Le PIB ne fait pas le bonheur. Des villes qui affichent une belle croissance économique comme Mexico, Rio ou Johannesburg, connaissent, par exemple, un taux de criminalité inquiétant lié à une mauvaise répartition des richesses. Pour passer de l'indice à la pratique, l'ONU-Habitat lance un Forum. Par ce travail, ONU-Habitat entend aussi attirer l'attention sur la problématique croissante de la privatisation de l'espace publique. « A l'origine des villes, les routes n’étaient pas qu'un moyen de transport. Revoir le webdocumentaire de notre collègue Arnaud Grégoire sur le Bonheur brut Lire Alter Echos N°305 "Iweps : le bonheur c'est combien ?

« Urbanisme, Habitat, Société » : la nouvelle série de podcast vidéo du CNRS Quelles formes ont pris les utopies hygiénistes du XIXème siècle ? Comment favoriser la biodiversité en ville ? Qu'apportent les techniques numériques pour la connaissance du patrimoine et la conception des projets urbanistiques ? Comment est apparu le sentiment d'insécurité en ville ? A partir du 4 juillet, ces douze films courts de 7 minutes sont à découvrir en téléchargement sur le site du CNRS (www.cnrs.fr/fr/multimedia/podcast-urbanisme-habitat-societe) à raison de deux épisodes par semaine. Après "Alerte aux pôles" (2007), "Les dessous de la planète" (2008), "Des étoiles plein les yeux" (2009), "Evolution, des clés pour comprendre" (2010), "Un monde vivant – Histoires de biodiversité" (2010), "Une chimie pensée autrement" (2011), "Sport, Science, Société" (2012), "Urbanisme, Habitat, Société" est la 8e collection de podcast vidéo proposée par le CNRS. Programme des diffusions en ligne sur le site du CNRS : 25 juillet 2013Des énergies naturelles pour la villeLes réseaux urbains

Orateurs Pablo GEORGIEFF Architecte Pablo Georgieff est né à Buenos Aires et vit à Paris depuis 1983. Il est architecte diplômé à Paris en 1997. Pablo a obtenu un DEA de Géographie Urbaine en 1998 en un Master en théories contemporaines de la Ville en 1999. Pablo est co-fondateur de COLOCO.ORG en 1999, un atelier d’exploration sur la diversité urbaine à travers l’architecture, le paysagisme, le cinéma et des installations. Présentation: Les ruses citoyennes et l'invitation à l'oeuvreNous, Miguel Georgieff, Pablo Georgieff et Nicolas Bonnenfant avons ensemble créé Coloco, qui désigne notre double pratique d’agence de paysagistes et de collectif d’artistes-constructeurs. Elsa GHEZIEL-NEUMANN Guide-conférencière, traductrice et conseillère en communication Elsa Gheziel-Neumann travaille depuis 2000 dans l’environnement et habite Vauban depuis 2007. Présentation: L’autopromotion outre-rhin : au secours de la fabrique urbaine ? Jean HAËNTJENS Economiste et urbaniste Rob HOPKINS Evelyne HUYTEBROECK

Centre Ville en Mouvement Développement durable, Le blog, Mobilité, Urbanisme Depuis longtemps, la Fédération nationale des usagers des transports (Fnaut) dénonce les effets néfastes de l’étalement urbain et milite pour une relocalisation de l’habitat dans les zones urbaines denses. Pour renforcer ses arguments en faveur d’une « densification urbaine intelligente », elle a proposé à l’économiste Jean-Marie Beauvais de réaliser une étude consistant à évaluer l’impact sur les pratiques de déplacements d’un déménagement de la périphérie vers la ville-centre. Pour cette étude, financée par l’Ademe dans le cadre du Predit, 19 ménages, soit 46 personnes de l’aire urbaine de Tours, ont été interrogés sur leur emploi du temps avant leur déménagement, en 2008, et après avoir emménagé en centre-ville, en 2010. Les résultats, présentés ce 8 juin, sont édifiants. Mots-clefs :densification urbaine, transport, usager

Related: