background preloader

Contre le vote des femmes

Contre le vote des femmes
LA CITOYENNETÉ POLITIQUE DES FEMMES le vote et l'éligibilité des femmes... ... vers la parité « En vain prétend-on que l'égalité civile accordée à la femme a pour corollaire nécessaire son émancipation politique. C'est méconnaître absolument le rôle de la femme dans l'humanité. Destinée à la maternité, faite pour la vie de famille, la dignité de sa situation sera d'autant plus grande qu'elle n'ira point la compromettre dans les luttes du forum et dans les hasards de la vie publique. Elle oublierait fatalement ses devoirs de mère et ses devoirs d'épouse, si elle abandonnait le foyer pour courir à la tribune. On a donc parfaitement raison d'exclure de la vie politique les femmes et les personnes qui, par leur peu de maturité d'esprit, ne peuvent prendre une part intelligente à la conduite des affaires publiques. Extrait de la thèse d'Émile Morlot (1884) : « De la capacité électorale » « Les mains des femmes sont-elles bien faites pour le pugilat de l'arène publique ? Alexandre Bérard. ... Related:  le droit de vote et les femmes

29 avril 1945 - Les Françaises votent pour la première fois Le 29 avril 1945, tandis que la guerre contre l'Allemagne touche à sa fin, les élections municipales donnent l'occasion aux Françaises de voter pour la première fois de leur Histoire. André Larané. L'exception française Le vote des Françaises résulte d'une ordonnance du 21 avril 1944 prise par le Gouvernement provisoire du général de Gaulle, à Alger : «Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes». Aux premiers temps de la démocratie française, au XIXe siècle, le droit de vote était réservé aux propriétaires de sexe masculin. Les militaires étaient aussi exclus du droit de vote mais pour d'autres raisons (on ne souhaitait pas qu'ils prennent parti dans les luttes politiques) et l'armée avait gagné le surnom de«Grande Muette». Des «suffragettes» très combatives En Grande-Bretagne, les revendications féministes prennent un tour spectaculaire avec la création du mouvement des «suffragettes» par Emeline Pankhurst (45 ans), en 1903.

Louise Weiss Journaliste, écrivain, européenne et féministe, Louise Weiss a épousé tous les combats du 20e siècle. Entre 1918 et 1939, elle a oeuvré pour des projets pionniers en faveur de la paix (rapprochement franco-allemand, premiers projets d'union européenne et vote des Françaises). Après 1945, elle entreprend des voyages documentaires sur le continent américain , en Afrique et en Asie dont elle rapporte de nombreux films. Pour honorer ses attaches alsaciennes ( sa famille paternelle était originaire de la Petite-Pierre près de Saverne ), Louise Weiss fait don en 1981 et en 1983 de ses collections pour qu'elles soient présentées au Musée du Château des Rohan de Saverne. Louise Weiss a aussi légué à la Bibliothèque Nationale l' ensemble de sa correspondance et de ses manuscrits. Elle a fait don de ses livres à la Bibliothèque Nationale et Universitaire de Strasbourg .

Parcours thématique - Autour de l'exposition - elles@centrepompidou En France les femmes obtiennent le droit de vote par l'ordonnance du 21 avril 1944 ; elles exercent pour la première fois ce droit le 20 avril 1945, pour les élections municipales, et le 21 octobre 1945 pour une élection nationale. Par rapport à d'autres pays d'Europe et aux Etats-Unis, les femmes françaises obtiennent le droit de vote tardivement (en Grande-Bretagne et en Allemagne en 1918, aux Etats-Unis en 1920, en Espagne en 1931). En effet, la place des femmes dans la démocratie française est conditionnée par un double héritage politique et social : dans l'imaginaire politique républicain, la femme demeure sous l'influence du prêtre. Ainsi, le principe du droit de vote des femmes est rejeté plusieurs fois par le Sénat entre 1919 et 1935.

29 avril 1945 - Les Françaises votent pour la première fois - Herodote.net Le 29 avril 1945, tandis que la guerre contre l'Allemagne touche à sa fin, les élections municipales donnent l'occasion aux Françaises de voter pour la première fois de leur Histoire. Il n'était que temps... En effet, les Françaises sont parmi les dernières femmes du monde occidental à acquérir le droit de voter et celui de se faire élire... André Larané L'exception française Le vote des Françaises résulte d'une ordonnance du 21 avril 1944 prise par le Gouvernement provisoire du général de Gaulle, à Alger : « Les femmes sont électrices et éligibles dans les mêmes conditions que les hommes ». Aux premiers temps de la démocratie française, le droit de vote était naturellement réservé aux propriétaires de sexe masculin (suffrage censitaire masculin). On considérait aussi que la citoyenneté « active », autrement dit le droit de vote, impliquait des devoirs et avant tout celui de défendre la Patrie et, s'il le faut, verser son sang pour elle. Lente émancipation des Françaises

La conquête des droits de la femme Dans " " (Cherche Midi - Unesco, 1998), Guy Lagelée et Gilles Manceron rappellent que "l'inégalité des droits entre la femme et l'homme a été la règle pendant des millénaires dans presque toutes les sociétés et la reconnaissance des mêmes droits aux hommes et aux femmes a été l'objet d'un combat qui n'est pas encore achevé". Le a été reconnu aux femmes en 1863 en Suède, en 1906 en Finlande (premières femmes élues en 1907), en 1915 au Danemark, en 1918 en Grande Bretagne (pour les femmes âgées de plus de trente ans!), en 1920 aux Etats-Unis (par le 19e amendement du 26 août) et en Allemagne. Guy Lagelée et Gilles Manceron relèvent encore que " ont été revendiqués avec efficacité par le mouvement des suffragettes dans les pays anglo-saxons. Nations unies : C'est au sein de l'Organisation des Nations unies (ONU) que sera institué, des juin 1946, une - rattachée au Conseil économique et social de l'organisation (ECOSOC). Un nouveau protocole à la Convention

Hubertine Auclert La suffragette française Les premiers mots sont empruntés à son biographe, Steven C. Hause. Hubertine Auclert, The French Suffragette(Yale, 1987) est le titre du livre qu’il lui a consacré. Dans le contexte politique de la Troisième République, ce qualificatif souligne d’emblée la singularité de cette femme. Tandis que ses contemporaines optent pour une stratégie des petits pas qui consiste à revendiquer d’abord l’égalité des droits civils, Hubertine Auclert milite en faveur des droits politiques des femmes. Pour remettre en cause la hiérarchie entre les sexes, il faut que les femmes participent à la décision politique, qu’elles prennent part à l’élaboration et au vote des lois. Si, aujourd’hui, cette revendication apparaît bien légitime, à l’époque, elle signe l’originalité de son parcours militant. Pionnière et radicale Tels sont les termes les plus souvent associés à son nom. Citoyenne, législatrice, prud’femme, avocate… Hubertine Auclert est sensible aux mots. Activiste (In)visible

Les suffragettes Contexte historique Les Françaises veulent voterL’Union française pour le suffrage des femmes, créée en 1909 par Jeanne Schmahl avec l’appui du journal La Française, est bientôt dirigée par Cécile Brunschvig, femme du philosophe Léon Brunschvig. Cette association qui regroupe des militantes républicaines pour la plupart issues de la bourgeoisie ou des milieux intellectuels ne réclame, dans l’immédiat, que le droit de vote et l’éligibilité aux élections municipales. Elle compte 12 000 adhérentes en 1914. Le suffrage universel masculin est, en France, une conquête de 1848. Analyse de l'image Une partition des tâches assuméeCette affiche au fusain montre des femmes, alignées comme convenu dans un bureau de vote, devant l’urne, symbole du suffrage universel, drapée d’un drapeau tricolore dont on devine quelques fragments. Interprétation

Le droit de vote des femmes - Galaxie Numérique des égalitéEs Le suffrage féminin a été gagné et perdu de nombreuses fois à travers le monde et l’histoire, souvent dans des circonstances exceptionnelles ou sous des régimes éphémères. C’est seulement à partir du 19ème siècle qu’il a commencé à connaître une progression irréversible. Il a été mis en place d’abord seulement à l’échelle de territoires : les îles Pitcairn en 1838, l’île de Man en 1866, puis à celle des nations avec la Nouvelle-Zélande en 1893, pour finir avec les Emirats Arabes Unis en 2006 (pour une chronologie détaillée, voir l’infographie dans le menu déroulant). Seule l’Arabie Saoudite interdit encore le suffrage féminin, mais cela devrait changer avec les élections municipales de 2015 dans lesquelles les femmes pourront voter et se présenter. Le droit d’élire ses représentants et de participer activement à la vie de son gouvernement est une condition essentielle de la citoyenneté au sein d’une démocratie moderne. Enfin, qui dit droit de vote, dit droit d’éligibilité.

L'histoire des droits de la femme Le sexisme Dans la loi, les filles et les garçons sont égaux… mais dans la vie de tous les jours, ce n’est pas encore tout à fait le cas. Le sexisme est une attitude qui tend à faire une différence entre l’homme et la femme. Et cela commence dès que l’on est tout-petit. « Dans les catalogues de jouets, les fabricants proposent toujours des produits bien identifiés. C’est avec une certaine curiosité que l’on regarde une femme qui se lance dans un métier comme routier, maçon, menuisier, pilote d’avion… « La première pilote militaire date de 1985. Le féminisme Des femmes ont cherché à briser toutes ces inégalités. Au cours de la Révolution française des groupes de femmes, appelées « les tricoteuses » (parce qu’elles tricotaient lors des assemblées), ont réclamé des lois pour le droit à l’instruction des filles et à exercer un métier. En 1791, Olympe de Gouges rédige une « Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne ». L’objectif : obtenir le droit de vote des femmes. La parité

Le vote des femmes en France : le « référendum » du 26 avril 1914 | L'histoire par l'image Contexte historique Le mouvement « suffragiste » français en pleine effervescence Si plusieurs associations françaises avaient milité pour le droit de vote des femmes au cours du XIXe siècle, il faut attendre le tournant du XXe siècle pour voir l’idéologie « suffragiste » prendre réellement corps et s’imposer, au-delà des seuls cercles féministes, dans le débat social et politique. En 1906, une proposition de loi de Paul Dussaussoy propose que les femmes puissent voter aux élections locales (« dans les élections aux conseils municipaux, aux conseils d'arrondissement et aux conseils généraux »). Le 26 avril 1914, le grand quotidien national Le Journal et différents mouvements suffragistes comme la Ligue française pour le droit des femmes organisent un référendum « sauvage » en marge des élections législatives. Analyse des images Au cœur des préparatifs du 26 avril 1914 Interprétation Dans les coulisses d’un jour historique pour le droit des femmes Bibliographie BARD, Christine. HUARD, Raymond.

Louise Weiss, féministe des années 1930 | L'histoire par l'image Contexte historique La cause du droit de vote des femmes en 1936. Durant la première guerre mondiale, la grande majorité des associations féministes françaises mettent leurs revendications entre parenthèses. Pendant le conflit, nombre de femmes font cependant leur entrée dans le monde du travail où elles remplacent des hommes absents ou tombés au front, acquérant par ailleurs des responsabilités et une autonomie nouvelles qui nourrissent un désir d’émancipation. Malgré quelques avancées, 1918 marque pour les femmes une sorte de retour à la « normale » en France, et ce alors même que leur poids démographique comme leur rôle économique n’ont jamais été aussi importants dans la société. Ainsi, et à l’inverse de la Grande-Bretagne où le droit de vote (partiel et censitaire) est accordé aux femmes en 1918, les militantes françaises n’obtiennent toujours pas gain de cause. Analyse des images Figures féministes Centre de propagande pour le vote des femmes, a été prise en février 1936. Bibliographie

Related: