background preloader

Qu'est-ce que le maïs NK603, soupçonné de toxicité ?

Qu'est-ce que le maïs NK603, soupçonné de toxicité ?
Related:  Dérive de l'INDUSTRIE AGRO-ALIMENTAIRE

En Inde, le doux rêve des OGM vire au cauchemar Array. Array. En Inde, le doux rêve des OGM vire au cauchemar - LMOUS Début mars, Monsanto a pour la première fois reconnu que son coton Bt génétiquement modifié n'était pas efficace, les insectes ayant développé des résistances. Devant l'évidence, Monsanto a fini par admettre (une première !) Les rêves sont doux, les faits sont têtus... Autorisées depuis 2002 en Inde, ces cultures OGM recouvrent aujourd'hui 90% des surfaces cotonnières du pays. Les résistances développées par les ravageurs obligent en outre les agriculteurs à multiplier les épandages d'insecticides (comme aux Etats-Unis d'ailleurs), jusqu'à 13 fois plus qu'auparavant dans certaines régions, selon Vandana Shiva, une physicienne devenue militante de la défense de l'environnement. Monsanto a réponse à tout Du côté de Monsanto, on reste serein : "la résistance est naturelle et attendue" a déclaré - sans rire - la multinationale dans un communiqué. (Article publié sur le site "Les mots ont un sens")

Les OGM ont perdu contre les mauvaises herbes L'Académie américaine des sciences organisait le 10 mai un sommet sur les plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. Une réunion de crise. Les agriculteurs américains ont l'impression d'avoir été floués par les semenciers qui leur avaient dit qu'avec les OGM résistants aux herbicides ils n'auraient plus jamais de problèmes avec les mauvaises herbes. Il leur suffisait de pulvériser du glyphosate - une molécule créée par Monsanto aujourd'hui dans le domaine public - pour être tranquilles. Un seul passage était nécessaire pour tout détruire sauf les cultures dotées d'un gène de résistance. Les agriculteurs ont bénéficié de ce système au début: les rendements étaient meilleurs, le temps de travail et les coûts réduits. Les mauvaises herbes deviennent résistantes elles aussi au Roundup, elles se multiplient très vite et envahissent les champs de soja, de maïs, de coton et de colza. Chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances. Graves conséquences

Food and Chemical Toxicology - Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize This article has been retracted: please see Elsevier Policy on Article Withdrawal ( The journal Food and Chemical Toxicology retracts the article “Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize,” which was published in this journal in November 2012. This retraction comes after a thorough and time-consuming analysis of the published article and the data it reports, along with an investigation into the peer-review behind the article. The Editor in-Chief deferred making any public statements regarding this article until this investigation was complete, and the authors were notified of the findings. Very shortly after the publication of this article, the journal received Letters to the Editor expressing concerns about the validity of the findings it described, the proper use of animals, and even allegations of fraud.

Boycott MONSANTO : la liste des marques complices Contre la stérilisation des sols agraires et pour la préservation des germes naturelles, nous listons les produits comme MONSANTO, utilisant des organismes génétiquement modifiés (OGM) : UNILEVER, LIPTON, KNORR, KELLOGS, COCA-COLA, PEPSI, QUAKER, SHWEEPS... May 14, 2013Boycott Monsanto – A Simple List of Companies to Avoid In light of the recent public anger over the Monsanto Protection Act, here’s a simple, printable list of companies that use Monsanto products. About these ads

Tumeurs sur des rats : les réponses à vos questions sur les OGM | Rue89 Planète L’étude Séralini est-elle sérieuse ? Que conclure pour l’homme d’une expérience sur des rats ? Rue89 répond à cinq questions et vous invite à soumettre les vôtres. Capture d’écran de l’étude Séralini, parue dans la revue Food and Chemical Toxicology Dès la publication de l’étude de l’équipe Séralini démontrant les effets toxiques des organismes génétiquement modifiés (OGM) sur les rats, la guerre des experts a, sans surprise, démarré. Pour tenter d’éclaircir ce sujet, nous ouvrons cet espace participatif : n’hésitez pas à nous poser de nouvelles questions dans les commentaires, nous allongerons alors la liste de nos réponses. L’étude Séralini est-elle sérieuse ? La revue Food and Chemical Toxicology, qui a publié l’étude, est une revue internationale à comité de lecture, de bon niveau. Un taux de mortalité élevé a été constaté chez les rats ayant ingéré des pesticides et/ou du maïs OGM (les trois derniers groupes). Des « rats de cirque » ? Y a-t-il des OGM dans nos assiettes ?

Coton BT Oui, les OGM sont des poisons ! (Cet article paraît dans le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre 2012) C’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine "Food and Chemical Toxicology" - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié. Lourdement toxique et souvent mortel Même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. En 2006, c’est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un ouvrage à paraître la semaine prochaine ("Tous cobayes !" Nom de code In Vivo Pathologies lourdes, tumeurs mammaires

Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants Edifiant. Une nouvelle étude scientifique menée sur des rats de laboratoires pendant deux ans montre les conséquences gravissimes sur la santé provoquées par la consommation d’un maïs OGM, le NK 603 de Monsanto résistant à l’herbicide Round Up. Le professeur de biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini a mené cette étude dans le plus grand secret. D’abord afin de se procurer les semences OGM nécessaires à ses expérimentations. © Dean Sewell / Greenpeace La menace est là, bien réelle en France aussi Le maïs OGM NK 603 peut être présent dans l’alimentation animale (destinée au bétail notamment) mais aussi dans des aliments vendus directement aux consommateurs. L’évaluation des OGM en Europe : manque d’indépendance et de sérieux A l’heure actuelle, les risques des OGM sont évalués par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). L’EFSA doit cesser d’être l’antichambre des industriels des biotechnologies. La complaisance doit cesser !

Diversité: Cinq fois par jour des légumes... de Syngenta et Monsanto! - Économie Diversité Ces deux géants de l'agrochimiques détiennent plus de 50% des semences de certains légumes consommés en Suisse, dénoncent SWISSAID et la Déclaration de Berne. Image: Keystone Partager & Commenter Votre email a été envoyé. Les géants Syngenta et Monsanto détiennent à eux seuls plus de 50% du marché européen des semences de certains légumes, selon l'étude mandatée par des organisations suisses de développement, agricoles et de consommateurs. Pour les organisations de développement SWISSAID et la Déclaration de Berne, cette situation est inacceptable. Cette concentration touche également le marché du bio. Ce problème concerne particulièrement la Suisse, car près de la moitié des légumes consommés dans le pays sont importés, en majorité de l'Union européenne. (AP/Le Matin)

Questions sur l'étude In Vivo Quelle est l'amplitude de la différence dans la mortalité des contrôles par rapport à la norme historique ? Chaque expérience ayant ses conditions propres, la norme historique est trop large pour être un comparatif pertinent. Les témoins sont dans la moyenne de vie normale, et nos différences sont par rapport aux témoins de l'expérience. Comment expliquez-vous l'absence de présentation de signes biochimiques chez les mâles ? Mais si, il y en a beaucoup. Les mêmes différences se retrouvent dans tous les traitements, comment pouvez-vous savoir que ce ne sont pas vos contrôles qui sont anormaux ? Nos témoins correspondent aux valeurs observées dans l'espèce. Comment pouvez-vous être sûrs qu'une aussi faible déplétion en acides férulique et caféique explique un aussi grand éventail de pathologies ? Avez-vous des résultats intéressants pour les dosages de Roundup dans les tissus, la microbiologie et les dosages de transgène ? Par élimination différentielle des plus petits écarts. Oui.

2012/09 : Etude Séralini sur Maïs Monsanto & Roundup 9 CRITIQUES, 9 réponses sur l'étude de Séralini Après la publication de l’étude de Gilles-Eric Séralini, première étude sur la vie entière de rats nourris au maïs NK 603 et qui fait apparaître la toxicité de cet OGM sur ces rats, de nombreuses critiques et questions se sont fait jour sur les conditions de réalisation de l’étude et sa crédibilité. Le Dr Joël Spiroux, co-auteur et directeur adjoint de l’étude, président du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendant sur le génie génétique), répond. Première critique : 200 rats est un trop faible échantillon pour une étude solide… - L'échantillon des 200 rats, 20 rats par lot, correspond au nombre de rats utilisé par Monsanto dans son étude sur trois mois. En revanche, nous avons étudié beaucoup plus de paramètres toxicologiques. Pour travailler avec plus de rats, il fallait encore plus d’argent. Le type de rats employé, les "Sprague-Dawley", est connu pour développer facilement des tumeurs… - Ce qu'il faut regarder, c'est précisément la rapidité des déclenchements.

Gilles-Éric Séralini Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Gilles-Éric Séralini, né le à Bône en Algérie[1], est un universitaire français[2],[3], professeur de biologie moléculaire depuis 1991, chercheur à l'Institut de biologie fondamentale et appliquée (IBFA) de l'université de Caen et codirecteur du pôle Risques de l'université de Caen[4] (pôle associé au CNRS). Il s'est fait notamment connaître du grand public pour ses études sur les OGM et les pesticides et, en particulier, une étude toxicologique controversée et fortement médiatisée[5] publiée en septembre 2012, avant d'être retirée en novembre 2013, portée par le CRIIGEN, dont il est membre fondateur, mettant en doute l'innocuité du maïs génétiquement modifié NK 603 et du Roundup sur la santé de rats[6]. Biographie[modifier | modifier le code] Gilles-Éric Séralini est né en Algérie en 1960 d'un père technicien dans les télécommunications et d'une mère institutrice. Travaux[modifier | modifier le code] Controverses[modifier | modifier le code]

Monsanto, histoire d'un monstre (1ère partie) Traduit par Hélios pour le BBB De toutes les méga-sociétés folles furieuses, Monsanto a largement surpassé ses rivales, remportant le titre glorieux de la "société la plus maléfique sur Terre" ! Non contente de siéger simplement sur son trône de mort au sommet d'une montagne de cadavres, elle continue de mettre au point de nouveaux moyens scientifiquement innovateurs pour nuire à la planète et à ses habitants. Comme pour les vrais champions du mal, elles ne s'arrêteront pas avant...eh bien, qu'on les arrête ! Mais qu'est Monsanto et comment est-elle devenue si incroyablement maléfique ? 1901 : La société est fondée par John Francis Queeny, membre des Chevaliers de Malte, avec derrière lui 30 ans d'expérience dans l'industrie pharmaceutique ; il épouse Olga Mendez Monsanto, dont le nom deviendra celui de la société, Monsanto Chemical Works. Monsanto devient partenaire de I.G. Coca-Cola est de nouveau le premier sur les rangs (vous vous souvenez de la saccharine?) À suivre...

Related: