background preloader

TOUS COBAYES ?

Le Cauchemar de Darwin Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Cauchemar de Darwin (Darwin's Nightmare) est un film documentaire coproduit par la France, l'Autriche, la Belgique, le Canada, la Finlande et la Suède réalisé par Hubert Sauper, sorti en 2004 et en salles en France le . Ce film a rencontre un grand succès dans nombre de festivals de films en Europe et fut sélectionné pour un Oscar du meilleur documentaire long-format. Le propos général du documentaire, et en particulier ses suggestions que Mwanza en Tanzanie servait de plaque tournante au trafic d'armes et que des carcasses de poissons pêchés dans le lac Victoria étaient mangées par la population locale, ont généré une polémique après la sortie du film dont il ressortit que le film présentait certains éléments hors contexte. Thématique du documentaire[modifier | modifier le code] Production[modifier | modifier le code] Prix et Festivals[modifier | modifier le code] Polémique[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Les plantes mutées arrivent en force - Nouveaux OGM ? Elles ont tout des OGM, mais ne sont pas considérées comme tels. Les plantes mutées sont pourtant conçues en laboratoire, soumises à des évolutions génétiques à coups de pesticides, de chimie ou de rayons X, par mutagenèse. Elles arrivent maintenant dans nos assiettes. Sans réglementation, sans traçabilité, les plantes mutées pourraient même envahir la filière bio. Des paysans et des citoyens ont procédé à un fauchage de tournesols mutés en Isère, ce 14 juillet. « Dans l’huile de tournesol que vous achetez, il y a une partie issue de tournesols mutés. Les plantes mutées ont tout des OGM, mais ne sont pas considérées comme tels par la réglementation européenne. La mutagenèse, une pratique OGM ? « Depuis les années 1950, les chercheurs travaillent sur des cellules qu’ils soumettent à un stress important : par irradiations – bombardements au cobalt ou rayons gamma – ou avec des produits chimiques très agressifs comme la colchicine. Herbicides partout, traçabilité nulle part

Méchants et méchantes chez Disney (1) : Femmes fortes Dans l’univers manichéen de Disney, le bien et le mal sont facilement identifiables, généralement incarnés respectivement par le héros ou l’héroïne d’un côté, et le méchant ou la méchante de l’autre. Les enfants apprennent ainsi très rapidement ce qu’il convient d’aimer et de haïr, ce qu’il faut devenir et ce qu’il faut au contraire absolument éviter d’être. A force de visionnages et de re-visionnages, ils/elles intègrent de la sorte les normes véhiculées par le studio avec une redoutable efficacité. Loin de n’être que des déclinaisons quasi-identiques d’un même modèle, les méchant-e-s différent au contraire parfois beaucoup les un-e-s des autres. Femmes fortes Lorsque c’est un personnage féminin qui incarne les forces du mal, il prend systématiquement les traits d’une femme forte. Ces méchantes s’opposent donc aux héroïnes classiques de Disney qui sont dans l’immense majorité des cas soumises aux hommes, ou du moins dépendantes d’eux sur les plans physique et affectif. L’origine du mal

Méchants et méchantes chez Disney (2) : Hommes faibles Si les méchantes sont toujours des femmes fortes, les méchants sont au contraire le plus souvent des hommes faibles. Pas au sens où ils seraient moins redoutables que leurs homologues féminines, mais au sens où ils ne correspondent pas à la norme sexiste qui veut que les hommes soient virils et puissants. En effet, ils sont la plupart du temps efféminés et ne recherchent pas le combat frontal avec le héros. Comme on le verra, il existe quelques exceptions à cette règle. Le méchant est alors moins caractérisé par rapport à son sexe qu’en fonction de son appartenance ethnique et/ou de classe. Une bande d’efféminés D’un point de vue purement physique, on peut d’abord remarquer que les méchants ne sont pas aussi athlétiques et virils que les héros auxquels ils sont confrontés. Prince Jean sur un trône beaucoup trop grand pour lui On retrouve la même idée chez le personnage de Scar dans Le Roi Lion. Jafar et ses mains de gonzesse Montre-moi ta moustache, je te dirai qui tu es Scar la tapette

Des hommes harcelés dans la rue Huhuhu. J’imagine qu’un certain nombre de personnes auront ouvert de grands yeux en voyant ce titre (ou hurlé, sauté par la fenêtre, etc). Explication: l’article qui suit est la traduction d’un article paru sur le site feministe.us, écrit par Patrick Ryne et intitulé « Harassing Men on the Street ». J’ai essayé de rendre clair, dans ma traduction du titre et de l’article, le fait qu’on ne parle pas des hommes en général, mais de certains seulement; en l’occurrence, des hommes identifiés comme gays ou bisexuels, ayant vécu des formes de harcèlement dans l’espace public de la part d’autres hommes, gays ou hétéros. Cet article m’a intéressée pour plusieurs raisons. D’abord, je n’avais jamais, jamais rien lu sur le sujet (mais peut-être que ça m’a seulement échappé, et dans ce cas, merci de me signaler les articles en commentaire!) L’orientation sexuelle peut être la cause d’une forme d’oppression distincte de l’oppression de genre, et qui doit donc être étudiée comme telle. J'aime :

A propos de « décadence » : « Les Grecs n’étaient ni homos, ni hétéros » | Les échos de l’histoire La Grèce antique est souvent invoquée lorsque l’on relie l’homosexualité à l’histoire. Dernière sortie en date : celle de Serge Dassault, « L’homosexualité ? Une des raisons de la décadence de la Grèce ». Les historiens antiquisants montrent que l’orientation sexuelle n’était pas constitutive de l’identité des Grecs. Entretien par e-mail avec Sandra Boehringer, de l’université de Strasbourg, qui apporte d’utiles précisions et renverse quelques contrevérités. Rue89 : Les textes de plusieurs philosophes comme certaines céramiques grecques laissent penser que les relations amoureuses entre personnes du même sexe étaient bien acceptées chez les Grecs. Sandra Boehringer : Selon les circonstances, elles étaient admises, valorisées, ou interdites. La façon que nous avons, au XXIe siècle en Occident, de catégoriser les individus (homosexuels/hétérosexuels) ou de différencier les pratiques sexuelles sur le critère d’une orientation sexuelle aurait semblé complètement exotique pour les Grecs.

From Manly to Sexy: The History of the High Heel Cross-posted at The Huffington Post. Why do women wear high heels? Because men did. Men were the first sex to don the shoe. Women started wearing heels as a way of trying to appropriate masculine power. In the 1630s you had women cutting their hair, adding epaulettes to their outfits…They would smoke pipes, they would wear hats that were very masculine. The lower classes also began to wear high heels, as fashions typically filter down from elite. How did the elite respond to imitation from “lesser” people: women and workers? This is a beautiful illustration of Pierre Bourdieu’s theory of class distinction. Eventually men quit wearing heels because their association with women tainted their power as a status symbol for men. What brought heels back for women?

LGBT mais pas trop, tenue correcte exigée - Miss Koala tient un blog... Comme vous le savez peut-être il y a une manifestation pour l'égalité des droits le 16 décembre. Dès l'annonce de l'évènement des messages ont commencé à apparaître pour dire comment s'habiller. Il faudrait donner une belle image toute lisse d'individus tout ce qu'il y a de plus hétéro-normés. Un défenseur du "tenue correcte exigée" : « Que vous ayez des sexualités et des styles personnels et originaux vous en avez bien sûr le droit mais vous ne pouvez pas nier que les médias reprendront forcément, comme au moment des Gayprides parisiennes, les images des trans etc et que ça apportera forcément de l'eau au moulin des antis. » Ainsi, les trans apportent de l'eau au moulin des antis ? J'ai essayé de critiquer cette volonté d'hétéro-normalisation des LGBT, d'en discuter sans trop m'énerver, j'ai espéré mais quand on m'a insultée d'hétérophobe j'ai compris qu'au final ce serait impossible. Hétérophobe ? Qu'est-ce que l'hétérophobie ? Pourquoi c'est stupide de parler d'hétérophobie ?

Barbie à l’Assemblée Nationale « Le mauvais genre Jean Député porte bien ses 42 ans, dont dix passés sur les bancs de l’Assemblée. Crinière abondante et très brune (il avoue se teindre pour masquer les cheveux blancs), silhouette fine et sportive, il porte ce matin un costume bleu marine à fines rayures crème, bien taillé, une cravate de couleur vive, des mocassins discrets. Un style classique mais d’un bon goût certain. Père de deux enfants, de 13 et 16 ans, il raconte les appeler tous les jours : “ils sont ma force, mon énergie, ma fierté”, confie-t-il. Il reste très proche d’eux, malgré son divorce et les tensions incessantes avec le nouveau mari de Laetitia, son ancienne compagne.Sur les marchés de sa circonscription, dans sa permanence, en réunion de section socialiste ou en commission des lois à l’Assemblée, Jean demeure fidèle à lui-même : discret, doux, chaleureux. A l’écoute de chacun, électeurs, collègues, attachés parlementaires. Quelque chose vous choque ? 1) L’infériorisation : “vous êtes bien mignonnes” ! Sois belle…

Related: