background preloader

Celtes

Celtes
Les Celtes constituent une civilisation protohistorique de peuples émigrants à travers toute l’Europe et en Asie. Les Celtes possédaient une culture riche qui sut s’épanouir pendant l’Âge du fer et développer un art tendant à l’abstraction dont la valeur est aujourd’hui reconnue. La culture celte survécut jusqu’au Moyen Âge en Irlande, avant de disparaître avec l’évangélisation de l’île par saint Patrick au Ve siècle. Les Celtes appartiennent à la famille des peuples Indo-européens. Ne connaissant pas d’unité politique, les Celtes étaient une myriade de peuples possédant des lois, des coutumes et des rites différents. Ils sont surtout connus dans les textes antiques grecs et romains (en particulier grâce à César[1]) pour leur valeur guerrière, leur caractère emporté, leurs sempiternelles luttes intestines et pour les mystères de la mythologie celtique. L’histoire des Celtes est marquée par une succession de conquêtes et de migrations (jusqu’au IIe siècle av. Étymologie Related:  Mythologie Celte - A Classer

La Mythologie Celte Depuis 2000ans, les peuples Européens sont victimes du mensonge des religions de ce démon appelé yahoo, allah, yahvé de son vrai non : El Shaddaü et depuis ce temps, les nations se meurs .. Mais qui sont les vrais Dieux ? Voici un petit résumé de la Mythologie Celte et le nom des Dieux et des Divinité(e)s La Mythologie celte Introduction Chez les celtes, les dieux (donc divin) n’était au départ pas représentés car comment représenter le divin, ce qui n’appartient pas au réel, au visible ? D’ailleurs il y a une petite anecdote. Chez les celtes, il n’y a pas de hiérarchie fixe comme dans la mythologie romaine. Ensuite, il n’y a pas de tâches spécifiques attribuées à chaque divinité celte. Toutefois, lors de la conquête des Gaules, les romains ont tentés de classer les dieux celtes pour les assimiler et cette assimilation nous est parvenue. L’Origine de la mythologie Celte La civilisation Celte s’étendait de la mer du Nord jusqu’à la mer Caspienne. Transmission des mythes – Le cycle mythologique

Origines et expansion des Celtes Vers 900 avant JC, le fer arrive en Europe, en provenance du bassin méditerranéen. Vers 800 avant JC débute la période d'Hallstatt, en référence à la nécropole autrichienne située au-dessus du lac du même nom, dans le Salzkammergut autrichien. Celle-ci est surtout utilisée aux VIIe et VIe siècles avant JC. Sa richesse, due à l'exploitation de mines de sel par les habitants du lieu, est connue depuis le milieu du siècle dernier et son nom fut donné en 1872 à la première période de l'âge du fer. Ainsi, une nouvelle aristocratie se met en place. Celtes Ensemble de peuples de même civilisation et parlant une langue de la famille indo-européenne, qui occupèrent une partie de l'Europe ancienne. Introduction Il existait un certain flottement dans les mots employés pour les désigner dans l'Antiquité. Ils se disaient Celtes, mais les Romains les appelaient Galli (Gaulois) dans leur ensemble. À ces deux noms s'apparente la variante Galates, devenue propre aux Celtes établis en Asie. Les Celtes avaient non pas une unité ethnique véritable, mais une unité de civilisation. Origines et migrations L'habitat primitif des Celtes se situe, au IIe millénaire avant J. Le groupe des Goïdels, linguistiquement différencié, gagne les îles Britanniques dès le IIe millénaire avant J. Au Ier millénaire avant J. La Gaule septentrionale a été occupée très tôt : les infiltrations successives ont commencé avant 1000 avant J. En Gaule, le peuplement se précise dans la partie méridionale et occidentale, où Armoricains, Aquitains et Ligures ont dû résister. Les guerriers

Mythologie celtique Peuple Indo-européen, les Celtes ont émigré depuis l'est de l'Europe au cours du second millénaire avant notre ère. Lors de leur expansion maximale, ils occupaient toute l'Europe depuis l'Espagne jusqu'à la Turquie actuelle. Puis ils se sont retirés, autour de 200 avant notre ère, dans les territoires les plus à l'ouest: la Bretagne en France, l'Angleterre, le Pays de Galles, l'Irlande et l'ouest de l'Écosse. à l'une ou à l'autre mythologie. Nous connaissons les Celtes continentaux à travers les historiens romains qui ont "interprété" à l'aune de leurs connaissances les dieux celtiques en termes de leurs équivalents romains approximatifs, leur faisant perdre leur saveur celtique en cours de route. On peut obtenir des informations plus sûres sur les Celtes de l'ouest parce que l'Irlande n'a jamais été romanisée et elle n'a été convertie au Christianisme qu'au Ve siècle de notre ère. Mythes et légendes du monde entier; Editions de Lodi, 2006.

Les Celtes Les Celtes Si vous jouez au petit jeu qui consiste à demander autour de vous : « Que savez-vous des Celtes ? », vous aurez fréquemment des réponses, dans lesquelles reviennent les mots : Bretagne, musique celtique, invasions, guerriers ou pour les plus versés en histoire, cromlech ou tumulus. (cromlech de Swinside en Angleterre) Pourtant au même titre que la philosophie grecque ou les conquêtes romaines, le « courant celtique » est un des fondements de notre Europe. Qui sont réellement les Celtes ? Les Celtes apparaissent pendant la protohistoire, période intermédiaire entre la préhistoire, pour laquelle on dispose exclusivement de documents archéologiques et l’antiquité historique, pour laquelle on dispose de sources écrites ou de témoignages oraux. (carte de l'expansion celte) Chez Hécatée de Milet (- 500) et Hérodote (- 450), keltoi - en latin Celtae - était une désignation ethnique générale s'appliquant à des peuples du Nord des Alpes. (bijoux celtes) (pièce de monnaie) (guerriers celtes)

la civilisation celtique 400-336 av. J.-C. Intro Au IVe siècle, les Celtes essaiment dans toutes les directions par hordes plus ou moins nombreuses. déferlant sur l'Italie, ils ravagent Rome en 390. La civilisation Celtique Vers 480 avant J. "Keltoi" ou "Galli" Grecs et Romains mentionnent en effet l'existence de peuplades barbares, qu'ils nomment Celtes (Keltoi, en Grec) ou gaulois (Galli, en Latin), et parmi lesquels ils classent parfois les "Germains". Les invasions celtes. C'est à la réapparition d'une aristocratie guerrière, jointe à cette forte poussée démographique, qu'il faut sans doute attribuer les fameuses migrations celtiques qu'évoquent les historiens antiques et que l'archéologie permet également de retrouver. Il ne faut cependant pas se représenter ces mouvements comme une colonisaton massive : les bandes gauloises ne sont pas assez nombreuses. Les prémières villes gauloises Passé le temps des migrations, le monde celtique se stabilise et va connaître une double évolution.

Ésus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sources anciennes[modifier | modifier le code] Onomastique[modifier | modifier le code] Étymologiquement, Ésus signifie « bon, maitre, puissant[4]. » On retrouve le terme dans esugenus (« fils d’Ésus » ou « bien né, équivalent à Eugène en grec »). Représentation[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Sur les autres projets Wikimedia : Ésus, sur Wikimedia Commons Notes et références[modifier | modifier le code] Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pays celtiques : Tous les messages sur Pays celtiques - e B r e i z h . n e t Réactualisation 2014. Petite radioscopie des pays celtiques. La comparaison permet notamment d'apprécier la place de la Bretagne dans ce groupe qui comprend également l'Ecosse, l'Irlande, le pays de Galles, la Cornouailles britannique, l'île de Man et la Galice espagnole. S'agissant des langues celtiques, justement, la Galice n'est pas considérée dans cet ensemble où prévaut le gallois et le gaëlique, langues celtiques les plus parlées. Le breton suit avec environ 200 000 locuteurs. Troisième région celtique par la population, la Bretagne est également 3e en terme de poids économique, après l'Ecosse, dont l'économie est portée par les hydrocarbures, notamment dans la région d'Aberdeen et l'Irlande, en fin de crise économique (son PIB a chuté de 15 % en trois ans). Le PIB/habitant de la Bretagne est également au 3e rang après celui de l'Ecosse et de l'Irlande, devant ceux de l'île de Man, de la Cornouailles britannique, du pays de Galles et de la Galice. POPULATION : 2 766 000 hab.

les celtes Le monde celte Les Celtes ont souvent été décrits comme les « conquérants de l’Europe », ou, d’une manière moins flatteuse, les « barbares de l’Europe». Ils étaient certainement le premier peuple de l’Europe du Nord suffisamment organisé pour pouvoir se présenter comme une civilisation. À l’apogée de sa puissance, au IIe siècle avant J.C., le monde celte s’étendait de la Turquie à l’Irlande et de l’Espagne à l’Allemagne. D’autres colonies celtes s’étaient établies jusqu’en Ukraine. Les peuples celtes habitaient le long des grands fleuves européens, le Danube, le Rhin, le Rhône, le Pô, la Tamise, la Seine et la Loire. Ce que nous connaissons des Celtes nous vient des sources écrites romaines et grecques ainsi que des traces archéologiques qu’ils nous ont laissées. Les Celtes formaient une aristocratie guerrière pour laquelle les prouesses militaires représentaient les plus grandes des vertus. Les Celtes ont la réputation d’avoir été l’un des peuples les plus artistes de l’Antiquité.

Teutatès Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mythologie[modifier | modifier le code] Ce dieu est aussi connu par des inscriptions sous la forme « Totatus » retrouvées au sanctuaire de Beauclair, à Voingt (Puy-de-Dôme), en territoire arverne. Teutatès est une forme archaïque ou une variante de Toutatis, il provient de teutā qui a évolué en toutā et tōtā. Le celtologue Joseph Vendryes a émis l'hypothèse qu'il pourrait s’agir d’un adjectif, utilisé pour éviter de prononcer le nom du dieu, conformément au respect d'un tabou. Bibliographie[modifier | modifier le code] Paul-Marie Duval, Les Dieux de la Gaule, Paris, éditions Payot,‎ février 1993, 169 p. Note[modifier | modifier le code] ↑ Paul-Marie Duval, « Teutates, Esus, Taranis », Travaux sur la Gaule, Rome, 1989, p. 280 Lire en ligne sur Persée [archive]↑ Venceslas Kruta, Les Celtes. Portail du monde celtique

Les Celtes Les Celtes Les origines Les origines des Celtes demeurent obscures. Deux faits cependant permettent de fixer le berceau de ces populations en Europe centrale et occidentale : l’existence, de la Lorraine et de l’Alsace jusqu’à la Bohême, de très anciens toponymes d’origine celtique pour désigner les montagnes et les rivières ; la permanence, à travers les époques successives des âges du cuivre, du bronze ancien et du bronze moyen, d’une zone de peuplement et de civilisation homogène, s’étendant sur la partie méridionale et occidentale de l’Allemagne et sur la France de l’Est. Vers 650 avant J. Durant le même millénaire, sur le continent, les Celtes se répandent en Gaule, conquièrent l'ouest et le centre de la péninsule ibérique, s'installent dans le nord de l'Italie après avoir dû renoncer à Rome (prise en 387 av. On situe aux IVe et IIIe siècles avant J. Les activités L'agriculture était très développée pour répondre aux nombreux besoins d'alors. L'art celte Le mystère du tombeau de Vix

Quelle différence y a-t-il entre les Gaulois et les Celtes ? La différence entre les Gaulois et les Celtes est très ténue. Ces termes désignent tous les deux des peuples envahisseurs venus de l'est de l'Europe. La différence réside dans le fait que nous avons admis l'appellation « Celtes » pour qualifier les colons et le terme « Gaulois » pour ceux qui se sont installés sur le territoire de la France actuelle. Cela vous intéressera aussi [EN VIDÉO] Les Gaulois, ces fervents buveurs de vin Les Gaulois sont traditionnellement consommateurs de bière et d’hydromel mais, avec l’invasion romaine, ce peuple celte est rapidement devenu amateur de vin. Pour comprendre la légère différence qui subsiste entre les Gaulois et les Celtes, étudions l'origine du mot « Celte ». Les Gaulois et les Celtes, une origine commune La première apparition de cette terminologie vient de l'historien et géographe grec Hécatée de Milet, au VIe siècle avant J. Il faut dire qu'au IVe siècle avant J. Distinction historique entre Gaulois et Celtes Anecdote

TARANIS Dans l'épigraphie gallo-romaine, le nom du Jupiter gaulois apparaît sous la forme de Taranis ou Taranus, complétée par des anthroponymes théophores : Taranutius et Taranucnos (« né de Taranis »). La forme la plus ancienne est le datif gaulois taranoou dans une inscription d'Orgon (Bouches-du-Rhône). Ce nom correspond à celui du « tonnerre » dans les langues néo-celtiques (irlandais torann, gallois et breton tarann). On ne connaît aucun mythe à ce sujet et il ne serait pas impossible que le nom gaulois soit la traduction ou l'adaptation de celui du Jupiter tonans des Romains. L'iconographie gallo-romaine représente constamment Jupiter muni d'une roue ou de spirales associées au foudre. Il est cité dans un seul texte littéraire La Pharsale de Lucain (i, 444-446) : « Et parmi ces divinités cruelles, Teutates est apaisé par le sang funeste, le hideux Ésus l'est par des autels sauvages, et Taranis [n'est] pas plus doux que la Diane des Scythes ». Christian-Joseph GUYONVARC'H

Related: