background preloader

Aborder la notion de document par le mind mapping (1) : cadre épistémologique

Aborder la notion de document par le mind mapping (1) : cadre épistémologique
Il participe de l’acte d’enseigner que de pouvoir échanger avec ses élèves de sorte qu’au-delà d’une remarque fortuite germe une idée qui donnera corps à un travail à venir. Ce sentiment est d’ailleurs amplifié quand, petite espièglerie d’élève, l’objectif inavoué de cette observation tient en la diminution de la tâche à accomplir. Ce fut le cas en juin dernier lorsqu’en conclusion de la séquence « Publier sur le Web », un élève de seconde émit l’idée d’une carte heuristique en lieu et place de la production écrite initialement envisagée. Il m’est spontanément venu à l’esprit l’hypothèse d’une comparaison entre les potentialités d’une carte heuristique et d’un schéma conceptuel. Dès lors, aborder le concept de document par le moyen d’une comparaison entre une carte élaborée sur « Mindomo » ou « CmapTools », au-delà du simple fait que cela se justifiait, m’a semblé être particulièrement intéressant. Where is my mind? Related:  mindmappingCartes heuristiques / Mind Mapping

Aborder la notion de document par le mind mapping (2) : dimension intellectuelle Après avoir posé le cadre épistémologique, je poursuis cette série d’articles, envisagée pour deux, mais qui devrait finalement en comporter quatre… ou cinq, afin d’examiner avec méthode des pistes de séquences. Le Dictionnaire des concepts info-documentaires est en cela intéressant qu’il fait apparaître, au-delà d’une approche épistémologique et didactique des différents concepts, les liens qui les unissent, de sorte que ces ramifications sont autant d’opportunités pour y piocher des contenus et élaborer un scénario pédagogique. Je me concentrerai donc ici sur la dimension intellectuelle du document avant de consacrer deux nouvelles publications à une approche matérielle puis structurelle de celui-ci. Aborder la dimension intellectuelle du document renvoie explicitement au concept d’auteur, qui doit pouvoir être envisagé selon deux axes, que les élèves soient les « lecteurs » ou les producteurs d’une carte ou d’un schéma conceptuel.

Faire une fiche de lecture La carte heuristique permet d’organiser de manière logique une démarche alliant la recherche et la réflexion personnelle. On peut en effet demander plusieurs choses dans un compte rendu de lecture : • Des éléments concernant le texte et son appréciation directe par les élèves. • Des éléments de paratexte concernant l’auteur, la genèse de l’oeuvre, sa réception etc... Lorsque l’on demande aux élèves de préparer une présentation orale du livre, ils vont avoir tendance à rédiger l’intégralité de leur intervention orale, souvent de manière peu organisée. Il est très difficile de faire abandonner aux élèves cette habitude qui certes les rassure mais les handicape surtout en les enchaînant à une lecture souvent maladroite de leurs notes. La carte heuristique, si elle est utilisée comme document unique et projetée au tableau demande à l’élève de fabriquer son discours au fur et à mesure de sa progression avec pour seule aide sa mémoire et les éléments présents dans la carte.

Www.touteduc.fr Index.php Sv=34&Aid=6056 Ven 07 septembre 2012Les enseignants auraient un rapport ambivalent aux outils numériques, privilégiant ceux qui sontouverts, modulables, interactifs, évolutifs" et délaissant "les manuels numériques", selon un récentrapport des inspections générales (voir ToutEduc,ici). Portrait d'un de ces enseignants, Philippeercier, professeur de collège qui a développé sur Internet un dispositif "ouvert, modulable,nteractif et évolutif", "maths vidéos" sans espérer toucher de "droits d'auteur". Il se définit d'abordomme un enseignant, et évoque l'émotion qui naît de "ce moment précis où le message passe", où ilperçoit "le déclic" chez ses élèves. outEduc : Vous êtes dans le paradoxe. Ph. : Vous avez raison. : Mais peut-on parler d'interactivité avec des vidéos ? : C'est une question que je me suis longtemps posée. : Vous parlez de pédagogie mais ne pensez vous pas qu'on risque de consommer une vidéoomme on consommerait un documentaire ? Ph. : Depuis les années 80.

Aborder la notion de document par le mind mapping (3) : dimension matérielle Troisième article consacré à la notion de « document » abordé sous l’angle du mind mapping, je vais ici m’employer, après la dimension intellectuelle, à proposer quelques pistes de séances pédagogiques sur la dimension matérielle du document. Cette dimension porte en elle la notion de « support » dont le lien avec les cartes et schémas conceptuels ne semble pas, a priori, particulièrement fécond tant il y a une forme d’ « indépendance matérielle » que l’on réalise ces cartes sur un support imprimé ou numérique. Pourtant… Pourtant il serait intéressant de faire travailler très tôt les élèves sur les caractéristiques techniques des différents supports, que l’on se place, du point de vue du document, dans le champ de la conservation (papier, disque dur,…), de la communication (imprimé, numérique,…) et de la transmission (postale, filaire,…). i, robot Creative Commons Licence photo credit : Myriapod

Fiches de lecture Sur le site de l’académie de Dijon, Pierre Travers, professeur de français au collège Paul Bert d’Auxerre, présente un intéressant scénario pédagogique : les élèves sont invités à rendre compte de leurs lectures en utilisant des cartes heuristiques. L’activité favorise l’esprit de synthèse, la structuration de la pensée, mais aussi l’expression orale : « Lorsque l’on demande aux élèves de préparer une présentation orale du livre, ils vont avoir tendance à rédiger l’intégralité de leur intervention orale, souvent de manière peu organisée. Il est très difficile de faire abandonner aux élèves cette habitude qui certes les rassure mais les handicape surtout en les enchaînant à une lecture souvent maladroite de leurs notes. La carte heuristique, si elle est utilisée comme document unique et projetée au tableau demande à l’élève de fabriquer son discours au fur et à mesure de sa progression avec pour seule aide sa mémoire et les éléments présents dans la carte. JM Le Baut Le scénario

Evaluation de la formation à l’information-documentation en 6ème : 7 classes et 13 questions pour évaluer les acquis Présentation de l’évaluation Contexte de l’évaluation : En 2010-2011, les élèves de toutes les classes de 6e de mon collège ont eu, à mon initiative, sept séances d’information-documentation par demi-classe en début d’année. L’objectif de cette formation initiale à la recherche documentaire était de permettre aux élèves d’acquérir rapidement un premier niveau d’autonomie procédurale dans leur recherche d’information. retrouver un livre (livre de fiction et livre documentaire) par sa cote dans le CDI,rechercher une information dans un dictionnaire et utiliser le type de dictionnaire adéquat,rechercher une information à l’intérieur d’un livre documentaire, en se servant des clés du livre,formuler des mots-clés,faire une recherche simple à l’aide du logiciel documentaire du CDI, BCDI. Le but de cette évaluation était de : Objectifs de l’évaluation : 1- les savoirs info-documentaires évalués : 2- les notions info-documentaires évaluées : Conditions de passation : Nombre d’élèves concernés :

Aborder la notion de document par le mind mapping (4) : dimension structurelle Avant dernier article de cette série consacrée à la notion de document abordée par le mind mapping, je me propose de développer ici la dimension structurelle, en vue de son exploitation en classe avec les élèves. Il me semble que les notions et objectifs info-documentaires sont différents que l’on choisisse de travailler sur un schéma conceptuel (CmapTools par exemple) ou une carte heuristique (Mindomo). Aussi je pense pertinent d’explorer différentes situations pédagogiques selon le type d’outils qui est utilisé. S’agissant des schémas conceptuels, je suppose trois pistes intéressantes, fondées sur la hiérarchisation des concepts ou des idées. Pour commencer, il peut être imaginé, dès la sixième, de proposer aux élèves de réaliser, simplement sous forme d’exercice, un schéma conceptuel d’une partie du rayonnage des documentaires du CDI. Ce serait sans doute là un bon moyen de rendre plus concret l’idée de classification.

Quels outils pour un usage pédagogique ? Dans le cadre du GIPTIC documentation de Paris (Groupe d’Intégration Pédagogique des Technologies de l’Information et de la Communication), je propose une animation sur les cartes cognitives. C’est donc l’occasion de publier un article sur le sujet, ainsi que le support de formation. cartes cognitives ? Les cartes cognitives sont des représentations graphiques et structurées des relations existant entre différentes idées. Il existe deux types de cartes cognitives : les cartes heuristiques (ou cartes mentales) et les cartes conceptuelles. Les cartes heuristiques se caractérisent par une structure radiante (du centre vers l’extérieur : façon « soleil »). Exemple par Chercher pour trouver (EBSI Montréal) Les cartes conceptuelles se structurent en réseau et se lisent du haut vers le bas. Exemple par Joseph D. A quoi ça sert ? A vous de comparer ! Comment ça fonctionne ? Quels outils ? Pour créer des cartes cognitives, il existe un grand nombre d’outils. Parmi les logiciels gratuits, on distingue :

Au-delà de la méthodologie documentaire : Un territoire à investir N'étant pas une spécialiste de l'info-documentation, je m'exprimerai en tant que professionnelle de terrain (le lycée, dont il sera exclusivement question) à partir d'observations concernant nos pratiques. Il ne s'agit pas ici de profiler une discipline théoricienne donnant lieu à une magistralité disparue depuis longtemps du second degré, mais pas non plus de venir en simple renfort méthodologique aux savoirs “légitimes” que nous côtoyons en tiers, toujours supplétifs/ves et/ou surnuméraires. Il me semble en effet qu'à force d'être au service de (telle ou telle autre matière), on en vient très vite à sacrifier le processus (d'apprentissage info-documentaire) au profit du résultat (à savoir l'aboutissement disciplinaire). Il nous faut faire entendre que la sphère des nouveaux (comme des anciens) médias requiert d'être observée, analysée et un tant soit peu connue avant de devenir un outil de recherche, d'information ou d'expression. En seconde En première

Pour une éducation à l’image par le Mind Mapping – II. Quel apprentissage ? On a vu dans une première partie les deux fonctions que remplit l’image : la mémorisation et la réflexion. En transposant à présent ces notions dans un contexte d’apprentissage, il s’agit de voir dans cette seconde partie dans quelle mesure l’enseignant pourrait développer ces qualités chez l’apprenant, dans un dispositif d’éducation à l’image, par le Mind Mapping. I. La fonction mémorielle de l’image utilisée à des fins pédagogiques et la réflexion sur l’image comme prolongement de la mémoire Par le développement de qualités mnémoniques, ainsi que nous l’avons présenté dans le précédent article, l’élève qui réalise une carte heuristique non seulement mémorise des concepts, mais les synthétise et les replace mentalement selon une logique, une hiérarchie établies. Ainsi, au-delà d’un effort de mémorisation de la part de l’élève, la réflexion de ce dernier est constamment sollicitée lors de l’élaboration de son travail. II. Notes :

Mind42: Free online mind mapping software L’évaluation diagnostique en seconde : un support pour l’enseignement de l’information-documentation Pour ma troisième rentrée dans le lycée où je suis affectée, j’ai souhaité proposer une évaluation diagnostique aux classes de seconde avant de mettre en place un enseignement approprié de l’information-documentation basé sur les besoins des élèves. 1- Objectifs de l’évaluation diagnostique Après avoir passé 8 ans au collège Saint-Exupéry de Mâcon - classé ZEP- , j’ai été nommée à la rentrée 2009 au lycée Lamartine, un lycée d’enseignement général et technologique de près de 1400 élèves . Mes deux premières années, interrompues par un congé maternité, m’ont permis d’observer les pratiques des élèves dans ce CDI et de mesurer la place dévolue jusque-là au professeur-documentaliste dans l’établissement. J’ai ainsi pu faire les constats suivants : L’objectif plus général est de permettre à l’élève - grâce à cette formation - d’acquérir une autonomie en recherche documentaire, ce qui inclut l’utilisation de différents outils de recherche et l’exercice de l’esprit critique. Quelques consignes

Related: