background preloader

BREF : Etude sur les rats - mortalité "alarmante"

BREF : Etude sur les rats - mortalité "alarmante"
Related:  Actualités presse et ONGArticles en français sur les OGM

Les OGM ont perdu contre les mauvaises herbes L'Académie américaine des sciences organisait le 10 mai un sommet sur les plantes génétiquement modifiées résistantes aux herbicides. Une réunion de crise. Les agriculteurs américains ont l'impression d'avoir été floués par les semenciers qui leur avaient dit qu'avec les OGM résistants aux herbicides ils n'auraient plus jamais de problèmes avec les mauvaises herbes. Il leur suffisait de pulvériser du glyphosate - une molécule créée par Monsanto aujourd'hui dans le domaine public - pour être tranquilles. Un seul passage était nécessaire pour tout détruire sauf les cultures dotées d'un gène de résistance. Les agriculteurs ont bénéficié de ce système au début: les rendements étaient meilleurs, le temps de travail et les coûts réduits. Les mauvaises herbes deviennent résistantes elles aussi au Roundup, elles se multiplient très vite et envahissent les champs de soja, de maïs, de coton et de colza. Chaque année, de nouvelles plantes sauvages développent des résistances. Graves conséquences

CRIIGEN 18/01/17 Le maïs OGM alimentaire NK603 contient des substances actives qui ont échappé à la réglementation L’autorisation des OGM alimentaires repose sur des analyses comparant l’OGM avec la plante dont il est issu. Ces analyses sont généralement restreintes à l’étude des profils nutritionnels (sucres, protéines, lipides, vitamines…). Nous avons utilisés de nouvelles méthodes analytiques haut-débit afin de comparer un maïs OGM (NK603) à son équivalent non OGM. Cette étude montre que de nombreuses molécules (protéines, nutriments, antioxidants) sont présentes à des concentrations différentes entre la plante OGM et non-OGM. La consommation de ces maïs par des rats dans une autre étude avait suggéré que l’OGM pouvait avoir des effets délétères sur la santé. Les méthodes d’études des OGM nécessitent d’être modernisées afin de quantifier un spectre plus large de molécules actives.

propriété des sols Université de Picardie Jules Verne/Jacques Beauchamp Pédologie Un sol est une pellicule d'altération recouvrant une roche; il est formé d'une fraction minérale et de matière organique (humus). Un sol prend naissance à partir de la roche puis il évolue sous l'action des facteurs du milieu, essentiellement le climat et la végétation. La pédologie est l'étude des sols. La pédogénèse est la formation et l'évolution des sols. * Horizon A: horizon de surface à matière organique (débris de végétaux) * Horizon C: roche peu altérée * Horizons B: horizons intermédiaires apparaissants dans les sols évolués. Les sols peu évolués ont un profil AC, les sols évolués ont un profil ABC. Cette nomenclature a été considérablement modifiée et complétée par la suite (voir chapitre suivant). Les minéraux argileux rencontrés dans un sol dépendent du type de sol et de la profondeur. Tableau I: minéraux argileux d'un sol brun forestier sur granite. - la bioopale des phytolithes (diamètre de 2 à 50 µm) ;

OGM : "Inconscience ? Lâcheté ? Collusion criminelle ?" Professeur de biologie moléculaire et chercheur à l'Institut de Biologie fondamentale et appliquée de l'université de Caen, Gilles-Eric Séralini publie le 26 septembre "Tous cobayes!" (Flammarion), le résultat d'une étude menée dans le plus grand secret pendant deux ans sur deux cents rats nourris au maïs transgénique. Conclusion ? Un effet toxique de l'OGM avéré sur l'animal. Il y avait une méfiance diffuse de l’opinion sur l’impact des OGM pour la santé humaine. - Oui, nous venons de réaliser l'étude la plus longue et la plus détaillée au monde sur la toxicité d'un maïs transgénique et sur celle du Roundup, l’herbicide le plus utilisé qui soit. Le grand scandale, celui dont je ne me remets pas, c’est que les agences sanitaires n’ont jamais exigé des industriels une étude de toxicité de longue durée. > A lire : l'intégralité de l'interview de Gilles-Eric Séralini et du dossier "Oui, les OGM sont des poisons !" Téléchargez le magazine : - sur PC / Mac - sur iPhone / iPad - sur Android

Oui, les OGM sont des poisons ! (Cet article paraît dans le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre 2012) C’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine "Food and Chemical Toxicology" - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié. Lourdement toxique et souvent mortel Même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. En 2006, c’est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un ouvrage à paraître la semaine prochaine ("Tous cobayes !" Nom de code In Vivo Pathologies lourdes, tumeurs mammaires

ACTU ENVIRONNEMENT 02/12/15 OGM : des eurodéputés réclament la suspension des autorisations d'aliments génétiquement modifiés La commission environnement du Parlement européen a adopté mardi 1er décembre une résolution demandant à la Commission européenne de ne pas autoriser l'utilisation du maïs génétiquement modifié NK 603 x T25. Mais, par cette résolution, elle demande surtout à l'exécutif européen de suspendre les autorisations d'aliments génétiquement modifiés à destination humaine et animale tant que la procédure actuelle n'aura pas été améliorée. Les eurodéputés rappellent en effet que chaque décision d'autorisation a jusque là été adoptée par la Commission sans le soutien d'une majorité qualifiée d'Etats membres. "Les procédures d'autorisation d'OGM dans l'UE ne permettent pas d'assurer la certitude que l'OGM en question n'est pas dangereux pour la santé humaine. Le Parlement a pourtant repoussé le 28 octobre dernier un projet de réforme proposé par la Commission.

Phytosociologie - Description Le but de ce projet est de mettre en ligne les tableaux originaux descriptifs des associations végétales présentes en France, même si ces tableaux sont originaires de contrées étrangères. Il s'agit de tableaux ordonnés de relevés phytosociologiques listant les présences des espèces dans chaque association, en les affectant de coefficients semi-quantitatifs (abondance-dominance). Des tableaux synthétiques de fréquences (avec colonnes romaines de classes de fréquences) pourront également être présentés. Tout contributeur peut proposer un tableau au coordinateur. Vous pouvez télécharger la fiche de projet Tableaux phytosociologiques à l'adresse suivante: Fiche projet Tableaux phytosociologiques

Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants Edifiant. Une nouvelle étude scientifique menée sur des rats de laboratoires pendant deux ans montre les conséquences gravissimes sur la santé provoquées par la consommation d’un maïs OGM, le NK 603 de Monsanto résistant à l’herbicide Round Up. Le professeur de biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini a mené cette étude dans le plus grand secret. D’abord afin de se procurer les semences OGM nécessaires à ses expérimentations. © Dean Sewell / Greenpeace La menace est là, bien réelle en France aussi Le maïs OGM NK 603 peut être présent dans l’alimentation animale (destinée au bétail notamment) mais aussi dans des aliments vendus directement aux consommateurs. L’évaluation des OGM en Europe : manque d’indépendance et de sérieux A l’heure actuelle, les risques des OGM sont évalués par l’Autorité Européenne de Sécurité des Aliments (EFSA). L’EFSA doit cesser d’être l’antichambre des industriels des biotechnologies. La complaisance doit cesser !

L'ETUDE : Food and Chemical Toxicology This article has been retracted: please see Elsevier Policy on Article Withdrawal ( The journal Food and Chemical Toxicology retracts the article “Long term toxicity of a Roundup herbicide and a Roundup-tolerant genetically modified maize,” which was published in this journal in November 2012. This retraction comes after a thorough and time-consuming analysis of the published article and the data it reports, along with an investigation into the peer-review behind the article. The Editor in-Chief deferred making any public statements regarding this article until this investigation was complete, and the authors were notified of the findings. Very shortly after the publication of this article, the journal received Letters to the Editor expressing concerns about the validity of the findings it described, the proper use of animals, and even allegations of fraud.

BLOG HUET LEMONDE 11/12/18 OGM-poisons ? La vraie fin de l’affaire Séralini Vous souvenez-vous ? Ces images spectaculaires de rats atteints de cancers envahissants, si gros qu’en en voit les boules sous le poil. Exhibés à la télévision. Diffusés en film, livre, articles retentissants. Et de cette formidable campagne de presse lancé par le titre choc de l’Obs : «Oui, les OGM sont des poisons». Oui, vous vous souvenez. Revenons à ce jour de septembre 2012. Radios et télés enchaînent, sans plus d’enquête critique – mais c’est difficile à ce rythme – au point que le gouvernement, par la voix de son ministre de l’agriculture, Stéphane Le Foll, annonce le soir même qu’il va demander une modification des procédures européennes destinées à expertiser les risques des plantes transgéniques avant leur mise sur le marché. Données brutes Quelques mois plus tard, les deux agences publiques d’expertise concernées – ANSES et HCB – publiaient une analyse complète de l’article de Gilles-Eric Séralini et al. et concluaient toutes deux à son incapacité à démontrer quoi que ce soit.

Allélopathie - Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’incorporation de ces substances allélopathiques dans la gestion de l’agriculture peut réduire l’utilisation d’herbicides, de fongicides et d’insecticides ; aussi diminuer la détérioration de l’environnement. Historique[modifier | modifier le code] Le terme d’allélopathie a été introduit pour la première fois par Hans Molisch, scientifique autrichien spécialiste de la photosynthèse, en 1937 pour décrire dans une monographie les interactions biochimiques néfastes et bénéfiques entre tous les types de plantes incluant les micro-organismes. Ces composés biochimiques sont appelés composés allélochimiques. Ils peuvent être classés en grande partie comme métabolites secondaires, qui sont généralement considérés comme étant des composés ne jouant aucun rôle dans le processus du métabolisme essentiels à la survie des plantes. Les interactions allélopathiques sont souvent le résultat d’action jointes de plusieurs composés différents.

TOUS COBAYES ? Le nouveau film de Jean-Paul JAUD dénonce les OGM et le nucléaire Comment se fait-il que les OGM agricoles soient dans les champs et dans les assiettes alors qu’ils n’ont été testés que pendant trois mois sur des rats ? Comment se fait-il que l’énergie nucléaire soit toujours l’énergie du futur alors que les hommes ont vécu Tchernobyl et Fukushima ? Les conclusions seraient-elles accablantes ? Après « Nos enfants nous accuseront » et après « Severn », le troisième long métrage de Jean-Paul Jaud s’attaque une nouvelle fois aux défis environnementaux, en donnant la parole aux agriculteurs japonais de Fukushima, sénégalais ou français, aux scientifiques, aux politiques ou aux militants. Le réalisateur Jean-Paul Jaud signe surtout avec Tous cobayes ? Dans un entretien, Jean-Paul Jaud raconte comment avec « Tous Cobayes », il dresse les mêmes constats sur deux sujets : "les OGM d’abord qui sont aujourd’hui de plus en plus exploités alors qu’on ne maîtrise pas les effets. Alors, sommes-nous tous des cobayes ? Bande annonce Tous cobayes ! Tous cobayes !

9 CRITIQUES, 9 réponses sur l'étude de Séralini Après la publication de l’étude de Gilles-Eric Séralini, première étude sur la vie entière de rats nourris au maïs NK 603 et qui fait apparaître la toxicité de cet OGM sur ces rats, de nombreuses critiques et questions se sont fait jour sur les conditions de réalisation de l’étude et sa crédibilité. Le Dr Joël Spiroux, co-auteur et directeur adjoint de l’étude, président du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendant sur le génie génétique), répond. Première critique : 200 rats est un trop faible échantillon pour une étude solide… - L'échantillon des 200 rats, 20 rats par lot, correspond au nombre de rats utilisé par Monsanto dans son étude sur trois mois. En revanche, nous avons étudié beaucoup plus de paramètres toxicologiques. Pour travailler avec plus de rats, il fallait encore plus d’argent. Le type de rats employé, les "Sprague-Dawley", est connu pour développer facilement des tumeurs… - Ce qu'il faut regarder, c'est précisément la rapidité des déclenchements.

Related: