background preloader

Le cloud privé dans l'entreprise

Le cloud privé dans l'entreprise
Le lancement de trois offres de cloud privé par Amazon, VeePee et EMC a marqué l'actualité du « cloud computing » au premier semestre 2010 : ce type de services, censé offrir aux entreprises une meilleure maîtrise de leurs ressources informatiques et un accès privilégié à leurs applications hébergées, figurent aujourd'hui sur l'agenda des DSI. Une tendance que confirment différentes enquêtes publiées en ce début d'année. Plus grande modularité et conformité avec les règles de gouvernance d'entreprise, contact privilégié avec le prestataire de services dans le cas d'un cloud privé "locatif" : ce type d'architecture séduit par sa flexibilité et son caractère évolutif. Le cloud privé, un pied dans l'entreprise Qu'est-ce que le cloud privé ? Le cloud privé (interne ou privatif) se définit comme la mise en place d'un réseau informatique propriétaire ou un centre de données fournissant des services hébergés pour un nombre restreint d'utilisateurs. Les applications et infrastructures concernées

Cloud computing : Amazon lance une offre de nuage privé 01net le 27/08/09 à 17h34 Marchant dans les pas de certains hébergeurs et opérateurs comme Colt ou T-Systems, Amazon s'invite à la table du cloud computing sécurisé en proposant son propre service Amazon Virtual Private Cloud (VPC). Cette infrastructure virtuelle va permettre au sein du cloud d'Amazon de créer un parc de machines virtuelles, ainsi qu'un réseau local isolé, auquel on aura accès par l'intermédiaire d'une connexion sécurisée de type VPN. Elle ressemble de près au module Secure Data Connector que propose Google pour son service App Engine. A un niveau technique encore plus fin, puisque le service semble être largement paramétrable et va bien plus loin qu'un service d'authentification SSL. En particulier, l'offre permettra de spécifier une liste d'adresses IP ayant accès à cette ressource déportée afin de garantir un maximum de sécurité. Des questions en suspens Une partie de la réponse est déjà trouvée.

Cloud computing Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cloud computing[1], ou l’informatique en nuage ou nuagique ou encore l’infonuagique (au Québec), est l'exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l'intermédiaire d'un réseau, généralement Internet. Ces serveurs sont loués à la demande, le plus souvent par tranche d'utilisation selon des critères techniques (puissance, bande passante, etc.) mais également au forfait. Terminologie[modifier | modifier le code] En France, la Commission générale de terminologie et de néologie précise qu'il s'agit d'une forme particulière de gérance de l'informatique, dans laquelle l'emplacement et le fonctionnement dans le nuage ne sont pas portés à la connaissance des clients[7]. Les francisations « informatique en nuage »[7], « informatique dématérialisée »[9], ou plus rarement « infonuagique »[10] sont également utilisées. Principes - le Nuage[modifier | modifier le code] Services[modifier | modifier le code]

[Témoignage] "Lima n’est pas seulement un projet Kickstarter" Séverin Marcombes, CEO de Lima C’est lors du premier Startup GRIND Paris qu’Adrien Leonard, Business Developer, chez Applidget et Chapter Director France, a rencontré Séverin Marcombes, CEO de Lima, seulement 2 jours après son incroyable campagne Kickstarter. Même quand on lui pose la question “Qu’est ce que ça fait d’être le Steve Jobs français”, Séverin reste modeste en soulignant le travail acharné d’une super équipe depuis plus de 2 ans. Parce qu’en effet l’histoire commence il y a à peu près deux ans et pas n’importe où, dans une cave… A l’image d’une startup à l’américaine, Séverin et son associé Gawen Arab se sont enfermés dans une cave, en parallèle de leurs études en électronique et en informatique, et ont commencé à collaborer pour monter le projet Lima en Juin 2011, un projet ayant pour but de faciliter la vie des gens via le transferts de fichiers et de données simple et efficace. Un an plus tard, voici nos jeunes entrepreneurs qui rejoignent Le Camping et qui donnent un nouveau tournant à leur projet.

L'informatique en nuage: une solution technologique rentable Le 14 décembre 2010 Un nuage se profile à l’horizon, mais il pourrait bien permettre à votre entreprise d’économiser de l’argent et lui épargner des maux de tête. L’informatique en nuage est de plus en plus utilisée par les petites et moyennes entreprises (PME) au Canada, qui évitent ainsi l’achat et la gestion des technologies de l'information et des communications (TIC). L’informatique en nuage permet à votre entreprise d’utiliser le logiciel ou le matériel d’un tiers, plutôt que de l’acheter et de le gérer elle-même. Ainsi, tous vos employés, incluant vos vendeurs en déplacement, peuvent accéder au système informatique de votre entreprise, depuis n’importe quel point d’accès Internet. Mieux encore, le fournisseur se charge de tous les problèmes liés aux TIC que vous ne pouvez gérer pour des raisons de temps et de manque d’expertise. Le fournisseur protège et sauvegarde vos données. La maintenance — l’une des principales L’une des principales économies de coût concerne la maintenance. M.

Les 10 avantages du cloud computing pour les entreprises et PME Introduction Pour faire simple, le cloud computing, c'est tout votre informatique sur Internet ! Pourquoi tant d'entreprises adoptent-elles le cloud ? 1. À la seconde où une entreprise a besoin de plus de bande passante que d'ordinaire, un service de cloud computing peut instantanément répondre à sa demande, grâce à la grande capacité des serveurs distants. 2. Lorsque les entreprises commencent à s'appuyer sur les services de cloud computing, elles n'ont plus besoin de programmes complexes de récupération des données. 3. En 2010, les entreprises britanniques ont dédié 18 jours ouvrables par mois à la gestion de la seule sécurité sur site. 4. Les services de cloud computing sont généralement fournis selon un modèle de "paiement à l'utilisation". 5. Le cloud computing améliore la collaboration en permettant à l'ensemble des employés, où qu'ils se trouvent, de synchroniser leurs actions et de travailler sur des documents et des applications partagées simultanément. 6. 7. 8. 9. 10.

Le Cloud perso: la solution ? Alors que les offres de stockage en ligne se multiplient entre autres avec les nouvelles offres proposées par Mega (50 go gratuit) mais aussi l’offre de cloud Orange (50 go pour les abonnés), on peut se demander si une autre solution n’est pas envisageable: Le Cloud perso, ou cloud personnel peut il devenir une alternative? Alors, le Cloud perso est il la solution pour accéder à ses données de n’importe où? C’est un cloud fait maison ou stocker dans votre « home sweet home » et non pas sur un nuage quelconque, quelque part dans une lointaine galaxie! Plus sérieusement, idéalement, ce serait un espace de stockage de fichiers (données personnelles, photos, vidéos) accessible de n’importe où et uniquement par vous (voir vos proches) . Pourquoi vouloir stocker ses données chez soi en dehors de son ordinateur? Alors que les matériels hybrides permettant de se connecter à Internet se multiplient,l’espace de stockage des nouveaux outils diminuent. A) Stocker vos données sur votre box!

Quand les DSI rencontrent Amazon, un géant du Cloud Computing Bravo le CIGREF (Club Informatique des Grandes Entreprises Françaises) ! Dans la lignée de ses activités de promotion de l'innovation, le CIGREF avait invité le 3 mars 2010 dans ses locaux le Dr Werner Vogels, CTO (Chief Technology Officer) d'Amazon à un petit déjeuner de travail. Pendant 2 heures, devant une vingtaine de représentants des plus grandes entreprises françaises (les règles de confidentialité du CIGREF m'interdisent de citer leurs noms ou de publier leurs photos), il a présenté les activités d'AWS (Amazon Web Services) et sa vision sur les potentiels du Cloud Computing pour les grandes entreprises. Je suis sorti de cette présentation encore plus optimiste (si c'est possible !) Amazon Web Services, aujourd'hui AWS n'existait pas il y a quatre ans ! AWS c'est :- 120 milliards d'objets stockés dans S3 (Simple Storage Services). Le «modèle économique» d’Amazon Web Services Werner Vogels a clairement présenté le fonctionnement économique d’Amazon Web Services, et c’est spectaculaire.

Le Cloud Computing, expliqué en 3 schémas Il ne se passe pas une semaine sans que j’anime un séminaire ou participe à une conférence dont le thème principal est le « Cloud Computing ». Que ce soit pendant une heure ou quatre jours, j’ai à chaque fois le même challenge, expliquer simplement cette profonde révolution. Je viens d’imaginer trois schémas qui ont comme ambition de faciliter cette compréhension du Cloud Computing, que ce soit par des professionnels de l’informatique ou des décideurs d’entreprise. Je vous en propose une première version et serait très attentif aux commentaires qui seront faits ; j’espère qu’ils m’aideront à les améliorer et les rendre de plus en plus pertinents, donc utiles à tous. Trois composants Ces schémas s’appliquent aux usages professionnels du Cloud Computing. Je les ai construits en m’appuyant sur les idées simples suivantes : Pour utiliser le Cloud Computing, une personne a besoin d’un « objet d’accès », qui sera le plus souvent un ordinateur portable, une tablette ou un smartphone. Résumé :

Comparatif des clouds : Google devance tous ses concurrents Le comparatif Cloud JDN / CloudScreener / Cedexis fait peau neuve. Aux côtés des indices de performance et de prix, il intègre désormais un indice de niveau de service. Le comparatif CloudScreener / Cedexis pour le JDN affine une nouvelle fois sa méthodologie dans l'optique de proposer un classement toujours plus représentatif de la réalité du terrain. En complément des indices historiques de performance technique et de prix, il intègre à l'occasion de cette nouvelle édition un indice de niveau de service. Conçu par CloudScreener, ce nouvel indice est calculé à partir de plusieurs critères : la capacités du cloud à monter en gamme (en termes de RAM et vCPU), sa présence géographique en matière de zones de disponibilité, ses engagements de disponibilité (SLA), sans oublier sa conformité avec les grandes certifications du marché. OVH est toujours en cours d'intégration dans le classement. Classement général SoftLayer, le cloud d'infrastructure d'IBM, fait son entrée dans le palmarès.

Le nuage informatique: un concept nouveau? Un concept en continuité avec les services Web et les architectures orientées vers les services, le « nuage informatique » promet beaucoup, mais devra surmonter certains défis avant de livrer toutes ses promesses. Le concept du « nuage informatique » (cloud computing, en anglais) fait beaucoup de vagues en ce moment. On parle d’un concept technologique d’avenir, qui va contribuer à rendre les technologies de l’information (TI) plus accessibles que jamais, tout en diminuant le fardeau financier assumé par les organisations utilisatrices. En vertu du concept du « nuage informatique » les ressources logicielles et matérielles sont fournies sous forme de services utilisables à distance. Les firmes d’analyse de marché s’entendent pour dire que 2009 sera une année importante pour l’adoption du concept par les organisations. Industrialisation accrue Limitations et défis Dans sa forme actuelle, le concept de « nuage informatique » ne recèle pas que d’avantages. Avec le service de nouvelles IDG

Cloud computing : les entreprises sur un petit nuage Le Cloud computing, késako ? L'idée est simple. Il s'agit d'offrir aux employés d'une boîte la possibilité de profiter partout où ils se trouvent des mêmes services qu'au bureau, via une simple connexion internet. Bien, mais en disant cela, on n'aura pas vraiment expliqué ce qui fait la vraie force du Cloud par rapport à une connexion depuis un serveur traditionnel. Indéniablement, l'avantage qu'offre cette technologie réside dans sa puissance. Un marché en pleine expansion Avec une croissance annuelle de 20 %, le Cloud est un secteur plus que prometteur. Mais les fournisseurs d'accès ne sont pas les seuls à s'ouvrir au Cloud. Concrètement, ces derniers pourront avoir accès à leur messagerie, agenda partagé, conférences web et tant d'autres services en un clin d'oeil, et tisser une relation réellement personnalisée, interactive, avec leurs collègues à l'aide de ces documents.

Sécurité des applications dans le cloud : une situation encore… nébuleuse Si la protection des réseaux et des infrastructures permettant de déployer des services de Cloud Computing est aujourd'hui l'un des points clés auxquels prestataires et clients prêtent particulièrement attention, il n'en va pas forcément de même pour la sécurité des applications qui y sont hébergées. A qui incombe la responsabilité de cette protection ? Comment la mettre en œuvre ? Il y a encore un peu de flou autour de ces questions.Il y a quelque temps, IBM a publié sur Twitter une infographie concernant la sécurité. En étudiant de près les statistiques (dont la plupart, soit dit en passant, proviennent d’une étude datant de 2011), j’ai noté l’affirmation suivante : « une entreprise moyenne subit 60.000 attaques par jour. »IBM précise que le terme « moyenne » doit être compris dans le contexte de son enquête, laquelle portait principalement sur des grands comptes. Réseau contre application

L'"informatique en nuages" s'envole Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Laurent Checola Plus de 2 milliards de photographies mises en ligne sur Flickr, 100 millions de clips vidéo disponibles chaque jour sur YouTube, 2 milliards de boîtes de courriels ouvertes en 2008... Si de tels services sont plébiscités des internautes, notamment grâce à l'essor des appareils mobiles, ils modifient en profondeur l'architecture du Web. Les millions d'octets de données auxquels accèdent les usagers ne sont en effet pas disponibles sur un ordinateur local, mais sur les serveurs des entreprises qui fournissent ces services : c'est le cloud computing, ou "informatique en nuages". Selon une récente étude de Pew Research Center, 69 % des internautes américains s'adonnent déjà à des activités liées au cloud computing, plébiscitant surtout la consultation des courriels et des albums de photographies en ligne. Pour permettre l'accès aux données "dématérialisées", une importante infrastructure est nécessaire.

Cloud computing : les conseils de la CNIL pour les entreprises qui utilisent ces nouveaux services L'expression " informatique en nuage " ou " Cloud computing " désigne le déport vers " le nuage Internet "* de données et d'applications qui auparavant étaient situées sur les serveurs et ordinateurs des sociétés, des organisations ou des particuliers. Le modèle économique associé s'apparente à la location de ressources informatiques avec une facturation en fonction de la consommation. La gamme d'offres correspondantes a connu un fort développement ces quatre dernières années, notamment au travers du stockage et de l'édition en ligne de documents ou même des réseaux sociaux par exemple. De nombreuses offres de services de Cloud computing sont désormais disponibles sur le marché, que ce soit pour l'hébergement d'infrastructures (IaaS – Infrastructure as a Service), la fourniture de plateformes de développement (PaaS – Platform as a Service) ou celle de logiciels en ligne (SaaS – Software as a Service). Une nécessaire clarification du cadre juridique

Il manque d'offre en particulier les clouds comme Open Nebula avec le projet Réservoir. ça reste cantonner à quelques acteurs by virtualdigit Jun 3

Related: