background preloader

"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout

"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout
Related:  Sudies about OGMArticles en français sur les OGM

OGM : 9 critiques et 9 réponses sur l'étude de Séralini Après la publication de l’étude de Gilles-Eric Séralini, première étude sur la vie entière de rats nourris au maïs NK 603 et qui fait apparaître la toxicité de cet OGM sur ces rats, de nombreuses critiques et questions se sont fait jour sur les conditions de réalisation de l’étude et sa crédibilité. Le Dr Joël Spiroux, co-auteur et directeur adjoint de l’étude, président du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendant sur le génie génétique), répond. Première critique : 200 rats est un trop faible échantillon pour une étude solide… - L'échantillon des 200 rats, 20 rats par lot, correspond au nombre de rats utilisé par Monsanto dans son étude sur trois mois. Le type de rats employé, les "Sprague-Dawley", est connu pour développer facilement des tumeurs… - Oui mais ce sont les lignées de rats utilisés dans le monde entier pour les recherches toxicologiques. En regardant de près, des rats mâles nourris au maïs OGM ne développent globalement pas plus de tumeurs que les témoins…

EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons ! (Cet article paraît dans le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre 2012) C’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine "Food and Chemical Toxicology" - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié. Lourdement toxique et souvent mortel Même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. En 2006, c’est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un ouvrage à paraître la semaine prochaine ("Tous cobayes !" Nom de code In Vivo Pathologies lourdes, tumeurs mammaires

OGM : "Inconscience ? Lâcheté ? Collusion criminelle ?" Professeur de biologie moléculaire et chercheur à l'Institut de Biologie fondamentale et appliquée de l'université de Caen, Gilles-Eric Séralini publie le 26 septembre "Tous cobayes!" (Flammarion), le résultat d'une étude menée dans le plus grand secret pendant deux ans sur deux cents rats nourris au maïs transgénique. Conclusion ? Un effet toxique de l'OGM avéré sur l'animal. Et des inquiétudes pour l'homme… Interview. Il y avait une méfiance diffuse de l’opinion sur l’impact des OGM pour la santé humaine. - Oui, nous venons de réaliser l'étude la plus longue et la plus détaillée au monde sur la toxicité d'un maïs transgénique et sur celle du Roundup, l’herbicide le plus utilisé qui soit. Le grand scandale, celui dont je ne me remets pas, c’est que les agences sanitaires n’ont jamais exigé des industriels une étude de toxicité de longue durée. > A lire : l'intégralité de l'interview de Gilles-Eric Séralini et du dossier "Oui, les OGM sont des poisons !" Téléchargez le magazine :

enjeux économiques Qu'est-ce qu'un OGM ? Vidéos Bibliographie Liens économique politique philosophique alimentaire environnement agricole juridique Agenda Brevets sur le vivant Pas d'OGM dans ma commune Communiqués de presse Tracts Articles Compte-rendus de conférences Culinaire Poétique Artistique Humoristique Erotique Objectifs Statuts Bilans Compte-rendus d'AG nous contacter Vous n'avez pas activé les javascripts (menu Preference/Avance). Vous trouverez sur cette page une liste de quelques enjeux de type économique des OGM pointant vers une page où le même enjeu est rédigé plus complètement. La coexistence entre cultures transgéniques et non transgéniques est-elle possible ? Les brevets sur le vivant associés aux OGM, outre qu'ils sont un moyen de stérilisation (juridique), engendrent des risques économiques d'origine dans ces brevets surtout pour les paysans. N'hésitez pas à nous soumettre un autre enjeu ! [Ramsay] Gavin Ramsay et al. >> entrée du répertoire Enjeux des OGM > page d'accueil du site OGM dangers

Une étude russe qui prouve que les OGM stériliseront l’humanité au bout de 3 Générations | Sortir du chaos et de l On soupçonnait déjà que la perte de la fertilité était au nombre des graves dégâts occasionnés, une étude récente va dans ce sens. Une étude qui, si elle n’est pas étouffée, pourrait avoir un grand impact sur les décisions à prendre à l’avenir! En 2009, près de 3% des terres agricoles étaient couvertes d’OGM avec 134 millions d’hectares, selon l’ISAAA, qui, chaque année, fait état des cultures des plantes transgéniques dans le monde. Et le dossier des OGM alimentaires – dont de très nombreuses pages restent encore floues à ce jour – pourrait bien s’alourdir prochainement alors qu’une nouvelle pièce en provenance de Russie est sur le point d’y être ajoutée. Celle-ci prend la forme d’une étude, dont les résultats les plus frappants viennent d’être présentés à la presse en Russie dans le cadre de l’ouverture dans ce pays des Journées de Défense contre les Risques Environnementaux. À la fin de cette première phase, l’ensemble des quatre groupes a eu en tout 140 petits. Like this:

Polémique sur les OGM : « Personne n'ose se confronter aux lobbys » ournaliste d'investigation, Marie-Monique Robin a notamment publié « Le Monde selon Monsanto » (Arte/La Découverte) et « Notre poison quotidien » (idem). Son film « Les moissons du futur » sera diffusé le 16 octobre sur Arte . « Sud Ouest Dimanche ». Vous avez beaucoup travaillé sur Monsanto, les OGM et l'agroalimentaire en général. Que vous inspire l'étude qui vient d'être publiée ? Marie-Monique Robin. C'est très important, car c'est seulement la deuxième analyse longue effectuée sur les OGM. ournaliste d'investigation, Marie-Monique Robin a notamment publié « Le Monde selon Monsanto » (Arte/La Découverte) et « Notre poison quotidien » (idem). « Sud Ouest Dimanche ». Marie-Monique Robin. Comment les pouvoirs publics ont-ils pu se contenter d'études à si court terme et, qui plus est, produites par le fabricant ? Revenons aux origines. On peut s'étonner de voir Auchan et Carrefour parmi les financeurs de cette étude… Une partie de la communauté scientifique affiche son scepticisme…

La confession-choc d'un célèbre écologiste devenu pro-OGM Temps de lecture: 4 min Si les aliments génétiquement modifiés vous font peur, Mark Lynas fait sans doute partie des gens que vous pouvez remercier. De son propre aveu, le dynamisme du mouvement anti-OGM, né au cours des années 1990, lui doit beaucoup et, en 2008, il expliquait encore comment l'égoïsme et la cupidité des multinationales du transgénique allaient mettre en péril la santé des humains et celle de la planète. Grâce aux efforts de Lynas et de ses homologues, tous les gouvernements du monde –en particulier ceux d'Europe de l'Ouest, d'Afrique et d'Asie– ont freiné les recherches sur les OGM et, à l'instar de Greenpeace, de nombreuses ONG ont banni tous les dons d'aliments génétiquement modifiés. Mais Lynas a changé d'avis –et il compte bien le faire savoir. Et comme on peut le voir dans cette vidéo et la retranscription qui l'accompagne, dès son préambule, il n'y est pas allé de main morte: «Je voudrais commencer par présenter mes excuses. Grande rigueur intellectuelle Torie Bosch

Organisme génétiquement modifié Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le GloFish, issu du poisson zèbre, est l'un des premiers animaux génétiquement modifiés vendus comme animaux de compagnie. Il a été obtenu par l'introduction d'un gène issu d'une méduse (transgénèse). Il s'agit donc d'un type d'OGM particulier : un organisme transgénique. Si certains OGM peuvent présenter des risques, principalement vis-à-vis de la santé (production de molécules non désirées) ou de l'environnement (dissémination non désirée de gènes), certaines organisations scientifiques internationales, et notamment le Conseil international pour la science, affirment que les OGM commercialisés ne sont pas dangereux pour la santé humaine, et que les risques de dissémination sont correctement contrôlés. Inexistantes en 1993, les surfaces cultivées OGM, représentent en 2011, selon l'ISAAA, une association non-gouvernementale de promotion des biotechnologies, 160 millions d’hectares[10], dont près de 50 % dans les pays en développement[10].

OGM - les pouvoirs publics savaient depuis plus de dix ans ! (vidéo 4’17) Autres articles En fait, un chercheur britannique nommé Arpad Pusztai avait déjà prouvé la nocivité des OGM il y a plus de dix ans ! Ce qui lui avait vallu d’énormes ennuis. Voici les preuves : Cela prouve aussi qu’en fait les pouvoirs publics savaient depuis longtemps. Note : Le 20 septembre 2012 à 4h du matin, heure française, l’article sur Arpad Pusztai du Wikipedia français ne parle pas de ses travaux sur les OGM. Par contre ils ont une ébauche d’article sur l’affaire Pusztai : Extrait : « En 1998, Árpád Pusztai, chercheur à l’institut de recherches Rowett, annonce publiquement, lors d’une interview à la télévision, que la consommation de ces pommes de terre OGM par des rats provoque une dépression de leur système immunitaire et un retard de croissance.

Santé : l'étude qui accable les OGM ccessible depuis hier après-midi sur le site du Criigen (1), une étude conduite par le professeur Gilles-Eric Séralini (université de Caen) affirme démontrer « les effets toxiques graves » du maïs OGM NK 603 et du Roundup, « l'herbicide le plus vendu au monde », développés par le géant américain de l'agrochimie Monsanto. L'étude repose sur « des tests effectués sur 200 rats, pendant deux années sur plus de 100 paramètres ». Les résultats, publiés dans la revue américaine « Food and Chemical Toxicology » révèlent « des mortalités plus rapides et plus fortes au cours de la consommation de chacun des deux produits ». Effet possible sur l'homme Les femelles, résume une courte synthèse des travaux, « développent des tumeurs mammaires importantes et en grand nombre », ainsi que des « perturbations hypophysaires et rénales ». Bové à l'offensive L'annonce de ces résultats a suscité des commentaires des plus enthousiastes aux plus prudents. Audition au HCB

Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants Edifiant. Une nouvelle étude scientifique menée sur des rats de laboratoires pendant deux ans montre les conséquences gravissimes sur la santé provoquées par la consommation d’un maïs OGM, le NK 603 de Monsanto résistant à l’herbicide Round Up. Le professeur de biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini a mené cette étude dans le plus grand secret. D’abord afin de se procurer les semences OGM nécessaires à ses expérimentations. Et ensuite pour éviter que les puissants intérêts des industriels des biotechnologies fassent tout pour atténuer la publication de ces résultats fracassants. © Dean Sewell / Greenpeace La menace est là, bien réelle en France aussi Le maïs OGM NK 603 peut être présent dans l’alimentation animale (destinée au bétail notamment) mais aussi dans des aliments vendus directement aux consommateurs. L’EFSA doit cesser d’être l’antichambre des industriels des biotechnologies. La complaisance doit cesser !

Related: