background preloader

"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout

"Oui, les OGM sont des poisons !" : l'étude qui change tout

http://www.youtube.com/watch?v=ZcmIQDdHLsw

Related:  OGMSudies about OGMArticles en français sur les OGM

Bruxelles analyse l'étude sur les OGM et en tirera les conséquences La Commission européenne a annoncé, mercredi 19 septembre, avoir demandé à l'agence chargée de la sécurité des aliments en Europe d'examiner les résultats d'une étude démontrant la toxicité des OGM pour la santé et a promis d'en "tirer les conséquences". "Nous n'avons pas lu l'étude, mais nous allons le faire et nous avons demandé à l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) de se saisir du dossier", a déclaré Frédéric Vincent, porte-parole du commissaire européen à la Santé, John Dalli, chargé du dossier des autorisations de mise en culture et de commercialisation des OGM. "Si des faits scientifiques nouveaux sont démontrés, nous en tireront les conséquences", a-t-il assuré.

EXCLUSIF. Oui, les OGM sont des poisons ! (Cet article paraît dans le "Nouvel Observateur" daté du 20 septembre 2012) C’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine "Food and Chemical Toxicology" - une référence en matière de toxicologie alimentaire - en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l'université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié.

OGM : "Inconscience ? Lâcheté ? Collusion criminelle ?" Professeur de biologie moléculaire et chercheur à l'Institut de Biologie fondamentale et appliquée de l'université de Caen, Gilles-Eric Séralini publie le 26 septembre "Tous cobayes!" (Flammarion), le résultat d'une étude menée dans le plus grand secret pendant deux ans sur deux cents rats nourris au maïs transgénique. Conclusion ? Un effet toxique de l'OGM avéré sur l'animal. Et des inquiétudes pour l'homme… Interview. Il y avait une méfiance diffuse de l’opinion sur l’impact des OGM pour la santé humaine. OGM : 9 critiques et 9 réponses sur l'étude de Séralini Après la publication de l’étude de Gilles-Eric Séralini, première étude sur la vie entière de rats nourris au maïs NK 603 et qui fait apparaître la toxicité de cet OGM sur ces rats, de nombreuses critiques et questions se sont fait jour sur les conditions de réalisation de l’étude et sa crédibilité. Le Dr Joël Spiroux, co-auteur et directeur adjoint de l’étude, président du Criigen (Comité de recherche et d’information indépendant sur le génie génétique), répond. Première critique : 200 rats est un trop faible échantillon pour une étude solide… - L'échantillon des 200 rats, 20 rats par lot, correspond au nombre de rats utilisé par Monsanto dans son étude sur trois mois.

Séralini: «Qu'on décortique les études de Monsanto comme les miennes» Le Parisien | «Là on comprendra que les études qu'ils ont faites sont carrément insuffisantes avec une puissance statistique qui, je vous le promets, sera encore inférieure à la nôtre. Il ne faut pas prendre la santé des enfants en otage», a-t-il déclaré. «Les études de Monsanto qui ont permis des mises sur le marché sont gardées secrètes tandis que les nôtres, on les décortique jusqu'à la mœlle. Moi, mes tests, pour l'instant, n'ont servi ni à l'autorisation ni à l'interdiction des produits, rappelle l'universitaire.

Polémique sur les OGM : « Personne n'ose se confronter aux lobbys » ournaliste d'investigation, Marie-Monique Robin a notamment publié « Le Monde selon Monsanto » (Arte/La Découverte) et « Notre poison quotidien » (idem). Son film « Les moissons du futur » sera diffusé le 16 octobre sur Arte . « Sud Ouest Dimanche ». Vous avez beaucoup travaillé sur Monsanto, les OGM et l'agroalimentaire en général. Que vous inspire l'étude qui vient d'être publiée ? Marie-Monique Robin. C'est très important, car c'est seulement la deuxième analyse longue effectuée sur les OGM.

La confession-choc d'un célèbre écologiste devenu pro-OGM - A DeWitt, dans l'Iowa, en juin 2012. REUTERS/Adrees Latif. - Si les aliments génétiquement modifiés vous font peur, Mark Lynas fait sans doute partie des gens que vous pouvez remercier. Une étude russe qui prouve que les OGM stériliseront l’humanité au bout de 3 Générations On soupçonnait déjà que la perte de la fertilité était au nombre des graves dégâts occasionnés, une étude récente va dans ce sens. Une étude qui, si elle n’est pas étouffée, pourrait avoir un grand impact sur les décisions à prendre à l’avenir! En 2009, près de 3% des terres agricoles étaient couvertes d’OGM avec 134 millions d’hectares, selon l’ISAAA, qui, chaque année, fait état des cultures des plantes transgéniques dans le monde. Et le dossier des OGM alimentaires – dont de très nombreuses pages restent encore floues à ce jour – pourrait bien s’alourdir prochainement alors qu’une nouvelle pièce en provenance de Russie est sur le point d’y être ajoutée.

Où sont les OGM dans l'alimentation humaine  ? • Trouve-t-on des OGM dans notre alimentation ? «Le seul OGM autorisé à la consommation humaine en tant que tel est le maïs doux», rappellent les ministères de l'Agriculture et de l'Environnement. On peut en revanche trouver des OGM dans l'alimentation en France sous forme d'ingrédients ou d'additifs issus de maïs, de colza, de soja ou encore de betterave. Ce peut-être la farine de maïs dans le pain ou les céréales de petit déjeuner, mais aussi les dérivés de l'amidon de maïs que l'on retrouve dans des barres de céréales, des potages, des biscuits apéritifs… ou encore des protéines de soja dans les plats cuisinés. Les OGM peuvent se retrouver également dans des huiles de soja ou de colza… Le caractère génétiquement modifié doit apparaître sur l'étiquette des produits, à moins qu'il s'agisse d'une présence fortuite ; la teneur en OGM doit alors être inférieure à 0,9 %.

Santé : l'étude qui accable les OGM ccessible depuis hier après-midi sur le site du Criigen (1), une étude conduite par le professeur Gilles-Eric Séralini (université de Caen) affirme démontrer « les effets toxiques graves » du maïs OGM NK 603 et du Roundup, « l'herbicide le plus vendu au monde », développés par le géant américain de l'agrochimie Monsanto. L'étude repose sur « des tests effectués sur 200 rats, pendant deux années sur plus de 100 paramètres ». Les résultats, publiés dans la revue américaine « Food and Chemical Toxicology » révèlent « des mortalités plus rapides et plus fortes au cours de la consommation de chacun des deux produits ». Effet possible sur l'homme Les femelles, résume une courte synthèse des travaux, « développent des tumeurs mammaires importantes et en grand nombre », ainsi que des « perturbations hypophysaires et rénales ».

Nocivité des OGM pour la santé : de nouveaux résultats accablants Edifiant. Une nouvelle étude scientifique menée sur des rats de laboratoires pendant deux ans montre les conséquences gravissimes sur la santé provoquées par la consommation d’un maïs OGM, le NK 603 de Monsanto résistant à l’herbicide Round Up. Le professeur de biologie moléculaire Gilles-Eric Séralini a mené cette étude dans le plus grand secret. D’abord afin de se procurer les semences OGM nécessaires à ses expérimentations. Et ensuite pour éviter que les puissants intérêts des industriels des biotechnologies fassent tout pour atténuer la publication de ces résultats fracassants. © Dean Sewell / Greenpeace

Related: