background preloader

Camp de Guerre des Machines du Moyen-age à Larressingle Gers Gascogne Midi-Pyrénées Site de Loisir Touristique Médiéval

Camp de Guerre des Machines du Moyen-age à Larressingle Gers Gascogne Midi-Pyrénées Site de Loisir Touristique Médiéval
Related:  Machines de guerre Moyen-AgeGuerre et Chevalerie au Moyen Agemachine de guerre

Les machines de guerre du Moyen Age Histoire - Cinquième La guerre de siège au Moyen-Age Comment prendre un château ou une ville au Moyen Age ? La seule méthode pour prendre une ville ou un château qui ne veut pas se rendre, est de l'assiéger. Il s'agit de l'encercler et de couper tous ses liens avec l'extérieur et surtout avec son territoire agricole afin d'empêcher son approvisionnement en nourriture et d'affamer la population. Dans le même temps, il faut soumettre la place assiégée à une série d'assauts et de bombardements qui vont user ses moyens de défense matériels et humains, et l'épuiser petit à petit. La ruse est aussi un excellent moyen de prendre une ville. Les techniques et les machines de siège : Retour

Représentation de la guerre au Moyen Âge L’histoire du Moyen Âge peut se résumer en partie à la grandeur et à la décadence des chevaliers en armes. Pour affermir leur autorité ou pour défendre les frontières, le Moyen Âge fut régulièrement en guerre. L’évolution de l’armement offensif et défensif est parfaitement connue grâce à un grand nombre de documents iconographiques, notamment les enluminures qui sont de véritables trésors à explorer. Qu’ils soient à pied ou à cheval, les guerriers portent en tête le heaume. Les joutes et les tournois, jeux guerriers Avec le tournoi, nous pénétrons dans l’univers militaire de la chevalerie : les joutes constituent une sorte de répétition générale pour la guerre. arènes tout aussi sanglantes qu’un vrai champ de bataille. Les joutes durent plusieurs jours, entrecoupées de banquets, de chants, de danses et de musique. A l’issue de ces joutes, ce sera le véritable « tournoi », qu’on appelle également le « combat à la française ». Les châteaux

Moyen Age: les machines de guerre Le plus puissant appareil de siége capable de projeter a 200 mètres des boulets de plus de 100 kilos. Des reconstitutions réalisées au Loch Ness ont montré son efficacité et sa précision La performance vient d’un contrepoids articulé. Celui-ci était chargé de pierre ou de plomb Tir d’un couillard Sa construction à deux contrepoids lui vaut son appellation La photo de coté ne permet pas de les distinguer Cet engin de construction plus simple remplacera le trébuchet. La réalisation des projectiles : boulets étaient pour les plus importants taillés dans de la pierre Une pierre identique a la pierre une forteresse a détruire donnait une meilleure efficacité Pour les engins plus légers des boulets composites étaient réalisés pierre, chaux, sable Un lit de paille ou de foin permettait de caller le boulet dans la fronde Ou voir des reconstitutions ? En savoir plus Les machines de guerre au Moyen Age Edition Ouest-France Oeuvre de Viollet le duc : Encyclopédie médiévale Bonne visite

de 1380 à 1453 La cité médiévale de Provins, site officiel de l'office de tourisme engins de guerre Il existe une grande quantité d'engins d'attaque: les uns sont mus par des contrepoids comme les trébuchets, les mangonneaux; d'autres par la tension de cordes, de nerfs, de branches, de ressorts de bois ou d'acier, comme les caables, maleveisines (ou male-voisines), les pierrières; d'autres par leur propre poids et l'impulsion des bras, comme les moutons, béliers, bossons. La baliste (caable, pierrière) Les pierres sont lancées par la force de la verge (A) dont l'extrémité inférieure passe dans un faisceau de cordes tordues au moyen de clefs (B) et de roues à dents (C) arrêtées par des cliquets. Pour renforcer la rapidité de mouvements, des ressorts en bois et nerfs entourés de cordes, en forme d'arc (D), forçaient la verge à venir frapper violemment la traverse (E). La verge était ramenée à l'horizontale grâce au treuil (F) et un homme tirait sur la corde (H) pour tirer. On pouvait régler la force du tir en ajoutant plus ou moins de fourrures en dedans de la traverse (E) et sur la verge.

La pratique de la guerre au Moyen Âge : combats et systèmes militaires « Le blogue de Carl Pépin, Ph. D., historien Introduction Combat d'infanterie au Moyen Âge. Écrire sur la pratique de la guerre au Moyen Âge constitue un exercice somme toute difficile à accomplir, ne serait-ce parce qu’il faut couvrir environ mille ans d’histoire militaire, le tout condensé en un texte de quelques milliers de mots seulement. À cet égard, ces découpes historiographiques de la période demeurent évidemment arbitraires, dans la mesure où il est difficile d’établir des généralisations (chaque société et civilisation étant distinctes par principe, mais interconnectées dans la pratique). De la chute de l’Empire romain Le premier point que nous pouvons souligner, même s’il s’agit d’une évidence à première vue, est à l’effet que les phases initiales de la pratique de la guerre en Europe de l’Ouest médiévale s’inscrivent dans le contexte de la désintégration progressive de l’autorité romaine dans les siècles qui suivirent la chute officielle du Bas-Empire en 476. Représentation d'un soldat franc (début Xe siècle).

Les machines de guerre Je crois qu'il s'agit de celui-ci non ? BEFFEYTE Renaud (1), Les machines de guerre au Moyen Age, "Patrimoine", Ouest-France, Rennes, 2000, 31 p. De la pierrière au trébuchet, de la fronde à l'arbalète, les techniques et les outils de guerre du Moyen Age n'auront plus aucun secret pour le lecteur. Renaud Beffeyte, spécialiste en matière de construction et de géométrie médiévale, nous présente l'évolution historique et géographique des machines et armes de guerre et nous initie au remarquable savoir-faire des hommes dans le domaine de la logistique militaire de l'époque. Le texte parfois remanié de ce livre est aussi accessible sur le net à l'adresse suivante : (1) BEYFETTE Renaud, référence dans le domaine de la construction médiévale, dirige une entreprise de charpente traditionnelle spécialisée dans la restauration du patrimoine.

LA BATAILLE DE FORMIGNY Châteaux de France Artillerie médiévale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'artillerie médiévale regroupe les armes lourdes employées au Moyen Âge. Suivant les périodes, trois classes principales d'armes se côtoient : les armes à torsion appelées aussi machines à ressort, les armes à balancier et enfin les armes à feu. Principe général[modifier | modifier le code] Quel que soit le type de l'arme employée, le but est d'emmagasiner de l'énergie pour ensuite la libérer brutalement. Armes à torsion[modifier | modifier le code] Baliste Armes à balancier[modifier | modifier le code] Armes à traction[modifier | modifier le code] Armes à contre-poids[modifier | modifier le code] Tir réel d'un Couillard, appelé aussi biffa au Château de Calmont d'Olt, Aveyron Par la suite, les dimensions de la machine grandissent et la masse du contre-poids augmente. Pour synthétiser l'ensemble des renseignements sur ces engins de guerre, voici un tableau qui compare les caractéristiques de chacune de ces armes à contre-poids :

Guerre au Moyen Âge Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Soldats normands du XIe siècle Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code] La guerre au temps de Clovis[modifier | modifier le code] Lire origines de l'Ost. L'armement des Germains[modifier | modifier le code] Les armes des peuples germaniques sont bien connues des historiens, grâce aux découvertes archéologiques : dans presque toutes les sociétés germaniques, le guerrier se fait enterrer en armes. Les temps féodaux (Xe-XIVe siècles)[modifier | modifier le code] taire à leur seigneur. Les Croisades[modifier | modifier le code] Fortifications médiévales[modifier | modifier le code] L'« Art de la guerre » au Moyen Âge[modifier | modifier le code] La guerre de siège[modifier | modifier le code] L'apparition des armes à feu[modifier | modifier le code] Les institutions militaires dans la vie sociale au Moyen Âge[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Histoire de l'« Art de la guerre »[modifier | modifier le code] Notes.

Chat (machine de guerre) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Voir Poliorcétique#Le siège à l’époque médiévale. Portail de l’histoire militaire Chevalerie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le mot chevalerie est un dérivé du mot cheval, lui-même du bas latin caballus, « mauvais cheval » (à distinguer du latin classique equus), dont les mots « cavalerie » et « cavalier » sont aussi dérivés. Le terme sous-entend une forte distinction entre les chevaliers, combattants professionnels d'élite montés à cheval, et les paysans et les bourgeois, souvent considérés comme médiocres combattants, qui fournissaient la masse de l'infanterie, et, plus tard, de l'artillerie. Historique[modifier | modifier le code] Parallèlement, le titre de chevalier se banalisait, étant acquis, moyennant finances, par les bourgeois enrichis des villes devenues prospères, et ne devenait plus guère qu’un terme honorifique. Cependant, à la même époque apparaissaient les ordres de chevalerie au rôle essentiellement politique. Origines[modifier | modifier le code] Essor de la chevalerie au XIe siècle[modifier | modifier le code] Chevalier faisant la cour à sa dame.

Related: