background preloader

Le nouveau Traité européen (TSCG) expliqué en quelques minutes

Le nouveau Traité européen (TSCG) expliqué en quelques minutes
Related:  Vidéos / Documentaires Economie

Entretien avec Olivier Berruyer : La fin d'un monde Nigel Farage: Tenteranno di instaurare una dittatura Con i crescenti timori riguardo la stabilità dell’eurozona, l’Unione Europea si trova davanti al baratro. Ecco una intervista a Nigel Farage, in cui possiamo sentire la sua opinione riguardo la situazione. Farage sostiene, che nel giro di pochi mesi, si tenterà di imporre una dittatura in Europa.”Francamente, tutto sta cadendo in pezzi. E nel bel mezzo di questa baraonda, la signora Merkel se ne esce dicendo: ‘Il trattato fiscale non può essere rinegoziato, va mantenuto.’ Spero che questo sia uno dei rari casi di umorismo tedesco, perché la baracca non reggerà a lungo. Nigel Farage continua: “Credo che l’euro e il sistema euro siano a conti fatti, la più profonda crisi che abbiamo visto.

Pourquoi la fondation Gates finance Total, Coca et McDo Où les bons samaritains placent-ils leur argent ? Chez McDo, BP, Coca-Cola, Exxon Mobil et même dans une société de prisons privées. C’est ce qu’ont découvert les journalistes du magazine américain Mother Jones en épluchant la déclaration fiscale 2012 (en pdf) de la fondation Bill et Melinda Gates. Officiellement, les 36 milliards de dollars (26,24 milliards d’euros) de cet empire aussi riche que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sont censés « lutter contre la faim et l’extrême pauvreté ». Dans le détail, 3 milliards (2,7 milliards d’euros) vont aux géants du fast-food et des boissons gazeuses. De même, alors que la fondation présente le réchauffement climatique comme « un enjeu majeur », elle place près de 750 millions de dollars (544 millions d’euros) chez les pétroliers et autres spécialistes des sables bitumineux. Sylvain Lefèvre est chercheur à la chaire de responsabilité sociale et de développement durable de l’université du Québec à Montréal (UQAM). C’est déjà arrivé.

Traité européen: Règle d'or, effort sur la dette et processus de contrôle Combattu par l'extrême gauche, l'extrême droite, une partie du PS et de l'UMP, le traité européen devrait pourtant être ratifié. Mais qu'est-ce que cela changera pour la France? Eléments de réponse. L'instauration d'une «règle d'or» Le traité instaure en fait une règle d'or très légèrement assouplie. Réduction de la dette Ce nouveau traité réaffirme le principe que la dette des Etats ne peut être supérieure à 60% du PIB. Un mécanisme de contrôle Pour éviter tout dérapage, la France va créer un Haut Conseil des finances publiques de huit membres chargé d'alerter le gouvernement si les finances entrent dans le rouge au cours de l'année. Le risque de sanctions En cas de non-respect, des sanctions peuvent être décidées au niveau européen. Matthieu Goar Un processus en cours Treize Etats de l'UE, dont neuf membres de la zone euro, ont aujourd'hui ratifié le pacte budgétaire.

TSCG - Une playlist sur Dailymotion Dailymotion Sign in Playlist created by Mediapart | 11 videos Le débat TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (Bonus finances publiques) Create a Videozap Create a Videowall Create a Jukebox Grid List now playing Le débat TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (Bonus finances publiques) By Mediapart Le débat du TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (3/3) TSCG-Debat Trautmann Romagnan 3 TSCG-Debat Trautmann Romagnan 2 TSCG-Debat Trautmann Romagnan 1 TSCG : Cazeneuve - Joly, leurs désaccords sur le pacte budgétaire Bernard Cazeneuve sur les 3% de déficit Bernard Cazeneuve pour un "nouveau traité" européen Joly-Cazeneuve : la majorité et le TSCG Le débat du TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (2/3) Le débat TSCG: Pierre Laurent - Karine Berger (1/3) Added by Mediapart last year 625 views 564 views Débat entre deux socialistes en désaccord sur le TSCG : l'eurodéputée Catherine Trautmann le défend tandis que la députée nationale Barbara Romagnan s'y oppose. 355 views 361 views 887 views 554 views 250 views 224 views

TSCG : Non au "Traité de l'austérité" ! Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Alain Bocquet, André Chassaigne, députés L’adhésion de François Hollande au "pacte Merkozy" est l’acte fondateur de sa présidence. Il s'agit d'un acte grave. Le candidat du même nom s’était engagé à renégocier ce "Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance" (TSCG). Ce renoncement menace de compromettre la réalisation du "changement" promis pendant la campagne présidentielle. Le débat sur la ratification du TSCG intervient vingt ans après un autre moment fort : le référendum sur le traité de Maastricht. Telle est la signification profonde du TSCG, sigle dont la technocratie a le secret et qui masque mal ce qu’il est clairement : un "Traité de l’austérité". La rigueur de ce pacte budgétaire contraste avec la faiblesse du pseudo-"pacte de croissance" promis par le président de la République.

Vandana Shiva : « Le libre-échange, c’est la dictature des entreprises » Basta ! : Les combats que vous menez sont liés à la souveraineté – alimentaire, sur les terres, l’eau, les semences. Qu’est-ce que la souveraineté ? En quoi est-ce un enjeu majeur du 21e siècle ? Vandana Shiva : La redéfinition de la notion de « souveraineté » sera le grand défi de l’ère post-globalisation. Pour garantir cette souveraineté, faut-il fermer davantage les frontières ? Aucune frontière n’est jamais totalement fermée. Nous ne disons pas « non au commerce », mais « non au commerce dérégulé ». Le protectionnisme peut-il être une solution face à cette exploitation du vivant, en empêchant les multinationales d’avoir accès à ces ressources qu’elles exploitent ? Tout comme nous devons redéfinir la notion de souveraineté, nous devons repenser la notion de protectionnisme. La protection de nos paysans est un « protectionnisme vital ». Vous écrivez que « le libre-échange est un protectionnisme pour les puissants ». Il y a deux types de biens communs. Vidéo : Nadia Djabali

Violences en Europe : feu de paille ou début d'une révolte ? Atlantico : On assiste à des défilés massifs au Portugal et en Espagne ou encore en Grèce où policiers et manifestants s'affrontent. Les plans d'austérité imposés par l'Union européenne soulèvent une vague de contestation montante. En exigeant l’austérité, l’Europe va-t-elle mener à une révolution des peuples ? Christophe Bourseiller: Révolte n'est pas forcément révolution. Deux facteurs rendent possible une crise sociale : une paupérisation brutale de la population, à laquelle s’ajoute une variable incontrôlable : le possible éclatement d’une colère collective. Pour l'heure, ces fulgurances n'ont pas débouché sur des processus révolutionnaires, mais sur des crises politiques aboutissant à des changements de gouvernements. La cohésion européenne est-elle directement menacée ? Il est certain que la totalité des mouvements sociaux se dresse contre ce qui est perçu comme une série de "diktat" de la Commission européenne. Il y a un désaccord croissant entre les élites et les peuples.

L’économie décolle sur ARTE › Temps forts Du 7 octobre au 4 novembre, ARTE explore toutes les facettes de l’économie moderne : mainmise du capitalisme financier sur la production, évolution des modèles économiques, blanchiment d’argent, alternatives à la croissance… Des patrons et des hommes « Fortunes et bijoux de famille » - Mardi 7 octobre à 20h50.Les belles années du capitalisme productiviste et glorieux. C’est l’époque de l’Etat-Providence en France et du miracle économique allemand. Mais, déjà le doux parfum de l’argent étend son pouvoir, des réseaux de financement occulte se constituent pour lubrifier les échanges et obtenir les commandes publiques nécessaires. « Capitalistes sans entreprises » - Mardi 7 octobre à 22h05. Le capitalisme « Adam Smith : à l’origine du libre marché ? « La richesse des Nations, nouvel évangile ? « Ricardo et Malthus, vous avez dit liberté ? « Et si Marx avait raison ? « Keynes / Hayek, un combat truqué ? l’économie collaborative « Echange, troc et partage, bien plus qu’une mode ?

La Grèce et l’occupation par les forces du IIIe Reich (1941-1944). Quels dédommagements? La dette de qui envers qui? La frégate de la marine de guerre allemande Lübeck dans le canal de Corinthe en 2005. En octobre 1944, la Wehrmacht en retraite avait fait sauter le canal. Il fallut des années pour le déblayer et le rouvrir. L’Allemagne n’a payé à la Grèce que la soixantième partie (soit 1,67%) de ce qu’elle lui doit comme réparation des dévastations de l’occupation entre 1941 et 1944. Le reliquat encore dû équivaut, en valeur actualisée à l’année 2010, approximativement au montant du deuxième programme de coupes budgétaires du gouvernement Papandréou de juin 2011. Or, aujourd’hui, un nouveau transfert de richesse combiné avec une exploitation rude des salarié·e·s de Grèce est à l’œuvre. Puis à la question portant sur le rôle des consultants, il répond, sans préciser les montants versés à ces derniers: «UBS s’occupe entre autres de la cession de la compagnie grecque du gaz. Le journaliste, audacieux, insiste: «L’êtes-vous vraiment? 1. 2. 3. 4. Mais le principal butin fut le tabac. 5. 6. 7. 8. 9.

Effort historique de rigueur budgétaire en 2013 pour revenir aux 3% Les Français seront soumis en 2013 à une cure de rigueur historique pour ramener le déficit public à 3% du PIB, au prix d'un effort de 36,8 milliards d'euros dont 24 milliards de hausses d'impôts, selon le projet de budget présenté vendredi. Effort "le plus important depuis l'après-guerre", "sans précédent", "inédit": la majorité de gauche, qui critiquait lorsqu'elle était dans l'opposition le principe même de l'austérité en période de croissance atone et de chômage élevé, s'y est finalement résolue pour son premier budget. Même si les mots austérité et rigueur restent officiellement bannis. Le président François Hollande a salué un "budget porteur de redressement". Pour le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, il s'agit d'un "budget de combat pour la justice sociale", "pour la croissance, la préparation de l'avenir". Très sévère, l'ancienne ministre UMP du Budget Valérie Pécresse a estimé au contraire qu'il "augmentera le chômage et ne ranimera pas la croissance". Bouclier fiscal

Espagne : « Ils veulent revenir au temps de Franco » dénonce le premier syndicat de policiers « histoireetsociete Espagne : « Ils veulent revenir au temps de Franco » dénonce le premier syndicat de policiers Suppressions de droits syndicaux, quotas d’arrestations illégales à respecter, protocoles et uniformes inspirés de l’armée… Le premier syndicat de policiers espagnols – le Syndicat unifié de la police – dénonce une tentative de militarisation de leurs missions et de leur corporation. Son secrétaire général exprime également son soutien au mouvement des indignés. « Ils veulent revenir au temps de Franco. « Attirail nazi » D’abord, l’entrée en vigueur de nouvelles règles protocolaires. Mais c’est surtout la suppression, dans la « Loi du personnel de la police », de tout un chapitre consacré au droit d’information et de négociation collective qui a déclenché la sonnette d’alarme. Violations de droits civiques José Manuel Sánchez Fornet évoque même pour son syndicat la possibilité de « retourner dans la clandestinité ». Des policiers soutiennent les « indignés » Source : Bastamag

Related: