background preloader

Open Data : Europeana ouvre les données de 20 millions d'oeuvres

Open Data : Europeana ouvre les données de 20 millions d'oeuvres
Europeana, la médiathèque co-financée par l'Union Europénne, a annoncé mercredi la mise en ligne d'un ensemble de métadonnées couvrant 20 millions d'oeuvres numérisées, sous une licence gratuite qui autorise toute forme d'exploitation. Excellente nouvelle pour les développeurs, et pour les amateurs d'art. Alors qu'en France les données culturelles sont exclues du champs des données devant être offertes librement au public, Europeana a annoncé mercredi l'ouverture de ses métadonnées couvrant 20 millions d'oeuvres référencées, dans 29 langues. Les données accessibles via une API sont publiées sous une licence Creative Commons CC0, la plus généreuse de toutes, qui autorise quiconque à exploiter l'ensemble gratuitement, y compris à des fins commerciales, sans aucune restriction. Lancé en novembre 2008, Europeana met en ligne des oeuvres numérisées issues de différents musées, bibliothèques, archives et collections audiovisuelles européennes. Lire L'Assemblée nationale se met à l'Open Data

http://www.numerama.com/magazine/23701-open-data-europeana-ouvre-les-donnees-de-20-millions-d-oeuvres.html

Related:  open art / open culture

Fêter le patrimoine, mais laisser disparaître le domaine public Ce week-end, nous célébrons donc les Journées européennes du patrimoine, et vous serez des milliers et des milliers à aller visiter des monuments et des lieux de culture en France. Il faudrait sans doute s’en réjouir, mais je n’y arrive pas. Vraiment pas… Car voyez vous, ces journées sont celles du Patrimoine, mais pas celles du domaine public. OpenData : Bouches-du-Rhône Tourisme a déjà attiré 10 000 internautes Depuis son lancement en avril 2012, le site a attiré 10 000 visiteurs - Capture d'écran Depuis que Bouches-du-Rhône Tourisme a libéré ses données touristiques, en avril 2012, le site data.visitprovence.com compte 10 000 visiteurs, plus de 4 000 téléchargements et 2 créations numériques développées à partir des informations présentées. Par ailleurs, afin de faciliter la mise à jour, le CDT a mis en place, en partenariat avec Microsoft, un système qui permet d'accéder aux données via une API sur le portail OGDI DataLab. Et, pour pousser les internautes à développer des application numériques ou des sites web, le CDT lance une opération de sponsoring OpenData.

L'Open data Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? J'ai des fonctions associatives à Rennes : Président de l'association BUG , qui intervient depuis 1996 dans le champ de l'innovation sociale et numérique et qui fait partie des fondateurs de l'association Cantine Numérique Rennaise , dont je suis vice-président. Avant tout, dans mon parcours professionnel comme associatif j'ai toujours travaillé autour des questions du numérique, son impact, ce qu'il change du point de vue économique, sociétal, et technologique. Ce livre est mon premier.

Ceci est une Révolution : ce que l'Open Source a changé Logiciel libre et open source Revenons aux origines. Le logiciel libre est imaginé dans les années 80 par Richard Stallman. Open GLAM, la culture ouverte Le réseau Open GLAM (Galleries, Libraries, Archives and Museums) veut libérer le contenu des musées, bibliothèques et autres institutions culturelles. Dans le petit monde de l'Open Data, un concept encore un peu "geek" qui aspire à l'ouverture des connaissances et des données, la culture n'est pas un domaine souvent abordé. Mais les organisateurs de l'Open Knowledge Festival, qui se tient actuellement à Helsinki, ont voulu changer cela en planifiant jeudi une conférence sur la libération des oeuvres culturelles et leur accessibilité en ligne. "Il y a trois milliards d'heures chaque année qui sont gaspillées sur Internet par les habitants de la Terre, et qui pourraient être utilisées pour des activités culturelles par exemple", explique Michael Edson, directeur de la stratégie numérique pour la très prestigieuse Smithsonian Institution (Washington).

Et si Albrecht Dürer avait eu un Tumblr ? Un détour par la Renaissance, quand les œuvres des artistes étaient recopiées par la gravure : voici ce que nous propose Calimaq dans cette chronique pour mieux éclairer les problèmes actuels du droit d'auteur. Et in fine trouver des pistes de solutions pour réconcilier tous les partis. Imaginons un instant que le peintre et graveur Albrecht Dürer soit soudainement transporté depuis la Renaissance jusqu’à notre époque et que pour diffuser ses œuvres, il décide d’ouvrir un profil sur la plateforme de microbbloging Tumblr… L’hypothèse peut paraître un brin saugrenue, mais une telle manipulation de l’espace-temps constituerait une expérience fascinante. Car Dürer fut l’un des artistes les plus copiés en son temps et il était particulièrement susceptible vis-à-vis des reproductions de ses créations réalisées sans autorisation, notamment ses gravures. Malheur à toi, voleur du travail et du talent d’autrui. Garde-toi de poser ta main téméraire sur cette œuvre.

Les déplacements intelligents à l'heure de l'Open Data ciblés par OBS et la Société Générale le 17/09/2012, par Quentin Renard, Terminaux et Systèmes, 689 mots ALD Automotive, filiale de la Société Générale, s'associe à Orange Business Service afin de proposer un assistant de mobilité personnel et intelligent. L'application permet aux salariés de gagner du temps de trajet ou de réduire l'impact écologique de leurs déplacements en puisant aux meilleures sources de données. L’open data en bibliothèque départementale La bibliothèque départementale de Saône-et-Loire est le premier réseau rural à participer au mouvement de l’open data, dont nous avons déjà souligné le caractère fondamental pour rendre nos missions de service public et concourir à la diffusion de la connaissance. Après avoir abordé l’open data dans une très grande structure avec Frédéric Blin de la BNU de Strasbourg, nous nous entretenons donc avec Jérôme Triaud, conservateur des bibliothèques, directeur de la lecture publique de Saône-et-Loire. Jérome Triaud RM : La direction de la lecture publique de la Saône-et-Loire met ses données à disposition de tous dans le cadre de l’open data : pouvez-vous nous expliquer comment la décision à été prise ? Jérôme Triaud : Comme vous le savez, le département de Saône-et-Loire a été le premier département français à s’inscrire dans ce vaste mouvement de libération de données.

Le gouvernement recommande l’utilisation de logiciels libres Voici une bonne nouvelle pour les défenseurs des logiciels libres. Le 19 septembre 2012, le premier ministre Jean-Marc AYRAULT a diffusé une circulaire qui vise à encourager l'adoption de logiciels libres dans les administrations publiques françaises. Ce document, qui fait 19 pages, nous explique dans un premier temps ce que sont les logiciels libres (section 2, page 5) et nous détaille ensuite (section 3.1, page 7) les avantages qu'ils peuvent apporter dans le contexte public : Internet ravit la culture En créant une zone de réappropriation illimitée des contenus, le web ouvre la voie au remix populaire de la culture. Un fait majeur dans l'histoire de la propriété intellectuelle et de la création que décrypte André Gunthert, chercheur à l'EHESS. Dans son célèbre article “L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique”, publié en 1939, Walter Benjamin dessine l’opposition paradigmatique de deux cultures. Face à l’ancienne culture bourgeoise, appuyée sur le modèle de l’unicité de l’œuvre d’art, les nouveaux médias que sont la photographie et le cinéma imposent par la “reproductibilité” le règne des industries culturelles. Un demi-siècle plus tard, la révolution des outils numériques nous confronte à une nouvelle mutation radicale. La dématérialisation des contenus apportée par l’informatique et leur diffusion universelle par internet confère aux œuvres de l’esprit une fluidité qui déborde tous les canaux existants.

Home'n'go met l'open data au service de la recherche de logement Mercredi 12 se tiendra le Camping Demo Day Tour. L'occasion pour les douze start-ups soutenues par l'accélérateur de présenter leur projet aux investisseurs. Parmi eux, Home'n'go, un service de recherche de logement enrichi de données économiques, démographiques ou même politiques. Quand ils sont sortis de HEC en 2011, Adrien Pavillet, Sébastien Zerah et Margaux Pelen ont tous trois cherché un appartement. « C'est chronophage et stressant et on ressentait le besoin d'avoir un service qui centralise les annonces », confie cette dernière. Un tel outil n'existait pas.

Open Data : Où en est-on Claire Gallon de LiberTIC, l'association nantaise de promotion de l'ouverture des données publiques (@LiberTIC), et Charles Nepote du programme Réutilisation des données publiques de la Fondation internet nouvelle génération (Fing) (@CharlesNepote, @la_fing), principaux coorganisateurs de la Semaine européenne de l'Open Data qui avait lieu à Nantes du 21 au 26 mai 2012, ont commencé par poser un état des lieux assez complet du mouvement de réutilisation des données publiques. Ce que l'Open Data a réalisé Le mouvement pour la réutilisation des données publiques est un mouvement mondial né début 2009 et qui a connu une forte accélération en 2010-2011, estime Charles Nepote. Image : la carte de France de l'Open Data maintenue par LiberTIC, version 4, mise à jour janvier 2012. Pourtant "si le mouvement commence à se structurer, force est de reconnaître que nous en sommes encore au temps des pionniers", souligne Charles Nepote. Les défis à venir de l'Open Data

Polémique : la nouvelle imprimante 3D de MakerBot a-t-elle trahi l'open hardware ? Le matériel libre, ou open hardware, en général et l’impression 3D en particulier, cela fait longtemps qu’on en parle sur le Framablog (notre premier article sur la RepRap date de 2008). Nous y croyons parce qu’avec une imprimante 3D libre, vous pouvez non seulement créer des objets en partageant leurs fichiers numériques sous format et licence libres mais également concevoir l’imprimante elle-même, puisque ses sources (c’est-à-dire ses plans de fabrication) sont aussi sous licence libre. À partir de là, vous voici potentiellement prêt pour… changer le monde (ou tout du moins, ne nous emballons pas, pour dessiner lentement mais sûrement les contours d’un nouveau paysage industriel). Évidemment cela ne se fera pas sans peine et l’on peut déjà anticiper de terribles batailles du côté de la propriété intellectuelle (pire encore que pour la culture), d’où notre long (mais passionnant) article : L’impression 3D, ce sera formidable… s’ils ne foutent pas tout en l’air !.

Open Data : Strasbourg ouvre 64 jeux de données (Photo Justin Grimes / FlickR / CC) La Ville de Strasbourg a annoncé aujourd’hui mettre à disposition sur son site web 64 jeux de données au format Open Data, c’est à dire réutilisables automatiquement. Horaires d’ouverture des piscines, budgets, résultats des élections… Un concours est lancé pour récompenser la meilleure application réalisée avec ces données.

Related: