background preloader

Jacques Rancière

Jacques Rancière
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jacques Rancière Philosophe français Philosophie contemporaine Biographie[modifier | modifier le code] Parallèlement, il se penche sur l'émancipation ouvrière, les utopistes du XIXe siècle (notamment Étienne Cabet) et commence à voyager régulièrement aux États-Unis. Un peu plus tard, dans Le Philosophe plébéien, il rassemble des écrits inédits de Louis Gabriel Gauny, ouvrier parquetier et philosophe. La police, la politique et le politique : la pensée politique de Jacques Rancière[modifier | modifier le code] Qu’est-ce que le politique ? Bibliographie[modifier | modifier le code] Sur Jacques Rancière[modifier | modifier le code] Politica delle immagini. Liens externes[modifier | modifier le code] Related:  Livres - Jacques RancièreJacques Rancière

Jacques Rancière: «L'élection, ce n'est pas la démocratie» - 28 mai 2012 Le Nouvel Observateur. L'élection présidentielle est généralement présentée comme le point culminant de la vie démocratique française. Ce n'est pas votre avis. Pourquoi? Jacques Rancière. La représentation, elle, est un principe oligarchique: ceux qui sont ainsi associés au pouvoir représentent non pas une population mais le statut ou la compétence qui fondent leur autorité sur cette population: la naissance, la richesse, le savoir ou autres. Notre système électoral est un compromis historique entre pouvoir oligarchique et pouvoir de tous: les représentants des puissances établies sont devenus les représentants du peuple, mais, inversement, le peuple démocratique délègue son pouvoir à une classe politique créditée d'une connaissance particulière des affaires communes et de l'exercice du pouvoir. Un président «normal» dans la Ve République, c'est un président qui concentre un nombre anormal de pouvoirs. Mettez-vous la campagne de Jean-Luc Mélenchon dans le même sac? Irez-vous voter?

Comment revivifier la démocratie ? LE MONDE | • Mis à jour le | Nicolas Truong Malaise démocratique, débandade politique et vent de panique dans la République. Un an après l'élection de François Hollande, le bilan n'est pas brillant. Et il n'est pas lié, loin de là, qu'aux divers couacs, atermoiements et faux pas de l'impétrant. Les affaires se multiplient, révélant, derrière les dénégations pathétiques des individualités prises la main dans le sac, l'ampleur des connivences entre pouvoir et trafic, responsabilités et conflits d'intérêts. Un discrédit sans précédent frappe les personnalités politiques. > Lire aussi l'entretien avec Pierre Rosanvallon et Jacques Rosanvallon : Des idées pour transformer une République encore oligarchique D'où l'envie de réunir Jacques Rancière et Pierre Rosanvallon, deux penseurs incontournables de la question démocratique afin de comprendre notre crise morale et politique . En apparence, tout semble les séparer.

Karl Marx Théoricien du socialisme et révolutionnaire allemand (Trèves 1818-Londres 1883). 1. La vie de Marx 1.1. Karl Marx naît le 5 mai 1818. En 1830, il entre au lycée de Trèves. 1.2. En 1836, Marx part pour continuer ses études de droit à Berlin, où il suit également d'autres cours (histoire, philosophie), et en particulier ceux de l'hégélien Eduard Gans. En 1839, il commence sa thèse de doctorat sur les philosophies épicurienne stoïcienne et sceptique, en vue d'obtenir une chaire à Bonn. Marx se familiarise alors avec les socialistes français : notamment Saint-Simon, Charles Fourier et Pierre Joseph Proudhon (→ socialisme). 1.3. En 1843, Marx épouse Jenny von Westphalen (1814-1881) avec laquelle il s'était fiancé secrètement en 1836. 1.4. Marx quitte Paris le 3 février et s'installe à Bruxelles, où il restera jusqu'en mars 1848. Ces années de formation sont extrêmement riches. 1.5. Février 1848, la révolution éclate (→ révolution française de 1848). 1.6. 1.7. 2. 2.1. 2.1.1. 2.1.2. 2.1.3. 3.

Jacques Rancière : « Rendre à la démocratie son scandale La démocratie est une idée subversive, quand elle correspond vraiment au « gouvernement du peuple », écrit le philosophe Jacques Rancière. Le mépris initial de la démocratie, le gouvernement des incapables en Grèce antique, perdure bel et bien. Pour le philosophe à la plume acérée, une intelligentsia dominante et dirigeante voue à la démocratie une véritable haine. Entretien. Vous faites état d’une dépréciation de la démocratie. Votre propos a trouvé une illustration éclatante dans la méfiance exprimée par des élites à l’égard de la consultation populaire sur l’Europe. Comment agir contre le mépris de la démocratie ? On dit la Ve République fatiguée. Propos recueillis par R.D. Jacques Rancière est philosophe, auteur notamment des ouvrages : Aux bords du politique , 1998, La Mésentente : politique et philosophie , 1995. Paru dans Regards n°23, novembre 2005

Rencontre avec Jacques Rancière : L'émancipation est l'affaire de tous Prenant au sérieux la parole des pauvres et des dominés, Jacques Rancière insiste sur la capacité des individus à se démarquer des identités qu’on leur assigne. Il rappelle qu’en démocratie, tous doivent prendre part au pouvoir. L’égalité, telle est la grande affaire pour Jacques Rancière. Mais gare à ne pas l’obscurcir et la différer toujours par un éternel discours sur les mécanismes de la domination. Il faut non pas viser, mais poser l’égalité, qu’elle soit politique, esthétique ou intellectuelle. Prenant le contre-pied d’une démarche fréquente en sciences sociales, J. Assurément, J. Quel rôle a joué Mai 1968 dans votre rupture avec le marxisme ? Dans les années 1960, le marxisme apparaissait comme l’horizon indépassable du temps. Vous vous êtes alors plongé dans les archives ouvrières du XIXe siècle. J’avais le sentiment d’un écart considérable entre la réalité des mouvements ouvriers et l’image classique qu’en donnaient le marxisme et les partis communistes. Il a publié J.

Blaise Pascal Blaise Pascal (19 juin 1623, Clermont (Auvergne) - 19 août 1662, Paris) est un mathématicien et physicien, philosophe, moraliste et théologien français. Enfant précoce, il est éduqué par son père. Les tous premiers travaux de Pascal concernent les sciences naturelles et appliquées. Il contribue de manière importante à la construction d’une calculatrice mécanique (Dans le langage courant, la mécanique est le domaine des machines, moteurs, véhicules, organes (engrenages, poulies, courroies, vilebrequins, arbres de transmission, pistons, ...), bref, de tout ce qui produit...) Mathématicien de premier ordre, il crée deux nouveaux champs de recherche (La recherche scientifique désigne en premier lieu l’ensemble des actions entreprises en vue de produire et de développer les connaissances scientifiques. Après une expérience mystique à la fin de 1654, il délaisse les mathématiques et la physique (La physique (du grec φυσις, la nature) est étymologiquement la « science de la nature ».

Jacques Rancière : « Les idéaux républicains sont devenus des armes de discrimination et de mépris  | «Camp - Volant Jacques Rancière (Emmanuel Polanco/Colagene) Entretien paru dans « l’Obs » du 2 avril 2015. L’OBS: Il y a trois mois, la France défilait au nom de la liberté d’expression et du vivre-ensemble. Jacques Rancière : Il n’est pas sûr qu’il y ait contradiction. Or, ce qui a été bafoué le 7 janvier à «Charlie», c’est un tout autre principe: le principe qu’on ne tire pas sur quelqu’un parce qu’on n’aime pas ce qu’il dit, le principe qui règle la manière dont individus et groupes vivent ensemble et apprennent à se respecter mutuellement. Mais on ne s’est pas intéressé à cette dimension et on a choisi de se polariser sur le principe de la liberté d’expression. On invoque souvent l’universalisme comme principe de vie en commun. Voulez-vous dire que ceux qui défendent le modèle républicain laïque contribuent, malgré eux, à dégager le terrain au Front national? On nous dit que le Front national s’est «dédiabolisé». Si l’on vous suit, c’est le sens même de la laïcité qui aurait été perverti. Bio express

Entretien:Jacques Rancière : « La démocratie est née d’une limitation du pouvoir de la propriété » Jacques Rancière, philosophe et professeur émérite à l’université Paris-VIII, s’est attaqué l’an passé, dans La Haine de la démocratie, à l’idéologie antidémocrate des « élites républicaines ». Il nous explique l’origine du concept de démocratie, comme pouvoir des gens « sans qualités », en opposition au pouvoir des propriétaires, et évoque la pertinence de la démocratie comme pratique subversive « en soi », même déconnecté d’un projet de société socialiste. Entretien Jacques Rancière : « La démocratie est née d’une limitation du pouvoir de la propriété » Jacques Rancière, philosophe et professeur émérite à l’université Paris-VIII, s’est attaqué l’an passé, dans La Haine de la démocratie, à l’idéologie antidémocrate des « élites républicaines ». Alternative libertaire : Vous avez, dans un article du Monde (22 mars 2007), fait une critique virulente du système représentatif et électoral actuel. Sans doute. Comment envisagez-vous la transformation sociale ? Irène (AL Montrouge)

Related: