background preloader

Comprendre les nouvelles formes de citoyenneté à l’heure du numérique

Comprendre les nouvelles formes de citoyenneté à l’heure du numérique
Par Hubert Guillaud le 12/09/12 | 8 commentaires | 6,445 lectures | Impression Nous vous faisions part, la semaine dernière, des bons conseils d’Ethan Zuckerman pour utiliser intelligemment le financement participatif pour mener à bien des projets citoyens… Le chercheur, directeur du Centre des médias civiques du MIT, a récemment complété son propos à l’occasion d’une conférence donnée à l’université Flinders à Adélaïde en Australie qu’il a retranscrite sur son blog (vidéo). Pour lui, l’expérience de financement participatif de Jase Wilson qu’il évoquait (le développeur Jase Wilson a lancé une collecte de dons sur l’internet pour financer une ligne de tramway à Kansas City, un projet que la ville venait d’abandonner faute de financement) est un exemple de la façon dont les “natifs” d’internet utilisent l’internet pour exercer leur citoyenneté, et s’engager via de nouvelles formes d’outils dans la vie civique. Ethan Zuckerman voit à la fois le potentiel et le risque de ces expériences. Related:  e-participation

Birgitta Jonsdottir : « L’Islande peut être le laboratoire de la démocratie » Birgitta Jónsdóttir en 2011, devant le parlement islandais (Halldor Kolbeins/AFP/Getty Images) (De Reykjavik) Chômage en baisse rapide, croissance qui accélère... L’Islande se remet plutôt bien de la crise financière qui l’a mise à terre en 2008 : ses trois banques s’étaient effondrées, la couronne avait plongé, le PIB avait chuté de plus de 10% pendant deux ans. Les Islandais ont vite repris leur destin en main, forçant la chute du gouvernement (dominé par la droite), élisant un gouvernement de centre-gauche et mettant sur les rails un nouveau texte constitutionnel, selon un processus original. Le 20 octobre, ils sont invités à voter sur certains points clés de cette réforme constitutionnelle. Derrière plusieurs des récentes initiatives démocratiques islandaises, on retrouve une femme hors du commun : Birgitta Jonsdottir, 45 ans, se définit comme une « anarchiste pratique », « poéticienne plus que politicienne ». Mais il faudrait dissiper chez eux certaines illusions. Exactement.

Vouloir un web coopératif Par Daniel Kaplan le 27/06/08 | 17 commentaires | 17,522 lectures | Impression En 2006, Time Magazine nous nommait, nous tous, “personnes de l’année“. L’explosion des blogs, des plates-formes de partage d’images, des réseaux sociaux, donnait le sentiment d’une prise d’assaut de l’univers médiatique par son propre public. Mais en page intérieure du numéro de l’année suivante, l’hebdomadaire reproduisait presque la même couverture, avec un autre titre : “Personne de l’année : Eux“, eux les médias, les puissants, les influents. Que s’est-il passé d’une année sur l’autre ? Oui : la prise de conscience que le web “massivement relationnel” ne transforme pas à lui tout seul la vie démocratique, ni les médias. Portabilité, propriété La discussion sur la “portabilité” des profils associés aux réseaux sociaux est sans doute la plus symbolique du moment. Elle marque d’une part la fin d’une certaine naïveté vis-à-vis des acteurs du web 2.0 : Rupert Murdoch, Yahoo! La révolution des petits riens

Cinq expériences de démocratie 2.0 Les réseaux sociaux, médias en ligne, blogs redonnent-ils du pouvoir aux citoyens ? Le Forum mondial de la démocratie, cette semaine à Strasbourg, examine des initiatives à l'oeuvre sur tous les continents. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Anne-Sophie Novel (journaliste ) Du 23 au 27 novembre, à Strasbourg, les participants au Forum mondial pour la démocratie examineront des initiatives de démocratie participative à l'oeuvre sur tous les continents. > Lire aussi l'entretien : "Internet renforce le pouvoir de la société civile" Depuis trois ans, les initiatives françaises de démocratie 2.0 se multiplient, avec pour objectif de stimuler la participation citoyenne aux instances démocratiques, qu'elles soient locales ou nationales. Sur Parlement-et-citoyens.fr, la co-élaboration des propositions de lois portées par les parlementaires est à l'honneur. Ciblant plus particulièrement les questions d'immigration, PBP mêle l'analyse quantitative aux éléments qualitatifs.

Les 10 émissions médias et numérique à suivre cette année Alors comme ça, tu avais cru que je te laisserai tranquille, jeune étudiant en école de journalisme, aspirant à la carte de presse et futur membre émérite de la confrérie des plumitifs et pisseurs de copie ? Tu pensais vraiment qu'une fois suivis les 22 blogs et 140 comptes twitter que je t'avais recommandé la semaine dernière tu avais fait le boulot ? Non, bien sûr. Tel un sportif de l'analyse média, nous allons continuer à te concocter un programme sur mesure. Et cette fois, on va se tourner vers le petit écran (un peu) mais surtout la radio, car comme tu le sais, #laradiocestlavie Voici donc ton programme pour l'année. Une série de 11 émissions à écouter et regarder avec assiduité. Et comme nous savons tous dans quel état se trouve un étudiant en école de journalisme un samedi matin (hem…), nous t'épargnerons l'épreuve du direct. Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ? Quoi ?

Que recouvrent les “Civic Tech” ? - Medium Entre les « lol-collectivités 2.0 », et les « requêtes citoyennes », une articulation à penser Lire, un peu ; rire, beaucoup ; avaler des messages promotionnels, passionnément ; contribuer, pas du tout. C’est, en un mot, la philosophie des collectivités françaises sur le web social… Car qu’apprend-on en consultant les comptes Facebook et Twitter des collectivités ? Qu’un musée vient d’ouvrir, que le maire sera présent sur tel média demain, qu’une opération cinéma en plein air est organisée, etc. Nouveaux outils, anciennes pratiques Comme toute entreprise ou institution, les collectivités ont investi le web social sans forcément penser son usage. Non pas que les annonces de ce genre soient inutiles ou inintéressantes, mais pour ce type de contenus, nul besoin d’ouvrir une page Facebook ou un compte Twitter, une newsletter via nos bons vieux mails suffira. La page Facebook de Paris publie très régulièrement des annonces d’événements. Médias sociaux : pourquoi le carrosse est devenue une citrouille Oui, mais. Pour masquer l’inanité des usages, une communication qui vire au gadget

Démocratie en réseaux 2011 Horizon 2020 : nouvelle stratégie numérique de la Francophonie Une nouvelle stratégie numérique francophone a été adoptée lors du XIVe Sommet de la Francophonie à Kinshasa. Précurseur dans la coopération multilatérale numérique depuis plus de 15 ans, la Francophonie a initié ses actions dans ce secteur avec la Déclaration du Sommet de Cotonou en 1995, concrétisée par le plan d’action de Montréal en 1997. Ce plan a permis le financement de plus de 200 projets de création de contenus et le transfert de compétences à travers la mise à disposition de formateurs dans les technologies numériques avancées pour accompagner la mise en œuvre des stratégies nationales et régionales dans les pays francophones. Elle a aussi permis de soutenir l’émergence des institutions africaines spécialisées notamment dans la gestion des ressources internet critiques, comme le registre régional AFRINIC qui alloue les adresses internet au continent africain.

La vie numérique signe-t-elle la fin de l’ennui ? À quand remonte la dernière fois où vous vous êtes ennuyé ? Faites un effort et essayez de vous souvenir. En faisant la queue au supermarché ? Dans la salle d’attente du dentiste ? À l’aéroport ? Ne niez pas, je vous observe. Avec le smartphone à portée constante de main, l’ennui n’a plus cours. Les enfants sont comme nous, ils ont eux aussi le réflexe écrans dès qu’ils ont l’impression de s’ennuyer. « Je peux faire de la Wii, je peux avoir l’iPad, je peux faire des jeux sur l’ordinateur » sont des phrases pavloviennes à la mode 2.0, dès qu’un moment d’inactivité potentielle se dessine. Vous aimez ? Partager

Le livre du futur nous en mettra plein les yeux. Motherboard.vice.com Les Éditions at Play veulent réinventer le format du livre numérique. Image : Visual Editions Dans un futur proche, l’expérience de lecture pourrait faire intervenir des sensations que nous avons habituellement devant un film ou un jeu vidéo. Visual Editions, une maison d’édition londonienne, s’est associée au Google Creative Labs de Sydney pour créer les Éditions at Play, une collection de livres « non imprimables » que l’on peut consulter uniquement à l’aide d’un smartphone. « Nous voulons créer un format numérique qui aient des avantages que n’a pas le format papier, mais qui donne tout de même la sensation de lire un livre. L’expérience, qui a muri pendant deux longues années, touche ici à son but puisque la première série de livres vient de paraître. La version papier du livre « non imprimable. » Image: Visual Editions Ces dernières années, le monde de l’édition a été forcé de réévaluer son modèle économique, parallèlement à l’augmentation de la popularité des livres électroniques.

Connaissance et praxis des réseaux comme projet politique Le monde contemporain a enregistré des évolutions d’une telle force qu’elles tendent souvent à produire un sentiment d’impuissance lorsqu’il s’agit d’essayer d’en maîtriser les effets problématiques. Il n’est pas honteux d’avouer avoir du mal à comprendre ce monde, de reconnaître l’impression d’avoir en face de soi de telles puissances qu’on tend à perdre l’espoir de les faire bouger. Que faire alors si on ne veut pas être condamné à la démission et à l’observation passive ? Chercher à construire de nouvelles capacités bien sûr, des capacités plus adaptées. Et pour cela, il peut y avoir des outils disponibles, sans qu’on pense forcément à utiliser. C’est le cas de l’analyse des réseaux, telle qu’on a pu notamment la voir se développer dans le champ des sciences sociales. La réalisation d’un tel programme ne ferait que rejoindre un mouvement d’explicitation déjà largement engagé et appliqué aux conditions d’existence collective. 1. Quel travail à faire et par qui ?

Est-ce que le numérique permet d'élargir la participation démocratique ? Description courte Le rôle d'internet et des nouvelles technologies de l’information et de la communication dans le renouvellement des formes de démocratie et de participation citoyenne est au centre de nombreux débats depuis plusieurs années. Internet permet-il réellement un renouvellement de la participation citoyenne ? Description Acteurs Les anonymes, les blogueurs, les citoyens, dont l'outil internet a permi de faciliter l'expression pour le plus grand nombre.Les "mouvements" (anonymous, indignés, commoners, printemps arabe) qui utilisent les réseaux pour discuter, échanger et se coordonnerLes journaux (en ligne et traditionnels avec déclinaison sur le Web)Les chercheursLes partis politiquesLes collectivités territorialesLes grands acteurs de l'internet qui hiérachisent l'information et organisent les échanges Dates clés Références démocratie, participation, numérique

Comment le numérique peut associer les citoyens aux décisions budgétaires ? – BudgetParticipatif.info « Ras-le-bol fiscal », absence de dégressivité des impôts locaux, baisse des dotations globales de fonctionnement, le débat médiatique en France sur les enjeux budgétaires s’est beaucoup focalisé en 2015 sur les recettes. Mais d’autres nouveautés apparaissent avec la nouvelle vague des budgets participatifs en France. Sur les enjeux d’information mais aussi sur la participation aux choix budgétaires, un aperçu de ce que permet en 2016 le numérique. Cycle "Concertation et numérique" à Marseille-Intervention de Gilles Pradeau-22 mars 2016 from Institut de la concertation on Vimeo. 1. Depuis une dizaine d’années, le mouvement d’ouverture des données a permis un débat plus transparent en permettant de trouver directement dans les données des administrations locales des ressources inaccessibles ou illisibles auparavant. Il y a plusieurs paramètres pour aider à une meilleure compréhension des choix politiques. À Philadelphie, l’évolution d’une année sur l’autre est visible. 2. 3.

Related:  Au niveau de la communication et des systèmes d'information