background preloader

Jeux vidéo : Les jeux de tirs sont bons pour le cerveau

Jeux vidéo : Les jeux de tirs sont bons pour le cerveau
Différentes études ont démontré que la pratique de ces jeux vidéo améliorait rapidement et durablement la concentration et l'acuité visuelle des joueurs. Accusés de tous les maux, et notamment d'engendrer de l'agressivité, les jeux de tir à la première personne (FPS) auraient pourtant des effets bénéfiques sur le cerveau de leurs adeptes. La revue La Recherche a fait le point dans son numéro de septembre sur les différentes études démontrant les effets bénéfiques de ces jeux vidéo, comme Call of Duty ou Battlefield, où, pour éviter de se faire tirer dessus, les joueurs doivent être constamment à l'affût et prendre des décisions très rapidement. • Une meilleure capacité d'attention L'équipe de recherche de Daphné Bavelier, qui étudie la plasticité cérébrale à l'université de Rochester, aux États-Unis, et à l'université de Genève, a démontré que les adeptes des FPS savent mieux se concentrer que les non-joueurs. • Une meilleure acuité visuelle • Des effets rapides et durables Related:  Les Jeux Vidéocannelle09

Peut améliorer votre jeux vidéo intelligence et la mémoire? Beaucoup de gens croient que les jeux vidéo sont mauvais pour votre santé et pour votre cerveau! Dans la modération de certains types de jeux vidéo peut être bénéfique pour votre cerveau et peut même augmenter le QI des personnes Les jeux d'ordinateur augmenter votre intelligence et la mémoire? Des études scientifiques ont prouvé que le jeu de Tetris et les jeux d'une nature similaire peut conduire à une solution plus intelligente du cerveau, comme les joueurs deviennent mieux à la partie. Comme les joueurs deviennent mieux le jeu des études ont montré la consommation de glucose réduite. Certains jeux peuvent améliorer la coordination œil main, l'intelligence et la résolution de problèmes. Le Dr Alloway que les jeux qui utilisent la planification et la stratégie tels que Total War et Sudoku améliorer les performances de la mémoire et l'intelligence. Il ya un nouveau jeu produit par Luminosity.com appelé Le programme de formation N Dual Retour.

Jouer aux jeux vidéo augmenterait la taille du cerveau, parole de scientifique Vos centaines d’heures de jeu pourraient bien avoir eu une incidence sur la taille de votre cerveau ! C’est en tout cas ce qu’indique cette nouvelle étude venue de Berlin. Cette étude, publiée dans le journal Molecular Psychiatry, et conduite par des chercheurs de l’Institut pour le développement humain Max Planck et l’université de médecine Saint Hedwig-Krankenhaus, devrait intéresser les gamers. L’article explique que les chercheurs ont voulu comprendre comment les jeux vidéo pouvaient affecter la plasticité de la structure cérébrale, c’est-à-dire son habilité à changer physiquement dans le temps. Ces derniers se sont focalisés sur le jeu vidéo, car c’est une activité relativement prenante pour le cerveau. Afin de mener leur expérience, les chercheurs ont demandé à 23 adultes, dont l’âge moyen était de 24 ans, de jouer à Super Mario 64 pendant au moins une demi-heure par jour durant deux mois. Certains types de jeux stimulent des parties différentes du cerveau.

Les jeux vidéo aident-ils à apprendre ? Profiter de vos compétences en jeux vidéo pour réussir vos études ? Ne rêvez pas trop. Même si certaines écoles organisent déjà des tournois d'e-sport et mettent en avant les qualités professionnelles développées par les joueurs (lire notre enquête sur ce phénomène qui émerge tout juste en France), il y a peu de chances que l'éducation nationale convertisse vos points engrangés à Call of Duty en notes. Pourtant, l'apprentissage n'est pas épargné par le phénomène de « gamification » de la société : au Japon, le premier cyberlycée, qui ouvrira ses portes en avril, permettra d'obtenir son baccalauréat en suivant des cours par le biais d'un jeu vidéo. Dans quelle mesure les jeux contribuent-ils à l'apprentissage ? Entretien avec le chercheur en ludologie Boris Solinski, ancien directeur de l'Institut de création et d'animation numérique (école parisienne qui forme au métier de concepteur numérique). Peut-on apprendre en jouant aux jeux vidéo ? Oui, car on ne peut jouer sans apprendre.

Le cerveau, objet technologique (5/8) : Faut-il exercer son esprit pour en avoir Par Rémi Sussan le 12/02/09 | 19 commentaires | 17,805 lectures | Impression Le champ des exercices cérébraux a fait beaucoup parler de lui ces derniers mois, en partie grâce aux campagnes publicitaires de Nintendo concernant ses jeux : Docteur Kawashima (Brain Age en anglais sur DS) et Cerebral Academy (Wii). En dehors de l’effet de mode et des arguments publicitaires, il semble bien qu’il soit possible de domestiquer le cerveau par une série d’exercices : presque tout le monde est d’accord là-dessus ! La première d’entre elles nous place d’emblée dans le domaine du marketing, puisqu’elle peut être formulée de manière très prosaïque : faut-il payer pour des exercices cérébraux, et combien ? Y’a-t-il de “bons” exercices pour le cerveau ? On peut en déduire, qu’il vaut mieux utiliser ce jeu vidéo que de ne rien faire, ou que de se contorsionner selon cette gym un peu spéciale (et d’ailleurs elle aussi fortement controversée). C’est oublier peut-être rapidement le plaisir. Rémi Sussan

L'effet positif des jeux vidéo sur les rêves En 2006, le psychologue finlandais Antti Revonsuo avait développé une théorie très intéressante sur le rôle structurant des cauchemars pour les individus, et l'impact que pouvaient alors avoir les jeux vidéo. Selon chercheur, qui avait vérifié sa théorie par une étude, les joueurs intensifs feraient de moins de cauchemars parce qu'ils en ont moins besoin. Les mauvais rêves auraient en effet pour fonction première de créer des situations de danger simulées, auxquelles l'individu apprend à réagir avant qu'elles se produisent réellement. Ce serait un mécanisme d'autodéfense hérité de nos très anciens ancêtres, que les jeux vidéo "violents" remplissent parfaitement. Parmi les grands spécialistes de l'interaction entre les jeux vidéo et les rêves figure la psychologue canadienne Jayne Gackenbach, qui avait repris la théorie de Revonsuo pour aider les soldats victimes d'un trouble de stress post-traumatique à surmonter leurs terreurs nocturnes.

Assassin's Creed 3, la révolution américaine comme si vous y étiez Le dernier opus de la célèbre série de jeux vidéo offre un aperçu captivant et très bien documenté de la guerre d’indépendance américaine. Avec des extraterrestres en bonus. Lorsque le jeu vidéo Assassin’s Creed III était en phase de développement, ses concepteurs canadiens interrogeaient régulièrement les fans américains sur leur connaissance de la guerre d’indépendance des États-Unis. Qui étaient les grands personnages de l’époque? Pas bien loin, si l’on en croit les réponses données. Vous allez me dire –et vous n’aurez pas tort– que ce type de réponses montre bien à quel point les Américains sont ignorants de leur propre histoire. Assassin's Creed 3 - L'histoire de Connor -... par ubisoft En effet, le jeu offre la reconstitution la plus accessible jamais réalisée de l’Amérique révolutionnaire. Un épisode presque absent d'Hollywood Un monde marron Si cela n’a pas l’air particulièrement agréable, c’est parce que ça ne l’était pas. «L'opéra des gueux» Parlons de cet opéra, d’ailleurs.

Les exercices d’entrainement cérébral augmentent-ils les capacités cognitives Par Rémi Sussan le 16/06/11 | 1 commentaire | 4,691 lectures | Impression Nous avions présenté en 2009 le dual n-back, exercice d’entraînement cognitif assez spécifique (pour vous y entraîner), qui selon certaines recherches menées à l’époque, augmenterait notre intelligence fluide, c’est-à-dire notre capacité à transférer nos ressources mentales vers de nouveaux problèmes. Il s’opposerait à bien d’autres systèmes de brain training qui n’accroitrait, en général, que notre capacité à… pratiquer l’exercice en question. Dans le monde des sciences cognitives, les études se succèdent à une telle allure et les résultats sont tellement contradictoires qu’il est parfois bon de faire le point sur les progrès effectués sur un sujet. Alors que d’autres théories (comme celle de l’effet Mozart, par exemple) se sont dégonflées, il semble que de nouveaux résultats confirment les promesses du dual n-back. Mais avec des interrogations qui laissent à entendre que les recherches sont loin d’être terminées.

StarCraft booste les capacités cognitives mais... Relayée par Neuroscience News et Wired UK, une étude publiée dans PLOS One tend à prouver que la pratique de certains jeux vidéo peut améliorer les capacités cognitives et donc pas uniquement les capacités sensorielles comme par exemple la vision. Il est plus particulièrement question de flexibilité cognitive, définie comme une capacité essentielle pour évaluer et s'adapter à la résolution de problèmes en changeant par exemple de stratégie. Neuroscience News parle également de penser à plusieurs idées à un moment donné, de passer d'une tâche à une autre. L'étude britannique a impliqué 72 volontaires non-gamers qui ont été recrutés auprès d'étudiants de l'Université du Texas. En l'occurrence, tous les participants étaient des femmes dans la mesure où il a été impossible de trouver des hommes jouant à des jeux vidéo moins de deux heures par semaine ! Les participantes ont joué pendant une période de 40 heures à raison de près d'une heure par jour.

NeuroRacer, un jeu vidéo qui dope le cerveau des seniors - FUTURA SANTÉ S'amuser aux jeux vidéo ne constituerait pas seulement une activité ludique, mais pourrait contribuer à aider son cerveau ! © CaitlinMonahan, Flickr, cc by nc nd 2.0 NeuroRacer, un jeu vidéo qui dope le cerveau des seniors - 1 Photo Les jeux vidéo passionnent de nombreux enfants et adultes de tous âges. Cependant, ils sont souvent accusés d’augmenter la sédentarité et de favoriser ainsi la prise de poids, ce qui porte préjudice au développement infantile. Or, de nombreuses études ont montré un effet plutôt positif des jeux vidéo sur les facultés mentales. NeuroRacer est un jeu de voiture en 3D. Plus récemment, des scientifiques se sont penchés sur le rôle bénéfique des jeux vidéo chez les seniors. Au vu de ces résultats, des chercheurs de l’université de Californie à San Francisco ont mis au point un nouveau jeu, appelé NeuroRacer, qui stimulerait les fonctions mentales des personnes âgées. Les chercheurs ont testé NeuroRacer sur 46 personnes âgées de 60 à 85 ans. Sur le même sujet

[Jeux vidéo] StarCraft booste le cerveau - Starcraft 2 Les jeux vidéo ont longtemps souffert d'une image négative véhiculée par les médias. On nous a sans cesse répété que jouer pourrait provoquer l'isolement du joueur, voire même le rendre violent (et ce n'est toujours pas terminé). Bref, le jeu vidéo a souvent bon dos pour justifier certains maux de notre société. Cependant, une étude publiée sur le site internet de la revue scientifique américaine Plos One affirme que la pratique du jeu vidéo peut aussi être bénéfique pour le cerveau. Cette revue éditée quotidiennement par la Public Library of Science (sorte de bibliothèque scientifique publique) expose les travaux menés par des chercheurs britanniques de la Queen Mary University of London en collaboration avec l'University of Texas au sujet de l'influence des jeux de stratégie en temps réel (STR) sur la flexibilité cognitive. La flexibilité cognitive StarCraft produit une masse d'informations que le cerveau doit analyser Une étude qui se veut innovante StarCraft I face aux Sims 2

StarCraft excite les capacités cérébrales des joueurs! Une étude britannique prouve que les jeux vidéo de stratégie en temps réel (STR), comme StarCraft, permettent d’améliorer la flexibilité cognitive des joueurs. La flexibilité cognitive est l’ensemble des fonctions mentales permettant de passer d’une situation mentale à une autre pour résoudre un certain nombre de problèmes. En gros, vous devenez plus perspicace ! Par exemple, StarCraft, jeu vidéo de stratégie en temps réel (STR), permet d’améliorer les capacités cognitives dont des capacités sensorielles. Dans cette étude, les chercheurs de l’université de Londres et de l’université du Texas ont procédé de la manière suivante : Faire jouer un premier groupe à StarCraftFaire jouer le second Groupe à Sims 2 : le jeu de simulation de vieComparer la flexibilité cognitive avant et après le jeu L’étude a été mené sur 72 joueuses volontaires de l’université de Texas. Oui, joueuses ! Les participantes ont joué sur une période de 40 heures sur 6 à 8 semaines, soit 1h par jour.

Quels rôles pédagogiques pour les jeux numériques ? Résumé Nous étudions dans cet article les aspects pédagogiques intrinsèques aux jeux vidéo. Nous cherchons aussi à cerner les apports de ceux-ci et plus particulièrement, ce qui touche au domaine éducatif au travers du jeu sérieux [1]. Cet article débute avec une vue d’ensemble des différents éléments pédagogiques que les chercheurs attribuent aux jeux vidéo et aux jeux sérieux, ces deux types de jeux étant souvent assimilés dans la littérature. 1 Le jeu vidéo et l’éducation Avant d’aborder directement les jeux sérieux, il est nécessaire de reconnaître le lien qui existe entre le jeu et l’éducation. L’apprentissage par le jeu (numérique) est un nouveau modèle de e-learning qui s’intéresse moins au contenu et plus au design de l’expérience qui stimule des manières modernes de penser, d’agir et d’apparaître dans le monde (Squire, 2008). 1.1. Le jeu vidéo permet d’intégrer le contenu dans le contexte de l’activité en question. 1.2. 1.3. 2 Quelques précisions sur les jeux sérieux 3 Conclusion

Related: