background preloader

En finir avec l’aphrodisme au cinéma

En finir avec l’aphrodisme au cinéma
Préalable sur l’aphrodisme, le sexisme et le cinéma J’appelle ici « aphrodisme » le système de domination consistant à valoriser dans une société donnée les individus correspondant aux normes de beauté physique de cette société, tout en dévalorisant ceux/celles qui n’y correspondent pas. L’aphrodisme est analogue à d’autres systèmes de domination comme le sexisme ou le racisme en tant que, comme eux, il construit socialement une inégalité à partir d’une différence physique qu’il a arbitrairement posée comme significative, voire essentielle. Le sexisme décide ainsi que la possession de certains organes génitaux détermine un ensemble de comportements sociaux (permettant la domination d’un « sexe » sur l’autre). Le racisme décide de la même manière que la couleur de peau des individus est le signe de leur appartenance à une certaine « race », et fonde (ici encore de manière totalement arbitraire) un rapport de domination sur cette différence prétendument essentielle. Le moche est d’accord Related:  Objectivation sexuelleCinéma

Ilana Löwy, à propos de L'emprise du genre 1Irène Jami : L’Emprise du genre évoque longuement la production de la hiérarchie de genre par le biais de la politique des corps : l’inégalité esthétique ; les interventions de la biomédecine. Cela paraît d’autant plus important que, me semble-t-il, en France, les féministes s’y sont jusqu’à présent peu intéressées, et on peut se demander pourquoi. Ilana Löwy : Sans très bien connaître les débuts du féminisme français, je dirais d’abord que l’approche du corps était plus psychanalytique que biologique. 2Irène Jami : Le livre décrit des règles implicites, dont on ne parle jamais, qui perpétuent les hiérarchies de genre. Ilana Löwy : Selon l’enquête de Michel Bozon, la règle de l’hétérogamie fonctionne dans tous les milieux sociaux. Ilana Löwy : Je voudrais d’abord préciser que le problème n’est pas la maîtrise du nombre de naissances. Ilana Löwy : Ce sont les travaux de Nelly Oudshoorn. Ilana Löwy : Je me définis comme féministe et cela m’a permis d’avancer sur beaucoup de questions.

How To Talk To Friends And Loved Ones About Health And Weight Perhaps you found this post because you have a loved one who has gained some weight and you’re worried about their health. Or perhaps you’re here because you’ve gained some weight and/or are just plain old fat* and you’re tired of loved ones telling you to lose weight for your health. Either way, great! I’m glad you’re both here. What Does Health Really Look Like? In our society, health is depicted in very particular ways. Thinness gets associated with not just health, but attractiveness, being energetic, and, even more frighteningly, intelligence, morality, cleanliness, prosperity, etc. People tend to stereotype thin people as these things, and fat people as the opposite, even if in they’re real, daily lives, they know that these are stereotypes. For example, you may have a fat friend who you know to be very intelligent and a healthy eater, while at the same time you hold general stereotypes about fat people. These stereotypes do a disservice to everyone. Let it go. Good question, right?

Pères et mères chez Disney : qui a le beau rôle ? La sortie cet été de Rebelle est une bonne occasion de revenir sur les figures de pères et de mères qui peuplent les « classiques d’animation Disney ». En effet, dans le portrait qu’il fait des parents de Merida, Rebelle semble exacerber une tendance présente depuis longtemps dans les longs métrages d’animation du studio, et qui consiste à dépeindre de manière radicalement différente (et totalement sexiste) les pères et mères des héros/héroïnes. En effet, ici, c’est la reine Elinor seule qui s’oppose à la volonté de sa fille en cherchant à tout prix à en faire une princesse, c’est-à-dire une femme distinguée, charmante, douce, soumise, et surtout mariée. Face à elle, le roi Fergus préfère quant à lui laisser à sa fille sa liberté. Qu’est-ce qu’on se marre avec papa, avant que maman vienne faire la rabat-joie Petit historique des représentations des parents chez Disney, de la seconde guerre mondiale à la seconde vague féministe Quand il faut pouponner, c’est maman qui s’y colle… Papa fun…

Les attributs du pouvoir et leur confiscation aux femmes. Le genre et l’espace. Partie 1 : l’occupation de l’espace Partie 2 : le temps de parole et le choix des sujets de conversation Partie 3 : l’expression de la colère Dans cette nouvelle série d’articles, nous nous intéresserons à différents comportements qui sont typiques des dominants (occuper beaucoup d’espace, avoir beaucoup de temps de parole et parler fort, exprimer certaines émotions comme la colère…). Brigitte Laloupe aborde ce thème dans son livre « Pourquoi les femmes gagnent-elles moins que les hommes ». Occuper beaucoup d’espace : un attribut du dominant Les dominants ont droit à plus d’espace1. Plus précisément, l’espace personnel des dominants est plus grand2. En corrélation avec un plus grand espace personnel, les dominants ont tendance à occuper plus d’espace avec leur corps. L’utilisation de l’espace est donc un très bon indicateur de statut social. Les espaces privés des hommes La plus faible utilisation de l’espace par les femmes est visible dans bien d’autres domaines. public. En conclusion 1. 2.

Ilana Löwy, L’emprise du genre. Masculinité, féminité, inégalité 1Le livre d’Ilana Löwy cherche à comprendre comment les sociétés occidentales, tout en proclamant l’égalité entre hommes et femmes, ne cessent de reproduire ce que Françoise Héritier a appelé la « valence différentielle des sexes ». 2Consciente de ce que toute connaissance, toute entreprise intellectuelle est historiquement, géographiquement, socialement située, Ilana Löwy expose dans le prologue de L’emprise du genre le parallèle qui a inspiré sa démarche. Elle rappelle ce que signifie avoir commencé à grandir dans la Pologne d’après-guerre comme petite fille juive, dont l’apparence extérieure - teint mat, cheveux noirs, yeux d’Orient - la désigne sans équivoque à un antisémitisme implicite, évident, violent, mais - c’est là toute la question - dont le discours officiel prétend qu’il appartient désormais au passé. 3Dans les démocraties occidentales d’aujourd’hui, les femmes ont acquis un niveau de liberté sans précédent. Hommes et femmes sont entièrement égaux devant la loi.

My Medical Choice MY MOTHER fought for almost a decade and died at 56. She held out long enough to meet the first of her grandchildren and to hold them in her arms. But my other children will never have the chance to know her and experience how loving and gracious she was. We often speak of “Mommy’s mommy,” and I find myself trying to explain the illness that took her away from us. My doctors estimated that I had an 87 percent risk of breast cancer and a 50 percent risk of ovarian cancer, although the risk is different in the case of each woman. Only a fraction of breast cancers result from an inherited gene mutation. Once I knew that this was my reality, I decided to be proactive and to minimize the risk as much I could. On April 27, I finished the three months of medical procedures that the mastectomies involved. But I am writing about it now because I hope that other women can benefit from my experience. I wanted to write this to tell other women that the decision to have a mastectomy was not easy.

Rebelle (2012) : mater la rousse Parce qu’il est centré sur une fille qui n’aspire pas à la vie de princesse à laquelle on veut la soumettre, le dernier film de Disney/Pixar a pu passer pour féministe aux yeux de certain-e-s critiques. Le magazine Elle le qualifie ainsi de « conte de fées moderne et féministe »[1], et Télérama va dans le même sens en se réjouissant de voir Disney persévérer dans la « veine capillaire » inaugurée par « l’insolente Raiponce »[2] (j’ai personnellement du mal à voir comment on peut qualifier Raiponce d’« insolente » mais passons… Cf. sur ce site l’article consacré à ce film). C’est vrai qu’il y avait a priori de bonnes raisons de se réjouir. En effet, Rebelle est le premier long métrage de Pixar à avoir un personnage féminin pour protagoniste (il était temps, après 12 longs métrages et 26 ans d’activité… Mieux vaut tard que jamais comme on dit). A quoi s’ajoute que ce film est en plus le premier long métrage du studio dont la réalisation est confiée à une femme (Brenda Chapman). Papa cool

Etre une femme et savoir s’imposer dans une conversation « G.A.R.Ç.E.S Le langage et la conversation sont des espaces de domination masculine. D’ailleurs G.A.R.C.E.S. est née en 2010 du constat d’une inégalité frappante et récurrente dans la prise de parole entre femmes et hommes, dans les assemblées générales contre la réforme des retraites. La meilleure preuve de cette inégalité de genre face à la prise de parole est la persistance d’un stéréotype extrêmement répandu : l’idée que les femmes sont bavardes, et parlent plus que les hommes. « Ce n’est pas en comparaison du temps de parole des hommes que les femmes sont jugées bavardes mais en comparaison des femmes silencieuses. Les sciences sociales ont montré que les femmes parlaient moins et se faisaient imposer les sujets de conversation – et ce phénomène s’observe indépendamment du contexte et du thème de la discussion. Alors, comment s’imposer dans la conversation quand on est une femme ? Ne pas se laisser interrompre Ne pas se laisser déstabiliser par la manifestation d’un manque d’intérêt Conclusion :

L’objectivation sexuelle des femmes : un puissant outil du patriarcat – Introduction Partie 2 : le regard masculin ou male gaze Partie 3 : les violences sexuelles, des actes d’objectivation extrêmes et dissociant Je vais commencer une nouvelle série d’articles sur l’objectivation sexuelle des femmes, ce que c’est, comment cela se manifeste et quelles en sont les conséquences sur la vie des femmes. Dans cette introduction, je vais donner quelques concepts clés, faire un historique de cette notion, et résumer ce que l’on sait sur l’objectivation sexuelle. Dans les articles suivant, je vais détailler certains aspects particuliers de cette objectivation. Définition et histoire d’un concept développé en philosophie La notion d’objectivation sexuelle est une notion centrale du féminisme contemporain. Emmanuel Kant Le premier à avoir introduit cette notion est le philosophe Emmanuel Kant3,4. Le concept d’objectivation sexuelle a ensuite été repris par les féministes anti-pornographie Catharine MacKinnon et Andrea Dworkin3. Andrea Dworkin Catharine Mackinnon Martha Nussbaum Conclusion

Blachman, une émission danoise qui humilie les femmes… Du sexisme à l’état pur… Dans la toute nouvelle émission de la chaine danoise DR2, des femmes sont invitées à se présenter nues face à deux hommes dont la mission consiste à dire haut et fort ce qu’ils pensent de l’anatomie de la candidate. Seins trop petits, fesses pas assez fermes ou encore cuisses trop musclées… Les deux hommes n’ont pas de limites et critiquent la femme, nue, qu’ils ont face à eux. Un concept dérangeant, sexiste et humiliant. « Le corps d'une femme aspire à être commenté avec des mots » Le show, intitulé Blachman, se déroule toujours de la même manière : une femme arrive sur le plateau habillé d’un peignoir qu’elle retire face aux deux hommes assis dans le canapé. Sofia Fromberg, productrice de l’émission, estime quant à elle avoir réalisé « un programme qui révèle ce que les hommes pensent à propos des corps féminins ». « Sérieusement, où est le problème ? Un concept vivement critiqué sur la toile Sexiste, misogyne, humiliant, dégradant...

Saga Twilight : violence conjugale et glorification du patriarcat Lorsqu’a eu lieu le phénomène de société « Twilight » (livres et films), nombreux l’ont violemment critiqué. Cependant, les critiques négatives ont été globalement orientées sur trois axes : la nullité (des livres, des films, des acteurs, etc.), la défense de la chasteté promue par le roman (Bella et Edward n’ont de relations sexuelles qu’à partir de leur mariage) et la redéfinition (trahison selon certains) du mythe du vampire. Si ces axes de critiques sont relativement pertinents (encore que la nullité est une notion subjective), la saga Twilight propage d’autres idées et modèles, autrement plus dangereux que la virginité avant le mariage. Nota Bene : Le site étant basé sur l’analyse de productions audiovisuelles, l’analyse sera effectuée sur les 5 films de la saga, bien que des comparaisons avec la série de romans soient occasionnellement faites. La relation entre Bella et Edward Twilight, ou une énième relecture de Cendrillon Ce rêveeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee bleu…

La couverture de l'EXPRESS : condensé de machisme Je réponds au sondage de RUE89. Cette couverture de l'express est machiste. Généralisation : Elle est machiste parcequ'elle ne prend pas en compte les individus mais les regroupe dans une catégorie pour le moins étendue , celle des femmes C'est l'objet d'un paragraphe de mon livre. "Etre un homme est la norme, être une femme est une spécificité. Les femmes sont donc perçues d'abord comme des représentantes de leur genre. C'est ce qu'on fait chaque fois qu'on généralise le comportement d'une femme à toutes les femmes sur le thème "ah ! Amalgame : Elle est machiste parcequ'elle place sur le même plan des femmes politiques importantes et des femmes de sa vie privée Angela Merkel a quand même été désignée comme la femme la plus puissante du monde par Forbes, et si elle gâche la vie de notre président ce n'est pas exactement pour les mêmes raisons que Valérie Trierweiler.

Related: