background preloader

Définir une stratégie de veille et de gestion de son eReputation

Définir une stratégie de veille et de gestion de son eReputation
Avec la montée en puissance des réseaux sociaux et l’évolution des tendances participatives sur internet, les prises de paroles se multiplient en faveur ou à l’encontre d’une marque, d’un produit, etc. L’eReputation devient un axe primordial à prendre en compte dans l’optimisation de toute stratégie de communication et de promotion. L’impact de l’identité numérique sur la perception de son image et son message ne peut plus être ignoré. Assurer la veille de son eReputation est indispensable. Cependant, l’intérêt d’une veille réside dans la volonté de l’entreprise à en tirer les conclusions qui permettront d’influer sur son eRéputation. C’est en utilisant les canaux privilégiés des internautes qu’une marque pourra gérer sa eRéputation et pourra créer ce lien affinitaire tant recherché, en assurant sa visibilité et en valorisant sa communication. L’impact d’une e-reputation négative est multiple. Phase 1 : Faire l’état des lieux Les outils de veille : Les outils spécifiques : Phase 4 : Gérer Related:  E-réputation

Animer son entreprise, un job pour community manager ? Zzzzzzzz zzzzzzzz… Oups, t’endormirais-tu dans ton rôle de community manager ? Tu es jeune avec peu d’expérience dans le domaine ? Tu n’es pas le seul ! Ce profil type correspond souvent aux community managers comme le montre l’enquête 2012 sur les community managers dans l’entreprise réalisée en partenariat avec My Community Manager. Petites et grandes entreprises, associations, organismes publics, agences, les employeurs de ceux qui occupent tout ou partie de leurs journées à gérer et animer la communauté sont divers. La première communauté à animer : celle de son entreprise ! Et si le meilleur moyen d’élargir la palette des tâches du community manager, c’était de lui permettre de faire vivre le dialogue au sein de la société par l’intermédiaire des outils numériques ? Sacré challenge que de réussir à déplacer ces discussions courantes vers une plateforme initiée par l’employeur et pour son bénéfice. Quels outils utiliser pour assurer une bonne communication interne ?

Comment surveiller et analyser l'e-réputation de vos marques : 20 Bonnes pratiques - part 1: parties prenantes et drivers - Digimind Blog Comment analyser mon e-réputation ? Quels facteurs et acteurs prendre en compte ? Mon spectre de surveillance est-il exhaustif ? Certaines de ces bonnes pratiques ont été exposées en conférence lors de l’Influence Day 2016 à Paris. Depuis 2007 et son développement dans les organisations, la gestion de l’e-réputation a beaucoup évolué, ne serait-ce que par la prise en compte de nouveaux canaux d’expression des internautes. 1.Décrivez et structurez le process de gestion de votre réputation La gestion de l’e-réputation englobe de nombreux facteurs (drivers), de parties prenantes et surtout d’acteurs impliqués dans votre organisation. 2.Cartographiez les parties prenantes de votre e-réputation Les parties prenantes sont tous les individus, médias, organisations qui peuvent potentiellement prendre part à la construction de votre e-réputation via leur messages et leurs actions sur les réseaux sociaux et le web, que celles-ci soit ou non un prolongement d’actions dans la vie réelle.

10 règles d’or pour créer une expérience sociale réussie Cet article a été publié il y a 2 ans 2 mois 21 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. Comment recruter plus de fans ? Voici les 10 points qui me semblent essentiels dans la création d’une véritable WOW expérience sur les réseaux sociaux : Soyez Customer Centric. Soyez réactif. J’espère que ces conseils vous aideront à proposer une meilleure expérience utilisateur sur vos espaces communautaires.

Analyser son e-réputation, c'est très facile grâce à Nothing to Hide Un grand nombre d’internautes se disent de plus en plus soucieux de leur réputation sur les réseaux sociaux, d’autant que de plus en plus d’employeurs avouent jeter un petit coup d’œil sur cette précieuse source d’information. Un outil comme Nothing to Hide est donc le bienvenu ! Actuellement près de 51% des employeurs utilisent les réseaux sociaux pour en savoir un peu plus sur les candidats qu’ils doivent recruter. Le secteur de la e-réputation devrait devenir un réel marché, dans un monde où l’image que l’on reflète est devenue aussi important. 51 % des employeurs utilisent les réseaux sociaux pour recruter un collaborateur Vous avez des photos douteuses, des posts, des commentaires ou des statuts dont vous n’êtes pas très fier et qui pourraient vous donner une image, qui ne vous reflète pas vraiment ? Ce site sera capable d’analyser les principaux réseaux sociaux, tels que Facebook, LinkedIn, Twitter, Instagram, etc. Source 1 Source 2

Le cas UGC : un week-end mon CM viendra Cet article a été publié il y a 1 an 5 mois 20 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. EDIT de 16h10 : suite à de nombreux commentaires sur la page fan de MyCM, je tiens à préciser qu’il n’est en aucun cas question de droit du travail dans cet article bien sûr qu’à MyCM nous en connaissons ses règles et son importance. Il serait d’ailleurs présomptueux de ma part d’apporter un quelconque jugement quand au plage horaire de travail et du droit de travail.Néanmoins permettez moi d’attirer l’attention sur un cas stratégique important : le monitoring de l’ereputation, week end compris, qui est un enjeu fondamental à l’heure de la communication des réseaux sociaux. Et, en plus, votre communauté n’est pas censée savoir que votre “présence” sous forme de post sur Facebook ou de tweet est dûe plus à la programmation de ces derniers qu’à votre réelle présence h-24 derrière votre bien aimé ordinateur.

Audit e-réputation, analyse e-réputation Les audits e-réputation réalisés par Blueboat permettent de mesurer votre présence en ligne sur une période donnée au travers de 5 types d’indicateurs : indicateurs de présence (mesure de la volumétrie et identification des sources)indicateurs d’intérêt (analyse des thématiques abordées par les internautes et profils d’influenceurs)indicateurs d’opinion (analyse de la tonalité des messages) IMAGE audit-tonalitesindicateurs concurrentiels (benchmark sur la concurrence)indicateurs de performance (mesure de l’engagement et des actions de CM) Des recommandations stratégiques sont élaborées à l’issu de l’audit afin d’établir les bases d’une communication 2.0 efficace au vu des résultats, que se soit pour corriger ou faire évoluer une réputation déjà existante ou bien tout simplement construire une image et une présence en ligne.

Guide pratique du webmarketing et de la communication en ligne L’Union des Entreprises de Transport et de Logistique en France (TLF) a publié le 16 octobre 2012 Le Guide Pratique des Techniques Marketing : Connaître son marché, Valoriser son offre, un ouvrage gratuit et téléchargeable en ligne (47 pages, en pdf) qui s’intéresse avant tout au webmarketing et à la communication sur le Web destiné à des TPE-PME. Un guide, pourquoi ? Ce dossier tient à valoriser les services et la valeur ajoutée d’une profession, d’améliorer l’image d’un secteur d’activités auprès de l’opinion publique, parfaire la connaissance de leur marché par les entreprises, organiser la fidélisation client et les bases de données marketing ou encore et enfin développer l’utilisation du Web et du Webmarketing. Efficacité en ligne Le Guide Pratique des Techniques Marketing : Connaître son marché, Valoriser son offre a été réalisé avec le soutien de la DGCIS (Direction Générale de la Compétitivité de l’Industrie et des Services) rattachée au Ministère du redressement productif. 1. 2.

e-réputation : Typologie des risques liés à l’eréputation: impacts et incidents. Logiciel d'e-réputation e-réputation : Typologie des risques liés à l’e-réputation Le 16/12/2012 L’e-réputation est la perception qu’ont les internautes de votre entreprise, de votre marque ou des personnes qui y collaborent. L’e-réputation est une représentation que les internautes vont se constituer en fonction des flux d’informations qu’ils rencontrent sur le net. Chaque internaute ou chaque communauté peut donc se faire sa propre représentation de la réputation numérique d’une marque. Ces informations sont produites par l’organisation elle-même mais aussi par les acteurs de son environnement économique proche: par ses salariés, ses fournisseurs, concurrents, clients… et par tout une écosphère réputationnelle. Cette sphère de réputation est constituée par des blogueurs, des journalistes, des internautes “lambda” qui s’expriment sur de nombreux canaux du net (Twitter, médias participatif, réseaux sociaux, forums, plateforme how-to, avis conso,…). "Typologie des risques e-réputation""Voir aussi :

Gestion de crise: des exemples de "community management" réussis Le "community management" est à la mode. Mais les marques ont tendance à privilégier la com' de crise et les cas d'échec font la une des médias. Pourtant, des expériences réussies existent. Le Community management est sur toutes les bouches et on peut lire tout et n'importe quoi au sujet de ce "nouveau métier". Généralement les marques ont tendance à se concentrer sur les risques de crise et les articles à relever les erreurs de telles ou telles marques. Ouvrir une page Facebook ou simplement s'ouvrir à la discussion, c'est laisser la possibilité aux consommateurs de vous critiquer. 1. Imaginez un fan qui vous met au défi sur votre page "Si ce post atteint les 2 millions de "j'aime" vous imprimez des canettes roses et vous devrez reverser 30% de vos profits à la lutte contre le cancer du sein". 2. Résultats: près de 100 000 "j'aime" sur le statut et plus de 4 000 commentaires. 3. 4. En conclusion

E-réputation : nouvel enjeu pour l'image de marque de l'entreprise Dans un contexte économique toujours difficile, l’image de marque et la réputation des entreprises sont des enjeux sur lesquels les consommateurs se rattachent avant de passer à l’acte d’achat. Qu’il s’agisse d’une TPE ou d’une marque « installée », le web permet de se construire une belle vitrine à condition de soigner son e-réputation. Comment votre marque est perçue sur Internet ? La façon la plus simple de le savoir reste de taper le nom de votre marque sur un moteur de recherche tel que Google (de préférence en navigation privée). Si une simple recherche dans Google ne suffit pas, c’est un avant-goût de ce que les internautes pensent et perçoivent de votre marque. Il faut bien comprendre que votre entreprise n’est pas la seule à publier du contenu en rapport avec votre activité, vos produits ou vos services. Internet, c’est un peu une place de marché digitale où Google vous permet à tout moment d’accéder à ce que chaque internaute publie à propos de votre marque.

La méthode des 5W et le Community Management ConseilsMarketing.Fr accueille Josias Yobou Community Manager dans l’agence de communication Shamma en Côte d’Ivoire La méthode des 5W, est une méthode anglophone qui permet de se poser un ensemble de questions relatives à une problématique (quelle qu’elle soit) dans l’optique de la résolution de celle-ci. L’usage de cette méthode est diversifié, elle est couramment utilisée dans la rédaction en ligne. Cette méthode commence à être aussi prisée dans le domaine du community management. Elle favorise l’efficacité du Community Manager(CM) dans l’exécution de sa prestation. En effet on a trop souvent tendance à dire que le CM est juste chargé de publier des statuts sur Facebook et Twitter, or dans la pratique c’est une autre réalité… Le CM, est le porte parole, le représentant d’une marque, d’une société, d’un produit… Ces différentes réactions peuvent être d’une grande utilité ou au contraire mettre en danger l’entreprise, et pas qu’en termes d’eRéputation ! Who/ Qui ? What / Quoi ?

Qu'est-ce que le SEO d'e-réputation ? Présentation : Formé au « Web 2.0″ dans la Silicon Valley à l’heure de son essor, Xavier Vespa travaille depuis quelques années en tant que social content manager dans une agence d’e-réputation. Blogueur multi-récidiviste, Xavier est aujourd’hui managing editor de seo.fr. Suivez-le sur Twitter: @xavierv. L’e-réputation est ce terme à la mode qui désigne la gestion de la réputation d’une entité physique ou morale appliquée aux logiques du Web. Domination des SERPs Lorsque l’option de déploiement de présence/domination des SERPs est sélectionnée, c’est à ce moment que bien maîtriser le SEO d’e-réputation devient essentiel pour rentabiliser vos efforts, et surtout pour faire remonter des contenus valorisant sur des sites crédibles. Cette différence se traduit par des objectifs différents, et donc par une nouvelle approche du fonctionnement de Google: il faut chercher à comprendre comment reproduire la diversité qui constitue une première page de résultats sur la requête ciblée.

Le Community Management pour les Nuls : le cas @oms_tshirt OH Oui je n’ai pas résisté. Cela me donne l’occasion d’expliquer un petit peu plus le métier que j’exerce et que tout le monde pense connaitre une fois un compte twitter ouvert. OMS (Original Music Shirt) est une marque estampillée BoBo chic mais à la cool. C’est une marque de tee-shirts avec des punchline chansonniéres. Néanmoins la marque est portée et vendue par de "prestigieux" partenaires. Pourquoi pas. Comme toute marque BoBo qui se respecte, OMS a ouvert un compte Twitter. Ce qui est moins à la cool, c’est leur façon d’administrer leur compte. Au départ une question client. Les habitants de Twitter sont habitués à la présence des marques sur l’oiseau bleu. Et à tous les messages : Un compte twitter est un compte Twitter… Celle là je ne l’avais jamais vu faite. Première erreur. Ca dépasse l’entendement. Je traduis : quand on se trompe ou que l’on dépasse les bornes et que l’on dessert son employeur, on s’excuse. Ok les gars. Merci à @kaoo pour le tee shirt Terrible non. Like this:

L’importance de la veille dans une stratégie d’e-réputation L’e-réputation est un sujet qui commence à être connu même s’il subsiste encore beaucoup d’ombres. Un amalgame de communication, de web, de likes, de tweets, et puis des clients. Mais il y a encore un sujet qui passe à la trappe : la veille. Or, il est pertinent de chercher à développer l’image de sa société sur internet, cependant il faut aussi avoir les éléments pour maitriser les informations qui se disséminent. Pourquoi faire de la veille ? Le web, c’est l’avènement des frontières, une démultiplication des supports et une propagation rapide de l’information. Des chiffres vertigineux qui doivent vous faire comprendre l’ampleur des échanges sur le web. Il faut comprendre que la veille est bien là pour capter l’information vous concernant néanmoins elle est aussi là pour vous donner des signaux faibles. 3 axes stratégiques peuvent être envisagés dans le cadre d’une prestation d’e-réputation : Mesurer et gérer son e-réputation : Cet objectif revête trois notions : 1. 2. 3. 1. 2. 3. 1. 2.

Related: