background preloader

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui
Il y a quelques semaines, je vous proposais un classement (purement informel) sur les dix croyances limitantes les plus répandues sur soi-même. Étant donné que les rapports humains c’est aussi avec les autres, je vous propose cette semaine un top dix des croyances sur l’Autre. A l’instar du billet sur les croyances sur soi, ce classement n’a rien de hiérarchique. Il est établit suivant un ordre purement subjectif issu de ma seule boite à penser. Je pense même que l’ensemble de ces croyances sont toutes aussi limitantes les unes que les autres. En bonus track pour chaque croyance citée, je vous propose une piste de réflexion afin de tenter de voir les choses sous un autre angle. Avec cette conclusion issue de la pièce de théâtre Huis clos, de Jean-Paul Sartre, nous avons presque résumé les neuf autres croyances qui vont suivre. Question: « Si l’enfer c’est les autres, qu’en est-il de nous? Je ne nie pas l’existence de ce type d’éventualité. Je m’explique. A la semaine prochaine Related:  Croyances limitantes

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui (suite) Nous avions vu la semaine dernière cinq des dix croyances les plus répandues sur l’Autre. Voici cette semaine la suite de ce classement (qui, je le rappelle, n’en a que le nom) avec toujours à la clé une ou plusieurs pistes à explorer pour tenter de voir les choses un peu différemment. Certes, cette croyance pourrait s’apparenter à soi-même, mais elle débouche invariablement sur une autre croyance qui s’y attache tout naturellement: « … donc l’Autre a tort, à priori » J’avais partagé avec vous une expérience relative à cette croyance dans « La guerre des mondes« . Nous sommes ici en plein dedans. Équipement de série, oui, mais avec un sacré vice de fabrication! Qui peuvent-ils être? Question: « Qu’est-ce qui vous fait dire que votre réalité est LA Réalité? En tout cas chez mon voisin, c’est une réalité; sa pelouse est nickel, pendant que la mienne ressemble à la savane africaine :-). Question: « Et si ce qui vous manque, vous le cherchiez dans ce que vous avez?

Pourquoi voulons-nous être rassurés ? Dans d'autres situations nous avons peur de l'avenir et de ce qu'il peut apporter : précarité matérielle, perte d'un être cher et donc peur de l'abandon, souffrance et déchéance physique, peur de la violence d'un conflit qui se profile etc. Les objets de la peur sont dans ce cas bien réels, ils ne sortent pas d'une imagination fantasque, ils sont possibles mais toute la question est celle de leur plausibilité. Comme nous savons qu'il nous faut agir sans connaitre l'avenir nous demandons à autrui de nous rassurer, comme nous le faisions avec nos parents, en lui demandant qu'il nous fasse voir le côté positif et agréable des choses, qu'il nous parle de nos forces et de la confiance qu'il a en nous, ou juste par des paroles quelque peu magiques qui agiront comme un calmant provisoire. Si nous reprenons l'exemple de notre séducteur terrorisé par l'idée de l'abandon, de la solitude, du vide, il pourra se demander "pourquoi ai-je peur d'être abandonné ?

Top 10 des croyances sur soi Vous connaissez mon intérêt pour les croyances, que je considère être la pierre angulaire dans tout processus de changement. Pour rappel, une croyance est une pensée construite et très personnelle dont nous avons l’intime conviction qu’elle est valide, vraie, réelle, authentique et véritable et qui nous sert de repère dans nos actes quotidiens, notre vision du monde, nos jugements sur nous-mêmes, les autres ou le temps. Parfois, voire même souvent, nos freins, nos blocages, nos difficultés quotidiennes sont issues de certaines de ces croyances qui se qualifient alors de limitantes. A noter qu’il n’y a pas une croyance plus limitante qu’une autre; elles le sont toutes à priori et à des degrés divers pour chacun. Ah! Question: « Comment pouvez-vous essayer quelque chose de nouveau en respectant votre besoin de sécurité? J’en connais qui ont été poursuivi en justice pour discrimination et pour moins que ça :-). Déjà, la réussite est un concept trop vague pour s’y appuyer assurément.

Comprendre la peur et la dépasser Peut-on comprendre la peur et s’en débarrasser ? La peur se manifeste sous différentes formes : obsessions, perfectionnisme, addictions au travail, angoisses, agitation mentale, besoin de contrôle etc… Nous sommes tous un peu victimes de la peur d’une façon ou d’une autre, sans même nous en rendre compte parfois. Comment s’en sortir, et ne plus avoir peur ? La peur est parfois bien utile… En reconnaissant l’utilité de la peur, on peut l’apprécier, l’apprivoiser et même s’en faire une alliée. De même que pour aller de l’avant, il faut prendre appui sur un point fixe : avant de transformer éventuellement la peur en autre chose, il faut déjà savoir quelle est sa fonction positive. En effet, la peur provoque plusieurs effets intéressants : Cette émotion naturelle n’est donc pas à rejeter. Comprendre la peur : elle n’est souvent qu’un fantasme C’est ainsi que nous sommes tous plus ou moins victimes de peurs déraisonnables, chroniques, et inconscientes, qui n’apportent rien de vraiment utile…

« La chasse aux ‘’croyances limitantes’’ permet de prendre sa vie en main et d’en devenir l’acteur » Pour la deuxième fois, le blog reçoit Marjorie Llombart, experte auprès des femmes à la recherche du métier qui les fait vibrer. Souvent confrontée à des cas où les propres croyances des personnes se révèlent des freins majeurs au changement, la coach a accepté d’évoquer ce sujet pour Les Nouveaux Audacieux. Entretien autour de ces pensées négatives qui peuvent arbitrer la réussite ou l’échec d’une reconversion. Qu’appelez-vous une « croyance limitante » ? Pour commencer, j’aime à citer une pensée du Dalaï Lama : « Sème une pensée, tu récolteras un acte ; sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, tu récolteras un caractère ; sème un caractère, tu récolteras une destinée ». Autrement dit, pour changer les résultats de ses actions, il faut commencer par changer ses pensées, ses croyances. Pourquoi ces croyances « limitantes » sont-elles si puissantes ? Quelles sont les grandes familles de « croyances limitantes » ? Comment reconnaître à coup sûr une croyance limitante ?

En finir avec la peur d'être rejeté Avez-vous la peur du « regard des autres » ? Avancez-vous dans la vie avec la crainte de ne pas être accepté ? Évitez-vous certaines situations sociales de peur de ne pas y trouver votre place ? Rassurez-vous, vous n’êtes pas seul La plupart des gens vivent avec ce sentiment. Mais intéressons-nous d’abord à ce qu’est le « rejet social« . Rejet social Nous parlons de rejet social lorsqu’il y a « exclusion délibérée d’une relation ou d’une interaction sociale ». La sensation éprouvée par une telle exclusion peut être extrêmement douloureuse. Certains lui donnent une origine anthropologique. Observez par exemple : lorsque vous discutez avec vos proches (amis ou famille), vous n’éprouvez aucun stress à converser. En revanche, que se passe-t-il lorsque vous devez converser en dehors du cercle de vos amis ? Cette origine évolutionniste est fondamentalement intéressante pour comprendre les fondements de notre peur. Voyons à présent de quelle manière nous allons pouvoir nous en libérer.

Croyances limitantes Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle / Trait d’union A qui bon vous mettre la rate au court-bouillon pour aller enrichir un patron de toute façon plus large que vous? Et dire qu’il y a des gens qui y laissent leur confiance en eux et leur moral, alors qu’on vous le répète de partout: les grugeurs de Pôle Emploi qui vivent peinards, heureux et épanouis sont légions. Ca n’a pas de sens, autant les rejoindre et donner une fois pour toute raison à tous ceux qui ont fait fond de commerce de leurs jugements sur les chercheurs d’emploi, sur leur faible motivation comme leur bêtise opérationnelle. D’ailleurs en réalité, qui se fatiguerait à chercher un job alors qu’être payé à rien foutre, c’est un rêve d’autant plus accessible qu’en ces temps sinistres, rien de plus facile que de se faire virer ou de négocier une rupture conventionnelle. Celui-là j’y suis très attachée, d’autant qu’il est facile à mettre en place, puisqu’il est abondamment recommandé. L’égo est merveilleux.

La blessure de rejet… 7 moyens pour vous en libérer Vous avez probablement lu mon récent article intitulé « Êtes-vous affecté par la blessure de rejet ? ». Suite à ça j’ai reçu tellement de témoignages que je me suis empressée de vous écrire la suite via ce nouveau texte, pour aider chacun à passer à l’action en vue de se libérer toujours plus de ce sentiment inconfortable qu’est le rejet. Ce n’est aucunement un hasard si je suis aujourd’hui conférencière internationale, formatrice en entreprise et auteure de 7 livres sur une multitude de sujets majeurs en lien avec la libération émotionnelle, la santé, les relations affectives, la joie de vivre. Je peux vous dire que si je fais ce métier, c’est suite à mes souffrances qui ont duré tant d’années et que j’ai dû transformer si je voulais survivre. On a tous été ou nous sommes encore influencés à différents degrés par la blessure de rejet. Voici 7 moyens pour vous aider à vous en libérer grandement. Inutile de se sentir vexé.

Pourquoi choisit-on la file d'attente qui n'avance pas ? Le stress de la file d'attente fait partie des petites tensions du quotidien, parce qu'en position d'attente on a très souvent l'impression d'avancer moins vite que les autres. Ce qui agace au fond c'est l'impression qu'il n'y a pas de hasard. Comme si dans l'ordre des choses, nous étions condamnés à attendre plus que les autres. C'est aussi le témoignage de notre impuissance face à un monde dont l'ordre nous échappe. En réalité si l'on croit que l'on est toujours dans la mauvaise file d'attente, c'est parce qu'on est dans la même position que ceux qui croient que tout relève d'une décision divine. Finalement croire que nous tombons toujours sur la mauvaise file d'attente, c'est croire que notre existence ne relève pas de nos choix.

Dossier : nos Héros intérieurs Ça y est; c’est aujourd’hui que je me lance dans la rédaction d’un nouveau dossier sur le blog des Rapports Humains : nos Héros intérieurs Pour mémo, les précédents étaient consacrés aux croyances puis aux besoins humains. Celui que je m’apprête à commettre à partir d’aujourd’hui (et pour les prochaines semaines) a une couleur un peu particulière. En effet, il est en lien direct avec un projet qui m’anime depuis quelque temps déjà : l’organisation de séminaires que j’aurai le plaisir de coanimer dès le mois de mars 2016 en compagnie de l’auteur du modèle des 4 Héros intérieurs, Xavier Van Dieren. C’est donc avec une joie non dissimulée que j’ouvre avec vous ce nouveau chapitre dans l’histoire du blog… et par extension un peu dans la mienne aussi Pourquoi ce thème me parle-t-il autant ? Je fais partie de cette génération où, adolescent, mes lectures préférées étaient “les livres dont vous êtes le Héros”. Tout le livre était construit de la sorte. (Petite astuce Rien que ça…

Actualiser les croyances lilmitantes par Robert Dilts par Robert Dilts Nos certitudes, convictions et croyances ont un impact considérable sur nos comportements. Nous savons que si quelqu'un croit vraiment qu'il peut faire quelque chose, il le fera, et que s'il croit que quelque chose est impossible, rien ne pourra le convaincre de l'accomplir. Nos croyances sur nous-mêmes et ce qui est possible dans le monde qui nous entoure influence considérablement notre efficacité quotidienne. Les périodes de transition et de crises font ressortir avec encore plus de force la portée de nos croyances. Ce que nous nous racontons (modèles mentaux et présuppositions) au cours d'une période d'instabilité ou critique, détermine le degré de ressource avec lequel nous ferons face à la situation. La puissance des croyances Une étude sur l’apprentissage a bien mis en lumière l’impact puissant des croyances. Alors que nos vies et le monde changent, nous avons également besoin de nous adapter et d’actualiser nos croyances à propos de nous-mêmes. 1. 1.

La véritable cause de toutes nos maladies 29juin La Nature reprend son droit lorsqu’on ne la limite plus. Nous essayons tous d’avoir de beaux jardins, de beaux potagers, de belles allées, mais cela demande un entretien permanent. Si vous ne le faites pas, la Nature reprend naturellement son territoire. Il s’agit là d’une véritable force de Vie dont nous ne nous rendons pas vraiment compte, présente dans toute chose vivante, y compris les cellules. Prenez les «mauvaises herbes». Avant de nous en occuper, mon beau-père m’obligea à défraîchir manuellement le terrain et à y arracher tout ce qui était indésirable et qui avait poussé depuis l’année d’avant. La loi du plus petit élément Lors de ma scolarité, une étude m’avait particulièrement marquée en biologie. Dans le sens contraire, si une cellule possède tout le matériel nécessaire, elle croît naturellement. Le pire cauchemar pour nos cellules Si elle a tout ce qui lui faut, elle est donc capable de s’adapter à toutes les circonstances, dans la mesure du raisonnable. Profitez-en !

Point d’acupression: Lâcher Prise | Acupression et Bien-Etre Noms: Poumons 1, P1, Palais Central, Lâcher Prise Pour traiter quoi: Comme souvent, les noms d’un acupoint donnent une indication de ses bienfaits. – C’est le premier point du méridien des Poumons, il est donc efficace pour tout dysfonctionnement lié à l’appareil respiratoire: respiration, asthme, toux, douleur dans la poitrine. – Son appellation poétique « Lâcher Prise » indique son utilité lorsque nous nous accrochons trop à une idée ou une émotion. La tristesse est l’émotion associée au méridien des Poumons, et c’est bien ce que nous ressentons lorsque nous devons faire le deuil de quelque chose. – Enfin, ce point aide en cas de fatigue, irritabilité, ou confusion. Où: A trois travers de doigts sous la clavicule, près de l’extrêmité de l’os supérieur du bras. Comment: Si le point est douloureux au toucher, presser très doucement. Avec la main opposée, bras croisant la poitrine. Avec la main du même côté, en utilisant les mêmes doigts que plus haut: Tenir la pression 10 à 15 secondes.

Related: