background preloader

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui
Il y a quelques semaines, je vous proposais un classement (purement informel) sur les dix croyances limitantes les plus répandues sur soi-même. Étant donné que les rapports humains c’est aussi avec les autres, je vous propose cette semaine un top dix des croyances sur l’Autre. A l’instar du billet sur les croyances sur soi, ce classement n’a rien de hiérarchique. Il est établit suivant un ordre purement subjectif issu de ma seule boite à penser. Je pense même que l’ensemble de ces croyances sont toutes aussi limitantes les unes que les autres. En bonus track pour chaque croyance citée, je vous propose une piste de réflexion afin de tenter de voir les choses sous un autre angle. Avec cette conclusion issue de la pièce de théâtre Huis clos, de Jean-Paul Sartre, nous avons presque résumé les neuf autres croyances qui vont suivre. Question: « Si l’enfer c’est les autres, qu’en est-il de nous? Je ne nie pas l’existence de ce type d’éventualité. Je m’explique. A la semaine prochaine Related:  Croyances limitantes

Les croyances les plus répandues que nous avons sur autrui (suite) Nous avions vu la semaine dernière cinq des dix croyances les plus répandues sur l’Autre. Voici cette semaine la suite de ce classement (qui, je le rappelle, n’en a que le nom) avec toujours à la clé une ou plusieurs pistes à explorer pour tenter de voir les choses un peu différemment. Certes, cette croyance pourrait s’apparenter à soi-même, mais elle débouche invariablement sur une autre croyance qui s’y attache tout naturellement: « … donc l’Autre a tort, à priori » J’avais partagé avec vous une expérience relative à cette croyance dans « La guerre des mondes« . Nous sommes ici en plein dedans. Équipement de série, oui, mais avec un sacré vice de fabrication! Qui peuvent-ils être? Question: « Qu’est-ce qui vous fait dire que votre réalité est LA Réalité? En tout cas chez mon voisin, c’est une réalité; sa pelouse est nickel, pendant que la mienne ressemble à la savane africaine :-). Question: « Et si ce qui vous manque, vous le cherchiez dans ce que vous avez?

Top 10 des croyances sur soi Vous connaissez mon intérêt pour les croyances, que je considère être la pierre angulaire dans tout processus de changement. Pour rappel, une croyance est une pensée construite et très personnelle dont nous avons l’intime conviction qu’elle est valide, vraie, réelle, authentique et véritable et qui nous sert de repère dans nos actes quotidiens, notre vision du monde, nos jugements sur nous-mêmes, les autres ou le temps. Parfois, voire même souvent, nos freins, nos blocages, nos difficultés quotidiennes sont issues de certaines de ces croyances qui se qualifient alors de limitantes. A noter qu’il n’y a pas une croyance plus limitante qu’une autre; elles le sont toutes à priori et à des degrés divers pour chacun. Ah! Question: « Comment pouvez-vous essayer quelque chose de nouveau en respectant votre besoin de sécurité? J’en connais qui ont été poursuivi en justice pour discrimination et pour moins que ça :-). Déjà, la réussite est un concept trop vague pour s’y appuyer assurément.

Attitude et comportement dans le rapport cause-effet : quand l’attitude détermine l’acte et quand l’acte détermine l’attitude 1Cet article propose de traiter de la relation cause-effet entre les attitudes et les comportements à travers deux champs théoriques classiques de la psychologie sociale expérimentale : la persuasion et la dissonance cognitive. La relation entre attitude et comportement occupe une place centrale dans la psychologie sociale. Cette discipline, majoritairement expérimentale aujourd’hui, étudie les comportements, les états mentaux et processus mentaux chez l’Homme en société. 1 Eagly et Chaiken (1993, p.1) dans leur ouvrage de référence sur les attitudes définissent l’attitu (...) 2Le concept d’attitude occupe une place centrale en psychologie sociale depuis les années trente et maintient encore aujourd’hui cette position. Figure 1 : Exemple d’une échelle de mesure d’attitude en psychologie sociale 2 Davidson et Jaccard (1979) ont pour exemple mesuré l’attitude de femmes à l’égard de la pilule con (...) Figure 2 : Changer l’attitude pour changer le comportement

« La chasse aux ‘’croyances limitantes’’ permet de prendre sa vie en main et d’en devenir l’acteur » Pour la deuxième fois, le blog reçoit Marjorie Llombart, experte auprès des femmes à la recherche du métier qui les fait vibrer. Souvent confrontée à des cas où les propres croyances des personnes se révèlent des freins majeurs au changement, la coach a accepté d’évoquer ce sujet pour Les Nouveaux Audacieux. Entretien autour de ces pensées négatives qui peuvent arbitrer la réussite ou l’échec d’une reconversion. Qu’appelez-vous une « croyance limitante » ? Pour commencer, j’aime à citer une pensée du Dalaï Lama : « Sème une pensée, tu récolteras un acte ; sème un acte, tu récolteras une habitude ; sème une habitude, tu récolteras un caractère ; sème un caractère, tu récolteras une destinée ». Autrement dit, pour changer les résultats de ses actions, il faut commencer par changer ses pensées, ses croyances. Pourquoi ces croyances « limitantes » sont-elles si puissantes ? Quelles sont les grandes familles de « croyances limitantes » ? Comment reconnaître à coup sûr une croyance limitante ?

Amour et argent : l'impact de vos croyances En tant que conférencière, formatrice, auteure et coach en santé, mieux-être, joie de vivre depuis 20 ans, j’ai pu enseigner et étudier de multiplies dimensions touchant la réalité humaine. A la lumière de tout ça, j’ai toujours trouvé que les croyances ont un puissant impact sur notre bonheur, nos réalisations, mais pas toujours favorablement. Tout ce qui vient de l’extérieur, de nos parents, de nos éducateurs, etc., a laissé des traces en nous. On nous a fait croire plein de choses et nous avons endossé tant de vieux modèles, de façons de faire, d’agir et de penser qui ne correspondaient pas à notre vraie nature. Étant petit, on croit tout ce qu’on nous dit et on copie les agissements. Pour ceux qui nous ont transmis ces concepts, cela pouvait sembler correct, mais qu’en est-il pour nous maintenant ? Une croyance n’est pas uniquement une idée que l’esprit possède, c’est une idée qui possède l’esprit. Par exemple, si une personne a des croyances telles que : L’argent et les croyances

Psychologie de la relation d'autorité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Psychologie de la relation d'autorité est un ouvrage du psycho-sociologue et psychopédagogue français Roger Mucchielli traitant des problèmes liés à la notion d'autorité et les difficultés qu'elle rencontre, et paru aux éditions ESF dans la collection éducation permanente. Définition du concept[modifier | modifier le code] Comme l'a écrit Jean Maisonneuve la remise en cause des modèles d'autorité n'est pas spécialement récente mais a pris depuis peu des formes plus radicales de refus de la discipline. Les personnes investies de responsabilités se posent aussi des questions sur leur légitimité à donner des ordres car elle limite de facto la liberté d'autrui. Mais ceux qui contestent l'autorité et réclament le pouvoir, par ce fait même, sont eux-mêmes investis d'une autorité, même si elle peut paraître uniquement morale. La question de l'autorité[modifier | modifier le code] Les variables de la relation d'autorité[modifier | modifier le code]

Croyances limitantes Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle / Trait d’union A qui bon vous mettre la rate au court-bouillon pour aller enrichir un patron de toute façon plus large que vous? Et dire qu’il y a des gens qui y laissent leur confiance en eux et leur moral, alors qu’on vous le répète de partout: les grugeurs de Pôle Emploi qui vivent peinards, heureux et épanouis sont légions. Ca n’a pas de sens, autant les rejoindre et donner une fois pour toute raison à tous ceux qui ont fait fond de commerce de leurs jugements sur les chercheurs d’emploi, sur leur faible motivation comme leur bêtise opérationnelle. D’ailleurs en réalité, qui se fatiguerait à chercher un job alors qu’être payé à rien foutre, c’est un rêve d’autant plus accessible qu’en ces temps sinistres, rien de plus facile que de se faire virer ou de négocier une rupture conventionnelle. Celui-là j’y suis très attachée, d’autant qu’il est facile à mettre en place, puisqu’il est abondamment recommandé. L’égo est merveilleux.

untitled La tenue vestimentaire La Newsletter VR2 - Vie professionnelle « Quand on change de vêtement, on change de comportement. » — Frederic Monneyron, Libération, Septembre 2001 Fin prête ? Vous êtes-vous déjà demandé, au moment de partir, par exemple, comment vous deviez vous habiller ? Certains vous conseillerons de suivre la mode. Un peu de tenue Une banque suisse a attiré l'attention à ce propos par des attentes qui ont pu paraître excessives. Pour ces messieurs, « la veste droite à deux boutons et le pantalon constituent les principales composantes d'un costume professionnel classique », de préférence de couleur « anthracite foncé, noir ou bleu foncé » avec chemise blanche. Et pour l'ensemble des employés, « une visite chez le coiffeur toutes les quatre semaines » est suggérée. « Adopter un comportement irréprochable implique une présentation impeccable » En lisant ces recommandations, avez-vous envie d'applaudir ou bien de vous révolter ? Tenir compte du contexte A contexte spécifique, tenue spécifique. F.

Pourquoi choisit-on la file d'attente qui n'avance pas ? Le stress de la file d'attente fait partie des petites tensions du quotidien, parce qu'en position d'attente on a très souvent l'impression d'avancer moins vite que les autres. Ce qui agace au fond c'est l'impression qu'il n'y a pas de hasard. Comme si dans l'ordre des choses, nous étions condamnés à attendre plus que les autres. C'est aussi le témoignage de notre impuissance face à un monde dont l'ordre nous échappe. En réalité si l'on croit que l'on est toujours dans la mauvaise file d'attente, c'est parce qu'on est dans la même position que ceux qui croient que tout relève d'une décision divine. Finalement croire que nous tombons toujours sur la mauvaise file d'attente, c'est croire que notre existence ne relève pas de nos choix.

Mensonges et directions du regard Dans le film « Négociateur », Danny Roman (Samuel L. Jackson) peut voir que l’inspecteur Terence Niebaum (J.T. Walsh) lui ment, car celui-ci regarde dans une certaine direction avant de répondre à sa question. Mais est-ce que le mouvement de nos yeux peut nous trahir ? Les premiers à avoir utilisé ces indications étaient Richard Bandler et John Grinder dans leur livre « Frogs into Princes: Neuro Linguistic Programming (NLP) » (Tourner les crapauds en princes : Programmation Neuro-Linguistique), je ne sais pas si ce livre existe en français. Leur théorie se base sur ce principe : Une personne « normalement organisée » et droitière verra les choses comme suit : sur son côté droit (donc notre gauche lorsque nous la regardons en face), nous aurons son côté de construction. Le côté gauche de notre cerveau étant le côté « rationnel », lorsque nous recherchons une information dans notre mémoire, nos yeux iront sur le côté gauche. Vers la gauche Ceci indique une Construction Auditive (CA)

Communication orale: quatre idées reçues à dépasser Beaucoup d'idées reçues circulent à propos de la communication orale. En grande partie parce qu'il n'y a pas d'apprentissage systématique de l'oral (on apprend à lire et à écrire, pas à parler). Ce qui laisse prise à toutes sortes de croyances, souvent fausses. Idée reçue n°1: "le discours que je vais faire sera raté parce que je ne maîtrise pas assez le sujet" A moins d'être notoirement incompétent, on connaît souvent beaucoup plus de choses qu'on ne l'imagine sur un sujet. On peut s'inspirer des techniques journalistiques et avoir un " angle ", c'est-à-dire choisir un, et un seul, des aspects du sujet. L'effet d'un message tient pour 20 % aux mots, aux concepts et pour 80% au ton, au timbre, au volume de la voix, à tous les signes non-verbaux comme la gestuelle, le regard, la façon de se tenir. On voit l'intérêt qu'il peut y avoir à garder une partie de son énergie pour soigner la forme... Idée reçue n°2 : "le discours sera réussi parce que je maîtrise mon sujet"

Actualiser les croyances lilmitantes par Robert Dilts par Robert Dilts Nos certitudes, convictions et croyances ont un impact considérable sur nos comportements. Nous savons que si quelqu'un croit vraiment qu'il peut faire quelque chose, il le fera, et que s'il croit que quelque chose est impossible, rien ne pourra le convaincre de l'accomplir. Nos croyances sur nous-mêmes et ce qui est possible dans le monde qui nous entoure influence considérablement notre efficacité quotidienne. Les périodes de transition et de crises font ressortir avec encore plus de force la portée de nos croyances. Ce que nous nous racontons (modèles mentaux et présuppositions) au cours d'une période d'instabilité ou critique, détermine le degré de ressource avec lequel nous ferons face à la situation. La puissance des croyances Une étude sur l’apprentissage a bien mis en lumière l’impact puissant des croyances. Alors que nos vies et le monde changent, nous avons également besoin de nous adapter et d’actualiser nos croyances à propos de nous-mêmes. 1. 1.

Related: