background preloader

Organiser sa veille avec les outils gratuits. Etape n° 3 : trouver les sources

Vous avez élaboré une méthode pour organiser votre veille, vous en avez délimité le périmètre et trouvé les bons mots clés et nous arrivons maintenant à l’étape cruciale : l’identification des sources à surveiller. A cette étape il s’agit d’identifier : Les sites ressourcesLes personnes ressources Sites ressources Sources sectorielles « officielles » Avant toute chose et avant de se jeter sur Google, il faut identifier les sources d’information « officielles » du secteur que vous souhaitez capter : Publications, journauxOrganismesPortails Et pour cela référez vous aux précédents articles de ce blog consacré à la recherche d’informations sectorielles et celui consacré à la presse.Et dans chacun de ces sites repérer les possibilités d’abonnement à un fil RSS ou à une newsletter. Recherche dans les moteurs en ciblant sa recherche. Avec les mots clés précédents choisis (voir article précédent) on peut se lancer dans l’interrogation des moteurs de recherche. limiter sa recherche au titre de la page Related:  outils de veilleVeille & E-Réputation

Plates-formes de curation Comparateur collaboratif S'inscrire Se connecter Se connecter Déconnexion Mon Espace - Plates-formes de curation Internet > Communications > Curation J'aime 23 sept. 2018 18:01:13 Comparatif des plates-formes de curation Inclure 2011-03-11 15:58:42 2018-09-23 18:01:13 Curation Comparison of social bookmarking curation tools and services. Plus de comparatifs Commentaires voir les commentaires plus anciens Laisser un commentaire Créer des tableaux comparatifs ou listes sur tout ! C'est gratuit et rapide de créer des tableaux originaux Créer un tableau SocialCompare Coup de pouce ! Faites connaître notre service, parlez-en à vos amis... © 2010 - 2019 SocialCompare.

Organiser sa veille avec les outils gratuits. Etape n° 2 : trouver les mots clés | Pepidoc Social Bookmark List : keilmuan.combostiket.comzzhop.comkumoe.comdibsc.comniabc.comvcvic.comtiwgp.comxlasu.comunirop.comraveet.comturpold.comtribunera.comrixds.comulicca.com For Complete List, >>> CLICK Here Pourquoi et comment faire de la veille sur Twitter ? Twitter est surement un des outils web des plus pratique pour faire de la veille technologique ou pour suivre un évènement particulier, suivre les différentes réactions sur une marque, un évènement ou tout simplement une actualité. Dans un système où la recherche d’informations va de plus en plus vite, Twitter est le seul à proposer de l’information en quelques secondes : le Real Time. Le fait le plus marquant et le plus récent sur la rapidité de la diffusion de l’information c’est surement l’exemple de l’avion de Air France qui a disparu dans l’océan. En quelques secondes l’information avait fait le tour des utilisateurs sur Twitter, et en quelques minutes l’expression Air France rentrait dans le top des topics de Twitter et y est resté pendant plus de 2 semaines. Alors pourquoi faire de la veille sur Twitter ? Si vous êtes une entreprise, ce n’est pas le genre de question qu’il faut vous poser, je dirais même que c’est obligatoire. Search.twitter Tweettabs Twitturly Sideline Tweetmeme

IS & Veille Mise en place d’une veille en orientation avec Scoop.it Dans le cadre des TraAM 2011-2012, nous avons réalisé et expérimenté une séquence de veille autour de l’orientation avec un outil de curation : Scoop.it! Titre de la séquence : Mise en place d’une stratégie de veille avec Scoop.it ! en adéquation sur un métierPrésentation de l’action : à partir d’une recherche sur un métier, organiser les résultats de sa recherche dans Scoop.it ! afin de les conserver, les mettre à jour, les diffuser et les partager Cadre Type d’établissement : lycéeNiveau(x) de(s) classe(s) : terminales STGNombre d’élèves concernés : 2 x 15 élèvesCadre pédagogique : programme de terminale / éducation à l’orientation /Durée et nombre de séances : idéalement 1 séance de 2h consécutives + 1h de présentation + 1h évaluation (plusieurs semaines ou mois plus tard)Discipline impliquée : CGRH Descriptif Séance 1: 1 / Présentation du projet 3 / Présentation de Scoop.it ! 4 / Effectuer une sélection de sites pertinents sur internet compléter la grille récapitulative en annexe 2

Mind Mapping Software - Create Mind Maps online Scoop.it : créer et partager sa veille d'informations Scoop.it est un outil en ligne pratique pour mettre en place et partager une veille d'informations réactive aux mots-clés de son choix. Connecté à différentes sources d'informations comme Google (blogs, actualités) et Twitter, il permet de partager sur un journal personnel les meilleurs pages web sur des thématiques ciblées et évite ainsi la fragmentation de sa veille d'informations. Un outil de communication également utile en complément d'autres supports d'expression (blogs, sites web) pour faire valoir son expertise dans un domaine particulier. Présentation. Qu'est-ce que Scoop.it ? Scoop.it est un service de curation et de partage de veille de contenus web sur un sujet ou une thématique ciblés, présenté sous la forme d'un journal en ligne actualisable en temps réel. Son fonctionnement s'articule en trois étapes : Pour quels professionnels et quels usages ? Il peut-être utilisé : Ouvrir un compte Scoop.it, choisir un sujet et créer son journal Choisir un sujet ou une thématique de veille

Scoop.it, un outil de curation A nouveaux usages, nouveau vocabulaire. A la fin de l’année 2010 le terme "curation" a fait son apparition dans le domaine de l’information-documentation directement influencé par les nouvelles utilisations du web 2.0 et la nécessité de filtrer, canaliser, exploiter, partager le flux pléthorique des informations. Ce néologisme, issu du terme curator anglo-saxon dénommant à l’origine le commissaire d’expositions d’art, désigne une activité que les documentalistes connaissent depuis longtemps : regrouper les informations, les sélectionner, les classer selon une thématique précise. La curation va cependant plus loin puisqu’il s’agit aujourd’hui de mettre en valeur ces données, de les éditorialiser et de les partager, valeur ajoutée rendue possible grâce à l’évolution des outils du web. Vous avez dit « Curation » ? La curation avec Scoop.it Présentation du service en janvier 2011 sur Le blog du modérateur « Curation » ou webinage ? Les outils de curation Scoop.it Procédure Lancez-vous ! 1. 4.

Connaître les résultats les moins populaires d'une recherche On a la fâcheuse habitude de répéter inlassablement les mêmes schémas dans notre activité en ligne. En matière de recherche par exemple. La très grande majorité des internautes se contentent des premiers résultats de Google pour obtenir des réponses à leur question. Ce n’est pas très drôle, tout le monde lit ainsi les mêmes sites sur les mêmes sujets… Après tout, YOLO, comme disent les jeunes. Si vous souhaitez changer un peu votre vision du web, vous pouvez utiliser des moteurs de recherche alternatifs, comme par exemple MillionShort. L’idée, en ne conservant que des résultats obscurs, est de vous amener à revoir votre vision du web. A tenter !

Un annuaire collaboratif et évolutif de comptes Twitter pour les enseignants. Deux professeurs documentalistes Sophie Bocquet et Nadya Benyounes ont créé un blog pour aider les collègues à débuter sur Twitter.Pour l’instant, il s’agit d’établir un annuaire des comptes twitter existants, réservoir de comptes à suivre pour celles et ceux qui se lancent dans la veille informationnelle sur twitter. Nous twittons et vous « Vous trouverez dans ce site tout le nécessaire pour débuter sur Twitter, les comptes à suivre en premier, un annuaire de comptes, des interviews… » Voici les comptes qui apparaissent dans l’annuaire, à ce jour. Ils sont classés par catégories qui elles-mêmes sont taguées par mots clés : InfoDoc, Institutionnels, média, éducation, CDI. Par ordre chronologique de parution : Sites Documentation académiques Les comptes des académies Comptes Twitter de CRDP CDDP Les comptes Twitter du service public français Comptes twitter de médias : radios, chaines de télévision Comptes des professeurs documentalistes et des CDI La presse les journalistes Education TICE

Sept cas d'usage des outils d'e-réputation 01net le 30/04/12 à 15h35 Les logiciels d’e-réputation se multiplient à la vitesse grand V sur le marché. 1) Détecter les leaders d’opinion L’analyse des commentaires des consommateurs est sûrement le volet de l’e-réputation le plus connu. Pour autant, « la plupart des projets d’e-réputation visant à cerner le comportement et les avis des consommateurs restent encore séparés du monde de la relation client. 2) Mesurer la tendance d’un écosystème Historiquement, les entreprises recourent aux études de marché pour déceler les goûts des consommateurs. Thermomètre qui peut également être un plus pour tester la réaction de l’opinion publique face, par exemple, à un projet d’implantation d’une usine ou d’un magasin. 3) Maîtriser l’image de l’employeur Au-delà de l’image institutionnelle des entreprises ou des avis de consommateurs, c’est de plus en plus la composante « employeur » que surveille l’e-réputation. 4) Anticiper et alerter 5) Réagir dans les temps impartis

Pearltrees, marque-pages social. Pearltrees est un service en ligne créé en 2009 par Patrice Lamothe, François Rocaboy, Nicolas Cynober et Samuel Tissier, qui permet de mémoriser organiser, classifier et partager les trouvailles sur le web, c’est-à-dire constituer des dossiers thématiques et donner du sens aux marque-pages internet que nous sauvegardons. Broceliand est la société française située à Paris, chargée de concevoir, de réaliser et d’exploiter Pearltrees.Le nom Pearltrees résume bien la représentation visuelle de ces marque-pages constitués par des perles rassemblées en arbre. Fonctionnant par arborescence, l’arbre entier est le dossier/centre d’intérêt et chaque perle une page web qui s’y rattache pouvant elle-même s’ouvrir vers d’autres perles organisées entre elles en arbre et constituant au final une sorte de carte heuristique. Un dossier simple Marque-page social (social bookmarking) parce que ces perles peuvent être partagées et organisées collectivement. Pearltrees Site de Pearltrees

Soyez prêt pour votre prochaine crise sur Internet Cet article a été publié il y a 1 an 3 mois 20 jours, il est possible qu’il ne soit plus à jour. Les informations proposées sont donc peut-être expirées. La gestion de crise a toujours été un moment délicat de la vie d’une entreprise. Créer de l’information (photos, vidéos, articles)Diffuser de l’information (compte Facebook, page Facebook, blog,…)Partager de l’information (Like, RT, +1, scoop.it, pin it, ….) D’une part, cela représente des opportunités de communication pour les entreprises via le earned media, mais d’autre part, dès qu’une information est à charge contre une entreprise elle peut devenir virale sur Internet et percoler vers les médias traditionnels. Vous connaissez les étapes traditionnelles, attardons nous sur la décomposition des 5 étapes en fuschia : La naissance : Un fait particulier est à la génèse d’une crise La viralisation : Des internautes voient un intérêt à partager l’information A. Ces erreurs génèrent des cas d’écoles intéressants. Les non-réponses.

Une veille de qualité à partir d'outils gratuits est-elle possible? Et si oui, comment? Ressources Veille Dans le billet qui restera sans doute le plus polémique et donc le plus utile de ce premier semestre pour les professionnels de la veille et de l'intelligence économique, Frédéric Martinet, le "veilleur intraitable" ;-) évoque plusieurs sujets sur lesquels je suis tout à fait d'accord avec lui (voir ici et là dans les commentaires), et un avec lequel je ne le suis pas, et ce ne sera une surprise ni pour lui, ni pour vous. Il s'agit bien sûr de ce que l'on peut faire en terme de veille avec des outils gratuits ou peu coûteux. De fait, depuis sept ans où je forme en moyenne entre 80 à 120 veilleurs par an (non-inclus les étudiants) tous secteurs d'activités confondus et autant dans le public que dans le privé, je pense pouvoir dire au doigt mouillé que 80% n'ont pas et n'auront pas à moyen terme, de budget pour investir dans des outils (logiciels, services en ligne) dépassant les 200 euros. Articles portant sur des thèmes similaires :

Related: