background preloader

Bernard Stiegler Penser les l'impact sociétal des nouvelles technologies

Bernard Stiegler Penser les l'impact sociétal des nouvelles technologies
Related:  sophie2bdocAlternative vision

WikiInfoDoc | Accueil / Presentation browse Liste des notions [afficher] B (base de données, bruit...) D (document, droit de l'information...) I (identité numérique, indexation...) O (opérateur, outils de recherche...) P (pertinence, publication...) R (référence, réseaux sociaux...) T (thésaurus, type de document...) V (veille, vocabulaire contrôlé...) Ce Wikinotions InfoDoc est un projet collaboratif piloté par la FADBEN (Fédération des Enseignants documentalistes de l’Éducation Nationale) destiné à préciser le contenu d'un enseignement en information documentation. Il s'agit, depuis novembre 2013, d'une nouvelle version du Wikinotions développé en 2010, avec un changement d'outil, une plus grande ouverture aux contributions, la volonté de compléter le travail effectué autour des notions. Cet outil cherche à associer acteurs de terrain et chercheurs dans la définition de notions essentielles et la mutualisation de pistes pédagogiques sur ces mêmes notions.

«Nous avons lancé le processus de deuil de notre propre espèce» | Pierre Belmont Paul Jorion n'est pas de ceux qui vous redonnent foi en l'avenir. Dans son dernier ouvrage Le dernier qui s'en va éteint la lumière, l'anthropologue estime qu'il ne reste que deux ou trois générations à l'humanité avant de disparaître. Pour Nom de Zeus, il explique pourquoi la fin est si proche. Entretien pré-apocalypse. Paul Jorion est de ces personnages inclassables. S'il utilisait les canaux politiques et idéologiques habituels, on pourrait dire que Le dernier qui s'en va éteint la lumière est un ouvrage férocement anti-capitaliste. Trahis par notre environnement L'environnement, en premier lieu. «L'environnement nous trahit, car nous l'avons colonisé de façon brutale et non durable. Après la relative euphorie de la COP21, c'est la douche froide. Finance: un système au bout du rouleau Notre système financier est incapable de gérer cette crise. «Nous avons déjà eu plus qu'un avertissement en 2008 mais nous n'en tenons absolument pas compte. Les robots nous poussent vers la sortie

Internet est-il en train de disparaître Thierry27.04.2014 émission Place de la toile du 26-04-2014 Pour rebondir sur les propos de votre dernière émission et de la précédente, je vous fais part de cette courte réflexion. Elle ne date pas d'hier, elle est plutôt étayée par un retour d'expérience professionnelle et personnelle, individuelle et collective qui s'est construite sur plusieurs décennies. Comme souvent d'ailleurs, elle mériterait de plus amples développements et des exemples concrets pour parer aux critiques immédiates sur leur caractère général ou « catastrophiste », ce que d'aucuns pourraient s'empresser de faire. L'acquisition, par la pratique et l'apprentissage, d'une autonomie réelle sur les réseaux informatiques mondiaux est quasiment impossible. (1) G. Thierry répondre

Doc pour docs Manuel de reconstruction pour le XXIe siècle La sécurité civile ne se lasse pas de planifier le pire. Après le Québec se préparant à une attaque de zombies (sans blague !), c’était au tour de l’Île-de-France de sombrer théoriquement sous l’eau cette semaine. Qu’elle surgisse d’un virus, de cataclysmes ou d’une attaque, de quels savoirs aurions-nous besoin pour redevenir une civilisation en cas d’apocalypse ? Petit ABC du progrès. Diderot voyait en sa magistrale Encyclopédie, ou dictionnaire raisonné des arts et des métiers (de 1751 à 1772) LE livre permettant de sauvegarder l’intégralité du savoir humain de l’époque, et de le transmettre. L’apocalypse, et après ? Résultat ? Les solutions proposées par Dartnell obligent souvent à remonter le temps ; à adopter non pas les technologies les plus récentes, trop complexes ou miniaturisées, mais celles d’avant, qui ne demandent que des connaissances de base et sont moins énergivores. Les essentiels

Lev Manovich, culture logiciel acces rapide a la navigation principale acces rapide a la navigation secondaire acces rapide au contenu acces rapide au contenu de droite acces rapide au footer Recevez la lettre d'information retour en haut de page retour en haut de page retour en haut de page Place de la toile par Xavier de la Porte Le site de l'émission le samedi de 18h10 à 19h 49 minutes Lev Manovich, culture logiciel 13 Pour cette dernière « Place de la Toile », un nouvel entretien de Claire Richard. Avec Lev Manovich Théoricien des nouveaux médias et artiste, Lev Manovich est professeur en « computer science » à l'Université de New York. Version originale de l'entretien : « Selfiecity », une enquête sur le « selfie » dans cinq villes du monde, un des projets de Lev Manovich. Sur Thème(s) : Information| Idées| Informatique| Internet| Claire Richard| Lev Manovich Document(s) 13 commentaires Yann06.07.2014 Quelles sujets seront développer sur cette chaîne à l'avenir? répondre Keni06.07.2014 Quelle dommage ! répondre répondre répondre T.

La classe inversée, un véritable bouleversement pédagogique ? #1 Est-ce si nouveau ? Depuis plusieurs mois, les classes inversées s'immiscent dans pratiquement toutes les conversations. Schématiquement, il s'agit de faire travailler les étudiants en amont du cours, pour consacrer le temps où ils sont présents avec le professeur à d'autres activités : approfondissement de certaines notions, réponse aux questions des étudiants, mais aussi mise en commun des productions, échanges et débats. Présentée de la sorte, cette pédagogie n'est pas franchement nouvelle : professeur à l'université catholique de Louvain, Marcel Lebrun, notamment, raconte avoir lui-même eu un enseignant qui pratiquait cette méthode lorsqu'il était étudiant. Comment expliquer un tel engouement ? #2 Est-ce forcément numérique ? Si les enseignants n'ont pas attendu le web, les podcasts et les réseaux sociaux pour expérimenter la classe inversée, les outils numériques en facilitent largement la mise en pratique. #3 Faut-il inverser tous les cours ? "Il faut alterner !

Ce que Bernie Sanders nous dit sur les inégalités | En route vers la présidentielle américaine Inlassablement, depuis le début de sa campagne à l'investiture démocrate, le sénateur du Vermont Bernie Sanders parle d'inégalités, des écarts de richesse dans la société américaine, de l'argent que possèdent les 1 % les plus favorisés. Un texte de Gérald Fillion Il va plus loin : les 0,1 % les plus riches possèdent financièrement l'équivalent de ce que détiennent les 90 % les moins riches des États-Unis. Bernie Sanders Photo : Shannon Stapleton / Reuters Il le répète sur toutes les tribunes, et encore mardi soir au New Hampshire dans son discours de victoire. De tous les pays riches, du Canada à la Norvège, de l'Autriche à l'Australie, de la France à la Suisse, presque tous les indicateurs économiques, sociaux, de santé, d'éducation, et j'en passe, montrent que les États-Unis sont les plus inégalitaires du monde à plusieurs niveaux. Richard Wilkinson et Kate Pickett ont écrit L'égalité, c'est mieux, publié chez nous aux Éditions Écosociété en 2013. Un pays riche? Atténuer les inégalités

Une brève histoire de lignes : de l'essai anthropologique à l'exposition artistique. A partir de l’exposition au Centre Pompidou-Metz, « Brève histoire de lignes », du 11 janvier au 1er avril 2013. Avec : Philippe TRETIACK Alain BUBLEX Béatrice FRANEKEL Philippe TRETIACK : « Ce qui est très intéressant c’est que le livre de Tim Ingold ouvre un champ philosophique et esthétique. […] Au fur et a mesure que la société a avancé, il y a eu une séparation entre le travail de la main et l’écriture. […] J’aime bien quand il parle de l’écriture chinoise : la lettre latine se présente à nous de profil, la lettre chinoise se présente à nous de face. Béatrice FRAENKEL anthropologue, détentrice de la chaire à l’EHESS de l’anthropologie de l’écriture : « La proposition de Tim Ingold est de l’ordre de l’expérience, il nous convie à penser ensemble tout un panel d’activités. […] Je crois que l’écriture est encore manuelle. […] On pourrait parler de l’expérience de l’apprentissage de l’écriture et notamment celui de la vitesse d’écriture. Sons diffusés : - Anna Karina - "Ma ligne de chance".

La pédagogie inversée La pédagogie inversée : les flipped classrooms : de nouveaux espaces-temps pour enseigner et apprendre à l'ère numérique Conférence de Marcel Lebrun, professeur à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l'éducation de l'UCL de Louvain ; Le mercredi 3 Octobre 2012 lors du Forum@tice Document support de la conférenceLe blog de Marcel Lebrun A propos de la pédagogie inversée Qu'est-ce que c'est ? Marcel Lebrun : livres, articles, conférences Des technologies pour enseigner et apprendre (édition De Boeck)Théories et méthodes pédagogiques pour enseigner et apprendre : quelle place pour les TIC dans l'éducation ?

À propos Principes Fondé en 2014, Ricochet est un journal multiplateforme issu de trois grands constats: Le journalisme est en crise. La course vers le fond du baril amorcée par la plupart des grands quotidiens appauvrit la qualité de l'information et met notre démocratie en danger. Ricochet, structuré en OBNL, revendique haut et fort son indépendance et promeut un journalisme qui va plus loin que la couverture immédiate.L'espace public est occupé par le statu quo: Ricochet souhaite le bouleverser. Ricochet est décliné en deux éditions indépendantes, francophone et anglophone, basées respectivement à Montréal et à Vancouver. Politique de conflit d'intérêts Un journaliste ne peut couvrir et un éditeur ne peut publier une affaire dans laquelle l'un ou l'autre a un intérêt personnel ou pécuniaire. Appuyez Ricochet Nos membres sont notre source principale de revenu. Écrivez pour Ricochet

Faire ses premiers pas vers la classe inversée Un dossier conjoint Infobourg – Carrefour Éducation Peut-être avez-vous entendu parler dernièrement de la fameuse dynamique de « classe inversée »? Elle semble être sur toutes les lèvres! Parmi les enseignants qui l’ont expérimentée, certains ne peuvent plus s’en passer et y voient des avantages énormes, notamment grâce aux nouvelles possibilités de personnalisation de l’enseignement entraînée par l’augmentation du temps disponible pour les élèves. Mais tout d’abord, qu’est-ce que la classe inversée? Présentement, au primaire et au secondaire, on voit certains cas d’application du modèle « mixte », un contexte dans lequel une partie de l’année se déroule de façon « inversée » et, l’autre, de façon traditionnelle. Ce dossier conjoint de Carrefour Éducation et d’Infobourg propose de faire le tour de la question et de prendre connaissance de l’expérience de certains enseignants. Plan du dossier : 1. 2. 3. 4. À propos de l’auteur Audrey Miller Pour suivre l’auteur :

Related: