background preloader

"La distribution physique va décider de l'avenir de l'e-commerce"

"La distribution physique va décider de l'avenir de l'e-commerce"
Les retailers vont prendre possession de l'e-commerce. Ils imposeront leurs réponses aux grands enjeux du secteur et lui apporteront une nouvelle phase d'innovation au travers du mobile. Le fondateur de Rueducommerce détaille sa vision. JDN. Gauthier Picquart. Car en parallèle, les distributeurs physiques vont progressivement s'approprier le secteur. Comment doivent réagir les e-commerçants ? Il n'y a plus d'innovation dans la vente en ligne depuis un bon moment. Pourquoi la montée en puissance de la distribution physique est-elle inexorable ? De façon similaire, aux débuts de l'e-commerce, on pouvait s'attendre à ce que les vépécistes prennent la main. Ceci n'empêche pas qu'à terme, il restera toujours des dizaines de milliers de pure players, des sites de niche qui continueront à avoir leur place. Comment s'explique le cas du pure player Amazon, exception dans ce tableau d'un marché e-commerce dominé par les retailers ? Mais Amazon est-il un vrai e-commerçant ? Related:  Multi-canal / cross-canal

- StumbleUpon Comme nous vous l’avions annoncé, Jean Marc Megnin du blog Le furet du retail, Thierry Spencer du blog Sens du client, Christophe Protat du blog Nouveaux concepts, ainsi que Mickael Durand (moi même) de Connected Store ont participé, lors du salon Marketing Point de Vente 2012, à une tribune libre de blogueurs du retail dédié au commerce connecté et aux magasins connectés. Aussi, pour toutes celles et ceux qui n’ont pas pu venir y assister, ou bien également pour ceux qui souhaiteraient revoir cette intervention, nous avons le plaisir de vous annoncer qu’en tant qu’authentiques blogueurs connectés ;-), nous avons bien évidemment pris soin de filmer la conférence pour pouvoir la partager au plus grand nombre sur Youtube. Comme vous avez pu où pourrez le constater en visionnant cette vidéo, les profils des blogueurs étant assez différents et complémentaires, cela donne une vision plutôt riche et large du sujet. Articles similaires:

Showroomprive.com rouvre sa boutique de 800m² à Paris Le site de ventes privées Showroomprive.com rouvre Showroom30, son magasin parisien de 800m², qui avait fermé il y a un an suite à un incendie. Le magasin Showroom30, ouvert en 2000 dans le 8ème arrondissement de Paris par la maison mère de Showroomprive.com, dont l'activité de déstockeur remonte à 25 ans, était parti en flammes en 2011. Après 18 mois de travaux de rénovation, Showroom30 rouvre ses portes au 30 rue de Lisbonne sur la même surface de 800 mètres carrés sur trois étages. Comme sur le site, y sont commercialisés des articles de marque à prix réduit. Showroomprive.com a réalisé un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros en 2011 et vise 250 millions d'euros de vente cette année.

Les responsables marketing vont miser sur la publicité en ligne d'ici à 2017 Que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe, les dépenses marketing dans la publicité digitale seront au beau fixe dans les cinq années à venir. Les plateformes ad exchange et la vidéo devraient se tailler la part du lion. Les dépenses publicitaires en ligne vont croître dans le monde entre 2012 et 2017. Selon les prédictions d'un rapport de Forrester, la hausse sera de 17% les cinq prochaines années aux Etats-Unis passant de 12,7 à 28 milliards de dollars. En Europe, elle sera légèrement moins élevée avec un taux annuel moyen de 13% - passant de 4,8 milliards d'euros en 2012 à 7,7 milliards d'euros en 2016. L'augmentation est telle que les dépenses dans la publicité digitale devraient dépasser celles dédiées aux médias traditionnels qui ne progresseront en moyenne qu'à un taux de 1,1% jusqu'en 2017. Bonnes prévisions pour la vidéo et les plateformes ad exchange Arrivée à maturité

Pourquoi acheter votre store locator chez un spécialiste ? Quand vous avez des problèmes de coeur, vous attendez de votre médecin généraliste qu’il vous envoie vers un spécialiste : un cardiologue. Il en va de votre santé et la santé ça n’a pas de prix. Dans l’informatique c’est pareil, il existe de nombreuses spécialités : l’ e-commerce, la communication, l’évènementiel, l’affiliation, le webmaketing, le référencement, l’outil de paiement… et bien entendu le store locator. Une seule et même entreprise qui ferait tout, oui c’est possible, mais jamais dans l’intérêt du client ! S’il est souvent plus simple pour une entreprise de ne travailler qu’avec un seul prestataire, cette méthode n’est pas sans risque : - l’entreprise peut avoir le sentiment d’être menottée surtout au moment de s’engager sur un devis. - si son prestataire refuse de s’ouvrir, l’entreprise ne bénéficie pas des dernières innovations qui sont pourtant à sa portée. - l’entreprise paye plus chère certains services moins performant et moins pérenne. - d’en mesurer la performance.

- StumbleUpon Podcast: Download Bonne nouvelle pour tous ceux qui n’ont pas pu venir assister à notre conférence lors du salon MDExpo / e-retail ! En effet, nous vous proposons aujourd’hui de la découvrir – ou re-découvrir – en plusieurs vidéos ainsi qu’en podcast audio (dans son intégralité). Voici les différents chapitres de cette conférence intitulée : Magasins : faîtes d’internet votre meilleur allié, pas votre pire ennemi ! Connected Store est édité par Improveeze, société spécialisée dans le Phygital Commerce, c'est à dire dans l'intégration efficace du digital en lieux physiques à but commercial. www.improveeze.com Articles similaires:

Restera t-il Encore des Purs "Pure Players" dans 10 ans ? Post de fond un peu long, parfois "technique", mais sans doute une bonne "food for thought" pour les pure players... Aux Etats-Unis, sur les 100 1ers CA réalisés en eCommerce, on n'a aujourd'hui que 17 Pure Players, le reste étant le fait de retailers ou VPCistes. Et si on considère le CA réalisé par les 100 1ers acteurs de ce canal : Retailers et VPcistes en réalisent 66%Amazon en réalise environ 27%Les autres pure players 7% Et si on enlève ces 2 acteurs particuliers que sont NetFlix et VistaPrint, les Pure Players ne représentent plus que 4%... La réalité US est simple, les Pure Players - à l'exception très notable d'Amazon - sont devenus marginaux dans le CA total du canal eCommerce. Cette montée des acteurs traditonnels est tout ce qu'il y a de plus logique car ils jouissent d'avantages concurrentiels majeurs, avec une marque, une notoriété, un sourcing puissant, une connaissance des besoins clients, la possiblité de faire du cross-canal, etc

La fin prochaine du e-commerce tel que nous le connaissons ? par Pascal Podvin - Chronique e-Business Depuis les déclarations en février 2012 du PDG de Sainsbury’s, Justin King, appelant le petit commerce à simplement accepter son destin et se résigner à disparaître, la « mort du commerce de proximité » est à nouveau un sujet brûlant dans les médias. Le e-commerce a été considéré comme l’un des responsables des déboires des commerces « bricks and mortar ». Mais c’est un jugement biaisé, qui suggère une cannibalisation des canaux commerciaux entre eux, alors que la véritable tendance est, au contraire, celle d’une complémentarité dont le potentiel est quasiment illimité.Si les consommateurs ne se restreignent plus à faire leurs achats dans les magasins traditionnels, ils ne souhaitent pas non plus faire leur shopping exclusivement en ligne. Le magasin éphémère ne proposait que les articles présents sur le catalogue en ligne.

BLOG E-COMMERCE de François Ziserman, Expert e-commerce Mon humble réponse à cet article des Echos qui retrace la vie de quelques gros acteurs du ecommerce Français : Pixmania, Rueducommerce, CDiscount, Oscaro et Priceminister L’analyse du journaliste, pour faire simple, c’est de dire que les finances n’ont pas suivies. Peut être… Mais je pense qu’il y a une autre raison : la culture technique. La force d’Amazon, c’est d’avoir monté un système d’information qui est une machine de guerre. Le e-commerce, c’est du « techno-marketing ». Il faut intégrer les notions d’acquisition de trafic : SEO, SEM. Il faut de plus développer une culture de la data : mettre en place les outils pour avoir de la donnée, et faire de l’analyse. Mais il faut également avoir une vrai vision de l’urbanisme de son système d’information ecommerce… C’est sur ce dernier point que, je pense, on pêche le plus. La difficulté, c’est le passage à l’échelle. Bien sûr, quand on démarre, il ne s’agit pas d’urbanisme. Le problème ?

Related: