background preloader

"La distribution physique va décider de l'avenir de l'e-commerce"

"La distribution physique va décider de l'avenir de l'e-commerce"
Les retailers vont prendre possession de l'e-commerce. Ils imposeront leurs réponses aux grands enjeux du secteur et lui apporteront une nouvelle phase d'innovation au travers du mobile. Le fondateur de Rueducommerce détaille sa vision. JDN. Gauthier Picquart. Car en parallèle, les distributeurs physiques vont progressivement s'approprier le secteur. Comment doivent réagir les e-commerçants ? Il n'y a plus d'innovation dans la vente en ligne depuis un bon moment. Pourquoi la montée en puissance de la distribution physique est-elle inexorable ? De façon similaire, aux débuts de l'e-commerce, on pouvait s'attendre à ce que les vépécistes prennent la main. Ceci n'empêche pas qu'à terme, il restera toujours des dizaines de milliers de pure players, des sites de niche qui continueront à avoir leur place. Comment s'explique le cas du pure player Amazon, exception dans ce tableau d'un marché e-commerce dominé par les retailers ? Mais Amazon est-il un vrai e-commerçant ?

Showroomprive.com rouvre sa boutique de 800m² à Paris Le site de ventes privées Showroomprive.com rouvre Showroom30, son magasin parisien de 800m², qui avait fermé il y a un an suite à un incendie. Le magasin Showroom30, ouvert en 2000 dans le 8ème arrondissement de Paris par la maison mère de Showroomprive.com, dont l'activité de déstockeur remonte à 25 ans, était parti en flammes en 2011. Après 18 mois de travaux de rénovation, Showroom30 rouvre ses portes au 30 rue de Lisbonne sur la même surface de 800 mètres carrés sur trois étages. Comme sur le site, y sont commercialisés des articles de marque à prix réduit. Showroomprive.com a réalisé un chiffre d'affaires de 180 millions d'euros en 2011 et vise 250 millions d'euros de vente cette année.

Understanding online customer experience: four key trends Mobile is becoming a focal point as companies invest more time in understanding the multichannel customer experience, according to research published today. The second annual Reducing Customer Struggle report, published by Econsultancy in association with Tealeaf, looks in detail at the extent to which companies understand the overall online customer experience across online and offline channels and the approaches or types of technology they use to identify and address issues. The reseach has found that companies still have a limited understanding of the mobile user experience. The study is based on a global online survey of almost 500 business professionals working for companies involved in e-commerce and online business. More companies are looking at why things are happening, not just what is happening Marketers are increasingly using a wide variety of methods to identify customer experience issues and reduce the impact on the customer.

Restera t-il Encore des Purs "Pure Players" dans 10 ans ? Post de fond un peu long, parfois "technique", mais sans doute une bonne "food for thought" pour les pure players... Aux Etats-Unis, sur les 100 1ers CA réalisés en eCommerce, on n'a aujourd'hui que 17 Pure Players, le reste étant le fait de retailers ou VPCistes. Et si on considère le CA réalisé par les 100 1ers acteurs de ce canal : Retailers et VPcistes en réalisent 66%Amazon en réalise environ 27%Les autres pure players 7% Et si on enlève ces 2 acteurs particuliers que sont NetFlix et VistaPrint, les Pure Players ne représentent plus que 4%... La réalité US est simple, les Pure Players - à l'exception très notable d'Amazon - sont devenus marginaux dans le CA total du canal eCommerce. Cette montée des acteurs traditonnels est tout ce qu'il y a de plus logique car ils jouissent d'avantages concurrentiels majeurs, avec une marque, une notoriété, un sourcing puissant, une connaissance des besoins clients, la possiblité de faire du cross-canal, etc

What The Fancy Is Doing Right With Online Shopping Do you ever wonder how we functioned before the Internet? Imagine booking travel, shopping for real estate or sending flowers before being able to do so with a click on your keyboard. Do you even remember how it was done? While it has been disruptive for less than two decades, the pervasiveness of online shopping has made e-commerce feel like it’s been around for a whole lot longer. The Fancy is a great example of such an upstart. I’m naturally drawn to people, brands, and companies that realize opportunities and solve challenges through a careful combination of simplicity, common sense, and determination. Design-Centered The visually designed user-experience of many e-commerce sites can be uninspired and uninteresting. Crowd Curated Fancy is curated by its users, a cool-hunting, trend-forward bunch. DIY Retailing Fancy is fully exploiting the power of the personal influencer through one of their most recent updates, which allows users to, in effect, create their own online retail store.

Le digital peut-il faire venir les clients dans les points de vente ? par Bertrand Jonquois - Chronique e-Business L’évolution des usages sur le web et le mobile offre de nouvelles opportunités pour les enseignes de distribution et les réseaux de points de vente. On constate deux phénomène concomitant. D'une part, le développement des recherches sur le web et le mobile avant l’achat en magasin (Research Online Purchase OffLine). Et d'autre part, la montée en puissance phénoménale de l’équipement et de l’usage des smartphones et du mobile en général (Mobile to Store).Et pourtant aujourd'hui, le digital est principalement associé à la vente en ligne, alors que celle-ci ne représente que 7% du commerce de détail (1). Comment améliorer le référencement local des points de vente? Faire revenir en magasin en optimisant sa relation client via le SMSLe téléphone mobile est dans la poche de tous les consommateurs : On compte 69,5 millions d’abonnées au téléphone mobile en France soit 106% de la population.

Pourquoi vente-privee a racheté le Théâtre de Paris "Non, ce n'est pas une danseuse". Comme à son habitude, Jacques-Antoine Granjon, le PDG et fondateur de vente-privee.com, n'a pas sa langue dans sa poche quand on l'interroge sur son dernier achat. Le site de déstockage en ligne vient en effet de s'offrir rien de moins que le mythique Théâtre de Paris, où ont joué Romy Schneider, Alain Delon ou encore Gérard Depardieu. L'information avait été dévoilée par Challenges le 10 janvier dernier (Challenges N°327), une conférence de presse ce mardi 29 janvier a confirmé la chose. Un site d'e-commerce qui se paie la société exploitant l'un des plus célèbres théâtres de la capitale (et non les murs) pour près de 7 millions d'euros, la nouvelle a en effet de quoi surprendre. Jacques-Antoine Granjon revient pour Challenges.fr en vidéo sur l'intérêt de cette acquisition pour le site de déstockage : 1. C'est un élément à ne pas négliger. 2. En 2007, le site avait vendu pour la première fois l'album d'un artiste, Alain Chamfort. 3. 4.

"Monoprix.fr vise 50% de croissance par an sur les trois prochaines années" Drive-in en centre-ville, marketplace en 2013, nouvelles catégories de produits en propre... Le directeur e-commerce de Monoprix détaille les challenges et les projets de l'enseigne sur le Web. JDN. Vous avez pris vos fonctions de directeur e-commerce de Monoprix il y a cinq mois. Patrick Oualid. Le deuxième challenge, c'est le multicanal. Quel premier bilan tirez-vous des "walk-in", ces "drive-in" de centre-ville que Monoprix teste depuis le début 2012 ? Cela fonctionne bien. Lorsqu'un consommateur va chercher ses courses à pied, son panier moyen est bien moindre qu'en y allant en voiture. Les courses en ligne sont surtout constituées de packs d'eau, de papier toilette ou de produits d'hygiène de la maison. Comment avez-vous aménagé les magasins pour y insérer les walk ? Gérer des magasins de centre-ville est de toutes manières d'une complexité extrême. Le mobile fait aussi partie du multicanal, où en êtes-vous ? Avez-vous d'autres projets en matière de multicanal ?

"En mai, les Galeries Lafayette dérouleront leur stratégie cross-canal et un nouveau site marchand" Le groupe a revu toute son organisation pour mettre en place les fonctionnalités cross-canal qui lui permettront de reprendre le dessus sur les pure players, explique son directeur e-commerce. JDN. Quel regard portez-vous sur la montée en puissance des retailers dans l'e-commerce ? Franck Zayan. Maintenant, les retailers vont pouvoir reprendre la main. En l'occurrence, quels sont les atouts des Galeries Lafayette face aux pure players ? La marque, la capacité d'aller chercher le produit et la relation avec les clients en magasin. Nous avons une cible très claire. Comment avez-vous préparé ce nouveau mode de fonctionnement ? Nous avons changé l'infrastructure, la plateforme, l'architecture système, l'hébergeur, nous avons connecté le site au système d'information des magasins physiques. Bref, un travail colossal, d'autant qu'il a été mené de front avec une accélération de notre activité de vente en ligne existante. Quand est prévue la mise en ligne du nouveau site marchand ?

Related: