background preloader

Etiolles - Site préhisitorique

Etiolles - Site préhisitorique
Etiolles - site préhistorique magdalénien Un site préhistorique exceptionnel en Essonne ! Il y a 13 000 ans les magdaléniens En Juin 2011 visitez le chantier de fouilles d'Etiolles pendant le Week-end en Préhistoire La découverte du site d'Etiolles En 1971, un site exceptionnel pour la connaissance de la préhistoire était découvert à Étiolles. Des archéologues amateurs (Club de la Snecma) mettent à jour un amas de silex taillés. Des équipes de l'Université de Paris 1 et du CNRS vont fouiller le reste du site et découvrent une douzaine de campements magdaléniens. Les magdaléniens Il y a 13 000 ans, des chasseurs-cueilleurs s’installent à Étiolles. Un habitat de plein air L’habitat des Magdaléniens est adapté à leur mode de vie nomade : des tentes sans doute composées d’une ossature en bois et recouvertes de peaux. Des tailleurs très habiles Le silex, matière première indispensable pour fabriquer les armes et les outils est très important dans la vie quotidienne des Magdaléniens. Related:  Cultures

Chantiers de fouilles archeologiques pour benevoles 2012 Participer à des chantiers de fouilles est sans doute la meilleure manière de s’initier à l'archéologie. Cela permet d’appréhender la réalité du travail de terrain et d'apprendre les techniques de fouille, d’enregistrement et de traitement des données recueillies. La sous-direction de l’archéologie (SDA) en collaboration avec les services régionaux de l'archéologie (SRA) établit et diffuse chaque année, la liste des chantiers archéologiques ouverts aux bénévoles sur le territoire national. Depuis 1995, cette liste est mise en ligne sur le site Internet du ministère de la Culture. Les chantiers qui y figurent font régulièrement appel à des fouilleurs bénévoles, qu’ils soient professionnels ou amateurs, formés ou non. Pour les chantiers situés en milieux immergés, qui nécessitent d’être titulaire d’un brevet de plongée, il faut contacter le Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines (Drassm).

Préhistoire 400 000 av. J.-C. domestication du feu 90 000 av. J.-C. premières sépultures 40 000 av. vers 6 000 av. vers 3 500 av. 2 000 av. 750 av. Inhabited sculpture This article was originally published in Domus 966 / February 2013 Recently, Belgian postwar modernism has repeatedly been explored on an international scale. It was the subject of several articles published in specialised journals, and the public has been exposed through exhibitions and monographs to the work of Belgian architects who were previously unknown outside their national borders. Exponents of the Belgian architectural scene of the 1950s, including Willy Van Der Meeren, Jacques Dupuis, Lucien Engels and Renaat Braem, among others, dealt with the legacy of functionalism in their respective personal styles. Meanwhile, many other artists dedicated their entire careers to the pursuit of a clean form of modernism, used to create unexpected architectural spaces. The initial idea for the Sculpture House dates from the early 1960s, when the Belgian architect Jacques Gillet encountered Bruce Goff’s organic architecture Jacques Gillet's Sculpture House

Chantiers de fouilles - Musée géologie ethnographie Vivre un chantier de fouille au coeur du Musée : Le chantier reconstitué offre quinze postes de fouille, si nous y ajoutons le directeur de chantier, une classe doit se préparer à vivre une expérience scientifique passionnante (jusqu'à 20 élèves). Il est conçu comme un vrai site préhistorique CNRS, et permet d'initier l'enfant, l'adolescent ou l'adulte à la démarche du vrai chercheur. Le visiteur devient acteur, il perçoit la sensation du préhistorien, lorsque l'objet se dévoile sous son pinceau ! Sur un site de 8 m2, ossements brulés ou non, éclats ou silex taillés ou pas, foyer.... signent le passage d'un groupe de chasseurs de chevaux et de bouquetins, à l'époque où les glaciers atteignaient Sisteron. le visiteur dévoile une nouvelle étape de l'histoire des hommes, chaque pièce déblayée devient une pièce à conviction.... la classe, la famille, le groupe, peut mener l'enquête ! Ce travail peut être complété par un jeu de piste adapté.

Le site de Quelfénec | Pays de Corlay Quelfénec, site préhistorique, a été I'objet de fouilles archéologiques. L'atelier de taille de haches polies en dolérite (époque néolithique), situé à Quelfénec A I'époque du néolithique, ce rocher de dolérite était le centre d'une activité intense: fabrication de haches de pierre, des exemplaires ont été retrouvés en France, en Angleterre, en Belgique etc... Pour se rendre sur le site: route nationale 164, sortie Saint-Gelven, direction Sélédin puis Quelfenec. ou par le bourg de Plussulien ; direction Laniscat, 1ère route à gauche puis 50m plus loin encore à gauche... Quelfénec ou les chemins de la préhistoire A Plussulien, vous pouvez visiter le site néolithique de Quelfénec avec un guide, du 16 juillet au 27 août 2013, tous les mardis à 14h30, rendez-vous à la mairie. Tarifs: 3 € / adulte gratuit pour les moins de 12 ans tel: 02.96.24.01.97 Exposition : "Les haches polies néolithiques" à la Maison de l'Archéologie de Plussulien des journées pédagogiques sur les sites de Quelfénec et Liscuis

Exposition virtuelle - Sur les chemins de la Grande Guerre Expo : Georges Rousse - photographe et illusionniste Une quarantaine d’œuvres du photographe parisien sont exposées sur le Plateau, l’espace culturel de l’hôtel de région. Elles invitent à « retracer les grandes étapes de cet artiste singulier qui fusionne peinture, sculpture et architecture dans l’art photographique », s’émerveille Jean-Jack Queyranne, le président du conseil régional. L’exposition se décline en cinq espaces qui accueillent des clichés réalisés entre 1982 et 2014. Pour comprendre le travail de Georges Rousse, mieux veut commencer par le troisième espace. On y trouve la reproduction fidèle du local d’une association humanitaire indienne qui intervient à Shivaji Nagar, l’un des plus grands bidonvilles du pays. « Collectionneur d’espaces, je parcours le monde au hasard des invitations », note le photographe. C’est aussi en Rhône-Alpes que Georges Rousse, grand prix national de la photographie en 1993, a commencé à travailler avec des jeunes en insertion. Ils investissent une bâtisse à l’abandon à Saint-Genis-Laval.

Chantal Jègues-Wolkiewiez Il est une femme qui fascine le Nouvel- Age à un niveau incroyable, c'est Chantal J. Wolkiewiez ! Ici photographiée devant l'entrée de la grotte de Lascaux en 1999, là où l'homme de Cro-Magnon répertoriait ses mesures stellaires, et les reportait sur les murs de la grotte, sous le couvert de représentations animales, 17 000 environ, avant l'an 2000 ! Cette anthropologue paléo-astronome ( et aussi ethnoastronome, psychologue, docteur en lettres et sciences... ) , s'est mise en tête de prouver que les humains des temps anciens - en remontant même jusqu'à - 33 000 ans - ne sont pas les primitifs de la Guerre du Feu, chers à Darwin, mais qu'ils ont effectué des relevés astronomiques et les ont peints sur les murs des grottes. Mais -Chantal s'en défendra sûrement- ces relevés furent effectués dans un but astrologique (elle préfère parler de mythes: par protection, car les scientifiques -zététiciens- d'autres disciplines... ne lui font de toute façon pas de cadeaux). Lascaux Amazing, isn't it ?!

Quoi de neuf à la Préhistoire ? (2/4) : Un os dans le silex. La redécouverte de Moulin-Quignon La mandibule de Moulin-Quignon est ordinairement considérée comme le symbole d’une vaste supercherie archéologique et comme témoin des tâtonnements, voire de la naïveté des premiers préhistoriens. Mais si toute cette affaire était plus riche d’enseignements que ce que l’on a bien voulu croire ? Moulin-Quignon : lieu dit disparu en périphérie de l’Abbeville du XIXe siècle. Moulin-Quignon : lieu de fouilles et de constitution d’une collection archéologique, aujourd’hui au Musée de l’Homme, comprenant de nombreux bifaces du paléolithique inférieur et quelques restes humains, parmi lesquelles une célèbre mâchoire. Moulin-Quignon : nom donné à la controverse scientifique, qui agita dans les années 1860, autour desdits bifaces et de ladite mâchoire, une petite communauté de savants, français et britanniques, ceux-là mêmes qui inventaient et structuraient la science préhistorique alors naissante. Une controverse donc, et deux personnages centraux : Musée Boucher de Perthes

Related: