background preloader

En France, la pauvreté augmente et le niveau de vie recule, sauf pour les plus aisés (Insee) - 7 septembre 2012

En France, la pauvreté augmente et le niveau de vie recule, sauf pour les plus aisés (Insee) - 7 septembre 2012
S'il ne faut retenir qu'un chiffre de l'enquête édifiante de l'Insee publié vendredi 7 septembre, c'est celui-ci: 19.270 euros. Soit le niveau de vie* médian d'un Français en 2010, quel qu'il soit (salarié, indépendant, chômeur, retraité, inactif, enfant…). En clair, il y a deux ans, la moitié de la population avait un revenu disponible inférieur à 1.610 euros par mois, quand l'autre moitié dépassait cette barre. Pour la première fois depuis 2004, on constate un recul sur un an de 0,5%, en tenant compte de l'inflation. Autrement dit, le niveau de vie des Français a baissé de 2009 à 2010. Toutefois, derrière ce constat déprimant, les situations sont très différentes selon les catégories de population, comme le montre sans équivoque le graphique ci-dessous. Le niveau de vie des plus riches augmente de 1,3% Sur le graphique, on observe que la baisse du niveau de vie en 2010 a été la plus brutale pour les Français les moins privilégiés, représentés par les déciles D1 et D3. Related:  T8C18 - L’efficacité de la politique socialeEconomie de terminale (actualité)Inégalités

Qui sont les perdants et les gagnants de la réforme de la politique familiale? Redistribuer des riches vers les pauvres. C’est ce que l’on appelle une politique de gauche. Et c’est ce que le gouvernement vient de faire en réformant par petites touches la politique familiale. Les aides versées aux familles les plus aisées ont pourtant été nettement rabotées. Parmi les réformes mises en œuvre par le gouvernement, trois d’entre elles ont contribué à limiter les aides publiques que touchaient jusque-là les familles les plus aisées. Deuxième mesure emblématique qui va contribuer à diminuer les transferts vers les riches : la modulation des allocations familiales. Enfin, les prestations d’accueil du jeune enfant (Paje) ont également été revues à la baisse pour les bénéficiaires les mieux lotis. 1 500 ménages perdront ainsi le bénéfice de la prime de naissance (923 euros) et 51 000 familles ne toucheront plus l’allocation de base (184 euros) d’ici à avril 2017, lorsque cette réforme aura fini de monter en charge. Peut-être.

L'Etat réduit-il effectivement les inégalités? La hausse apparente des inégalités en France, liée à la mondialisation et au progrès technique, donne une importance particulière à la politique de redistribution des revenus opérée par l'Etat. Celle-ci vise notamment au maintien d'un niveau jugé juste d'inégalités. Cette redistribution passe par les impôts, qui ont surtout pour effet de réduire les revenus les plus élevés, et par les transferts sociaux, qui accroissent les revenus les plus bas. Les dernières années ont été marquées par une diminution des impôts directs et par d'importantes modifications des prestations sociales, qui ont eu des effets contradictoires sur les inégalités. 1. Accès réservé

Le mal-logement en 2013 31 janvier 2014 - 3,5 millions de personnes sont concernées par le mal-logement en France. 694 000 personnes n’ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune, cabane, camping ou mobil home toute l’année. Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom. État des lieux Beaucoup reste à faire pour que chacun dispose de conditions d’habitat dignes de ce nom comme le rappelle chaque année la Fondation Abbé Pierre dans son rapport annuel sur le mal-logement [1]. 3 524 426 personnes sont non ou très mal logées en France . 693 978 sont privées de logement personnel et 2 778 000 vivent dans des conditions de logement très difficiles (privation de confort et surpeuplement accentué). Certes, la misère d’aujourd’hui n’est pas aussi dramatique que celle des années 50. Le mal-logement ne se réduit pas pour autant aux situations extrêmes. Évolution de la situation La construction de logements Montée de la précarité énergétique

Revenus: les inégalités se creusent En France, la pauvreté ne recule plus depuis dix ans, tandis que les écarts de revenus continuent d'augmenter. L'impact de la crise de 2008 n'a rien arrangé. Entre 1998 et 2008, le rapport entre le niveau de vie (après impôts et prestations sociales) le moins élevé des 5% les plus riches et celui le plus élevé des 10% les plus pauvres est passé de 4 à 4,3. L'écart entre ces deux tranches de revenus s'est accru de 25 000 à 33 500 euros par an. Accès réservé Je suis lycéen, étudiant ou enseignant, et abonné à Alternatives Economiques :> Je m'identifie pour accéder gratuitement à cet article.Je suis abonné à une des publications d'Alternatives Economiques, mais pas lycéen, étudiant ou enseignant : > Je peux consulter les articles de la publication à laquelle je suis abonné en m'identifiant sur le site En revanche, je ne peux pas accéder aux contenus de ce site réservé aux lycéens, étudiants et enseignants.

Le marché du CO2 - Acheter ou vendre un "droit à polluer" | Captain Economics Le marché européen d'échange de quotas de CO2 impose depuis 2005 un plafond d'émission de CO2 à plus de 10.000 installations industrielles. Le principe est assez simple: chaque année, un quota d'émission de CO2 est alloué à chaque installation (1 quota = 1 tonne de CO2). Si une entreprise émet davantage de carbone que la limite imposée par "l'European Union Emissions Trading Scheme", elle doit alors acheter un "droit à polluer" à une entreprise qui aurait consommé moins que son quota. Avec une image, c'est même encore plus simple: Si une entreprise dépasse le quota alloué sans acheter son "droit à polluer" sur le marché carbone, elle devra payer une lourde amende de 100 euros par tonne de CO2 de dépassement. L'émission de CO2 est ce que l'on appelle en économie une externalité négative; cela représente un coût pour la société, sans que ce coût soit supporté par l'entreprise. Conclusion: "Internaliser les externalités" !

Pourquoi les inégalités augmentent-elles ? Quand les fruits du capital sont supérieurs à ceux du travail, le fossé entre riches et pauvres se creuse, constate l’économiste Thomas Piketty. Comment inverser la tendance ? « Nous sommes les 99 %. » Ce slogan né avec les Occupy Wall Street en 2011, puis repris par tous les mouvements internationaux marque une prise de conscience : les sociétés modernes sont profondément inégalitaires, et il est impossible de continuer à l’ignorer. En France, les statistiques de l’Insee (1) dénombrent deux millions de personnes en situation de grande pauvreté qui vivent avec moins de 651 euros par mois (40 % du revenu médian). Dans le même temps, les hauts revenus se sont envolés.

Objectifs et limites de la politique sociale Les cuisines Hygena, nouvelles victimes d'Ikea Sur le site logistique de Wancourt, près d'Arras, les salariés d'Hygena sont résignés. L'annonce le 11 juin dernier de la fermeture de cette plate-forme, chargée depuis 2009 de réceptionner les meubles de cuisine en provenance de Grande-Bretagne, n'a pas surpris les employés. «L'atmosphère était devenue de plus en plus pesante au fil du temps, ça faisait des années qu'on redoutait cette décision», confie, désabusé, l'un d'entre eux. Dans ce dossier, on ne peut pas crier au patron suceur de sang. L'HISTOIRE D'HYGENA en France a débuté en 1982, lorsque le groupe britannique d'ameublement MFI décida de traverser la Manche. Premier souci, son positionnement. Second coup dur, les poids lourds de la distribution - attirés par un marché de la cuisine en croissance de 4% en moyenne entre 2002 et 2012 - en ont fait un produit d'appel. Le retournement de la conjoncture a en outre contribué à affaiblir les acteurs les plus fragiles. Hygéna se fait battre sur... Tous droits réservés Zeliha Chaffin

Des pauvres de plus en plus pauvres, selon le Secours catholique | France info Dans son rapport annuel sur l'état de la pauvreté en France, le Secours catholique pointe une paupérisation de la population, chez les seniors notamment - à cause de carrières instables. "Des pauvretés qu'on ne voit plus", selon l'association. "La pauvreté s'intensifie. On rencontre davantage de personnes avec un niveau de vie de plus en plus faible", explique Bernard Thibaud, le secrétaire général du Secours catholique. En publiant son rapport annuel, l'association dresse un bilan assez peu optimiste de l'évolution de la société. Le Secours catholique dit avoir accueilli près d'un million et demi de personnes en 2013, dont 8,5% de plus de 60 ans, alors qu'ils représentaient 5% des populations aidées en 2000, et la progression est plus forte chez les plus de 50 ans, qui comptent pour 25,5% des personnes accueillies contre 18% en 2011. De plus en plus seuls Le Secours catholique s'inquiète en outre de la proportion grandissante de femmes parmi les seniors accueillis : de 54% en

Inégalités, pauvreté et justice sociale L'économie circulaire : quelques questions clefs La mission a complété ses travaux par l'examen de plusieurs domaines, en complément de son rapport précédent. Les principaux constats sont les suivants. La mission considère que les enjeux, relatifs à l'économie circulaire, justifient une évolution de la gouvernance publique. Les problématiques de découplage sont largement multisectorielles et mal prises en compte dans l'organisation administrative actuelle.

Related: