background preloader

Le revenu de base : utopie d'hier, révolution d'aujourd'hui, réalité de demain ?

Revenu de base, allocation universelle ou revenu universel… tous ces termes désignent une vieille idée qui pourrait revenir au goût du jour : verser à chaque citoyen un revenu. Utopique ? Stanislas Jourdan, journaliste et promoteur de l’idée en France, revient sur l’histoire de l’idée, ses fondements économiques et philosophiques, et témoigne de la résurgence de l’idée à travers le monde. « Sans revenu, point de citoyen » s’exclamait en 1792 le philosophe Thomas Paine du haut de la tribune de l’Assemblée Nationale. Réprimé par la Terreur, Paine mourut quelques années plus tard, seul et pauvre aux Etats Unis où il s’exila. Bien au contraire, l’idée navigue entre les courants de pensée et traverse allégrement les frontières idéologiques et géopolitiques. Si la plupart d’entre eux partagent la conviction que le revenu de base est un moyen radical de combattre (voire anéantir) la pauvreté, chaque courant y apporte une vision et des arguments supplémentaires divers et variés. L’Utopie en 3D Related:  new world

Taking It to the Streets in Spain The citizens of Spain have taken to the streets and squares in great numbers to demand their rights. Estimates vary enormously. Spain’s right-wing government claims that 22,000 people came out in Barcelona in the demonstrations on 12th May while the organisers estimate between 200,000 and 250,000. As the government partially nationalised and granted a second bailout, this time of €10 billion, to the “vampire bank” Bankia, activists from the Acampada (Occupy) movement were organising a Citizen Rescue Mission. The demand for a universal basic income is growing so fast that the Occupy movement is now working hard to explain its principles to the public. “[A]n income paid by the State”. “[T]o each full member or resident of a society”. “[R]egardless of whether he or she wishes to engage in paid employment”. “[W]hether he or she … is rich or poor or, in other words, independently of what any other sources of income might be”. Basic Income and Work

Retraite ? Inutile Hier, les étudiants français manifestaient contre la réforme des retraites ; aujourd'hui, le projet de loi finit son parcours parlementaire ; demain, ce seront les salariés qui descendront dans la rue. Partisans et opposants de la réforme s'opposent à l'intérieur du même cadre : celui de l'existence de la retraite et d'un âge de cessation d'activité. Gerard Endenburg n'est pas seulement le fondateur de la sociocratie ; il a aussi imaginé d'autres mécanismes sociaux innovants permettant de considérer le problème des retraites sous un tout autre angle. Aujourd'hui, notre vie est marquée par au moins trois grandes ruptures représentées sur la figure ci-dessous qui illustre, schématiquement et sans prétention d'exactitude, l'évolution du nombre d'heures consacrées à diverses activités au long de l'existence : Nous avons déjà évoqué plusieurs fois sur ce blog le revenu d'existence garanti. La notion même de retraite n'a alors plus de sens.

La salle de classe planétaire LE MONDE | • Mis à jour le | Par Flore Vasseur Daphne Koller a une dent contre l'école. Enfant, cette Israélienne veut découvrir les équations du troisième degré et la danse, l'histoire de la Grèce antique et la poésie. Comme tous les élèves, elle doit subir le programme, rentrer dans les cases. Sa soif d'apprendre se cogne à l'éducation formatée. Elle abandonne l'école, avec le soutien de ses parents. Daphne commence par devenir professeur. Devenue l'une des enseignantes les mieux notées de l'un des campus les plus réputés, l'ennui revient pourtant : "Passer ma vie à aller dans la même salle de classe, faire la même leçon, raconter les mêmes blagues, au même moment..., ce n'est pas une bonne utilisation de mon temps ni de celui des élèves." Lors d'une conférence au Google Education Summit, cette petite brune à l'énergie adolescente assiste à une présentation de YouTube sur l'éducation. C'est le concept de "flip education", le renversement des tempos et la revalorisation du professeur.

Laissez moi vivre à poil sur mon île ! A 76 ans, Masafumi Nagasaki n'a plus peur de rien: la violence des typhons et les morsures d'insectes ne sont rien en comparaison avec la vie en société. Du coup, ce Japonais préfère vivre seul sur sa petite île, aussi inhospitalière soit elle. Depuis vingt ans, Masafumi ne veut plus entendre parler de la race humaine, raison pour laquelle il s'est installé sur la petite île japonaise de Sotobanari, située à seulement un kilomètre du rivage, mais où les courants sont si dangereux que les pêcheurs locaux n'osent pas s'y aventurer. Sur l'île, la vie n'a rien de tendre. Sur son petit bout de terre, il peut se promener nu comme un ver et faire ce qui lui plaît. "Je ne fais pas ce que la société me dit de faire, je préfère suivre les lois de la nature. Masafumi se lave à l'eau de pluie et préfère ne pas porter de vêtement sur son île.

Hayek: against social justice, for a minimum income Until recently, I had only read the first two books of Hayek’s grand trilogy Law, Legislation and Liberty. People told me that the third book was the least interesting. The real action, they said, was in the first two books. I decided to see for myself whether they were right. After finishing the book, I admit that much of the analysis is straightforward public choice theory that others had already carried to a higher level of sophistication. Let’s consider the relevant passages: The assurance of a certain minimum income for everyone, or a sort of floor below which nobody need fall even when he is unable to provide for himself, appears not only to be wholly legitimate protection against a risk common to all, but a necessary part of the Great Society in which the individual no longer has specific claims on the members of the particular small group into which he was born (55) So Hayek is for a minimum income. What? The answer seems to be no.

Framindmap : Et si on faisait aussi de libres cartes heuristiques en ligne ? Framindmap est un nouveau projet du réseau Framasoft. Il permet de faire de jolies cartes heuristiques directement en ligne à même le navigateur (on parle aussi de carte mentale ou mind map). L’interface est franchement fluide et intuitive[1] Pas d’installation, pas d’inscription, vous voici tout de suite opérationnel(le) ! Contrairement à Framapad ou Framacalc, Framindmap ne permet pas la collaboration sur une même carte. ) pour une utilisation ultérieure. Pour ce qui concerne les usages, Framindmap pourra être utile en situation de brainstorming, prise de notes, formation, classification, structuration d’un projet, etc. Comme d’habitude, il repose sur une solution libre que nous avons adaptée et francisée, en l’occurrence mindmaps, du JavaScript sous licence AGPL v3. -> Découvrir et utiliser Framindmap

Au front de la révolution du droit d’auteur ! Poser les fondements d'une réforme du droit d'auteur et du financement de la création : tel est l'objet d'un nouveau document préparé par Philippe Aigrain pour La Quadrature du Net. Notre chroniqueur Lionel Maurel, bibliothécaire engagé, a contribué avec enthousiasme à son élaboration et invite ses confrères à s'en emparer, alors que le gouvernement va entamer une consultation sur l’acte II de l’exception culturelle. Le rejet d’ACTA par le Parlement européen, tout comme la mise en échec en début d’année de la loi SOPA aux États-Unis, obtenus grâce à une mobilisation citoyenne sans précédent, constituent à l’évidence deux grandes victoires. Mais leur portée reste limitée, car il s’agissait essentiellement de batailles défensives, menées par les défenseurs des libertés numériques et de la culture libre pour barrer la route à des projets liberticides. Légalisation du partage non-marchand entre individus Contribution créatrice Usages collectifs Nouvelles taxes Une économie du partage

Limoges : Soirée autour du film "Marinaleda, un village en utopie" - La Maison des Droits de l'Homme Accueil > Actualité > Limoges : Soirée autour du film "Marinaleda, un village en utopie" Le mardi 17 décembre 2013 de 20:30 à 23:30 Cinéma Le Lido - Limoges Le documentaire "Marinaleda, un village en utopie" de Sophie Bolze sera projeté au cinéma "Le Lido" à Limoges le Mardi 17 décembre à 20h30. Le film : Marinaleda, village d’Andalousie, développe depuis les premières élections libres de 1979 un système social et politique à contre-courant du modèle prédominant. En mêlant les images de la vie quotidienne à celles réalisées par les villageois eux-mêmes – fresques murales, films de propagande, télévision locale – le film de Sophie Bolze explore la complexité de cette expérience collective. Entrée à tarif unique : 5,5 euros

Les conditions de vie digne ne sont pas négociables « Mon pays c'est la Terre « Dans la vie, il y a des droits, mais il y a aussi des devoirs. » On entend souvent cette expression, notamment dans la bouche des responsables politiques. Elle signifie que les droits des individus doivent leur conférer des devoirs, et même qu’à tout droit il faut en contrepartie un devoir. Je peux comprendre cette logique. J’ai longtemps moi-même adhéré à cette philosophie. Les personnes estiment que pour recevoir sa part de la société, on doit d’abord y contribuer (encore faudrait-il savoir de quelle contribution on parle). En réalité, cette vision est erronée : il existe des droits sans contrepartie. Au-delà de ces cas triviaux, l’article 25 de la DUDH nous précise que : Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux À aucun moment la DUDH ne soumet ces droits à contrepartie. Au-delà, éventuellement, on peut discuter. Like this:

Pourquoi le Mindmapping est-il si efficace pour étudier ? Pourquoi dit-on que le Mindmapping peut aider les étudiants ? Est-ce vraiment si efficace ? Et si oui, pourquoi ? A ces questions, on peut répondre sans hésitation : OUI, le Mindmapping est une méthode efficace pour étudier. La vue : le sens dominant d’une majorité de personnes Une étude de Linda Kreger Silverman, Docteur en psychologie de l’Université du Colorado, menée sur 750 élèves, a démontré qu’environ 30% d’entre eux utilisaient fortement le canal visuel-spatial, 25 % d’entre eux utilisaient principalement le canal auditif-séquentiel, et 45% utilisent les deux ensemble. Ce qui veut dire que l’enseignement actuel, basé principalement sur les mots, répond vraiment aux besoins de 25% de la population scolaire! Répartition des canaux sensoriels dominants Une méthode qui sollicite tous nos sens ! Par son utilisation de mots-clés, d’associations et de relations entre les concepts stimule également l’utilisation du canal auditif et de l’intelligence verbale. Vous avez aimé cet article ?

Frédéric Bardeau: Rejet d'Acta: une victoire historique pour les hackers ACTA - Comme nous l'étudions depuis des années et comme nous avons essayé de le démontrer au sujet d'Anonymous dans notre récent ouvrage, l'hacktivisme est consubstantiel à Internet (il avait démarré avec les phreakers et le téléphone), et il en est devenu le bras armé. Défenseurs de la neutralité, de l'ouverture et de la liberté du réseau, les hacktivistes peuvent se féliciter pour le rejet d'ACTA qui constitue une de leurs victoires historiques, de celles qui feront date pour l'éternité. Mais cette victoire incontestable en cache d'autres, aussi importantes, porteuses d'espoirs et d'avenirs qui chantent. La mobilisation contre ACTA On sait le rôle déterminant qu'EELV et la Quadrature du Net ont eu dans la découverte d'ACTA, sa mise au grand jour et la mobilisation pour son rejet. Les membres du Parlement Européen brandissent une affiche indiquant "Hello democracy, Goodbye ACTA" lors du vote sur ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement) le 4 juillet 2012, AFP PHOTO/Frederick Florin

Related: