background preloader

Encyclopédie multimédia de la Shoah

Encyclopédie multimédia de la Shoah
Related:  hda et Seconde Guerre MondialeFascisme, nazisme, antisémitisme et Shoahsarhasarha

Mémorial de la SHOAH - Musée, centre de documentation juive contemporaine. Shoah - France TV éducation Mais la ruine de l'Europe, causée par la Première Guerre mondiale et renforcée par la crise économique mondiale de 1929, plongea dans la pauvreté un grand nombre de personnes. En 1933, l'Allemagne, comme l'Italie en 1925, porta au pouvoir des dirigeants fascistes qui proposaient des solutions radicales. Le parti nazi, abréviation de Parti national-socialiste, arriva au pouvoir. Les nazis gouvernèrent en prônant la haine et la xénophobie, et en favorisant un climat de peur. Leur postulat était que tous les individus n'étaient pas égaux, qu'il existait des groupes "supérieurs" et "inférieurs". Ils estimaient que certains individus, particulièrement les juifs, se situaient au bas de l'échelle humaine et étaient des êtres dangereux qu'il fallait éliminer physiquement : c'est la "solution finale", mise en place en 1942. Ces idées ont conduit au plus grand massacre systématique qu'ait connu l'humanité.

Mémorial de la Shoah Le 7 avril 1994 au matin, le génocide des Tutsi au Rwanda débutait à Kigali et allait faire en trois mois plus d'un millions de victimes. Cette date a depuis été désignée par l'ONU Journée internationale de réflexion sur le génocide de 1994 au Rwanda et permet chaque année de se souvenir pour être capable de continuer à agir. En 1994, alors que la France commémorait le 50ème anniversaire des sombres épisodes de la Seconde guerre mondiale, comme la rafle des enfants d'Izieu le 6 avril 1944, et que le "plus jamais ça" résonnait dans tous les esprits, un nouveau génocide débutait au Rwanda. Tout ce qui est mort comme fait, est vivant comme enseignement écrivait Victor Hugo. En savoir plus

Encyclopédie électronique des massacres et génocides Le XXe siècle a été marqué par un progrès du droit international concrétisé par la création de la Cour pénale internationale. Une telle évolution tient évidemment à la multiplicité et à l'ampleur des cas de destruction de populations civiles au cours des décennies passées. Ces massacres ont conduit les juristes à créer de nouvelles normes juridiques, telles les notions de crime de guerre, crime contre l'humanité ou crime de génocide. Parallèlement à cette évolution du droit, il manquait un outil de référence en sciences sociales, rassemblant les connaissances en matière de destruction de populations civiles. Si les travaux existants, en histoire, en science politique, en sociologie…, ont permis d'importantes avancées dans l'analyse de tel ou tel massacre ou génocide, ils restent le plus souvent dispersés. L'objectif est de travailler sur l'histoire du XXe siècle et, par la suite, également sur les siècles précédents.

La Torah - Lire et écouter la Torah - Version : Louis Segond Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre. La terre était informe et vide: il y avait des ténèbres à la surface de l'abîme, et l'esprit de Dieu se mouvait au-dessus des eaux. Dieu dit: Que la lumière soit! Dieu vit que la lumière était bonne; et Dieu sépara la lumière d'avec les ténèbres. Dieu appela la lumière jour, et il appela les ténèbres nuit. Dieu dit: Qu'il y ait une étendue entre les eaux, et qu'elle sépare les eaux d'avec les eaux. Et Dieu fit l'étendue, et il sépara les eaux qui sont au-dessous de l'étendue d'avec les eaux qui sont au-dessus de l'étendue. Dieu appela l'étendue ciel. Dieu dit: Que les eaux qui sont au-dessous du ciel se rassemblent en un seul lieu, et que le sec paraisse. Dieu appela le sec terre, et il appela l'amas des eaux mers. Puis Dieu dit: Que la terre produise de la verdure, de l'herbe portant de la semence, des arbres fruitiers donnant du fruit selon leur espèce et ayant en eux leur semence sur la terre.

Littérature de la Shoah Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. « De tant de morts donnez-moi la mémoire, de tous ceux-là qui sont devenus cendre, d’une génération donnez-moi la mémoire, sa dernière fureur, sa dernière douleur ». Isaïe Spiegel, Donnez-moi la mémoire[1]. Stèle en mémoire des Juifs anéantis à Majdanek La littérature de la Shoah est constituée par les ouvrages littéraires qui témoignent directement ou évoquent l'anéantissement des Juifs par le nazisme entre 1939 et 1945. La littérature de la Shoah commence, avant même l'anéantissement dans les camps de concentration et d'extermination, dans les ghettos où sont entassés les Juifs de toute l'Europe allemande. « Tout le monde écrivait » dans les ghettos, note l'historien Ringelblum[2]. Traditions littéraires juives et littérature de l'anéantissement[modifier | modifier le code] Rupture ou continuité des traditions littéraires juives? L'anéantissement, lui, échappe à toute tentative de dénomination. Mort du yiddish[modifier | modifier le code]

A l’école, on instrumentalise la Shoah sans réfléchir à ses origines | Journal d’un prof d’histoire Luc Chatel, alors ministre de l’Education, en visite au Mémorial de la Shoah, à Paris, avec des élèves en janvier 2010 (MARTIN BUREAU/AFP) Fixée au 27 janvier, la « journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité » – c’est son nom – s’est accompagnée, dans les établissements scolaires, des traditionnelles injonctions administratives, si souvent revenues qu’on n’y prête plus guère attention. Elle prend place néanmoins cette année dans un contexte très particulier, qui voit des polémiques inopportunes, sans guère de rapport avec la réalité historique, obscurcir considérablement la cause que l’on prétend défendre. Polémiques politiciennes mal venues Après beaucoup d’autres, et s’appuyant sur des sources aussi peu sérieuses, le ministre de l’Education nationale a cru nécessaire de joindre sa voix aux déplorations habituelles pour regretter « la connaissance totalement insuffisante par la jeunesse française de l’histoire » de la Shoah. La Shoah détournée

téfila | Il parlait hébreu et araméen Leer en español שָׁמוֹר אֶת-יוֹם הַשַּׁבָּת, לְקַדְּשׁוֹ, כַּאֲשֶׁר צִוְּךָ, יְהוָה אֱלֹהֶיךָ « Observe le jour du Sabbat pour le sanctifier, comme te l’a prescrit l’Éternel, ton Dieu. » Deutéronome 5,12 Lui être présent en Le bénissant en tout « Chaque fois que nous allons boire un verre d’eau, nous rappelons le mystère éternel de la création, en disant : « Tu es béni, Seigneur… qui par Ta Parole as conduit toutes choses jusqu’à l’être »… Lorsque nous désirons manger du pain ou un fruit, lorsque nous prenons plaisir à un parfum agréable ou à une coupe de vin, lorsque nous goûtons des fruits pour la première fois dans la saison, lorsque nous contemplons l’arc-en-ciel ou la mer, ou bien les arbres qui bourgeonnent, lorsque nous rencontrons un sage selon la Loi ou selon les sciences du siècle, lorsque nous écoutons de bonnes ou de mauvaises nouvelles- on nous demande d’invoquer Son Nom et de prendre conscience de Lui. La prière à la synagogue « Expliquez-moi la prière juive » source : modia.org

Arts et totalitarismes - 1/3- Histoire des arts L’ouvrier et la kolkhozienne du Pavillon SoviétiqueExposition Universelle de 1937 à Paris Deux épisodes éloquents de l’année 1937, l’Exposition Universelle de Paris, qui ouvre ses portes en Mai et l’exposition « d’art dégénéré » qui se tient à Munich en été, permettent d’approfondir la question de l’assujettissement artistique et culturel par rapport au pouvoir politique et de comprendre les politiques culturelles des régimes totalitaires de la période située entre les deux guerres mondiales et leur prolongement. • La démarche pédagogique Il s’agit de sonder les connaissances de base sur le sujet à travers l’étude des situations économiques et historiques des états et ainsi replacer les dictateurs dans les états. On montrera le cheminement de l’émulation des peuples ainsi que le rôle du cinéma, de l’affiche, de la sculpture et de la peinture, dans la propagande nazie, fasciste ou encore soviétique. Les objectifs disciplinaires Comprendre :

Le choc des images, le poids des mots Non, ce ne sont pas des survivants d'Auschwitz mais des rescapés, après la seconde guerre mondiale, de l'hôpital psychiatrique de Clermont-de-l'Oise. « Nous vivions dans une ambiance de camp de la mort » Dr Requet, Psychiatre alors au Vinatier Cette photo figure dans le rapport de la direction de l’hôpital de Clermont-de-l’Oise, en 1945, où il est précisé que l’état squelettique des malades ici représentés n’est pas exceptionnel. À Clermont-de-l’Oise, de 1940 à 1944 inclus : 3 536 morts Soit en 1939 : 5,8 % de l’effectif de l’année Au Vinatier (Lyon), de 1940 à 1944 inclus : 3 227 morts Etc., etc. - Soit près de 70 % des malades mentaux alors internés. - Soit 1,81 morts par « extermination douce » pour 1 000 habitants (en Allemagne, en comparaison, il y eut 1,85 morts par « extermination dure » pour 1 000 habitants). - Si les nazis n’avaient pas exigés la livraison en Allemagne des juifs de France, - Mais que ceux-ci aient été internés dans des Pithiviers et des Beaune-la-Rolande, Aragon

Attentat de la rue Copernic Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La synagogue de la rue Copernic L'attentat de la rue Copernic fut perpétré à Paris le vendredi 3 octobre 1980, soir du shabbat, alors qu'était célébrée la fête juive de Sim'hat Torah amenant un grand nombre de fidèles. Déroulement[modifier | modifier le code] La plaque commémorative apposée sur la façade indique : « À la mémoire de Jean Michel Barbé, Philippe Bouissou, Hilario Lopez Fernandez, Aliza Shagrir tués lors de l'odieux attentat perpétré contre cette synagogue le 3 octobre 1980 ». L'explosif d'une dizaine de kilos de pentrite[2], dans une sacoche de moto, aurait pu causer encore davantage de victimes s'il avait fonctionné quelques instants plus tard : en cette veille de shabbat, la synagogue était pleine. Pistes d'extrême droite et utilisation politique[modifier | modifier le code] Enquête[modifier | modifier le code] Sources et références[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code] Terrorisme en France

Related:  ShoahjazzpixoPrésentation de la Shoah