background preloader

Les technologies, outils de socialisation des ados?

Les technologies, outils de socialisation des ados?
Facebook, Twitter, smartphones... Les ados sont "hyperconnectés". Omniprésentes dans la vie de ces "digital natives", les techniques de l'information et de la communication (TIC) sont-elles pour autant néfastes? Si, intuitivement, la réponse est "oui", de récentes études avancent le contraire. Passage en revue. Certes, l'usage des nouvelles technologie est bien plus répandu en 2012 qu'en 2006. Bonne ou mauvaise nouvelle? En effet, les adolescents sondés ont déclaré avoir un plus large réseau d'amis depuis qu'ils utilisent ces outils. Autre bienfait des TIC, souligne une récente étude israélienne: les SMS (ou textos) permettent aux jeunes les plus réservés de s'extérioriser plus facilement que dans la vie de tous les jours.

http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-nouvelles-technologies-outils-de-socialisation-des-adolescents_1156478.html

Related:  Données Jeunes et pratiques numériquesTéléphone portable et comportement social des jeunesUsages des jeunesBazar temporaire 22AID

Les adolescents, une génération hyper connectée en présentiel comme en virtuel Les adolescents privilégient les rencontres en présentiel. Ils se sentent plutôt bien dans leur peau et aspirent à devenir des adultes. Voilà deux des constats du dernier « baromètre Bien-être des adolescents » réalisé par Ipsos Santé pour la fondation Pfizer. L’étude porte sur 807 adolescents de 15 à 18 ans et 822 adultes de 25 ans et plus interrogés par Internet. Par rapport à 2011, 71 % des adolescents déclarent se sentir bien à l’école (+ 8 %). 73 % se déclarent satisfaits de ce qui leur arrive en 2012 (+ 6 %).

Inpes - Actualités 2012 - Comment vont les collégiens en France ? L’enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) est menée sous l’égide de l’OMS tous les 4 ans depuis 1982. Actuellement, plus de quarante pays, essentiellement européens, y participent. Elle a pour objectifs d’appréhender la perception qu’ont les élèves de 11 à 15 ans de leur santé et de leur vécu au sein de l’école, de leur groupe de pairs et de leur famille ainsi que d’en analyser les déterminants. Sa périodicité permet de mesurer les évolutions, et son caractère international donne lieu à des comparaisons entre pays européens. Elle est un outil précieux pour les personnes chargées d’élaborer des stratégies de prévention en direction des jeunes. Numérique : « une nouvelle langue est en train de naître » C’est ce qu’affirme Xavier POMMEREAU, pédopsychiatre. Xavier Pommereau est un spécialiste des adolescents et des jeunes adultes en difficulté. Il est l’un des pionniers de la prévention du suicide chez les jeunes en France, et a ouvert la première unité hospitalière spécifiquement dédiée aux jeunes suicidaires. Il a également créé en 2000 une unité spécialisée dans la prise en charge des jeunes souffrant de troubles des conduites alimentaires (TCA). Le Dr Pommereau dirige aujourd’hui le Pôle Aquitain de l’adolescent au CHU de Bordeaux.(1)

Téléphones portables : attention à l'addiction 5,1 milliards de personnes dans le monde, soit près de 75% des habitants, selon le site Gartner.com, possèdent au minimum un téléphone portable. Le téléphone sert à téléphoner bien sur mais également à envoyer des SMS et surtout à se connecter sur internet et les réseaux sociaux créant ainsi des situations d'addiction qui touchent chaque année davantage de personnes et qui sont de plus en plus handicapantes En 2012, une étude britannique précisait que 66% des utilisateurs de smartphones risquaient de souffrir s'ils devaient se passer de leur smarphone. Nomophobie : peur d'être séparé de son téléphone Une étude effectuée en 2008 par laUK Post Officeen a révélé que 53% des utilisateurs de téléphones mobiles présentaient des symptômes d'anxiété en cas de problèmes avec leur portable (perte, de batterie faible, mauvaise couverture). Addiction Intolérance aux frustrations : Impatience insupportable

Les 15-24 ans, accros à leur PC d'après une étude Microsoft Au sommaire : Devenu un des cadeaux incontournables de Noël 2011 (+8% des ventes selon GfK), le PC est l’écran que les Français préfèrent, et notamment les Digital Natives (15-24 ans). Qu’ils soient lycéens, étudiants ou démarrant dans la vie active, les ¾ déclarent ne pas pouvoir se passer de leur PC, au point même, s’ils devaient ne garder qu’un seul écran, d’affirmer que ce serait celui-ci. L’ordinateur est devenu l’écran multifonctions par excellence, celui où l’on range ses documents, ses photos, sa musique, ses films… sa vie, il est l’écran pratique, mobile et donc accessible partout. Il est de plus en plus, l’écran de l’ouverture vers les autres avec les multiples opportunités de contact et de communication qu’il offre. Pour les jeunes, il est une occasion nouvelle d’affirmation de soi par l’accès facile et immédiat à un monde numérique virtuel.

Adolescents et téléphones portables : "Les parents et l'école ont leur rôle à jouer" Êtes vous capable de vous passer de votre smartphone pendant 24 heures ? C'est le défi du lundi 6 février, à l'occasion de la 17e édition des journées mondiales sans téléphone portable. En 2016, selon une étude Deloitte sur les usages mobiles, 77% des Français possédaient un smartphone. Serge Tisseron, psychiatre et psychanalyste, membre de l’Académie des technologies, a analysé sur franceinfo le rapport que peuvent entretenir les adolescents avec leur téléphone mobile.

Le Web des ados : Facebook, le réseau social préféré des collégiens et des lycéens Que font les ados devant un écran d’ordinateur ou lorsqu’ils tapotent sur leur smartphone ? Ils sont sur le Web… qu’ils utilisent, la plupart du temps, pour communiquer via l’incontournable Facebook ou leur blog. Facebook : la star des collèges et des lycées Selon une étude récente, utiliser le Web est, juste après “regarder la télé” et “lire”, l'activité préférée des Français âgés de 1 à 19 ans (1). La majeure partie du temps de connexion est consacrée à communiquer, notamment sur Facebook.

"Nomophobie" : l'addiction au portable devient une névrose moderne La "nomophobie", vous connaissez ? Ce terme étrange est un raccourci pour "no mobile phobia" (la phobie de l'absence de mobile), apparu au Royaume-Uni en 2008. Une récente étude britannique révèle maintenant que 66% des utilisateurs de téléphone portable ressentent une forte angoisse à l'idée d'égarer leur petit bijou. Chez les plus jeunes, entre 18 et 24 ans, le taux de nomophobie atteint 76%. Une pathologie qui s'explique par le progrès technologique, selon le spécialiste Damien Douani. Les téléphones proposent tellement de fonctions que les utilisateurs imaginent difficilement vivre sans: "Le phénomène s'est amplifié avec l'arrivée des smartphones et des forfaits illimités.

Equipement et pratiques numériques des 15-24 ans en France : montée en puissance des smartphones Médiamétrie a publié ce jour une étude commandée par Microsoft à propos de l’équipement et des pratiques numériques des jeunes de 15 à 24 ans (8 millions de personnes dans notre pays) en prenant en compte un échantillon représentatif de jeunes internautes en France (1500 individus interrogés du 24 février au 5 mars 2012). Nous indiquons ici quelques résultats significatifs de cette enquête. Le smartphone de plus en plus utilisé et apprécié Les 15/24 ans sont majoritairement multi-équipés d’outils connectés et se montrent très attachés à l’ordinateur portable. L’ordinateur demeure en tête des écrans « indispensables » pour 92% des personnes sondées (avec comme critères qualitatifs préférés : la taille de l’écran et le confort d’utilisation) devant le smartphone, cité par 81% des répondants. La montée en puissance du smartphone comme outil pratique est indéniable.

Les ados et le portable, un phénomène de société La co-auteure de "Portable, la face cachée des ados", était l'invitée du Soir 3 ce vendredi 3 février. Cette enquête passe au crible ce phénomène de société. Le portable s'est imposé dans la vie des adolescents de plus en plus tôt par son aspect ludique, "notamment à travers des applications comme Snapchat ou même Instagram, qui permettent d'ajouter des filtres, des petits stickers, de sublimer son image, de s'amuser", souligne la journaliste Céline Cabourg, avant d'ajouter que le portable a aussi un aspect affectif : "C'est un peu le nouveau journal intime qu'on utilisait avant". Younow, le réseau qui plaît aux ados « Ados 3.0 Ce n’est plus une tendance, c’est un constat quotidien : Youtube est omniprésent dans la vie des adolescents. Selon une étude Nielsen publiée cet été, les deux tiers des ados américains écoutent désormais de la musique prioritairement sur la plateforme de vidéo en ligne. C’est sur Youtube également que Justin Bieber s’est fait connaître, et c’est également de là que partent les plus gros buzz de la culture numérique, avec des audiences à faire pâlir les chaînes de télé, comme la vidéo parodique de Louis and Zach (plus de 16 millions de vues), ou encore les célébrissimes vidéos de Norman, qui font un carton dès leur mise en ligne. Génération vidéo La génération millenium est une génération née, grandie et nourrie aux images de toutes sortes.

La « nomophobie », ou la peur panique de se retrouver sans téléphone portable Pendant un déjeuner avec une amie, Russell Clayton, doctorant à l’université du Missouri, a la surprise de voir sa convive le laisser précipitamment parce qu'elle a oublié son téléphone portable. Interloqué, il a l'idée de se pencher sur le sentiment de manque, voire de peur, qui habite certaines personnes lorsqu'elles sont séparées de ces petits objets devenus visiblement indispensables. Le téléphone portable est devenu "une extension de nous-même", à la manière du sonar de certains animaux, si bien qu’on peut parler d’"iSelf", de "soi connecté".Privé de son mobile, la personne souffrant de "nomophobie" a l’impression d’avoir perdu une part d'elle-même, et cela "peut avoir un impact négatif sur ses performances mentales". Psychologiquement diminué Pour ses expériences, Clayton a fait appel à des étudiants. Cette angoisse avait déjà été identifiée en 2013 dans un sondage de la société anglaise d’enquêtes en ligne YouGov, qui travaillait sur le sujet depuis cinq ans :

Related: