background preloader

Actualités 2012 - Comment vont les collégiens en France ?

Actualités 2012 - Comment vont les collégiens en France ?
L’enquête HBSC (Health Behaviour in School-aged Children) est menée sous l’égide de l’OMS tous les 4 ans depuis 1982. Actuellement, plus de quarante pays, essentiellement européens, y participent. Elle a pour objectifs d’appréhender la perception qu’ont les élèves de 11 à 15 ans de leur santé et de leur vécu au sein de l’école, de leur groupe de pairs et de leur famille ainsi que d’en analyser les déterminants. Sa périodicité permet de mesurer les évolutions, et son caractère international donne lieu à des comparaisons entre pays européens. Elle est un outil précieux pour les personnes chargées d’élaborer des stratégies de prévention en direction des jeunes. La France a participé à l’enquête HBSC pour la cinquième fois consécutive en 2010. Les principaux enseignements 2010 Internet ouvre aussi un débat sur son impact potentiellement négatif sur la vie sexuelle des jeunes. Le collège est aussi le moment de nouvelles expérimentations. Pour en savoir plus Related:  Sociologie jeunesseEtat de l'Ecole

Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (INJEP/Observatoire de la jeunesse) publie à la Documentation française Une jeunesse différente ? Les valeurs des jeunes Français depuis 30 ans. Un ouvrage de référence pour prendre la mesure des changements intervenus depuis trente ans dans les valeurs et les comportements des jeunes Français. Famille, lien social, attitudes religieuses et politiques, rapports au libéralisme économique, travail/emploi, écologie, ruralité… en 200 pages, ce livre propose un portrait social des jeunes Français, lucide et nuancé, soulignant les convergences entre les générations et les différences selon le niveau d’études, le sexe ou l’origine. Comprendre les jeunes, c’est aussi comprendre leurs valeurs. Avec les contributions de : 208 p | 19 € | Disponible en librairie | Numéro d’ISBN : 978 - 2 - 11 - 0090 89 - 8 Contact presse : Roch Sonnet Tél. : 01 70 98 94 40 | sonnet@injep.fr Introduction Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5

Les déterminants de la santé des adolescents passés au crible 04 mai 2012 L’enquête HBSC a été menée auprès de 200 000 adolescents dont près de 12 000 en France. Les jeunes ont été interrogés par auto-questionnaire au sein de leurs classes et ont répondu à une soixantaine d’items décrivant leur contexte social (relations avec la famille, leurs camarades et l'école), leur état de santé physique et leur degré de satisfaction par rapport à la vie, leurs comportements en matière de santé (habitudes alimentaires, brossage des dents et activité physique) et leurs comportements à risque (tabagisme, consommation d'alcool et de cannabis, comportement sexuel, bagarres et harcèlement). Les filles s’estiment en moins bonne santé malgré des comportements plus sains C’est l’une des conclusions de l’enquête 2009/2010. Les résultats montrent en effet que les filles adoptent globalement des comportements plus sains pour la santé que leurs homologues masculins, comme la consommation de fruits, le brossage des dents ou encore la prise modérée de sodas. Sources

Repères et références statistiques Publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES, Repères et références statistiques réunit en un seul volume toute l’information statistique disponible sur le système éducatif et de recherche français. Organisé en douze chapitres et 182 thématiques pour l'édition 2018, RERS apporte des éclairages nouveaux en fonction de l’actualité et des derniers résultats d’études. En guise d’introduction, ce chapitre rassemble des données synthétiques de base pour une première approche du système d’enseignement français : organisation, ordres de grandeurs, thématiques liées à l’actualité éducative.Télécharger le chapitre 1 (format pdf) Les écoles, collèges, lycées d’enseignement général et technologique, lycées professionnels et établissements d’enseignement supérieur sont décrits par leur taille, le nombre moyen d’élèves par classe, le secteur public ou privé, l’académie, les modes d’hébergement proposés. 3. Les élèves du premier degré 4. 8. 10. 11. 12. Données publiques à télécharger [ XLS ] 1. 2.

Les jeunes et les inégalités devant l'emploi Il y a quelques temps l'observatoire des inégalités a publié une étude très intéressante portant sur les inégalités en matière d'insertion professionnelle des jeunes. Comme François Hollande a fait de la jeunesse l'une de ses priorités pour son mandat qui vient de commencer, il m'a semblé intéressant de vous délivrer quelques enseignements de cette étude. Sans surprise on constate que les conditions d’insertion des jeunes dans l’emploi sont très inégales suivant le niveau de diplôme obtenu. 1°) - Quel contrat de travail pour un premier emploi ? En moyenne, 65% des jeunes sortis du système éducatif en 2007 ont signé un CDD 74% des non diplômés ont pour premier emploi un CDD 61 % des titulaires d’une licence sont en CDD46 % des détenteurs d’un bac+5 sont embauchés en CDDConstat : Même si un diplôme "élevé" permet davantage d'obtenir un CDI en premier contrat de travail ce n'est pas une garantie absolue, la précarité dans l’emploi, existe donc même à ce niveau d'études.

Le collège : enseignements, organisation et fonctionnement Organisation du collège Le collège accueille sans examen de passage tous les élèves à la fin de l'école primaire. Il permet de scolariser tous les élèves dans un cadre unique.La scolarité au collège comporte quatre années : la 6e, la 5e, la 4e et la 3e.La scolarité obligatoire est organisée en cycles de trois ans, qui donnent le temps nécessaire pour mieux apprendre. Au collège la sixième est la dernière année du cycle 3, les autres niveaux constituent le cycle 4. Sixième : dernière année du cycle 3, cycle de consolidation La classe de 6e doit permettre aux élèves de s'adapter à l'organisation et au cadre de vie du collège, ainsi que d'assurer la continuité des apprentissages entrepris dans les deux premières années du cycle dans les classes de CM1 et de CM2. Une attention particulière est portée à l'accueil des élèves et à leur adaptation à l’enseignement secondaire. Cinquième, quatrième et troisième : le cycle 4, cycle des approfondissements L'affectation en lycée Enseignements au collège

Dubet : La Refondation verrouillée... François Dubet analyse la situation actuelle de l'Ecole à l'occasion de la sortie de " L'Ecole, une utopie à reconstruire". Pour lui les pesanteurs l'emportent de loin dans l'Ecole sur la personnalité du ministre. Vincent Peillon fait face aux mêmes difficultés que ses prédécesseurs. La refondation est-elle possible ? Vous publiez un article décapant dans "L'école une utopie à construire". Ce n'est pas une affaire de valeurs. La première c'est que la fonction éducative et libératrice de l'école est loin derrière celle de sélection sociale. Aujourd'hui un diplôme est plus important qu'un carnet d'adresses ? Il faut le diplôme. Pourtant les travaux d'Agnès Van Zanten dans l'ouest parisien montrent que les membres des classes moyennes supérieures ne cherchent pas que les établissements les plus performants. Cela fait partie du package. La solution c'est de rendre plus rigide la carte scolaire ? Je ne crois pas car ce serait vécu comme une injustice épouvantable. Je les trouve ambivalents.

éducation buissonnière : L'Ecole a-t-elle à apprendre des activités électives des jeunes ? L'Ecole n'a pas le monopole de l'éducation. Alors que certains enseignants réfutent le terme "éducateur", l'ouvrage d'Anne Barrère (Paris Descartes) fait le point sur les activités choisies par les adolescents. Sport, danse, musique et surtout ordinateur et Internet, ces activités contribuent à façonner les jeunes. Même s'ils restent sous influence des industries culturelles, les jeunes, selon Anne Barrère, n'en sont pas esclaves. Ces activités forgent leur caractère, estime-t-elle, en conclusion d'un ouvrage qui jette un regard positif sur la jeunesse. "L'éducation buissonnière" part d'une hypothèse, vérifiée par Anne Barrère : les activités électives des adolescents participent fortement de leur éducation. Ainsi nos ados savent se sauvegarder des excès de façon beaucoup plus efficace que ce que les parents et les enseignants peuvent craindre. Et puis il y a le numérique. L'école justement a-t-elle à apprendre de cette éducation buissonnière ? Difficile de répondre. Sommaire

Adolescents en 2006 : malgré l’inquiétude, la positive attitude Quelques questions se posaient en amont de l'étude : Les incertitudes de la société, du monde des adultes ont-elles un impact sur les adolescents (vécu présent, perception de leur avenir) ? Quelles conséquences en termes de vulnérabilité et de risques pour les adolescents ? Des éléments de débat soulevés par l'étude « Pour avancer, mieux vaut ne pas trop s'inquiéter.» garçon, 17 ans <« J'ai l'impression que ce sont plus les adultes qui flippent. La réponse majoritaire des adolescents au climat d'incertitudes ne semble pas être l'angoisse, ni la sur-inquiétude. Mais, l'inquiétude existe chez eux. Pour le présent/ l'immédiateté (vs les projections dans un avenir lointain),Pour le concret, le tangible, le pragmatique,Pour l'individuel ou le cercle de proximité (vs le collectif). Autrement dit, les 15-18 ans ont trouvé des solutions pour ne pas sombrer dans le marasme. L'angoisse serait-elle plus adulte qu'adolescente ? Comment faire pour donner du sens et des repères à ces adolescents ?

Emmanuel Davidenkoff: Ecole : à quand l'innovation pour tous? Cette tribune a été précédemment publiée dans L'Echo Républicain La renaissance d'un Conseil national de l'innovation pour la réussite éducative est une bonne nouvelle. Elle adresse un signal à tous les enseignants qui développent des dispositifs afin d'améliorer la réussite des élèves en marge ou en plus des méthodes dominantes. La première tient à la représentation que le système se fait de l'innovation. La deuxième condition découle en partie de ce constat : pour que les enseignants et les chefs d'établissements innovants se sentent épaulés et encouragés, pour que les plus engagés d'entre eux ne soient plus menacés par l'épuisement et le découragement, il faut qu'ils sentent que l'ensemble du système est concerné et impliqué, et pas seulement dans les situations de rupture. Disséminer, justement - et cela nous amène à la troisième condition.

Diversité et importance des jeunes dans les cités, par Thomas Sauvadet - Le MHM Le magazine de l'Homme Moderne Thomas Sauvadet Jeunes dangereux, jeunes en danger Comprendre les violences urbaines Ce texte est extrait des pages 40 à 48 de Sauvadet Thomas : Jeunes dangereux, jeunes en danger, Comprendre les violences urbaines, 2006, Paris, Editions Dilecta, coll. État des lieux. iversité et importance des jeunes Sur tous les sites de mon enquête, la population des moins de trente ans représente la moitié de la population totale. Pour appréhender l’univers des jeunes qui occupent la rue, il faut d’abord prendre la dimension de ce que représente cette occupation. Premièrement, la dimension purement physique, c’est-à-dire le temps passé dans la rue, constitue une donnée déterminante. Deuxièmement, la présence dans la rue change de sens en fonction du niveau de contrôle exercé par les parents. Sur le terrain de Paris Sud, j’ai recensé une centaine de jeunes de moins de trente ans et de sexe masculin ayant l’habitude de fréquenter assidûment l’espace public de leur cité.

Prévention et lutte contre les violences en milieu scolaire : point d'étape En vidéo : intervention de Vincent Peillon lors du point d’étape sur les travaux de la délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire En vidéo : Eric Debarbieux présente l'"Enquête de victimation et climat scolaire auprès des personnels du second degré" Agir ensemble avec détermination en faveur d’un climat scolaire apaisé et serein Lors de l’installation de la délégation ministérielle à Amiens le 12 novembre dernier, le ministre de l’éducation nationale a affirmé sa volonté de "briser le silence" : "c’est la première fois que l’éducation nationale reconnaît en tant qu’institution le problème de la violence scolaire". Les plans qui se sont succédé en France ces dernières années ont en effet le plus souvent abordé cette question de manière partielle et court-termiste, c’est-à-dire au gré des faits divers et par le seul prisme de la lutte contre la délinquance et la violence d’intrusion. Ce dispositif a rencontré un grand succès.

François Dubet : « L'école est en péril » Au classement PISA qui évalue les systèmes éducatifs au sein de l'OCDE, la France ne cesse de dégringoler. Elle apparaît au 19e rang, et même au 23e rang en compétences scientifiques, et elle est l'un des pays qui affiche le plus haut niveau d'inégalités en matière de connaissances. Par ailleurs, en 1997, le ministre ad hoc Claude Allègre qualifiait l'Education nationale de "mammouth". Le terme désignait des emplois pléthoriques, un fonctionnement sclérosé, une organisation obsolète, un immobilisme et un radicalisme idéologiques qui entravaient toute réforme. De quoi le système éducatif français et "l'entreprise" Education nationale sont-ils malades ? Qu'il s'agisse de performance, d'égalité et de climat scolaire, ce que révèlent les enquêtes internationales n'est pas flatteur pour la France. A quelles responsabilités historiques, sociales, syndicales, politiques, sociétales, attribuez-vous cette incapacité à réformer ? Le système a échappé aux politiques. Absolument. ... Tout à fait.

Génération quoi On ne peut pas vraiment prendre en main son destin, parce que les contraintes sociales sont trop fortes. Les jeunes ne le supportent pas, d'autant qu'on les a bassinés avec l'obligation d'être autonomes et responsables. Pour 85% des jeunes il y a de plus en plus d'inégalités en France. Aller vivre ailleurs, se battre pour son pays, la place des immigrés : deux tiers de cette génération est internationaliste, un tiers tient des positions très crispées. Les 18-34 ans ne croient plus au progrès. Le multiculturalisme ne pose pas de problème aux 18-34 ans. Les inégalités sociales, territoriales ou hommes/femmes, sont particulièrement insupportables à la génération des 18-34 ans. Volée de bois vert des 18-34 ans contre le système éducatif français. Les précédentes générations sont responsables de la situation dans laquelle vit la génération des 18-34 ans. : oui à 51%. Difficile d'être heureux sans fonder une famille. Il fallait trouver le mot qualifiant ta génération.

La santé des élèves Année scolaire 2016/2017 La politique éducative sociale et de santé contribue à la réussite scolaire, à la réduction des inégalités sociales et territoriales et participe à la politique de santé publique. L’effort budgétaire se poursuit depuis la rentrée 2016 avec la création d’emplois d’assistantes sociales et de personnels de santé. Télécharger l'intégralité de la fiche "La santé des élèves" Orientations pour une politique éducative de santé La politique éducative de santé constitue un facteur essentiel de bien-être des élèves, de réussite scolaire et d'équité. la démarche de projet adaptée aux réalités et aux besoins spécifiques de chaque école ou établissementla responsabilisation de l'ensemble des acteurs du système éducatif (personnels d'inspection, de direction, d'enseignement, d'éducation, d'orientation, sociaux, de santé, TOS)l'ouverture à de nouveaux partenaires Sept objectifs prioritaires : Le parcours éducatif de santé Le PES est structuré autour de trois axes : Hygiène de vie

Related: