background preloader

Designing and Running a MOOC

Designing and Running a MOOC

http://www.slideshare.net/gsiemens/designing-and-running-a-mooc

Des MOOC pour réviser le bac Cela devait arriver. Et bien voilà, c’est fait! Le premier MOOC pour bacheliers commence dans moins de trois semaines et c’est un MOOC de philo. L’idée a été lancée par la start-up Pythagora, soutenue par France Télévisions. Vous pouvez écouter l’émission d’Emmanuel Davidenfoff sur France Info. un MOOC ça ne s'improvise pas... Aujourd’hui, mercredi 6 février, c’est le « Digital Learning Day », la « journée de l’apprentissage en ligne ». Si vous n’en avez jamais entendu parler, ne vous en faites pas, et ne vous dites pas que décidément, vous êtes complètement dépassé : cette journée ne concerne que les Etats-Unis; elle a été créée par une association (un lobby, plutôt) basé à Washington, qui vise à promouvoir l’e-learning auprès des membres du gouvernement, du sénat et de la chambre des représentants. Je baigne dans l’e-learning, les Tice, et je n’avais jamais entendu parler de ce Digital Learning Day avant de lire cet article publié dans le Washington Post d’hier, intitulé « How online class about online learning failed miserably ». Autrement dit : « Comment un cours en ligne traitant de l’apprentissage en ligne a lamentablement échoué ».

Magic MOOC Apprendre en ligne est devenu le classique des universités et même des grandes entreprises. C’est à l’enseignement ce que la petite robe noire (ou le costard même couleur) est à nos garde-robes. Et pourtant le domaine du e-learning nous réserve encore quelques surprises. La dernière surprise ? Les MOOC. Trois bonnes raisons de ne pas faire un MOOC Ce billet fait écho à l’article Pourquoi faire des MOOC? dans lequel nous avons exposé quelques bonnes raisons de se lancer dans l’aventure. Comme il avait été suggéré à la fin de cet article, maintenant que nous avons exposé les bonnes raisons de se lancer, il faut maintenant parler des raisons de ne pas se lancer. Elles peuvent se résumer en une phrase: si vous n’avez pas les moyens de le faire, si le cours risque de n’intéresser personne ou si quelqu’un de motivé a décidé de se lancer sur le même sujet que vous, mieux vaut y réfléchir à deux fois.

Le MOOC, mode d'emploi Le format MOOC (Massive Open Online Course) tend à prendre de l'importance dans l'offre de cours en ligne. Du moins, un nombre grandissant de cours ouverts, gratuits et en ligne sont-ils qualifiés de MOOC. Les récentes initiatives du MIT et de Stanford, que nous avons présentées dans un récent article , sont ainsi assimilées à des MOOC par Christine Cupaiuolo dans un billet publié sur le blog Spotlight . The MOOC Agency ou comment créer un MOOC, présenté à Educatice 2013 Un MOOC est un cours en ligne, ouvert à tous et largement diffusé. Ce terme est né suite au cours d’intelligence artificielle de Stanford diffusé gratuitement sur Internet, et qui a regroupé 160 000 apprenants. On connaissait déjà les principes du e-learning mais le MOOC, lui, va plus loin et propose une véritable interactivité au sein de la communauté apprenante.

Où héberger son MOOC? On entend parfois dire qu’il est coûteux de faire héberger son MOOC par une plate-forme comme Coursera. Il n’en est rien; non seulement l’hébergement sur Coursera est gratuit, mais il peut constituer une source de revenus pour l’établissement à l’origine du cours si un système de certification payant est mis en place. En attendant, rares sont les ‘heureux’ élus qui peuvent aller sur Coursera; il faut donc trouver des solutions alternatives.

MOOC Le MOOC (Massive Open Online Course) ou CLOM (Cours en Ligne, Ouvert et Massif) propose une nouvelle modalité d’apprentissage. Si l’idée de mettre en ligne un cours est une pratique comprise, utilisée par de nombreux enseignants, soit parce qu’ils interviennent en ligne, soit parce qu’ils complètent un cours en présentiel par des ressources en ligne. La nouveauté des MOOC, est d’ouvrir non pas l’accès aux ressources, mais bien l’accès au groupe des personnes qui se réunissent à une séquence de cours, et donner ainsi l’accès aux échanges dans et autour du cours. Si l’idée d’ouvrir l’accès à son cours est facile à comprendre, les implications de cette ouverture intriguent plus d’un praticien. Le terme massif est clairement un faux ami, et peut être une source d’incompréhension.

Related: