background preloader

Les animaux en toute conscience

Les animaux en toute conscience
Darwin affirmait, il y a cent cinquante ans, qu’il n’y a pas une différence de nature mais de degré entre l’homme et les autres espèces animales. Pourtant, il y a encore quelques décennies, parler chez l’animal de conscience, c’est-à-dire des états supérieurs de l’activité intellectuelle, eût été inconcevable dans les milieux scientifiques. Il y régnait un climat de «mentaphobie» dénoncé par Donald Griffin, fondateur de l’éthologie cognitive. Le néocortex n’est donc plus considéré comme indispensable pour penser finement. Notre code civil témoigne de cette chosification de l’animal, qu’il qualifie archaïquement de bien meuble (article 528) quand, en Allemagne ou en Suisse, les animaux sont expressément distingués des choses. Par Pierre Jouventin éthologiste, directeur de recherche au CNRS (1) et David Chauvet juriste (2) Related:  Animaux

Déclaration de conscience des animaux Bien que cela puisse ne pas sembler beaucoup pour les scientifiques de déclarer que de nombreux animaux non humains possèdent un état de conscience, c'est la première reconnaissance officielle. L'ensemble des preuves scientifiques de plus en plus importante montre que la plupart des animaux sont conscients de ce qu'ils font, de ce qu'ils sont par rapport à l'autre. De la même manière que nous le sommes et nous le faisons. Ce qui est aussi intéressant à propos de cette reconnaissance de la conscience, c'est qu'il est maintenant admis que ce degré de conscience peut émerger chez les animaux qui sont très différent de l'homme, à savoir les oiseaux (la pie par exemple qui est considérer comme un animal nuisible en France) et certains céphalopodes. Le chien agit t-il uniquement par imitation ou conscience de soi ? L'une des caractéristiques de l'auto-organisation des systèmes est que le système est toujours plus intelligent que la somme de ses parties. Partager:

Roman de Renart Roman de Renart est un ensemble médiéval de récits animaliers écrits en ancien français et en vers. Ces récits disparates, rédigés par différents auteurs, sont appelés dès le Moyen Âge « branches ». Ils sont composés principalement en octosyllabes à rimes plates. Le Roman de Renart (avec l'article défini) est le titre des éditions modernes, qui considèrent cet ensemble comme une œuvre cohérente. C'est du nom propre d'un avocat de Paris que l'auteur voulait moquer, Renart (du germanique Reinhard), que provient le nom commun renard, qui a remplacé le mot goupil (du latin vulpes) dans la langue française. Contexte[modifier | modifier le code] Interprétations[modifier | modifier le code] Ces textes ont des fonctions diverses : Ces textes ont inspiré certains auteurs contemporains comme Carl Gustav Jung, dans la création de son concept d'Enfant intérieur et Paul Radin, dans son étude du Trickster. Mais le monde des animaux, miroir du monde humain, sert avant tout à critiquer celui-ci.

Goethe Goethe Observer le vivant pour le comprendre et pour agir en respectant sa nature profonde, tel aura été un des leitmotivs de Goethe tout au long de sa vie. Que cela signifie-t-il ? Une approche vivante, une pensée vivante ? Nombreux sont ceux qui s’élèvent contre la manipulation du vivant (manipulation génétique, clonage, etc.) car ils sentent que l’on transgresse certaines lois du vivant. Mais par contre les démarches scientifiques proposant une méthode rigoureuse adaptée au vivant et respectant son intégrité sont rares. Goethe pensait cela possible et il a ouvert des pistes fécondes en ce sens. Bref historique Il est important de comprendre l'urgence de développer une approche que l’on peut qualifier de goethéenne. Aristote peut être considéré comme l’ancêtre de la « phénoménologie » de la nature : il attachait une grande importance à l’observation concrète des phénomènes de la nature, qui le conduisit à créer sa théorie des quatre éléments, feu, eau, terre, air. Jean-Michel Florin

Si les lions pouvaient parler - Quarto . Essais sur la condition animale Édition publiée sous la direction de Boris Cyrulnik avec la collaboration de Maurice Agulhon, Françoise Armengaud, Éric Baratay, Georges Bataille, Claude Bensch, Alain Besançon, Liliane Bodson, Philippe Brenot, Jeanne Brugère-Picoux, Florence Burgat, Marie-Hélène Champion, Robert Delort, Bernard Denis, Jean-Pierre Digard, Danielle Élisseeff, Claude Fischler, Alain Gallo, Fabienne de Gaulejac, Jean-Yves Goffi, Bernard Golse, Élisabeth Hardouin Fugier, Jacques Hassoun, Philippe Jacquin, André Langaney et Alain Lenoir La nature des relations que l'Homme entretient avec l'Animal obéit à une loi inexorable : nul ne saurait aborder le monde des animaux sans y projeter son propre univers mental, soucieux, par là, de marquer strictement la frontière entre humanité et animalité.Comment représenter le monde dans lequel vivent les animaux, quand il nous est très largement inconnu ?

Des animaux et des hommes - Luc Ferry - Collection : Biblio Essais On aura parfois l'impression, en lisant les textes ici rassemblés, que l'enjeu du discours philosophique consacré à l'animal n'est pas l'animal. Et, de fait, c'est d'abord et avant tout de l'homme qu'il s'agit, de sa définition spécifique, de ses rapports avec la sphère supérieure du divin comme avec celle, inférieure, de la bestialité. La querelle qui porte sur l'âme des bêtes est à cet égard tout à fait représentative des interrogationsqui traversent l'humanisme naissant.[...] Tout le problème, en effet, est de savoir si la pensée humaniste peut faire droit à l'idée d'un respect de la nature, ou si, au contraire, il faut aller jusqu'à évoquer un droit des êtres de nature, qui ne pourrait êtreréellement pris en compte qu'à partir d'une déconstruction radicale des présupposés de l'humanisme.LUC FERRY.

Dans le regard d'une bête | Documentaire sur grand écran Quand mon regard croise celui d’un animal, je suis parfois troublée. Je me demande : au fond, quand nous nous regardons l’un l’autre, qui voyons-nous ? Jusqu’à présent, nous occidentaux avons surtout pensé à notre propre regard sur les animaux : nous les avons jugés, catalogués, étiquetés, hiérarchisés, expliqués, renvoyés à une nature dont nous nous sommes crus les maîtres, définis par leurs manques supposés – et il leur manquerait tant de choses pour nous ressembler ! – mais nous avons oublié qu’ils portaient, eux aussi, un regard sur nous ; un regard qui observe, qui comprend, qui répond et attend une réponse. Pour les humains, nous disons que le regard est le miroir de l’âme. Dominique Loreau

Le vivant a sa matière noire Une nouvelle technique révèle une biodiversité insoupçonnée qui bouscule nos connaissances biologiques. Une matière noire « bio » dans laquelle pourraient se dissimuler les indices d’un quatrième domaine du vivant. Les biologistes seraient-ils passés à côté de 85 à 99 % des micro-organismes vivant sur Terre ? Les avancées de la métagénomique leur ont en tout cas permis de mettre en évidence l’existence d’une « matière noire » biologique, surnommée ainsi en référence à la mystérieuse matière sombre dont la masse empêche la dislocation des galaxies et des amas galactiques. Trois domaines répertoriés pour le vivant Les premières classifications du vivant, établies au XVIIIe siècle par Carl von Linné, se basaient principalement sur des critères morphologiques. Les chercheurs se sont alors tournés vers des critères moléculaires universels. Les eucaryotes, les bactéries et les archées sont depuis considérés comme les trois domaines du vivant. Un problème de culture

12 effroyables parasites qui prennent contrôle du corps de leur hôte pour accomplir leur sombre dessein Il existe de nombreux parasites aux tailles et aux formes très diverses. Certains se contentent de vivre aux crochets de leur hôte, d’autres décident tout simplement de les faire mourir une fois qu’ils n’ont plus besoin d’eux. Certains sont même capables de contrôler le cerveau de leurs victimes jusqu’à les mener au suicide. DGS vous fait découvrir 12 parasites qui donnent froid dans le dos ! 1. Ce ver infecte les criquets et sauterelles. 2. Les rats et les chats ne sont pas vraiment les meilleurs amis du monde, c’est le moins qu’on puisse dire. 3. Le cycle de vie du Dicrocoelium dendriticum est particulièrement compliqué et bien rempli. 4. Une fois que le nematode Myrmeconema neotropicum s’introduit dans cette fourmi sud-américaine, il transforme son postérieur en une sorte de grosse baie rouge. 5. Cette guêpe parasite venue du Costa Rica a une capacité très spéciale qui terrorise et zombifie littéralement une pauvre araignée du nom de Plesiometa argyra. 6. 7. 8. 9. 10. 11. 12.

L’animal que donc je suis, de Jacques Derrida | Pascale Mathex L’animal que donc je suis, de Jacques Derrida L’animal que donc je suis, de Jacques Derrida, est paru aux éditions Galilée en 2006. L’ouvrage est une publication posthume qui regroupe les textes d’une série de conférences données par l’auteur sur la question de «l’animal». Derrida y dénonce un assujettissement d’une ampleur aujourd’hui sans précédent, de l’animal par l’homme, dont la dénégation systématique et perpétuée par tout un courant philosophique initié par Descartes, a des conséquences désastreuses pour les animaux. Références et remerciements : L’animal que donc je suis, Jacques Derrida, éditions Galilée, 2006 Avant-propos de Marie-Louise Mallet L’animal que donc je suis La Nature, disait Mark Twain à son époque déjà moderne, a généreusement offert l’immensité du ciel aux créatures ailées, et les profondeurs des vastes océans aux créatures marines. Cette arrogance humaine a creusé un véritable gouffre, une limite nette et tranchée, entre l’Homme et ce qu’il nomme l’ « animal ». Kant

La vision des bovins Nous remercions Alexandre DIMBERTON. Thèse vétérinaire N° 92, année 1999 L’oeil est constitué d’un organe globuleux, " le bulbe de l’oeil ", logé dans l’orbite. Il est orienté par des muscles et protégé par les paupières dont les mouvements à la surface de l’œil sont facilités par les sécrétions de diverses glandes lacrymales. Le bulbe de l’œil est délimité par une coque composée de trois tuniques (fibreuse, vasculaire et nerveuse) qui enferme les milieux optiques transparents. la tunique fibreuse, externe, comprend :la sclère, blanche opaque et solide qui forme les 4/5 postérieurs du bulbe et en assure la rigiditéla cornée, transparente placée en avant de l’œil. Schéma 15 : Structure de la rétine des bovins (31) Schéma 16 : Fond d’œil des bovins Les milieux optiques transparents comprennent (schéma 18) : le cristallin, véritable lentille biconvexe qui concentre et dirige les rayons lumineux sur la rétine. Schéma 20 : Diagramme des voies visuelles Tout contraste fait peur aux bovins.

Le jaïnisme et les animaux On a prétendu que les religions sont les pires ennemis des animaux. Ce n’est pas entièrement faux. Les sacrifices et les abattages rituels païens, brahmaniques, juifs, musulmans ou autres et les repas « traditionnels » (dinde, agneau, etc.) qui concluent, en dehors des lieux de culte et de contexte liturgique, les fêtes chrétiennes (Noël, Pâques), avec l’approbation enthousiaste des Églises, constituent une part très importante de la cruauté humaine générale envers les animaux. On a voulu justifier cet état de choses en disant que « tuer dans un contexte sacrificiel n’est pas tuer1 » ou que les animaux « furent jugés dignes de constituer la matière des sacrifices2 ». Quel honneur alors pour l’animal de se faire tuer (souvent sans étourdissement préalable) et manger pour le bien « spirituel » des convives humains... « Je vous donne toutes les herbes portant semence, qui sont sur la surface de la terre, et tous les arbres qui ont des fruits portant semence : ce sera votre nourriture. *.

Le Corbeau qui tenait en son bec un outil (2014) , Jean Deutsch, Sciences humaines Un nouveau livre de l’auteur du Ver qui prenait l’escargot comme taxi (prix Jean Rostand 2008), encore plus original et alerte. Ces douze histoires naturelles mettent en scène des corbeaux intelligents, des poissons aveugles, des mouches à quatre ailes, des animaux sans sexe, des vers sans tête, des araignées sauteuses, des linaires prodigieuses, sans oublier nos cousins les hobbits. Par-delà leur intérêt narratif, ces histoires sont choisies pour leur portée scientifique, chacune illustrant une avancée de la théorie moderne de l’évolution biologique qui, par certains côtés, s’est enrichie dans la ligne de la pensée de Darwin, mais, par d’autres, est en rupture avec certaines de ses idées. C’est une théorie en évolution que le lecteur découvrira ici ! Jean Deutsch est professeur émérite de l’université Pierre et Marie Curie (Paris 6).

Bestiaire En littérature, un bestiaire désigne un manuscrit du Moyen Âge regroupant des fables et des moralités sur les « bêtes », animaux réels ou imaginaires. Par extension, on appelle bestiaire une œuvre consacrée aux bêtes. Par métonymie, le bestiaire d'un auteur ou d'un ensemble d'œuvres désigne les animaux mentionnés par l'auteur ou dans ces œuvres. Origines[modifier | modifier le code] Le Physiologos, qualifié de « bestiaire des bestiaires », est un recueil de brefs récits vraisemblablement rédigé en Égypte probablement dans la région d'Alexandrie[1]. Concernant les oiseaux, des éléments de De avibus de Hugues de Fouilloy sont intégrés à certains bestiaires anglais[2]. Bestiaires médiévaux[modifier | modifier le code] Selon une classification introduite en 1928 par M. le groupe B-Is de la première famille est constitué de manuscrits issus de la version B du Physiologos et d'extraits du chapitre XII des Étymologies d'Isidore de Séville (à l'exception de sept chapitres). Bestiaires

L'intelligence et la vie sociale des cochons | Pierre Sigler ANIMAUX - Les sangliers (Sus scrofa) ont été domestiqués, il y a environ 9000 ans à plusieurs endroits dans le monde et ont donné naissance aux sangliers domestiques (Sus scrofa domesticus), plus couramment appelés cochons ou porcs [1]. Sangliers et cochons sont parfaitement interféconds. Morphologie et physiologie Les cochons mesurent entre 90 et 180 cm. Pour se protéger des puces et des coups de soleil, les cochons aiment prendre des bains de boue, ce qui leur a valu la réputation d'être sales. Esther, recueillie par une famille canadienne, a appris à ouvrir le robinet d'une douche. Univers sensoriel Refuge pour cochons - @L214 Les cochons ont un odorat aussi développé que celui des chiens. L'ouïe des cochons est développée (42-40 500 Hz) [3]. Vie sociale Refuge pour cochons- @l214 À l'état sauvage, les cochons, comme les sangliers, vivent en groupes familiaux matrilinéaires, comprenant entre 2 à 5 truies, leurs petits de l'année, et un verrat pendant la saison des amours. Mémoire Close

Related: