background preloader

Mouvement Freinet.

Méthode Freinet Un article de Ékopédia, l'encyclopédie pratique. Description de la méthode pédagogique Freinet. Histoire, valeurs, points forts, limites et mise en œuvre. Il s'agit d'un mouvement de recherche, d'innovation et de diffusion de la pédagogie Freinet en France et à travers le monde avec la Fédération Internationale des Mouvements de l'École Moderne (FIMEM). Il est agréé par les Ministères de l'Éducation nationale et de la Jeunesse et Sports. Origines de la méthode Voir la vie de Célestin Freinet. Les valeurs de la pédagogie Les 30 invariants par Célestin Freinet en 1964. ...C'est une nouvelle gamme des valeurs scolaires que nous voudrions ici nous appliquer à établir, sans autre parti-pris que nos préoccupations de recherche de la vérité, à la lumière de l'expérience et du bon sens. Invariant n° 1: L'enfant est de la même nature que nous. En résumé Les applications pédagogiques concrètes Méthodes et outils d'apprentissage Les écoles Discussions Les points forts Les limites Voir aussi Liens internes

Célestin Freinet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Freinet. Célestin Freinet est un pédagogue français, né le à Gars dans les Alpes-Maritimes, mort le à Vence dans les Alpes-Maritimes. D'abord au Bar-sur-Loup, puis surtout à Vence, il développe avec l'aide de sa femme Elise Freinet, et en collaboration avec un réseau d'instituteurs, toute une série de techniques pédagogiques, basée sur l'expression libre des enfants : texte libre, dessin libre, correspondance interscolaire, imprimerie et journal scolaire, enquêtes, réunion de coopérative etc. Militant engagé, politiquement et syndicalement, en une époque marquée par de forts conflits idéologiques, il conçoit l’éducation comme un moyen de progrès et d’émancipation politique et citoyenne. Son nom reste attaché à la pédagogie Freinet qui se perpétue de nos jours notamment via le Mouvement de l'École moderne. Biographie[modifier | modifier le code] Les débuts[modifier | modifier le code]

Pédagogie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pédagogie (du grec παιδαγωγία, direction ou éducation des enfants[1]) désigne l'art de l'éducation. Le terme rassemble les méthodes et pratiques d'enseignement et d'éducation ainsi que toutes les qualités requises pour transmettre une connaissance, un savoir ou un savoir-faire. Plus généralement, l'expression « Faire preuve de pédagogie » signifie l'aptitude à enseigner et à transmettre à un individu ou un groupe d'individus — de tous âges et de toutes conditions — un savoir ou une expérience par l'usage des méthodes les plus adaptées à l'audience concernée. Définitions[modifier | modifier le code] Le mot « pédagogie » dérive du grec παιδαγωγία, de παιδός (/'paɪdɔr/), « l'enfant », et ἄγω (/'a.gɔ/), « conduire, mener, accompagner, élever ». Émile Durkheim : la pédagogie est une "réflexion appliquée aussi méthodiquement que possible aux choses de l'éducation" (L'évolution pédagogique en France, Paris, PUF, 1938, p. 10).

Pédagogie Steiner-Waldorf Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Steiner. École Waldorf en Allemagne Michael Park Rudolf Steiner School in Auckland La pédagogie Steiner-Waldorf, fondée sur les théories éducatives de Rudolf Steiner, est une application de l'anthroposophie, courant de pensée et de spiritualité dont il est le fondateur. Cette pédagogie est pratiquée dans les écoles Waldorf, connues sous le nom d'écoles Steiner, écoles associatives autonomes, qui comptent environ 1 000 sites dans le monde, principalement en Europe et en Amérique du Nord, dont 200 sites en Allemagne. Histoire[modifier | modifier le code] Origines[modifier | modifier le code] Ayant été actif notamment en tant que précepteur de 1884 à 1890, Rudolf Steiner, après avoir posé les fondements de l'anthroposophie, formalise à partir de 1906 ses idées sur l'éducation. Relations avec les autres mouvements pédagogiques[modifier | modifier le code] Pédagogie[modifier | modifier le code]

Pédagogie Montessori Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pédagogie Montessori est une méthode d'éducation dite ouverte, par rapport aux méthodes dites fermées ou traditionnelles, telle que l'enseignement mutuel. Sa pédagogie repose sur l'éducation sensorielle et kinésthésique de l'enfant. Description[modifier | modifier le code] La pédagogue italienne Maria Montessori, fut d'abord un médecin. Elle élabore une pédagogie qui repose sur des bases scientifiques, philosophiques et éducatives. Mise à disposition des enfants d'un matériel concret[modifier | modifier le code] Le matériel sensoriel est donné à l'enfant comme une aide au développement de l'intelligence et de la main. L'enfant use librement de cubes, de cylindres de diamètres variés, d'objets emboitables, de lettres découpées dans divers matériaux… Le matériel sensoriel mis au point par Maria Montessori permet à l'enfant de distinguer, de préciser, de généraliser, du concret vers le concept et du concept vers l'abstrait. Il s'agit de : — R.

L’éducation humaniste Source : Introduction de l’ouvrage "Vers une éducation humanisante", Actes du 21ème Congrès National des l’association française des psychologues scolaires - Clermont-Ferrand 2009. AFPEN Introduction Les conceptions humanistes de l’éducation sont déjà anciennes. Il y a trois ans, un ouvrage collectif réunissant 25 auteurs (École : changer de cap. J’examinerai dans un premier temps des situations pédagogiques mettant en jeu l’interaction entre élèves : l’apprentissage coopératif le tutorat par les pairs la philosophie avec les enfants puis d’autres situations mettant en jeu l’interaction entre l’enseignant et l’élève : l’effet Pygmalion l’empathie la facilitation du sentiment d’efficacité des élèves l’apprentissage de l’intelligence émotionnelle. 1. L’apprentissage coopératif L’apprentissage coopératif est une stratégie d’enseignement consistant à faire travailler des élèves ensemble au sein de petits groupes. sur le plan personnel : augmentation de l’estime de soi. Le tutorat par les pairs 2.

1. 3 | Didactique et Pédagogie 1. 3 | Didactique et Pédagogie Si, dans notre modèle triangulaire, nous nous plaçons du point de vue de l’enseignant, nous percevons d’emblée le dilemme classique auquel se trouve confronté celui-ci : dans la situation d’enseignement–apprentissage, quelle importance relative convient-il d’accorder au savoir d’une part et à l’apprenant d’autre part ? Ce qui revient à se demander quel rapport entretiennent entre eux les deux axes de la didactique et de la pédagogie. 1. 3. 1. Dans l’usage courant, le qualificatif « pédagogique » est généralement connoté positivement, tandis que ce qui est « didactique » est pédant ou ennuyeux. Pédagogique, grisant et intelligent, le magazine Ushuaïa ne se contente pas de nous faire découvrir la nature, il cherche à nous l’expliquer. Dans sa présentation critique d’un épisode du feuilleton L’instit, le journaliste dresse une longue liste des déboires subis par les personnages et conclut : — P = axe E–A ; D = axes A–S et E–S — P = axes A–S, E–S et E–A 1. 3. 2.

Pédagogie et didactique à l’épreuve de la modernité 1Le questionnement du rapport entre didactique et pédagogie a suscité d’âpres polémiques qui ont accentué la prétendue opposition de ces deux approches et leur exclusion mutuelle. Nombreuses sont de nos jours les disciplines qui traitent de l’éducation et de la formation, dont certaines sont perçues comme porteuses de réponses à la crise du sens des savoirs scolaires. Quoi de plus incertain face à la différenciation du champ éducatif et à la diversité des savoirs qui l’appréhendent que le statut de la vieille pédagogie, se trouvant contestée dans son ambition historique de penser les pratiques enseignantes et de les légitimer. Tout se passe comme si la pédagogie était devenue « l’homme malade », l’empire dont la vieillesse a éveillé l’appétit colonisateur des puissances modernes et postmodernes. 2Telles sont les questions auxquelles nous essayons d’apporter des éléments d’analyse et de réflexion en recourant à une méthodologie interprétative. 1.1. 1.2. 2.1. 2.2. 2.3.

La didactique - Quelques définitions 1. La didactique, c'est l'étude systématique des méthodes et des pratiques de l'enseignement en général, ou de l'enseignement d'une discipline ou d'une matière particulière. On distingue : La didactique générale qui s'intéresse à la conduite de la classe (cours magistraux, leçons dialoguées, travaux pratiques individuels ou collectifs, utilisation de manuels, etc.); La didactique spéciale qui s'intéresse à l'enseignement d'une discipline particulière pour une classe, un cycle d'études ou un ordre d'enseignement. La didactique porte sur les méthodes ou les pratiques d'enseignement tandis que la pédagogie porte sur l'éducation ou l'action éducative. En tant qu'adjectif, le mot "didactique" qualifie ce qui concerne les méthodes et les pratiques de l'enseignement, ou l'enseignement à proprement parler. Grand dictionnaire terminologique de l’Office de la langue française 2. Comme adjectif, "didactique" concerne : Antidote 3. S'il est adjectif, le mot "didactique" réfère à : Wiktionnaire

Guide pédagogique : courants, démarches, méthodes, types de savoir et exercices Comprendre les modèles pédagogiques est essentiel pour toute personne exerçant bénévolement ou professionnellement dans les domaines de la sensibilisation, de l’apprentissage ou de la formation au numérique (ou à d’autres sujets). Le portail FOAD Spirit propose un dossier de 25 pages, gracieusement téléchargeable (en pdf) : le mini-guide pédagogique qui propose une présentation des différents courants, méthodes et démarches pédagogiques ainsi que les types de savoirs. Exploration de la pédagogie avec exercices Ces connaissances concentrées en un document unique de synthèse donnent à voir les différentes approches pédagogiques et présentent une démarche active avec un exercice à penser en continu et à compléter en fin de dossier pour aider à réaliser le jeu du mot mystère. Sommaire du mini-guide pédagogique 3 courants pédagogiques Le behavorisme Le constructivisme Le socio-constructivisme Les démarches pédagogiques La démarche déductive La démarche inductive La démarche dialectique Annexes

Constructivisme, socioconstructivisme et connectivisme  L’éditeur, ce n’est pas celui qui dompte la bête, c’est celui qui la socialise. (Christine Angot) Par souci d’individualisation et de métacognition des apprentissages, je résiste à la tentation d’obliger les élèves à utiliser leur blogue scolaire. Je mise plutôt sur des facteurs de motivation tels que la perception de valeur, de compétence et de contrôlabilité. Je ne manque donc jamais une occasion en début d’année de souligner aux élèves l’importance des nouvelles technologies dans l’apprentissage et l’optimisation de leur avenir. Je sais très bien que la première question, au moment de la présentation des blogues, sera « à quoi ça va me servir? Dès qu’il fréquente l’école, l’élève gagne à se saisir de certaines notions d’apprentissage. L’absence de certaines théories ne résulte que du besoin de simplification. Dans son excellent discours sur les nouvelles technologies, le philosophe Michel Serres s’interroge sur ce qu’elles apportent de nouveau.

L'apprentissage social Bruner propose d'utiliser le terme "étayage" (scaffolding) pour caractériser les interactions pédagogiques qui prennent place au sein d'une communauté d'apprenants. Celles-ci consistent, pour le partenaire plus avancé, à prendre en charge les parties de la tâche qui dépassent initialement les capacités du partenaire moins avancé en lui permettant de se concentrer sur les parties de la tâche qui lui sont accessibles. Le terme étayage s'est imposé, parmi les chercheurs néo-cognitivistes, pour désigner les interactions de soutien mises en œuvre par un adulte ou par un pair afin d'épauler un sujet dans la résolution d'un problème qu'il ne pourrait résoudre seul. Bruner associe six fonctions principales à l'étayage: Perkins (1995) parle "d'individu-plus" pour désigner l'ensemble des ressources mobilisées pour traiter une situation, celles-ci incluant à la fois celles disponibles chez l'individu et celles fournies par l'environnement.

Constructivisme et Socio-constructivisme Pour lui, l''apprentissage c'est-à-dire le développement des schèmes opératoires est le résultat d'un processus dynamique de recherche d'équilibre entre le sujet et son environnement: L'assimilation correspond à l'incorporation d'un objet ou d'une situation à la structure d'accueil du sujet (structure d'assimilation) sans modifier cette structure mais avec transformation progressive de l'objet ou de la situation à assimiler. Le sujet transforme les éléments provenant de son environnement pour pouvoir les incorporer à sa structure d'accueil.L'accommodation: lorsque l'objet ou la situation résistent, le mécanisme d'accommodation intervient en entraînant une modification de la structure d'accueil de l'individu de manière à permettre l'incorporation des éléments qui font l'objet de l'apprentissage. Dans ce cas, le sujet est transformé par son environnement. Le sujet doit disposer des prérequis cognitifs indispensables. L'écart cognitif entre les partenaires ne doit pas être trop important.

Related: