background preloader

Serons-nous tous végétariens en 2050

Serons-nous tous végétariens en 2050
Si les pays développés connaissent l’urgence à réduire la consommation de viande, peu imaginent adopter dans les prochaines décennies un régime végétarien quasi-généralisé. C’est pourtant la réalité qui attend la population mondiale d’ici à 2050 afin d’éviter des pénuries alimentaires catastrophiques et des déficits en eau considérables, si l’on en croit une étude du Stockholm International Water Institute, citée par le Guardian. Aujourd’hui, à l’échelle de la Terre, les 7 milliards d’hommes tirent en moyenne 20 % de leurs apports en protéines de produits d’origine animale. Mais d’ici à 2050, ce chiffre devrait tomber à 5 %, pour nourrir deux milliards d’êtres humains supplémentaires. Les Nations unies ont calculé que le monde aura besoin d’augmenter sa production alimentaire de 70 % d’ici le milieu du siècle pour répondre à la demande galopante. La question du végétarisme n’est toutefois pas totalement tranchée. Audrey Garric

http://ecologie.blog.lemonde.fr/2012/08/28/serons-nous-tous-vegetariens-en-2050/

Related:  Condition animal - AlimentationEN CHIFFRES - Anti-Gaspi et solidarité avec le tiers-monde

Végétarisme et flexitarisme, une tendance émergente ? Création : lundi 21 novembre 2016 06:00 Écrit par C. Laisney | Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract | Comment appréhender le phénomène, son évolution passée et prévoir son évolution future ?

Bientôt, tous obligés d'être végétariens? ALIMENTATION Selon des experts des ressources en eau, l'humanité va devoir considérablement changer son mode d'alimentation... Audrey Chauvet Créé le Mis à jour le Mots-clés alimentation On ne s’en rend pas compte, mais manger un steak revient à boire beaucoup d’eau. Ce n’est pas que les vaches soient de grandes assoiffées, mais les milliers de litres qui ont servi à produire la nourriture pour le bétail impactent considérablement «l’empreinte eau» de nos assiettes de carnivores. Selon les scientifiques du Stockholm international water institute (SIWI), nous allons devoir revoir la composition de nos repas en raison de la raréfaction des ressources en eau et de la croissance démographique mondiale d’ici à 2050, rapporte le Guardian.

Manger de la viande, le propre de l’homme ? - La Croix Aliment aujourd’hui contesté par une partie de l’opinion, la viande est pourtant au menu de l’homme depuis ses débuts. Si l’acte de manger n’est pas anodin, celui de manger de la viande l’est encore moins. Il relève de ce qu’on appelle le principe d’incorporation. « Nous sommes et devenons ce que nous mangeons », explique en substance Claude Fischler, socioanthropologue de l’alimentation (EHESS-CNRS). Manger de la viande, c’est en quelque sorte incorporer la chair de l’animal, prendre sa force et ses qualités. Une distinction fondamentale avec les végétariens. « En mangeant de la viande, le "carnivore", qui lui aussi peut ressentir de l’empathie pour l’animal, assume sa propre nature animale, quand le végétarien manifeste, lui, le désir de supprimer l’animalité et de réactiver le statut d’exception accordé à l’humain », explique de façon mordante Dominique Lestel, anthropologue à l’ENS (École normale supérieure).

Les viandes végétaliennes La revue VegNews célèbre les végéburgers! Les végétaliens ont le droit d’aimer la viande! Après l’article très populaire sur les fromages végétaux, il est maintenant temps de couvrir les imitations de viande qui n’ont pas impliqué d’exploitation animale. Qu’on appelle ça fausse viande (mais c’est de la vraie bouffe!), viande végétale (quoique certaines contiennent des champignons, qui n’est pas une plante!) ASV: Les conséquences écologiques de la consommation de viande Die SVV heisst jetzt: Swissveg Unsere neue Homepage finden Sie hier: www.swissveg.ch Contenu: Production de viande Gaspillage des sols Consommation en eau Gaspillage de nourriture Purin et mort des forêts Les poussières fines Pollution des eaux Excès d’acidification des sols Effet de serre Antibiotiques et hormones Poissons comme échappatoire? L’économie Coûts et contribuables Une folie subventionnée Notes La production mondiale de viande augmente

Pourquoi nous deviendrons tous vegan Il y a quelques mois encore, j’étais un viandard impénitent. J’avais des plaisirs carnassiers relativement simples: couper des tranches de saucisson, commander un foie de veau rosé, manger les ailes de poulet avec les doigts, griller au barbecue une andouillette de Chablis ou bien une côte de bœuf saignante ou encore, les pieds dans les vagues, attraper des crevettes grises et les croquer vivantes (essayez c’est génial, elles gigotent puis scrotch). J’ai dévoré des truites attrapées à la main dans des ruisseaux, entre deux écrevisses. J’ai mangé du serpent, du blaireau, des insectes, des huitres sur leur rocher (schluuuurps), du kangourou et même, il y a prescription, mon chat. Pénurie de poissons français : arrêtons de vider les océans sans réfléchir Le port de pêche de Port-en-Bessin, en 2009 dans le Calvados (M.GILE/SIPA). "Depuis le fameux épisode biblique du lac de Tibériade, où Jésus remplit par miracle les filets de ses disciples, tous ceux qui vivent de la capture des poissons sont frappés par ce qu’on peut appeler le syndrome de la pêche miraculeuse. Ils oublient que, par définition, les miracles sont rares, et qu’en dehors de l’intervention divine, les lois de l’écologie pèsent sans aucune fantaisie sur les populations animales."

Ferme "des mille vaches" Le Conseil d’État rejette le recours de la ministre de l’environnement et d’associations de protection de l’environnement contre les ordonnances ayant suspendu la mise en demeure et l’astreinte infligées aux exploitants de la ferme dite « des mille vaches ». > Lire la décision La SCEA Côte de la Justice avait demandé, en 2011, l’autorisation d’exploiter un élevage de 1 000 vaches laitières. Elle n’avait obtenu, par arrêté du 1er février 2013, que l’autorisation d’exploiter un élevage de 500 vaches. Pour des tickets de rationnement de viande ! Faute de pouvoir légitimement demander plus, un semi-végétarisme qui n’exclut que la viande de mammifère mais accepte certains poissons et parfois la volaille doit pour le moins remplacer la surconsommation de viande dont fait preuve le mode de vie à l’Occidentale. Cette dynamique s’inscrit dans une incitation générale à la frugalité, c'est-à-dire à la recherche d’une certaine simplicité et une moindre empreinte écologique. Il est urgent de considérer le mangeur quotidien de viande comme un drogué, de lutter contre ce type d’overdose, d’ouvrir des centres de désintoxication pour humains carnivores. Laisser ce type d’individus en totale liberté constitue un grave manquement à l’intérêt général. L’instauration de tickets hebdomadaires ou mensuels, notamment de viande, voire de produits laitiers, doit être votée.

Related: