background preloader

Serons-nous tous végétariens en 2050

Serons-nous tous végétariens en 2050
Si les pays développés connaissent l’urgence à réduire la consommation de viande, peu imaginent adopter dans les prochaines décennies un régime végétarien quasi-généralisé. C’est pourtant la réalité qui attend la population mondiale d’ici à 2050 afin d’éviter des pénuries alimentaires catastrophiques et des déficits en eau considérables, si l’on en croit une étude du Stockholm International Water Institute, citée par le Guardian. Aujourd’hui, à l’échelle de la Terre, les 7 milliards d’hommes tirent en moyenne 20 % de leurs apports en protéines de produits d’origine animale. Les Nations unies ont calculé que le monde aura besoin d’augmenter sa production alimentaire de 70 % d’ici le milieu du siècle pour répondre à la demande galopante. D’après les scientifiques, le végétarisme serait donc une façon d’augmenter la quantité de ressources naturelles disponibles pour produire plus de nourriture. La question du végétarisme n’est toutefois pas totalement tranchée. Audrey Garric Related:  EN CHIFFRES - Anti-Gaspi et solidarité avec le tiers-mondeNUTRITION ET SANTECondition animal - Alimentation

Bientôt, tous obligés d'être végétariens? ALIMENTATION Selon des experts des ressources en eau, l'humanité va devoir considérablement changer son mode d'alimentation... Audrey Chauvet Créé le Mis à jour le Mots-clés alimentation On ne s’en rend pas compte, mais manger un steak revient à boire beaucoup d’eau. Ce n’est pas que les vaches soient de grandes assoiffées, mais les milliers de litres qui ont servi à produire la nourriture pour le bétail impactent considérablement «l’empreinte eau» de nos assiettes de carnivores. Selon les scientifiques du Stockholm international water institute (SIWI), nous allons devoir revoir la composition de nos repas en raison de la raréfaction des ressources en eau et de la croissance démographique mondiale d’ici à 2050, rapporte le Guardian. De 20% à 5% de viande dans l’assiette De 20% de nos assiettes, la part d’aliments carnés devrait être portée à 5% seulement si l’on veut que les deux milliards d’humains supplémentaires en 2050 aient aussi accès à la viande.

Original Ronald Mac Donald / 1963 L’élevage accentue l’effet de serre et la déforestation | Viande : l'environnement, la santé et les animaux L'élevage est responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serreEt de 80 % de la déforestation en AmazonieLe 5e rapport du GIEC recommande une diminution importante de la consommation de viande. Ce serait aussi efficace que de diviser par deux le parc automobile mondial.Un végétalien émet 2,5 fois moins de GES par son alimentation qu'un omnivore occidental L’élevage émet plus de gaz à effet de serre que les transports En 2006, un rapport de la FAO, Livestock's long shadow, a révélé que l’élevage produisait une quantité importante de gaz à effet de serre (GES), environ 18 % des émissions d'origine humaine. Les émissions de GES dans le monde. Chiffres clés Le secteur de l'élevage produit 7,1 milliards de tonnes d'équivalent CO2, soit environ 1/7 de l'ensemble des émissions de gaz à effet de serre. Il apparaît que les émissions sont dues majoritairement à l'élevage des ruminants. Source : GIEC. L'Europe contribue pour 8,5 % des émissions de GES liés à l'élevage. Bibiliographie

La mode sera au "sans gluten" au moins jusqu'en 2016 - 29/01/2015 - LaDepeche.fr Les ventes de produits pour allergiques et intolérants alimentaires progresseront de 8% en 2015 et de 9% en 2016. D'après les estimations d'une étude Xerfi, publiée jeudi 29 janvier, les articles étiquetés "sans gluten" resteront le fer de lance de cette nouvelle gamme qui se soucie de la santé des consommateurs. Les ventes en grandes surfaces des produits sans gluten représenteront 65 millions d'euros en 2016, soit deux fois plus qu'en 2013. "Les industriels de l'agroalimentaire s'intéressent de plus en plus à ce marché florissant, stimulé par une nouvelle cible de consommateurs non allergiques.

Végétarisme et flexitarisme, une tendance émergente ? Création : lundi 21 novembre 2016 06:00 Écrit par C. Laisney | Résumé de l'article | Article au format livre flash | Article au format pdf | Abstract | Comment appréhender le phénomène, son évolution passée et prévoir son évolution future ? Pour bien les appréhender, les nouvelles tendances de consommation que sont le végétarisme, le véganisme ou encore le flexitarisme doivent faire l’objet d’une analyse combinant enquêtes auprès des consommateurs, comportements réels et approche par les "faits porteurs d’avenir". Depuis quelques années, il est beaucoup question dans les médias de végétarisme et du véganisme, mais quelle est la réalité du phénomène ? Les végétariens stricto sensu sont généralement, dans les pays développés, une petite minorité. Il est difficile d’appréhender statistiquement le phénomène et par conséquent de mesurer son évolution. Le fait de se définir comme "végétarien", et encore plus "végan", induit la revendication d’une identité, marque l’appartenance à une communauté.

Wondering About a Vegan Diet? (Infographic) Want to know how to be healthy and cruelty-free? No worries—eating vegan is easy! Get all your answers and more with PETA’s “Wondering About a Vegan Diet?” Are you ready to eat healthy? Embed “Wondering About a Vegan Diet?” <a href=” src=” width=”720″ border=”0″><p>Wondering About a Vegan Diet? Food shortages could force world into vegetarianism, warn scientists | Global development Leading water scientists have issued one of the sternest warnings yet about global food supplies, saying that the world's population may have to switch almost completely to a vegetarian diet over the next 40 years to avoid catastrophic shortages. Humans derive about 20% of their protein from animal-based products now, but this may need to drop to just 5% to feed the extra 2 billion people expected to be alive by 2050, according to research by some of the world's leading water scientists. "There will not be enough water available on current croplands to produce food for the expected 9 billion population in 2050 if we follow current trends and changes towards diets common in western nations," the report by Malik Falkenmark and colleagues at the Stockholm International Water Institute (SIWI) said. Dire warnings of water scarcity limiting food production come as Oxfam and the UN prepare for a possible second global food crisis in five years.

www.agreste.agriculture.gouv.fr/IMG/pdf/doctravail50112.pdf What the World Eats | National Geographic This interactive was built in conjunction with National Geographic’s Future of Food series. The data was sourced from FAOSTAT. Values reflect domestic utilization for food consumption in each country or region from 1961 to 2011. Download the data from here. Values for China refer to FAO’s "China, mainland." *Measures for Russia preceding 1992 are represented with U.S.S.R. data. **"Pulses" refers to lentils, beans, and peas. This project was made possible with support from the Grace Communications Foundation. Built and designed by Fathom Information Design © National Geographic Magazine close

Related: