background preloader

Histoire du luxe: le luxe vous ouvre ses portes

Histoire du luxe: le luxe vous ouvre ses portes
Related:  étude : comment sont fixé les prix dans le marché du luxe ?tperha

La "massification" des produits de luxe ou phénomène de Trading-up | Interactive Luxury En termes d’offre produits, on observe depuis ces dernières années, que la frontière entre le luxe "très" accessible et les objets ordinaires devient de plus en plus floue, surtout lorsque les industries traditionnelles mass-market élaborent une montée en gamme (appelée Trading-down) de leurs produits, et que les marques de luxe cherchent à rendre accessibles certains produits clairement sélectionnés (Trading-up). Ce phénomène de massification des produits de luxe consiste à développer et décliner des produits de luxe intermédiaire en produits de luxe accessible avec un mix-marketing étudié et élaboré, et ce afin de toucher une clientèle élargie. D’après Idris Mootee, stratégiste Marketing, cette pyramide des marques (ci-dessous) représente la stratification de différents types de marque en partant d’une marque mass-market jusqu’à la marque de luxe, en passant par des marques intermédiaires (marque médium, marque de qualité, marque leader). Like this: J'aime chargement…

Courrier international - Google+ - Le Qatar investit aux quatre coins du monde et dans tous… Le Qatar investit aux quatre coins du monde et dans tous les domaines : le sport, les produits de luxe, l'art ou la finance. Parallèlement, il finance les islamistes au Maghreb, les djihadistes en Syrie, sans oublier les Frères musulmans égyptiens. Mais à quoi joue le #Qatar ?C'est le dossier à la une de Courrier international cette semaine>> Dans ce dossier >> Vu de Syrie : le Qatar nous impose le Premier ministre Vu du Liban : les volte-face de l'émir m'ont épuisé >> Vu de Tunisie : faut-il brûler le drapeau qatari ?

Le luxe ne connait pas la crise Le luxe continue d’ignorer la conjoncture mondiale déprimée et même les craintes d’un ralentissement de la demande en Chine, son principal moteur de croissance, comme en attestent les résultats insolents des groupes du secteur. Après Hermès et Swatch, le numéro un mondial LVMH et le groupe PPR, propriétaire notamment de Gucci, ont délivré à leur tour jeudi des semestres de haute facture. Leurs patrons respectifs, Bernard Arnault et François-Henri Pinault, se sont même déclarés confiants dans la capacité de leurs groupes à gagner de nouvelles parts de marché d’ici la fin de l’année. Autrement dit à améliorer encore leurs profits et ce, a souligné LVMH, malgré «un environnement économique incertain en Europe». Les ventes de Louis Vuitton, qui draine la moitié des profits du groupe, ont encore enregistré une croissance à deux chiffres. A périmètre et taux de change comparables, toutes les divisions du groupe sont en croissance à deux chiffres (sauf les parfums et cosmétiques à 9%).

Qu'est-ce qu'un produit de luxe? - La contrefaçon des produits de luxe L'offre est rare Le produit ou le service luxueux est rare et distribué à une petite échelle dans des endroits spécifiques, souvent prestigieux. La rareté peut parfois être organisée (concept de la série limitée) afin de créer une valeur supplémentaire "luxe" au produit. Ainsi, on peut imaginer que n’importe quel objet peut devenir luxueux. Le prix est élevé Le prix d’un produit de luxe (sa valeur sur le marché) ne correspond pas à sa seule utilité immédiate. Par exemple, quand un consommateur achète un sac à main de marque Louis Vuitton dans une boutique de luxe, il devient propriétaire d’un objet doté d’une très forte valeur sociale. La démarche d'achat est soignée Le produit de luxe constitue véritablement un outil d’identification personnelle et son achat participe à un processus de valorisation sociale. En effet, le produit de luxe bénéficie d’une présentation soignée : emballage, logo de la marque, design de l’objet. Le réseau de distribution est spécifique Partager l'article ! inShare

Tendances - Flux de Luxe : quand l'usine à rêves devient « content factory » Publié le 20 février 2013 Chanel, Jaguar, Dior, Burberry, Miu Miu, Lancôme, Prada, Louis Vuitton, Gucci, Hermès… les campagnes digitales du secteur luxe sont dans le nouveau BLSTK Replay n°36 avec un focus « Flux de Luxe » qui s’intéresse cette semaine aux contenus liquides des marques. Hier réticentes à communiquer sur Internet, les marques de luxe investissent aujourd’hui tous azimuts les réseaux sociaux, applications mobiles, tablettes… L’usine à rêves devient ainsi une « content factory » capable de produire et diffuser du contenu au jour le jour sur les différents canaux digitaux, comme le champagne qui coule à flots. Du « Liquid content » en quelque sorte – ou plutôt « Flux de Luxe » – nécessaire pour émerger sur les feeds saturés des internautes ou autres EdgeRank de la conversation sociale. Vive le Re-Tweet, le Re-Pin et le Like this, le Flux de Luxe se consomme et se partage communément dans l’instant présent. Sophie Perrier content manager @ Balistik#Art

Le marché du luxe ne connaît pas la crise Le marché mondial du luxe reste épargné par la crise avec une hausse prévue de 4 à 5% du chiffre d’affaires du secteur en 2013 après une croissance de 10% l’an passé, a annoncé jeudi l’observatoire Altagamma, sur la base d’une étude de la firme Bain and Company. «Les perspectives du marché mondial sont positives malgré la faiblesse de beaucoup d’économies du monde et un léger ralentissement du rythme au premier trimestre 2013», a annoncé Altagamma dans un communiqué, à propos d’un marché qui a engrangé 212 milliards d’euros de chiffre d’affaires l’an passé. Le président de la Fondation, Andrea Illy, a rappelé le poids que représente le luxe pour l’économie italienne: «12% de l’industrie, 24% des exportations, 2% du PIB après une hausse de 8% en 8 ans, et un chiffre d’affaires qui double tous les dix ans». Le secteur du luxe continue de croître «parce que les clients cherchent un produit d’excellence», selon Illy. Selon Bain, en 2025, le marché du luxe sera cinq fois plus grand qu’en 1995.

Le Luxe, l'industrie et la France Une brève histoire du luxe Dès l'apparition de la vie en société chez Homo sapiens (et Homo neandertalensis), la notion de luxe a existé, simultanément à celle d'art qui lui est étroitement appariée (je reviendrai plus loin sur ce sujet). On peut dire que luxe et vie en société sont consubstantiels. Au tout début, le luxe était l'apanage du (ou des) chef(s) : une sépulture de chef se reconnaît aux bijoux et autres objets d'art qu'elle contient. Un des comportements extrêmes fut celui de l'Égypte ancienne : le comble du luxe étant la survie après la mort, et cette survie devant passer par celle du corps, elle n'était permise que par la momification et l'édification d'un tombeau « pour l'éternité ». Il en résulte également que les vrais marchés du luxe sont ceux des grandes démocraties : il vaut mieux pour un industriel du luxe rechercher, à pouvoir d'achat moyen équivalent, les marchés les plus démocratiques (par exemple, le Japon plutôt que les pétromonarchies). Les services

Audace - Les nouvelles émotions du luxe contemporain Publié le 23 janvier 2013 Retour sur "Luxshocking", la 15ème rencontre « Luxbox » organisée par FigaroMedias, qui s’est tenue le 15 janvier, et découvrez la veille prospective réalisée pour l’occasion par Balistik#Art. Provocant, dérangeant, troublant ? Ce qui choquait hier (la nudité, le porno-chic à la «Tom Ford»…) ne choque plus aujourd’hui. Dorénavant on voit apparaître des communications qui investissent de nouveaux champs émotionnels. Mode passagère ou effet de crise « inévitable » dans la communication de luxe, la "LuxDisruption" s’annonce-t-elle comme un levier efficace pour bousculer les codes peut-être « trop lisses » du secteur ? Ci-dessus, une compilation d’exemples 2012 pour illustrer cette tendance. 1. 2. 3. 4. La table ronde… Quatre intervenants ont livré leur vision du luxe lors de la table ronde organisée par FigaroMedias autour du Luxshocking et ont tenté de répondre aux questions évoquées. Stéphane Galienni @buzz2luxe.com TAGS : LuxDisruption / FigaroMedias / Luxe

Related: