background preloader

L'analyse du bilan : analyse fonctionnelle

L'analyse du bilan : analyse fonctionnelle
Related:  christinemarais

Le bilan fonctionnel Le bilan fonctionnel est un bilan dans lequel les ressources et les emplois sont classés par fonction (fonctions financement, investissement et exploitation). Il s'établit à partir du bilan comptable avant répartition du résultat (le résultat de l'exercice est donc inclu dans les capitaux propres). Tout comme le bilan traditionnel, il est scindé horizontalement (une partie haute pour les éléments stables, et une partie basse pour les éléments circulants). Mais les termes actif / passif sont remplacés ici par les notions d'emplois / ressources. Attention au piège : si l'énoncé propose un bilan après répartition, il faut donc rétablir au préalable le bilan avant réparition du résultat. Remarques : · pour l'actif, retenir les valeurs brutes du bilan comptable, · si le sujet d'examen ne le demande pas, inutile de séparer exploitation / hors exploitation. Structure du tableau Détail des emplois Stocks = stocks du bilan comptable (en valeur brute) Détail des ressources

10 avril 1954 Instauration de la T.V.A. L a T.V.A., une réussite, cinquante ans après ! 10 avril 1954, la taxe sur la valeur ajoutée (T.V.A.) devient le grand impôt français sur la consommation finale des ménages. Et cet impôt est neutre, c’est-à-dire que son poids par rapport au prix payé par le consommateur final est toujours le même quels que soient les modes de fabrication ou les circuits de distribution, et quelle que soit l’origine du produit : production nationale ou importation. Cette neutralité est considérée comme un atout décisif pour la modernisation et le développement de l’économie française. On aurait pu prélever la totalité de l’impôt lors de la consommation finale, en pratique la vente au détail. En pratique, cette quote-part est fixée de façon simple : l’entreprise calcule le montant de la taxe sur le prix des produits qu’elle a vendus, et elle déduit de ce chiffre toutes les taxes qu’elle a elle-même acquittées sur ses achats. Guy Delorme inspecteur général des Finances (hre)

Intérêt de l'analyse financière À quoi sert l'analyse financière ? À qui est-elle indispensable ? Explications. Définition L’analyse financière consiste à étudier une entreprise sur le plan financier en s’appuyant sur ses documents comptables, et sur des informations économiques et financières relatives à la société ou à son secteur d'activité. Utilité de l'analyse L'analyse financière sert à apprécier : La santé financière de l’entreprise : Est-elle solide ? Outils de l'analyse financière L’étude financière s’appuie sur des informations financières récentes qui se trouvent dans la comptabilité de l’entreprise. Il s’agit de « faire parler » les chiffres et de comprendre la réalité qui se cache à travers ceux-ci. Après avoir mené une analyse rigoureuse des documents comptables et des informations complémentaires obtenues auprès de différentes sources (organisations professionnelles, publications spécialisées, etc.), il est possible de porter un jugement d’ensemble sur une société. À qui est-elle indispensable ?

Les indicateurs financiers et économiques - Dominique Chesneau :: TVDMA est la 1ère Web TV du Management et Droit des Entreprises Interview de : CHESNEAU Dominique Les indicateurs financiers et économiques Les indicateurs financiers et économiques des entreprises sont regroupés en deux catégories : d’une part l’analyse financière qui recouvre la performance des différents éléments de vie de l’entreprise ; d’autre part la création de valeur qui synthétise le calcul du bilan, la valeur ajoutée de l’entreprise, et les outils comptables disponibles. The financial and economic indicators of the companies are grouped into two categories. Pour aller plus loin: Gerard Ranson et Dominique Chesneau, Trésorerie, risqué de marches et gouvernement d’entreprise,Economica, 2006François Xavier-Simon et Dominique Chesneau, L’essentiel des connaissances requises pour réussir…l’examen de certification AMF,Edition d’Organisation, 2010

untitled L’art de gérer sa trésorerie en création d’entreprise S’il y a bien un truc important lorsque l’on est le patron de sa petite boite, c’est la tréso. Il se dit d’ailleurs que la moitié des entreprises qui se plantent le fond en raison de problèmes de trésorerie, c’est dire s’il est important de jeter un œil plus qu’attentif. Dans le milieu de l’accompagnement à la création d’entreprise, on dit qu’il y a trois stades par lesquels vont passer les entrepreneurs : le pilotage de l’activité par la croissance du CA : l’entrepreneur veut faire grossir son entreprise, et se concentre sur l’obtention de nouveaux clients, sur le développement de la première ligne du compte de résultat : le Chiffre d’Affaires.le pilotage de l’activité par l’amélioration de la rentabilité : le CA commence a grossir et l’entrepreneur se rend compte que le plus important, c’est d’avoir une croissance rentable. Pour l’entrepreneur qui se lance, il faut en général s’attendre à quelques mois voire années de trésorerie « compliquée. Déjà, suivez votre trésorerie de près !

Connexion comptabilite fiscalité Il existe un lien fort entre résultat fiscal et résultat comptable : c’est le principe de la connexion des règles fiscales et comptables. La convergence du droit comptable français vers le référentiel IFRS oriente le PCG vers la vision économique de l’entreprise. Cette évolution comptable a pour conséquence une nécessaire adaptation des règles fiscales, que l’Administration a engagée selon trois axes principaux : le maintien de la connexité de la fiscalité avec la comptabilité, la neutralité fiscale du changement de règles comptables la simplicité des retraitements fiscaux. La loi fiscale établit un lien étroit entre le résultat fiscal et le résultat comptable : l’article 38 quater de l’annexe III du Code général des impôts prévoit que, pour la détermination de leur résultat fiscal, les entreprises doivent, sauf exception, respecter les règles du PCG. Cette règle se traduit notamment par le fait que le résultat imposable est déterminé à partir du résultat comptable.

Quel outil de curation choisir ? Gestion familiale : les applications mobiles pour faciliter le quotidien - Home Bubble Tout l'univers Home Bubble sur iPhone pour bien gérer votre foyer: L’application Gérez votre foyer est un véritable coffre fort mobile dans lequel vous pouvez centraliser vos informations du foyer. Coffre fort numérique mobile, vos données sont en sécurité et accessibles depuis votre mobile à tout moment. Dans ce coffre-fort mobile, vous pouvez archiver des papiers importants, des factures, des références clients… mais aussi des dates de rappel pour ne rien oublier. * Classement Appstore le 27 mai 2010 Catégorie Utilitaires - Payantes Avec l’application GerezVotreFoyer de HomeBubble sur l’iPhone, vous avez toutes les informations utiles de votre foyer toujours dans la main ! Consultation du portail en ligne Ajout de 3 fournisseurs depuis l'iPhone Edition et consultation du portail en ligne Ajout illimité de fournisseurs depuis l'iPhone Notification des rappels Sans publicité Information Les informations sont automatiquement synchronisées entre le web et l'iPhone. Les autres applications

Les délais de paiement risquent de planter beaucoup de PME Les délais de paiement en France sont en moyenne de 61 jours, contre 24 jours seulement en Allemagne. FINANCES. En France, les délais de paiement des grands comptes s’allongent et plombent la trésorerie de leurs fournisseurs, principalement des PME. On estime « ce manque à percevoir dans les temps» à la modique somme de 13 milliards d’€. Une véritable plaie ouverte, surtout en période de crise, qui contribue à détruire les marges de la grande majorité des entreprises représentatives du tissu industriel français. Et que Bruxelles montre du doigt… Explications. Les excuses et autres arguties pour ne pas payer dans les délais légaux, prévus par la loi dite LME soit : 60 jours calendaires ou 45 jours fin de mois, sont nombreuses dans les grands groupes. Selon une analyse de Jean-Francis Pécresse publiée dans Les Echos, seules 39% des grandes entreprises ont payé leurs fournisseurs à 60 jours en 2010. Quelle solution ? La France n’est pas le plus mauvais élève européen.

Related: