background preloader

DDE_sensoriel.pdf

DDE_sensoriel.pdf
Related:  le marketing sensoriel chez Yves RocherLe marketing sensoriel

Des points de vente à l'épreuve des sens - SPECIAL POINT DE VENTE - Marketing sensoriel Proposer au client une expérience de consommation faisant appel aux sens et aux émotions. Telle pourrait être la définition du marketing sensoriel. C'est un phénomène qui ne date pas d'hier. « Une véritable prise de conscience s'est opérée dans les années quatre-vingt-dix, explique Virginie Maille, professeur de marketing au Skema Business School, à Sophia-Antipolis. On s'est enfin rendu compte que le simple fait de placer des melons sous l'étal des marchés pour diffuser des odeurs ou même juste de peindre un mur, pouvait changer le comportement des clients. » Des propos que confirme Claude Nahon, directeur général du groupe Mood Media, agence de marketing sonore: « Les enseignes prennent conscience de l'importance d'introduire de la sensorialité dans leurs espaces. Aiguiser les sens aide à identifier la marque et à fidéliser des consommateurs de plus en plus exigeants. » Trop de sens tue le sens Yves Rocher: chants d'animaux, chuchotements de femmes... La complémentarité des sens

Marketing sensoriel du point de vente et marchandisage sensoriel Face à une offre produits/services qui se banalise, les commerçants doivent trouver d’autres moyens pour attirer le consommateur. Les clients quant à eux recherchent le bien être et le confort d’achat. C’est dans ce contexte que les distributeurs ont cherché à proposer à leurs clients autre chose qu’un simple assortiment, mais une expérience de visite originale faisant appel aux sens et aux émotions. Le marketing sensoriel permet d’améliorer sensiblement l’atmosphère et l’ambiance dans un point de vente. Quelle est la place de chaque sens dans la perception et le comportement du consommateur ? Comment combiner les facteurs d’ambiance (musique, senteurs, saveurs, couleurs, lumières, trafic, matières...) pour créer un merchandising sensoriel original ? Vers une définition du marchandisage sensoriel Les distributeurs portent une attention croissante aux différents sens activés en magasin par le consommateur. Dimension sensorielle appliquée au marchandisage Bibliographie

Le marketing sensoriel comme axe de positionnement Ce principe de théâtralisation de l’offre est notamment utilisé par les magasins Niketown aux Etats-unis ou en France par les « parcs de la forme »de Décathlon : le point de vente est complété par un complexe de loisirs et de pratiques sportives. Ces exemples d’enseignes montrent que le commerce de détail tend à manipuler l’aménagement du magasin en développant les variables d’atmosphère et sensorielle pour que la visite du consommateur constitue en elle-même une expérience positive, notamment par le biais des émotions qu’il éprouve. L’idée ne date pourtant pas d’hier. Le cas Nature et Découverte [2] Le marketing sensoriel est un des piliers de l’offre de NATURE & DÉCOUVERTES. Cette tendance à la création de magasins d’atmosphère singuliers peut s’expliquer Bibliographie « Le marketing sensoriel chez Nature & Découvertes : 10 ans d’évolution de l’offre sensorielle en restant à l’écoute du consommateur », Décisions Marketing No 33 Janvier-Mars 2004 – 77

Les magasins réveillent les sens Une tasse de tisane aux 7 plantes offerte à l'entrée du magasin, des bruits d'eau qui s'écoule, une légère odeur de cèdre diffusée dans le point de vente... Soit une sollicitation du goût, de l'ouïe et de l'odorat. Voilà ce qui attend le chaland lorsqu'il pénètre dans une échoppe de Nature et Découvertes. L'enseigne, qui promet de « reconnecter le client urbain à la nature », a développé plus qu'une ambiance. Elle a créé un modèle. La matière n'est pas nouvelle. Le modèle Abercrombie & Fitch Sentir, voir, goûter, toucher et écouter. Ce qu'illustre à merveille Nature et Découvertes, mais aussi et surtout la chaîne américaine de « fashion ado » Abercrombie & Fitch. L'accent est mis sur le sonore et l'olfactif Une telle fusion des sens, véritable invitation à l'achat plaisir, reste encore rare. En alimentaire, l'approche est différente. La promesse de la tendance « Un réel facteur de différenciation pour une enseigne »

COALITION QUEBECOISE SUR LA PROBLEMATIQUE DU POIDS 19/06/12 Une initiative de la Coalition Poids - Publicité aux enfants : Maple Version PDF du communiqué Montréal, le 19 juin 2012 – La Coalition québécoise sur la problématique du poids (Coalition Poids) réalise un nouveau gain, ce matin, avec l’annonce du plaidoyer de culpabilité des Aliments Maple Leaf inc. pour avoir diffusé une publicité à but commercial destinée aux enfants de moins de treize ans. Ces accusations avaient été déposées par l’Office de la protection du consommateur à la suite d’une plainte formelle de la Coalition Poids en septembre 2010. « Le Québec dispose d’un consensus social à l’effet de protéger les plus jeunes de la publicité en général. Dans le contexte spécifique de l’épidémie d’obésité auquel nous devons faire face, cette interdiction est d’autant plus importante en ce qui concerne les messages alimentaires », a déclaré Suzie Pellerin, directrice de la Coalition Poids. Source : Amélie Desrosiers Responsable des communications, Coalition québécoise sur la problématique du poids Cellulaire : 514 475-7431 adesrosiers@cqpp.qc.ca

Yves Rocher met tous les sens en éveil Dans les magasins de la marque convertis au concept d’Atelier de cosmétique végétale, tout est mis en oeuvre pour séduire la cliente. Et le changement est payant. « Lorsque nous avons engagé la refonte de la marque et des magasins à partir de 2007, il nous paraissait évident de placer la sensorialité au cœur du concept. » C’est par ces mots que Véronique Gohmann, directrice marketing et communication internationale d’Yves Rocher, définit l’important dépoussiérage opéré, entre autres, dans les points de vente rebaptisés Ateliers de cosmétique végétale et imaginés par Saguez & Partners, depuis octobre 2008.« Dès la façade, les sens sont sollicités, poursuit-elle, avec les soubassements verts, les huisseries brunes et la vitrine, qui laisse passer une lumière très transparente. Une fois le pas de la porte passé, le sol ne fait pas de bruit, les tables ont été designées d’après l’établi utilisé par Yves Rocher.

Marketing des sens : jusqu'où faut-il aller ? Pour mieux séduire le consommateur et se différencier des concurrents, marques et enseignes travaillent désormais le toucher et l’odorat. Et toujours la lumière, les couleurs, la musique. Attention cependant de ne pas lasser les clients … et le personnel des magasins. Longtemps, le marketing de l’offre fut une affaire simple : marques et magasins se souciaient en priorité de donner à voir les produits dans le linéaire et en travaillaient essentiellement le packaging et le merchandising. « Le consommateur mémorise d’abord la forme et la couleur d’une référence, puis son nom», valide Sophie Romet, à l’agence Dragon rouge. Toujours plus d’audace dans les couleurs Cette primauté du visuel est d’autant plus compréhensible que formes et couleurs recèlent encore de fortes potentialités d’innovation. De nouvelles expériences à faire partager L’ennui, c’est que cette «mono-démarche» sur le visuel a fini par se banaliser. « Le marketing polysensoriel n’est pas une mode. Du confort avant tout

Le marketing olfactif est-il toujours en odeur de sainteté ? Diffuseur Depuis une dizaine d’années déjà, le marketing olfactif est une évidence. S’appuyant sur le rôle prédominant de l’odorat dans le processus décisionnel des consommateurs, cette branche du marketing polysensoriel consiste à ajouter, au mix marketing traditionnel, la diffusion d’odeurs dans le but de compléter et d’améliorer des communications uniquement visuelles. Une pollution olfactive Trop de senteurs repoussent le consommateur à cause des problèmes liés aux allergies ou aux soucis respiratoires. Le marketing olfactif est-il toujours en odeur de sainteté ? Marketing olfactif Ainsi, si une seule odeur est diffusée dans un espace donné il n’y a, a priori, aucun problème mais en revanche la multiplication des odeurs dans un même lieu peut être à l’origine d’une « cacophonie olfactive » qui pourrait causer des désagréments à l’acheteur et perturber l’acte d’achat si les odeurs sont incompatibles entre elles. La volatilité de l’odeur et du goût De la perception culturelle…

Related: