background preloader

Fukushima : et si le pire était à venir ?

Fukushima : et si le pire était à venir ?
C'est une petite piscine - et un désastre planétaire en puissance. Un cube en béton de onze mètres de profondeur, rempli d'eau et bourré de combustibles nucléaires usagés : 264 tonnes de barres très radioactives ! Depuis un an et demi, ce bassin dit de "désactivation" repose à trente mètres du sol sur le bâtiment ébranlé du réacteur numéro 4 de la centrale de Fukushima-Daiichi. Il n'est plus protégé ni par un toit solide ni par des murs, mais par une simple bâche de plastique blanche. Ce scénario d'apocalypse obsède la plupart des chercheurs Les risques d'une telle situation sont incommensurables. Sensationnalisme ? Je prie pour que, dans les semaines à venir, une violente tornade saisonnière ne s'abatte pas sur la centrale." Haut responsable du département de l'Energie sous Bill Clinton, Robert Alvarez a été l'un des premiers à tirer la sonnette d'alarme. Une radioactivité équivalente à 5 000 fois la bombe nucléaire de Hiroshima! Téléchargez le magazine : - sur PC / Mac - sur iPhone / iPad

http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20120822.OBS0162/enquete-fukushima-et-si-le-pire-etait-a-venir.html

Related:  nucléaire

Des papillons mutants autour de Fukushima LE MONDE | • Mis à jour le | Par Philippe Pons (Tokyo, correspondant) Ailes atrophiées, courbées ou en surnombre. Antennes difformes. Yeux bosselés. Des micro-fissures sur les cuves de dix réacteurs nucléaires français LE MONDE | • Mis à jour le | Par Pierre Le Hir et intérim (à Bruxelles) A l'initiative de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire belge (AFCN), des représentants des autorités de sûreté nucléaire de sept autres pays européens (France, Suisse, Suède, Pays-Bas, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni), ainsi que des Etats-Unis, se sont réunis jeudi 16 août à Bruxelles. Ils doivent examiner la situation de la cuve du réacteur numéro 3 de la centrale de Doel, près d'Anvers, où des milliers de possibles fissures ont été découvertes. Ils devraient se revoir en octobre, quand les résultats d'analyses complémentaires effectuées en Belgique seront disponibles. Ces pays avaient été invités car certains d'entre eux possèdent des réacteurs - une vingtaine au total - dont la cuve, comme celle de Doel 3, avait été fournie, il y a une trentaine d'années, par le groupe néerlandais Rotterdamsche Droogdok Maatschappij (RDM), aujourd'hui disparu.

Des rascasses radioactives pêchées au large de Fukushima Le niveau record de radioactivité détectée dans des poissons – du type de la rascasse – pêchés au large de la centrale accidentée de Fukushima pourrait affecter la reprise, depuis le 1er août, de la vente des pieuvres de cette région sur le grand marché de gros de poissons et de fruits de mer de Tsukiji, à Tokyo. L'opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power Co (Tepco) a annoncé, mardi 21 août, que des rascasses pêchées dans l'océan Pacifique à l'intérieur de la zone circulaire des 20 kilomètres autour de la centrale, fermée à toute activité humaine, présentaient un niveau de 25 800 becquerels (Bq) de césium par kilogramme. Ce chiffre – 258 fois supérieur au seuil fixé par le gouvernement – est le plus élevé depuis que sont effectués des examens sur les poissons et les coquillages après l'accident nucléaire du 11 mars 2011. Ces premières livraisons devaient être les prémices d'une reprise de la vente de pieuvres provenant de la région sinistrée.

Août 2012 : quelques aspects actuels de la crise Avec le temps, puisqu’on n’en parle presque plus, on pourrait penser que la crise nucléaire est terminée. Oui, la crise spectaculaire, avec ses explosions, ses émanations gigantesques, ses déplacements de population, est terminée. Mais la crise nucléaire est maintenant permanente au Japon. Difficile de faire une synthèse.

Négawatt, entre utopie écologique et réalisme économique « IceZine L’association Negawatt a publié son scénario 2011 pour une sortie du nucléaire et une évolution de la consommation énergétique en France. Utopie pour certains, réaliste pour d’autres…Qu’en est-il réellement ? Le document de cette association est de présenter des pistes pour sortir du nucléaire et améliorer l’efficacité énergétique de la France et de la comparer à l’évolution naturelle, appelée “tendanciel”. Tout le document montre les deux résultats, le scénario négawatt cumulant le résultat de toutes les politiques possibles, sans apporter de coût économique en face.

Fukushima: les piscines de combustible font trembler les experts C'est surtout la fameuse piscine du réacteur 4 qui inquiète. Située en hauteur, elle contient de nombreux assemblages combustibles radioactifs protégés par l'eau. Malgré qu'elle ait été renforcée, les craintes sont vives qu'un nouveau séisme violent la fasse s'écrouler. On va bientôt marcher sur le trottoir intelligent - Toulouse La mairie de Toulouse devrait installer en fin de semaine quinze dalles qui produisent de l'énergie à partir du passage des piétons. Elles alimenteront un réverbère à Wilson. À Toulouse, la récupération d'énergie avance à grands pas. Le premier trottoir producteur d'électricité doit être installé en fin de semaine au centre de Toulouse,, sur l'esplanade François-Mitterrand, à titre expérimental.

Problèmes de thyroïde à Fukushima : une population cobaye Le ministre français du redressement productif, Arnaud Montebourg, a déclaré dimanche dernier : « Le nucléaire est une filière d’avenir ». Il n’aurait jamais entendu parler de Fukushima cet homme-là ? S’il avait la moindre dignité, il devrait au moins présenter des excuses publiques pour avoir tenu ces propos indécents, eu égard à ce qui se passe actuellement dans la région de Fukushima.

Japon : les anti-nucléaires manifestent par milliers à Tokyo - Japon / Nucléaire Les Japonais ont fait comprendre leur volonté de sortir du nucléaire en manifestant par milliers dans les rues de Tokyo ce dimanche 29 juillet. Pour marquer le coup, ils ont également créé une chaîne humaine pour encercler symboliquement le Parlement. La centrale de Fukushima Daïchi est encore sur toutes les lèvres au Japon.

Fukushima : la catastrophe continue Avec le temps, puisqu’on n’en parle presque plus, on pourrait penser que la crise nucléaire est terminée. Oui, la crise spectaculaire, avec ses explosions, ses émanations gigantesques, ses déplacements de population, est terminée. Mais la crise nucléaire est maintenant permanente au Japon. La théorie du pic pétrolier: le "peak oil" Afin de prévoir les évolutions à long terme du prix du pétrole, il est intéressant de regarder les facteurs pouvant influencer l'offre (à la hausse comme à la baisse) et la demande en pétrole. La théorie du pic pétrolier ("peak oil" in english), s'intéresse à la composante "offre". Si l'offre en pétrole diminue alors que la demande est constante, alors le prix augmentera (base de la théorie économique "offre-demande"). Le graphique ci-dessous montre bien cette relation: si l'offre diminue (passant de S à S1), alors le prix augmente de Pe à Pe1 (pour une demande constante). Mais alors, comment va évoluer l'offre en pétrole dans les années à venir?

FUKUSHIMA : ça ne cessera donc jamais, ni les accidents, ni la dissimulation. Une grande structure métallique s’est effondrée samedi 22 Septembre dans la piscine du combustible nucléaire usé de la troisième unité à la centrale nucléaire japonaise Fukushima N°1 1, heureusement, aucun employé de la centrale n’a été blessé. L’incident s’est produit lorsque les employés de l’entreprise soulevaient les débris de ciment de la piscine avec une grue. La flèche de l’engin a heurté une structure métallique d’une longueur de plus de 7 mètres et pesant 470 kg, qui se trouvait au bord de la piscine, et elle est tombée. Cet incident démontre s’il en était besoin les risques que représente cette centrale nucléaire sinistrée. Quels sont les risques ?

Juillet 2012 : Rapport de la commission indépendante sur la catastrophe nucléaire de Fukushima : la vérité dévoilée Pourquoi la vérité dévoilée ? Parce que le rapport de la commission indépendante nommée par le parlement japonais dénonce nombre de mensonges et d’erreurs sur la catastrophe nucléaire : risques sismiques sous-évalués, impréparation de l’opérateur, collusions, négligences de sécurité, suivi sanitaire des personnels et des populations insuffisant… Bref une catastrophe créée par l’homme, qui pourrait en tous points se reproduire ailleurs dans le monde tellement les causes sont indépendantes de la géographie. Fidèle contributeur du blog de Fukushima, Jean-Marc Royer présente dans cette page un résumé commenté du rapport de la commission nippone, judicieusement comparé à l’analyse de l’autorité de sûreté nucléaire française.

France-Début d'incendie chimique à la centrale de Fessenheim STRASBOURG, 5 septembre (Reuters) - Un début d'incendie de nature chimique s'est produit mercredi après-midi à la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin), faisant plusieurs blessés, a-t-on appris auprès des pompiers qui n'étaient pas en mesure de préciser l'état des victimes. La préfecture du Haut-Rhin a confirmé l'acccident. "Nous avons été alertés pour un départ de feu à 15H50", a dit à Reuters un porte-parole de la préfecture. "Il s'agit d'un dégagement de vapeur d'eau oxygénée produit par l'injection dans un réservoir de peroxyde d'hydrogène qui a réagi avec l'eau", a-t-on précisé de même source. Les responsables de la centrale EDF n'ont pas pu être joints.

Related:  Fukushima & After ...jb16