background preloader

Mercredi 22 août, "jour du dépassement" pour les ressources mondiales

Mercredi 22 août, "jour du dépassement" pour les ressources mondiales
Avec trente-six jours d'avance sur 2011, nous avons consommé toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en un an, selon l'ONG Global Footprint Network. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Albelle Di Napoli Mauvaise nouvelle pour la planète. Cette année, il n'aura fallu que 234 jours à l'humanité pour consommer toutes les ressources naturelles que la Terre peut produire en un an. Nous avons atteint, mercredi 22 août, le "Global Overshoot Day", le "jour du dépassement". En d'autres termes, nous vivrons à crédit jusqu'à la fin de l'année. "L'heure du bilan a sonné", estime l'organisation non gouvernementale Global Footprint Network (GFN), qui calcule chaque année cette empreinte écologique. Depuis 2003, les experts de GFN évaluent la quantité de ressources à travers le monde et la manière dont elles sont gérées. Cette année, leur système de calcul a été affiné et a permis de publier de nouveaux chiffres, plus précis, pour les cinquante dernières années. Pour M.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/08/22/mercredi-22-aout-jour-du-depassement-pour-les-ressources-mondiales_1748396_3244.html

Related:  ÉPUISEMENT DES RESSOURCESJour du dépassement (empreinte écologique)épuisement des ressourcesECOLOGIEÉpuisement des RESSOURCES

1) L’épuisement des ressources naturelles Le grand calendrier de l’épuisement des ressources naturelles, avec un zoom matière par matière. D’ici la fin du XXIe siècle, on peut attendre la fin du pétrole, platine, gaz, hafnium, or, sable… Rédigé par Jean-Marie, le 12 jan 2011, à 16 h 16 min Avec l’explosion démographique et l’émergence de nouveaux géants économiques, l’impact de l’humanité sur l’environnement augmente régulièrement. Empreinte Ecologique Pays et Mondiale - Biocapacité et Augmentation de Population Optimale Apparu aux États-unis dans les années 90, le concept d’empreinte écologique (écological footprint) vise à traduire de manière facilement compréhensible l’impact d’activités humaines sur les écosystèmes et la planète. Plus précisément, l'empreinte écologique mesure les surfaces de terres et d’eau (biologiquement productives), nécessaires pour produire les ressources qu’une population consomme et pour absorber les déchets qu’elle génère. Cette surface est exprimée en hectares globaux [gha] abréviation de l'anglais "global hectare", c’est à dire en hectares ayant une capacité de production de ressources et d'absorption de déchets correspondant à la moyenne mondiale. Les gens consomment des ressources et des services écologiques provenant de partout dans le monde, leur empreinte est donc la somme de toutes ces surfaces, où qu'elles soient sur la planète.

Quand le monde manquera de métaux - Retour à l'âge du fer ? L’humanité est accro aux métaux. Câbles électriques et circuits électroniques, transports individuels ou collectifs, électroménager ou BTP... Les métaux sont partout. On en oublierait presque qu’ils constituent une ressource non renouvelable.

Pourquoi les baleines sont aussi des personnes Par Jeff Warren (Reader’s Digest Canada, Juillet 2012) A moins de trois mètres de l’endroit où je me tiens, à bâbord du voilier, six grandes femelles de la famille des grands cachalots se comportent d’une manière dont peu d’humains ont été témoins. Le capitaine de notre cotre de 40 pieds est Hal Whitehead, biologiste à l’Université Dalhousie et expert ès grands cachalots. C’est le milieu de l’après-midi et la journée est ensoleillée dans le Golfe de Californie au Mexique, cette bande d’eau de 1000 kilomètres connue pour sa biodiversité.

2) fin des ressources naturelles, L’empreinte écologique de l’humanité explose La planète n’arrive tout simplement plus à suivre …. et à satisfaire la croissance de nos besoins matériels. Une autre manière spectaculaire de visualiser l’explosion de la consommation humaine : Il est clair que cela fait maintenant plus de 30 ans, au moins, que la planète est en mode surexploitation du fait de la croissance de la population mondiale et de son enrichissement matériel.

3) L’eau, future ressource rare ? L’extension des zones d’habitation, l’artificialisation rapide des sols et des surfaces agricoles due à l’urbanisation menace tout d’abord la biodiversité, c’est à dire les ressources végétales (déforestation) et les espèces animales (disparition d’espèces). 35 Millions de km2, soit le 1/4 des terres émergées sont soumis à un phénomène de dégradation. Lors de la dernière mesure, en 1991, ce taux n’était que de 15%. On estime qu’un tiers environ de la superficie des terres émergées du globe, soit environ 4 milliards d’hectares sont menacés de désertification dont 600 millions d’hectares sont en voie de désertification dans le monde. Près de 5 milliards d’hectares de terres sont fortement dégradés, ce qui correspond à 70% des zones sèches de la Terre… (UNESCO) < Les zone de désertification dans le monde

Jour du dépassement Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le jour du dépassement ou jour du dépassement global, est une date dans l'année où, théoriquement, les ressources renouvelables de la planète pour cette année auraient été consommées. Au-delà de cette date, l'humanité puiserait dans les réserves naturelles de la terre d'une façon non réversible, si bien qu'à terme la raréfaction des ressources condamnera l'humanité à rationner les ressources et donc à entrer en décroissance. Ramener la consommation et la production naturelle de ressources sur une année est plus médiatisable qu'un pourcentage.

Dès 2012, dates d'épuisement des richesses exploitables de notre planète au rythme actuel de consommation. Disparition des derniers gisements de ressources, matières premières, réserves et minerais On aurait pu croire les gisements géologiques inépuisables. Mais il n'en reste pas pour des millénaires, ni même pour des siècles, mais seulement pour quelques dizaines d'années. Preuve qu'à cette allure notre civilisation technologique n'est pas du tout durable sous sa forme actuelle et qu'elle doit évoluer au plus vite. Mais nous avons peut-être 50 ans d'avance sur notre temps, car les ressources ne manifestent encore aucun signe de pénurie !

La course apparemment irréversible à l'effondrement de la biosphère Jean-Paul Baquiast 29/06/2012 Dans un article que nous avons publié par ailleurs, s'intéressant aux questions méthodologiques concernant es sciences de la prévision, nous avons signalé qu'une équipe pluridisciplinaire internationale suggèrait que les écosystèmes de la planète seraient engagés dans une course irréversible à l'effondrement. Celui-ci signerait nécessairement la fin des civilisations humaines telles que nous les connaissons (Voir en référence ci-dessous: Nature: Approaching a state-shift in Earth’s biosphere). Ce n'est pas le premier des diagnostics inquiétants concernant l'avenir de la biosphère que nous présentons sur notre site, tous émanant de scientifiques confirmés...si bien d'ailleurs que certains lecteurs nous reprochent une propension au catastrophisme. Néanmoins l'originalité des méthodes employées par cette équipe comme la diversité des sources utilisées conduisent à prendre très au sérieux ce nouvel avertissement. Recommandations

4) La fin des ressources minières, c’est maintenant Depuis le début du XXe siècle, la consommation d’eau douce a été multipliée par sept sur la planète ; Au cours des trente dernières années, les quantités d’eau disponibles sont passées d’une moyenne de 12 900 m3 à 6800 m3 par habitant et par an,La consommation d’eau sur la planète atteint 4 milliards de m3 ce qui supérieur aux capacités de renouvellement des réserves. Au rythme de croissance actuel, cette consommation atteindrait 4,7 milliards de m3 par an d’ici 2020.L’eau non potable est la 1ère cause de mortalité dans le monde, et tue 10 fois plus que les guerres, L’eau, renouvelable mais vulnérable

5) disparition des minerais Il n’y a pas que les sols ou l’eau qui se raréfient sous la pression démographique de l’humanité. Les ressources minières sont elles aussi en ligne de mire car elles n’ont jamais été autant consommées. Merci à la mondialisation et à l’enrichissement des pays anciennement « en voie de développement ». La fin des ressources minières, c’est maintenant Contrairement à la flore, à l’eau, au sols, à l’air, qui sont des ressources naturelles renouvelables, certaines ressources, une fois épuisées, le restent à jamais. C’est le cas des minéraux.

Related:  SciencePhotos du murarticles