background preloader

Donald Winnicott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Son œuvre est devenue populaire parmi les spécialistes, psychiatres psychologues, pédiatres et éducateurs, mais certains de ses concepts ont également atteint le grand public. Ses thèses se révèlent exigeantes, et ses notions d'« aire », d'« espace » et d'objet transitionnel ont souvent donné lieu à des simplifications. Aujourd'hui Winnicott est souvent cité. On lui reproche aussi d'avoir réduit la femme à son rôle de mère (« suffisamment bonne »[1]) en y négligeant celui de la femme-« amante »[2] . On lui doit la prise en compte de l'importance du facteur de l'environnement, et par conséquent de la personnalité réelle de la mère, parfois dépressive ou imprévisible, dans la pathologie de l'enfant puis de l'adulte. Les perturbations psychiques induites par le faux-self demandent à être traitées dans des consultations thérapeutiques, car ces patients ont moins besoin de guérir de leur symptômes que de pouvoir se sentir exister vraiment. D. D.

Jean Piaget Pour les articles homonymes, voir Piaget. Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(avril 2015). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Portrait de Jean Piaget. Jean William Fritz Piaget, né le 9 août 1896 à Neuchâtel en Suisse et mort le 16 septembre 1980 à Genève, est un biologiste, psychologue, logicien et épistémologue suisse connu pour ses travaux en psychologie du développement et en épistémologie à travers ce qu'il a appelé l'épistémologie génétique (ou structuralisme génétique). L'éclairage qu'il apporte sur l'« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l'adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d'évolution de celle-ci chez l'enfant et sa théorie de l'apprentissage exerceront une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives[1]. Estimations :

Françoise Dolto Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Françoise Dolto Principaux travaux L'image du corps, les castrations symboligènes, ... Françoise Dolto, née le à Paris et morte le dans la même ville, est une pédiatre et psychanalyste française qui s'est consacrée à la psychanalyse des enfants, reconnue pour sa pratique spécifique dans ce domaine mais également pour son apport théorique à la psychanalyse, en particulier sur l'image inconsciente du corps. Biographie[modifier | modifier le code] Famille[modifier | modifier le code] Françoise Dolto, née Marette, est issue d'une famille bourgeoise de conviction catholique et monarchiste du 16e arrondissement de Paris : sa mère Suzanne Demmler, de souche alsacienne, est fille de polytechnicien et son père Henri Marette est également ingénieur polytechnicien, devenu industriel. Enfance[modifier | modifier le code] Elle a une institutrice personnelle qui est formée à la méthode Fröbel. Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

-DONALD WINNICOTT : Portrait d'un psychanalyste pédagogue "Voici le dernier document d'été de référence sur l'histoire de la psychanalyse : A partir d'une petite vidéo et d'un texte bien fourni, je vous propose la vie et l'oeuvre du pédiatre et psychanalyste Donald Woods Winnicott... qui, comme Françoise Dolto, était très attentif au bon développement des enfants." "Apprendre c'est supporter l'absence. L'identité d'un enfant se construit sur un manque, sur une frustration, sur une réponse mal adaptée à son désir. Winnicott, en élaborant sa théorie sur l'objet transitionnel nous montre comment l'enfant met en place des stratégies de substitution au manque et développe ainsi sa capacité de penser." . Portrait de ce Pédiatre et Psychanalyste à qui l'on doit, entre autre, l'objet transitionnel... Biographie : Winnicott est issus est d’une fratrie de deux sœurs. " Un nourrisson ça n’existe pas, car il est toujours en relation avec quelqu’un d’autre ! Ces concepts : WINNICOTT distingue 3 étapes: Ses principaux ouvrages : L'enfant et le monde extérieur.

Google et les psys par Brigitte Axelrad - SPS n° 291, juillet 2010 Un article de Victor Delatour, paru dans Le Cercle Psy du 2 mai 2010, intitulé « Quand des psys googlisent sur leurs patients… », nous informe d’une nouvelle pratique des psychiatres états-uniens consistant à chercher sur Google des informations sur leurs clients, telles que connaître leurs réseaux d’amis, leurs goûts, leur mode de vie, etc. Cette activité s’appelle communément le googling. D’après un article paru le 3 avril 2010, dans la Harvard Review of Psychiatry1, des psychiatres états-uniens peuvent en effet maintenant chercher des informations sur leurs patients en passant par Google. Lorsqu’ils estiment que leurs patients ne leur ont pas donné suffisamment de renseignements sur eux-mêmes, ils visitent les blogs, ou les réseaux Facebook, Myspace, Twitter et glanent tous les compléments d’information qu’ils jugent utiles. Le Washington Post rapporte des exemples de ce nouvel usage d’Internet.

L'hebdomadaire du social fait par et pour des travailleurs sociaux, Lien Social Thèmes : Usager. Qui d’autres serait mieux placé que les usagers eux-mêmes pour parler des usagers ? Une fois n’est pas coutume, une rencontre interrégionale a réuni plusieurs centaines de personnes, à raison d’une proportion de trois personnes prises en charge pour deux travailleurs sociaux. Parfois animés par des personnes hébergées, les débats ont été riches : autonomie et dignité, livret d’accueil, démocratie participative et surtout conseils de vie sociale dans les CHRS étaient au menu L’affaire est depuis quelque temps dans l’air du temps. Apprendre à parler le « deuxmilledeuxdeusien » Des rencontres interrégionales des usagers étaient organisées, fin janvier à Lille par la fédération nationale des associations d’accueil et de réinsertion sociale (Fnars). Les conseils de vie sociale Bienfaits et limites du CVS La parole des usagers est-elle sacrée ? Mille initiatives concrètes et quelques propositions Joël Plantet

La psychanalyse des contes de fées : les concepts de la théorie psychanalytique de bettelheim examinés experimentalement par le test des contes de fées La fascination qu’éprouvent les enfants pour les contes de fées a fait l’objet de diverses études, essentiellement du point de vue littéraire (Favat, 1977 ; Applebee, 1978). Les interprétations symboliques des contes des fées ainsi que leur relation avec l’inconscient sont devenues un champ de spéculation où entrent en lice aussi bien des analystes freudiens que jungiens (Bettelheim, 1976 ; Von Franz, 1982 ; Kaës et al., 1989 ; De la Génardière, 1996). Freud (1900) fut le premier à découvrir la nature symbolique des contes de fées. De même que les mythes et les légendes, ils plongent dans les parties les plus primitives de la psyché. Róheim (1953) souligne la ressemblance entre les contes de fées et les expériences oniriques. C’est avec Bruno Bettelheim, que la signification des contes de fées chez l’enfant a atteint son point culminant. Les analystes jungiens ont aussi étudié les contes de fées d’un point de vue aussi bien théorique que clinique.

Donald Winnicott, découverte d'un pédopsychiatre pionnier Éléments de biographie Donald Winnicott est né en 1896 dans le comté anglais de Devon, à Plymouth dont son père fut maire. Cette même année, Sigmund Freud nommait "psychanalyse" sa pratique de cure par la parole. À l'issue de ses études de médecine, Donald Winnicott se spécialisa en pédiatrie. Donald Winnicott fit partie du Groupe des indépendants, aussi appelé "Middle Group", qui essaya de tirer parti des contributions de Sigmund Freud, d'Anna Freud et de Mélanie Klein. Donald Winnicott assura des chroniques à la radio anglaise, diffusant ainsi son savoir vers le plus grand nombre. Vrai et faux "self" Donald Winnicott distinguait le "faux self" du "vrai self", self signifiant "soi". À défaut, le "faux self" viendra dissimuler le vrai dans un but de protection. Si, selon Winnicott, vrai et faux self cohabitent en toute personne, le faux self d'une personne en bonne santé psychique lui permet de s'adapter à son environnement sans nuire à sa personnalité réelle. Livres de Donald Winnicott

Les arguments des détracteurs du « Livre noir de la psychanalyse » par Jean-Paul Krivine - SPS n° 271, mars 2006 En septembre 2005 était publié aux éditions les Arènes le Livre noir de la psychanalyse (voir SPS n° 269). Les réactions seront très virulentes et passionnelles : « Catalogue de détestation antifreudienne », « Une nouvelle chasse aux sorcières », « Nos vies valent plus que leurs profits »... La passion, les anathèmes, les procès d’intention, voire les invectives, n’invalident cependant pas nécessairement l’ensemble du propos. Et les arguments, quand ils existent, méritent qu’on les considère. Une bataille pour des parts de marché ? Bon nombre de critiques ont voulu voir dans la controverse une bataille pour des « parts de marché » de la santé mentale. « Autant dire que l’enjeu du livre est ailleurs, dans la bataille qui oppose les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) à la psychanalyse, et qui a éclaté en plein jour il y a deux ans. Et derrière les TCC se cacheraient bien entendu les grands laboratoires pharmaceutiques. Excommunication ?

Protection de l'enfance en France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le contexte légal de la protection de l'enfance en danger en France[modifier | modifier le code] Avant-propos[modifier | modifier le code] La loi sur « la protection de l'enfance en danger en France » en tant que dispositif légal, tel qu'il a été établi par la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l'enfance, s'inscrit dans le cadre des lois internationales déjà définies dans le passé, respecte la loi de décentralisation et de déconcentration des services publics répartissant les actions entre l'État et les conseils généraux. Elle détermine la prééminance du rôle du président du conseil général afin de limiter les signalements au juge des enfants, en définissant deux catégories d'enfants, les mineurs en risques de danger relevant du conseil général (département) et les mineurs en danger relevant du juge des enfants. La protection de l'enfance en danger en France comporte deux volets : Le cadre international[modifier | modifier le code]

Jacques Lacan Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Lacan. Jacques Lacan, né le à Paris 3e et mort le à Paris 6e[1], est un psychiatre et psychanalyste français. Après des études de médecine, Lacan s'oriente vers la psychiatrie et passe sa thèse de doctorat en 1932[2]. Lacan a repris et interprété l'ensemble des concepts freudiens, mettant à jour une cohérence dégagée de la biologie et orientée vers le langage, en y ajoutant sa propre conceptualisation et certaines recherches intellectuelles de son époque (tel le structuralisme et la linguistique). Figure contestée, Lacan a marqué le paysage intellectuel français et international, tant par les disciples qu'il a suscités que par les rejets qu'il a provoqués. Biographie[modifier | modifier le code]

La dir. de la Protection judiciaire de la Jeunesse La direction de la Protection judiciaire de la Jeunesse (DPJJ) « est chargée, dans le cadre de la compétence du ministère de la Justice, de l'ensemble des questions intéressant la justice des mineurs et de la concertation entre les institutions intervenant à ce titre » (décret du 9 juillet 2008 relatif à l’organisation du ministère de la justice). Le champ d'action de la DPJJ s'étend de la conception des normes et des cadres d'organisation, à la mise en œuvre et à la vérification de la qualité de ces mises en œuvre. La DPJJ est également en charge de la politique et gestion des ressources humaines, la politique de formation, du pilotage opérationnel et budgétaire (missions "support" décrites dans le décret 2008-689). Depuis la loi du 5 mars 2007, le président du Conseil général est, quant à lui, le chef de file de la protection de l'enfance (prise en charge des mineurs en danger). Retrouvez l'organigramme de la DPJJ...

François Roustang Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. François Roustang (né le [1] et mort le [2],[3]) est un philosophe français. Ancien jésuite et ancien psychanalyste, il devient hypnothérapeute. Biographie[modifier | modifier le code] De 1965 à 1981, François Roustang est membre de l'École freudienne de Paris de Jacques Lacan et devient psychanalyste, après une analyse de deux ans avec Serge Leclaire. Le 3 novembre 1980, François Roustang participe activement à la fondation du « Collège des psychanalystes » avec Jacques Sédat, Anne Levallois, Conrad Stein, Geahchan, et Serge Viderman. À la suite de la publication d'Influence en 1991, puis de Qu'est-ce que l'hypnose? François Roustang continue à publier de nombreux livres, dont certains destinés au grand public sur l'hypnose et sur la psychanalyse: Comment faire rire un paranoïaque? Influences[modifier | modifier le code] Œuvres[modifier | modifier le code] Livres Articles Notes[modifier | modifier le code]

Maltraitances sexuelles Conséquences des maltraitances sexuelles. Les reconnaître, les soigner, les prévenir Conférence de consensus qui s'est tenue à Paris les 6 et 7 novembre 2003 organisée par Fédération Française de Psychiatrie selon la méthodologie de l’ANAES avec le soutien de la Direction Générale de la Santé Sociétés Partenaires : Sociétés Francophone de Médecine d'Urgence, INAVEM, Société Française de Pédiatrie, Collège National des Généralistes Enseignants Yvonne COINÇON*, Jean-Pierre THEVENOT** * Pédopsychiatre au CH de St Egreve. A la fin des années 80 les mauvais traitements infligés aux enfants devenaient un sujet de préoccupation majeure chez les professionnels de la santé, de l'éducation et du secteur social. Le silence dans lequel ces mauvais traitements avaient été maintenus jusque-là à laissé place à une profusion de discours, débats, articles. La question posée pour cette conférence de consensus : « Comment reconnaître une maltraitance ancienne chez l'enfant et l'adolescent ?

OCTAVE MANNONI Pour comprendre l'importance et l'originalité de l'œuvre d'Octave Mannoni, il faut la situer avec son auteur dans la petite histoire de la psychanalyse française. Lorsqu'il commence son analyse avec Jacques Lacan en 1945, ce n'est pas un jeune homme en quête d'avenir qui se présente. Sa formation intellectuelle et personnelle est achevée. Ces commencements décisifs font comprendre pourquoi il ne manquera jamais d'indépendance d'esprit. En tout ce qu'il écrit, il reprend les questions à leur principe et dans leur infinie complexité. Il est tout l'opposé d'un dogmatique ou d'un tricheur. Quand les sirènes de la linguistique séduisent la mini-culture sur laquelle il est embarqué et laissent croire qu'elles savent où se trouve le havre des solutions, il redemande comment un petit d'homme naît au langage. Psychologie de la colonisation, Seuil, Paris, 1950, nouv. éd. augmentée sous le titre Prospero et Caliban. Freud, coll. Clefs pour l'imaginaire, ou l'Autre Scène, ibid., 1969

Related: