background preloader

Revue S!lence- Qui sommes-nous ?

Revue S!lence- Qui sommes-nous ?
Qui sommes-nous ? La revue S!lence est publiée depuis 1982. Elle se veut un lien entre toutes celles et ceux qui pensent qu'aujourd'hui il est possible de vivre autrement sans accepter ce que les médias et le pouvoir nous présentent comme une fatalité. > Ecologie Pour nous, ce sont les relations harmonieuses et respectueuses des humains entre eux (social) et avec la nature (environnement). > Alternatives Dans S! > Non-violence Le rejet des dominations et des violences...mais sans passivité est pour nous une bonne base politique. Dans nos pages, pas de théorie sans exemples, pas de pratiques sans regard critique, pas de critique sans pistes positives. De la circulation des idées écologistes Les quelques tentatives de revues grand public se sont soldées jusqu'à maintenant par des trous financiers importants et des faillites. C'est pourtant le pari que S! Faire des propositions alternatives Tout le monde s'est un jour confronté au miroir déformant de la presse classique. Alors S!

http://www.revuesilence.net/index.php?page=qui

Crise du capitalisme: André Gorz avait tout compris Penser la sortie du capitalisme avec André Gorz Il y a cinq ans, le lundi 24 septembre 2007, une dépêche de l’AFP annonçait en fin d’après-midi que le philosophe André Gorz s’était suicidé en compagnie de sa femme. La nouvelle était presque passée inaperçue, même si le suicide d’un couple «main dans la main» n’est pas chose banale. Ce qui l’était encore moins, c’est qu’André Gorz avait eu la délicatesse de laisser entrevoir cette issue à ses lecteurs un an auparavant. «Nous aimerions chacun ne pas avoir à survivre à la mort de l’autre», écrivait-il à l’automne 2006 dans «Lettre à D.» (éd.

APEAS Bonjour, Ca y est, Festi’Fric c’est parti avec la venue le 09 décembre de Patrick Viveret qui a enrichi notre travail sur la question des échanges alternatifs en Paca. Pour ceux qui souhaiteraient (re)-voir cette rencontre organisée avec lui, toutes les vidéos sont disponibles sur le site de l’Apeas. Intervention graphique C’est l’histoire de quelque chose, quelque chose de simple et d’indécidable ; quelque chose qui nous est indissociablement lié et que certains nommeront « démocratie », d’autres « égalité », ou encore « désir » ; quelque chose d’infiniment réversible, qui n’existe pas si nos mains ne lui donnent forme, et qui nous contient dès qu’il a pris forme. Quelque chose, dont les plis sont nos lignes de vie, celles de nos efforts pour dessiner un possible partage et celles de nos efforts pour s’abandonner à ce partage. C’est aussi une histoire à quatre mains, qui déplacent, détournent, plient et déplient. Ces images, que nous avons construites autour de l’idée de contiguïté, détournent des statements de l’art conceptuel, dont les énoncés seuls donnent existence à ce quelque chose qu’on appelle « art », et jouent avec ce quelque chose, feuille de papier ou jeu enfantin, que l’origami fait apparaître ou disparaître dans ses plis.

Economie 2 juin 2014 Par Fondation Copernic, Dans le commentaire critique qu’il donne de mon article sur le financement de la protection sociale [1], Pierre Khalfa (PK) [2] propose que soit adoptée « une démarche pragmatique basée sur des (...) Lire la suite 2 mai 2014

Le vélo à 7 euros Izhar Gafni est un designer israélien passionné de vélo qui a créé un vélo en carton appelé Alfa. L’Alfa pèse seulement 9 kg, mais est conçu pour supporter le poids d’un cycliste pouvant dépasser 200 kg! Il s’agit d’un vélo réalisé principalement à partir de carton recyclé. 0. Pourquoi EcoRev' Revue écologiste de réflexion et de débats, est un outil au service des acteurs et actrices des luttes pour la transformation sociale et écologiste à l’échelle planétaire, qu’ils/elles viennent de l’écologie, des mouvements sociaux, de la gauche critique ou des mouvements citoyens non partidaires émergents face à la mondialisation libérale. Depuis Seattle, un nouveau cycle de contestation et de transformation s’est ouvert. entend contribuer à donner un contenu propositionnel au renouveau actuel des forces citoyennes et écolos, notamment en entreprenant de réactualiser la pensée anti-productiviste face aux nouveaux défis d’un capitalisme globalisé et aux enjeux de la mutation informationnelle. Fondée en 1999, est animée par des militant-e-s et chercheur/ses écologistes qui ne se résignent ni à l’endormissement de l’écologie dans la gestion, ni à la dilution du paradigme écologiste dans une gauche social-libérale. Il s’agit d’imaginer et de construire l’utopie du siècle qui s’ouvre.

Antoine Perrot : "Que disent les couleurs ?" Il n’y a pas de domaines où la couleur ne joue pas un rôle. De la littérature à la philosophie, de la physique à la chimie, de l’histoire politique à l’histoire des arts visuels, la couleur participe aux représentations de nos savoirs et de nos expériences. Dresser une cartographie exhaustive et frontale de ses multiples usages ou traductions conduirait néanmoins à esquisser un atlas de champs de bataille où chaque couleur revendiquerait la victoire, mais une victoire fragile, construite sur la défaite de ses points d’appui et sujette à tous les renversements. Se dessinerait alors une carte monochrome, grise, sans orientation, ni échelle, libérant pour chacun cette certitude que la perception de la couleur nous abandonne à la fiction autobiographique.

Le Collectif - Collectif Roosevelt Le Collectif Roosevelt est un mouvement citoyen d’action et de formation politique créé en 2012 par Stéphane Hessel, Edgar Morin, Susan George, Cynthia Fleury, Pierre Larrouturou… Aujourd’hui, plus de 110 000 citoyens ont signé son manifeste et 20 groupes locaux sont actifs en France. Le but de notre collectif est simple : provoquer un sursaut ; dire la gravité de la crise et alimenter le débat démocratique. Notre manifeste a été rédigé dans le contexte de la présidentielle 2012, alors que les programmes des candidats se basaient sur un retour de la croissance à 2%. L’économie sociale et solidaire : social business ou démocratisation de l’économie ? Jean-Louis Laville publie en juin 2011 un ouvrage Agir à gauche. L’économie sociale et solidaire chez Desclée de Brouwer qui a un double objectif : présenter de façon synthétique l’économie sociale et solidaire d’une part, montrer en quoi elle constitue un enjeu politique d’autre part. Le texte ci-dessous en présente un extrait. En France l’économie sociale et solidaire a gagné 380 000 emplois depuis 2000, elle est plus créatrice d’emplois que le secteur privé, 77 % de ses salariés étant employés dans des associations. Plusieurs sensibilités se regroupent dans l’économie sociale et solidaire : les entreprises de l’économie sociale, les initiatives de l’économie solidaire qui ont une forte dimension citoyenne et celles qui mettent plus l’accent sur l’entrepreneuriat social. A cet égard, il convient d’identifier une évolution repérable au niveau international qui pourrait convertir l’économie sociale et solidaire en un simple appendice d’un système dominant inchangé.

Related: