background preloader

Calcul de la profondeur du Moho

Calcul de la profondeur du Moho
Grâce à l’étude de certains séismes du logiciel sismolog (édité chez Chrysis), il est possible de calculer la profondeur du Moho. En effet, sur certains sismogrammes, on voit non seulement les ondes P et S mais également un deuxième train d’ondes P, les ondes PMP, qui se sont réfléchies sur le Moho. On peut également, à partir de l’étude de sismogrammes, calculer la vitesse des ondes P et S soit manuellement, soit grâce à un tableur. La vitesse moyenne des ondes P dans la croûte sous les Alpes est de 6,25 km.s-1. Mode de calcul : Pour le Moho plusieurs sismogrammes peuvent être utilisés. Séisme du 19/01/1991 : profondeur focale h = 11 km. Séisme du 07/02/1991 : profondeur focale h = 11 km. Séisme du 23/04/1991 : profondeur focale h = 10 km. Séisme du 09/03/1992 : profondeur focale h = 6 km. Séisme du 09/03/1992 : profondeur focale h = 8 km. Le moment d’arrivée des ondes PMP a été confirmé par François Thouvenot, Maître de conférences à l’Université de Grenoble et coauteur du logiciel Sismolog.

http://www2.ac-lyon.fr/enseigne/biologie/spip.php?article176

Related:  COURS thème 1Bdomaine continentalStructure interne de la TerreGeologie

Ondes P Ce logiciel permet de définir un modèle de variation des célérités des ondes P en fonction de la profondeur dans le globe terrestre. Ces modèles peuvent être testés en faisant tracer les rais sismiques correspondant au modèle entré. Ces rais sismiques sont tracés sur une représentation d'une coupe du globe terrestre. - Planet-Terre Danielle Briot Département des Sciences de la Terre, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand Benoît Urgelli ENS Lyon / DGESCO Résumé Principe de la méthode de datation radiochronologique, application au couple rubidium-strontium.

animation Moho (très claire !) • Place dans le nouveau programme de 1ère S : Thème 1 : la Terre dans l’Univers, la vie et l’évolution du vivant Thème 1B : la tectonique des plaques, histoire d’un modèle La découverte du Moho, à la suite des travaux de Mohorovicic : aspects d’une démarche historique qui constitue ici un des jalons de la construction du modèle de structure interne du globe terrestre. Il s’agit ici, comme le préconise le programme dans la colonne « Capacités et attitudes » de montrer comment des observations fondées sur des techniques nouvelles (en l’occurrence les données de la sismologie) ont permis de dépasser les obstacles du bon sens apparent (en particulier l’idée d’une Terre solide et homogène en profondeur).

- Planet-Terre Danielle Briot Département des Sciences de la Terre, Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand Benoît Urgelli ENS Lyon / DGESCO Résumé Quelques exemples de datation par la méthode rubidium-strontium. Tectonique des plaques et formation des montagnes Géologie : Formation des Pyrénées Page 1 : Tectonique des plaques et formation des montagnes (nouvelle version, 2010) I - Un bref rappel est utile pour comprendre la formation des montagnes (note 8) : La structure des couches superficielles de la terre est la suivante (figure 1) : La croûte se différencie du manteau essentiellement par sa composition chimique : - la croûte océanique (7 Km d'épaisseur) a une composition moyenne proche de celle du "basalte" (résultat de la fusion partielle des péridotites), donc une densité relativement élevée (3); - la croûte continentale (30 à 70 Km d'épaisseur) a une composition proche de celle du "granite", donc une densité relativement faible (2,7) ; Le manteau (qui a prés de 3000 Km d'épaisseur) a une composition proche de celle des "péridotites" (voir une page consacrée à la lherzolite), donc une densité élevée (3,3). La frontière entre croûte et manteau est appelée le " Moho " (nom abrégé d'un géophysicien : Mohorovicic). 2. 3.

Les roches ​Une roche est un matériau solide qui constitue la croûte terrestre et qui est formé d'un assemblage de minéraux. Les roches présentent plusieurs aspects et diverses compositions. Afin de simplifier leur classification, les scientifiques les ont classées en trois grands types basés sur leur processus de formation. Ces roches, en apparence stables, peuvent se transformer et changer de catégories sur une très longue période de temps. Il est important de distinguer une roche d'un minéral. La genèse de la croûte continentale La croûte continentale a des âges variés, de 4 Ga à l’actuel. Les conditions de formation de cette croûte ont varié suite à l’évolution thermique de la planète. Deux modèles sont actuellement proposés : l’un pour expliquer la formation de la croûte très ancienne, l’autre celle de la croûte récente. Nous allons comparer les deux modèles et discuter de la validité de chacun d’eux. Le solidus de la croûte océanique hydratée et le gradient géothermique archéen se recoupent vers 50 km de profondeur. Cela signifie qu’au-delà de 50 km, la température est supérieure à celle du solidus de la croûte et donc qu’elle subit alors une fusion.Vers 80 km de profondeur, la croûte océanique est déshydratée et sa fusion devient alors impossible.

Histoire d'un mystère : l'intérieur de la Terre À l'aide de ce dossier, vous pourrez essayer de positionner historiquement la conception de l'intérieur de la Terre de vos élèves, en introduction au programme de première S. Depuis Aristote, philosophes, érudits, savants, puis géologues et géophysiciens se sont interrogés à de nombreuses reprises sur la nature et la composition du globe terrestre. Feux intérieurs, vastes cavités, gigantesque sphère aqueuse, et plus récemment réservoirs de magma en fusion et modèles multicouches les plus variés, l'histoire est riche de spéculations parfois audacieuses sur les profondeurs de la Terre. Quelques citations relatives à l'histoire des conceptions sur les profondeurs du globe Jean Buridan pense que la terre et l'eau forment deux sphères décalées l'une par rapport à l'autre :Jean Buridan pense que la terre et l'eau forment deux sphères décalées l'une par rapport à l'autre. "Première conclusion.

Chapitre 1 La caractérisation du domaine continental : lithosphère continentale, reliefs et épaisseur crustale Chapitre 1: La caractérisation du domaine continental : lithosphère continentale, reliefs et épaisseur crustale Livre Nathan page 122 à 147 + plan de travail classe inversée et le cours pour les élèves (texte à trou à compléter) Introduction : Exercice de révision 1ere S à complétez à l’aide du livret de sortie de l’APBG (page 2) I/ Le granite est une des roches principales de la croûte continentale Les 3 types d'ondes sismiques – simulation, animation interactive Terre Interactive Les 3 types d'ondes sismiques HTML5 ⤢ Plein écran 📷 Capture d'écran  ▾ Partager  Abonnement 426⤢ Plein écran📷 Capture d'écran

La Terre, planète de roches La croûte terrestre est entièrement formée de roches variées. Même si elles semblent solides et indestructibles, les roches changent constamment au fil du temps. Elles se forment, se déforment et se transforment sans cesse, s’enfonçant dans les profondeurs de la Terre et en ressortant à nouveau. Les roches sont ainsi recyclées par la nature et soumises à de lents processus de transformation, fort complexes, selon un cycle qui peut s’étaler sur des millions d’années ! Certaines roches, comme les toutes premières qui sont apparues sur la Terre, se forment à partir du magma, cette roche liquide et brûlante qui compose le manteau. - Planet-Terre Résumé. La formation de la croûte continentale se fait par fusion partielle de matériel ultrabasique (roches mantelliques) ou basique (basaltes océaniques) : il y a extraction d'un liquide magmatique riche en Si, Al, Na et K par rapport aux basaltes de la croûte océanique et aux péridotites du manteau. C'est dans les zones de subduction que se fabrique actuellement l'essentiel de la croûte continentale par fusion partielle des roches du manteau. Pendant l'Archéen (avant 2,5 Ga), la croûte continentale était produite par la fusion de basaltes de la croûte océanique, très probablement dans un contexte de subduction.

Related: