background preloader

François Truffaut

François Truffaut
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Truffaut. François Truffaut, né le à Paris et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un réalisateur, scénariste et producteur de cinéma français. Il a également été acteur et critique de cinéma. Il fait partie du groupe de cinéastes issus des Cahiers du cinéma, qui ont constitué la Nouvelle Vague. Biographie[modifier | modifier le code] Enfance (1932-1948)[modifier | modifier le code] Roland Lévy (au centre) - Août 1930 François Truffaut naît le 6 février 1932 de père inconnu. Sa mère épouse le 9 novembre 1933 Roland Truffaut[note 1], dessinateur[1] dans un cabinet d'architecte-décorateur, qui reconnaît l'enfant à l'état civil. En 1968, Truffaut engage un détective privé pour retrouver son père biologique[3]. François Truffaut va à l'école maternelle de la rue Clauzel[6] puis au lycée Rollin, théâtre de ses premiers « 400 coups ». Critique (1949-1956)[modifier | modifier le code] Related:  Ciné nouvelle vague

Image à analyser! MySpace - François Truffaut jules et jim nouvelle vague Dénomination appliquée, en 1958, par la critique à certains cinéastes français (François Truffaut, Jean-Luc Godard, Claude Chabrol, Éric Rohmer, Jacques Rivette, Jacques Demy, Agnès Varda, Jacques Rozier) qui affirmaient la primauté du réalisateur sur le scénariste et défendaient un cinéma d'auteur, expression d'un regard personnel. L'expression « nouvelle vague » s'applique à la période de l'histoire du cinéma français couvrant les années 1959-1960. Toutefois, elle traverse les décennies et dépasse l'aspect éphémère de son seul moment d'apparition ; nombre d'auteurs nouvelle vague étant encore, en 1990, les metteurs en scène de référence du cinéma français contemporain. Au départ simple étiquette journalistique appliquée aux jeunes de 1958, le qualificatif nouvelle vague rassemble bientôt toute une génération de cinéastes qui commencent leur premier long métrage à la fin des années 1950. Quelques-uns, qui ont déjà signé des courts métrages, vont donner son impulsion au mouvement.

Site non officiel : François Truffaut Utilisation des données personnelles Envoi d’e-mailings personnalisés SFR peut utiliser vos informations personnelles pour vous proposer des offres adaptées, directement sur le site SFR.fr ou lors de communications par e-mails. Dans ce cadre, au clic sur un des liens de ces e-mails, SFR vous permet d’être reconnu sur l’intégralité du site SFR.fr, avec un accès à des offres spécifiques. Gestion des cookies Lors de la navigation sur le site SFR, des cookies sont implantés dans votre navigateur. Nous vous informons que vous pouvez vous opposer à l'enregistrement de cookies en configurant votre navigateur de la manière suivante : Pour Microsoft Internet Explorer : 1. Mémorisation de votre identifiant de connexion: Lors de votre identification, si vous cochez la case « Rester connecté », votre session restera active pendant 90 jours ou jusqu’à déconnexion de votre part (même après fermeture du navigateur ou arrêt de l’ordinateur).

Les Quatre Cents Coups Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Quatre Cents Coups est un film français de François Truffaut, sorti en 1959. Premier film de François Truffaut et de ce qui sera appelé la Nouvelle Vague, son succès révèle le jeune réalisateur au grand public. Quatre autres films viendront par la suite compléter la saga Antoine Doinel, toujours interprété par Jean-Pierre Léaud : Antoine et Colette (dans le film à sketches L'Amour à vingt ans) en 1962, Baisers volés en 1968, Domicile conjugal en 1970 et L'Amour en fuite en 1979. Synopsis[modifier | modifier le code] Largement autobiographique, le film raconte l'enfance difficile d'Antoine Doinel, ses relations avec ses parents, ses petits larcins qui lui vaudront d'être enfermé dans un centre pour mineurs délinquants. À la fin des années 1950, Antoine Doinel, 12 ans, vit à Paris entre une mère peu aimante et un beau-père futile. Antoine Doinel éprouve une admiration fervente pour Honoré de Balzac. Distribution[modifier | modifier le code]

Critique: A Bout De Souffle - Blog Au Dessus Du Cinema Michel Poiccard, un jeune homme, vole une voiture à Marseille pour aller à Paris. Sur la route, il tue un policier lors d’un contrôle. Dans la capitale, il retrouve Patricia, une jeune étudiante avec qui il a eu une liaison et qui travaille pour un journal. Il retrouvera à de multiples reprises Patricia pour lui demander de coucher avec elle mais elle refusera. L’étau se renfermant pour Michel, il tente alors de trouver refuge en Italie … En 1960, le mouvement de La Nouvelle Vague allait encore frapper un gros coup avec A Bout De Souffle de Jean-Luc Godard, avec en tête d’affiche un jeune acteur prometteur, Jean-Paul Belmondo, avec un nouveau ton dans la réalisation et la production. Après avoir vu mon premier film de la nouvelle vague, Les 400 Coups que je hisse aisément au rang de grand film, il était normal de poursuivre ce mouvement avec l’autre film phare du début de la révolution, A Bout De Souffle.

Francois Truffaut A lire, l'article célébre: "Une certaine tendance du cinéma français" Nous sommes tous uniques, irremplaçables. Avant de mourir, mon père a fait signe au médecin et lui a dit " les gens sont formidables...." ..et pouf, il est mort. Fabienne Tabart ( Delphine Seyrig ) dans "Baisers volés" 6 février 1932 : naissance à Paris de François Truffaut, fils de Janine de Monferrand, secrétaire à "L'Illustration" et de père inconnu au terme d'une grossesse cachée, il ne retrouvera son père biologique, un dentiste juif (Roland Lévy, né à Bayonne en 1910), qu'en 1968. Sa mère épouse le 9 novembre 1933 Roland Truffaut, dessinateur dans un cabinet d'architecte-décorateur, qui reconnaît l'enfant à l'état civil et lui donne son nom. 18 décembre 1940: Le jeune François Truffaut découvre le cinéma avec Paradis Perdu d'Abel Gance. 1944 : Il découvre fortuitement que sa naissance est bien antérieure au mariage de sa mère et que son père n'est pas son père "biologique" . 1951 : Prison militaire pour désertion.

À Bout de Souffle, Jean-Luc Godard Comment aborder un classique du cinéma français, un film considéré par tant de cinéphiles et cinéastes comme un chef-d’œuvre ? À Bout de Souffle, premier film de Jean-Luc Godard alors passé de la critique cinématographique à la réalisation, fait indéniablement partie du patrimoine cinématographique français et même mondial. Symbole de la Nouvelle-Vague alors émergente, ce film sorti en salles en 1960 fête cette année ses 50 ans. Pour l’occasion, on peut le retrouver en salles dans une version restaurée. Pour ma part, ce fut l’occasion de découvrir ce mythe. Une fois n’est pas coutume, je crois que la bande-annonce (ci-dessous) est très significative de ce qu’est À Bout de Souffle.D’une durée record par rapport aux standards actuels (pas moins de 2 minutes), elle égraine des mots pour former une sorte de liste à la Prévert. Parmi les revendications des membres de la Nouvelle-Vague, on trouve une redéfinition du récit. Film Socialisme, Jean-Luc Godard Dans "À voir" Là-haut, Pixar

Image à analyser "A bout de souffle" Cahiers du Cinéma Nouvelle Vague La Nouvelle Vague est un mouvement du cinéma français né à la fin des années 1950 et qui a duré une dizaine d'années jusqu'à la fin des années 1960. Il rassemble des réalisateurs qui ont tourné leurs premiers longs métrages à cette période. Les figures emblématiques en sont notamment Jean-Luc Godard, François Truffaut, Éric Rohmer, Claude Chabrol, Jacques Rivette, Alain Resnais, Louis Malle, Agnès Varda et Jacques Demy. Naissance de la Nouvelle Vague[modifier | modifier le code] Jean-Luc Godard à l'université de Berkeley en 1968. La Nouvelle Vague ne se définit pas seulement par ses techniques cinématographiques révolutionnaires pour l'époque, mais aussi par ceux qui la composent tels François Truffaut, Éric Rohmer, Agnès Varda, Jean Eustache, Jacques Rivette, Claude Chabrol et Jean-Luc Godard, qui constituent le cœur du mouvement. La Nouvelle Vague et les Cahiers du cinéma[modifier | modifier le code] Les réalisateurs associés[modifier | modifier le code] Bilan[modifier | modifier le code]

La Cinémathèque française : S. M. Eisenstein Dans le cadre de sa mission de mise à disposition de ressources documentaires sur le cinéma, notamment à travers sa collection de sites Internet monographiques et thématiques, la Cinémathèque française met en ligne une mise à jour de la bibliographie sur S. M. Eisenstein, publiée à l'origine en 1998 à l'occasion du 100e anniversaire de la naissance du réalisateur et théoricien du cinéma soviétique.

Related: