background preloader

14 – L’analyse des réseaux sociaux – Yannick Rochat

14 – L’analyse des réseaux sociaux – Yannick Rochat
Cet article situe l’analyse des réseaux sociaux au sein de la recherche scientifique en sciences humaines, en esquissant ses origines, ainsi qu’en évoquant quelques personnages-clés. On peut considérer qu’il fait suite à l’article de Martin Grandjean publié à la fin du printemps par Pegasus Data Project : "Analyse de réseaux et méthode quantitative en histoire". Il sera suivi d’un second article présentant les concepts les plus importants de ce domaine (centralité, communautés, équivalence structurale, liens faibles, …) en les illustrant. Puis d’un troisième article dissertant de la situation de la recherche aujourd’hui – soit comment l’analyse des réseaux sociaux s’est étendue à d’autres domaines de recherche (physique, biologie), quels sont les sujets en vue, etc. – et des applications faites au quotidien (tel l’algorithme PageRank, basé sur l’analyse de réseaux, ayant permis à Google de devenir le leader des moteurs de recherche). Un extrait d’échanges lors d’un débat sur Twitter.

Présentation de l'atlas e-diasporas Les technologies de l'information et de la communication - téléphones portables, Internet, base de données informatisées - ont profondément transformé la vie des migrants. On observe en outre depuis une dizaine d'années une prolifération de sites, de blogs ou de réseaux sociaux créés par ou destinés aux diasporas. Ces nouvelles pratiques communicationnelles et organisationnelles produisent sur la Toile un vaste corpus en mouvement dont l'analyse et l'archivage n’ont jusque ici jamais été entrepris. Résultat du travail de plus de 80 chercheurs et ingénieurs à travers le monde, cet e-Diasporas Atlas est le premier du genre, avec quelque 8 000 sites observés dans leurs interactions et archivés. Il constitue un objet éditorial unique, combinant diverses formes de supports : - trois cartes imprimées avec représentations graphiques d’une trentaine d’e-diasporas (présence sur le web des différentes e-diasporas à un instant T),

2 – Les nouveaux outils numériques pour la recherche scientifique Que vous soyez étudiants, chercheurs ou ingénieurs vous maîtrisez probablement à la perfection certains outils informatiques : powerpoint, éditeurs de texte, messageries électroniques. D’autres outils, moins utilisés, existent et ont chacun une utilité spécifique. En recherche comme dans de nombreux domaines, il est important d’organiser son emploi du temps et d’utiliser des outils pertinents et adaptés. Avez-vous besoin d’organiser votre veille bibliographique, d’échanger des fichiers volumineux ou bien d’optimiser votre travail d’équipe ? Une version en anglais de cet article est disponible : The new digital tools for scientific research Gestion bibliographique et veille scientifique Notre article sur les outils de veille scientifique en open access et moteurs de recherche est resté depuis septembre 2011 l’article le plus consulté sur le blog MyScienceWork. La première étape de ce processus est la veille scientifique. La bibliographie à l'ancienne - Crédits : gadl/Flikr Les inclassables

13 – Recherches et publications sur les diasporas The e-Diasporas Atlas is a unique experiment in research on diasporas as well as in publishing, a first in the restitution of scientific findings and their presentation. Historically, the emergence of e-diasporas occurred in tandem with the diffusion of the Internet and the development of multiple online public services. At the end of the 1990s, a number of institutions joined forces with the new ‘e’-technologies (e-administration, e-democracy, e-education, e-healthcare, e-culture, e-tourism), which gave rise to the first presence on the Web of associations run by migrant populations. A migrant site is a website created or managed by migrants and/or that deals with them (at any rate, a site for which migration or diasporas is a defining theme). An e-diaspora is both ‘online’ and ‘offline’. e-Diasporas methodology The digital methodological chain and the tools we developed for building the e-Diasporas Atlas aim at mapping and analysing the occupation of the Web by diasporas.

Sociologie des organisations Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La sociologie des organisations peut se définir comme une branche de la sociologie qui étudie comment les acteurs construisent et coordonnent des activités organisées. Elle peut aussi se définir comme une science sociale qui étudie des entités particulières nommées organisations, ainsi que leurs modes de gouvernance et interactions avec leur environnement, et qui applique les méthodes sociologiques à l'étude de ces entités. Elle est à l'intersection de plusieurs disciplines, dont l'économie des organisations, le management et la théorie des organisations. Sens et enjeux[modifier | modifier le code] Sens du terme organisation en sociologie[modifier | modifier le code] Le terme organisation peut avoir trois sens distincts en sociologie : L'étude des organisations répond alors à une triple exigence : Enjeux[modifier | modifier le code] Les métaphores retenues par Morgan permettent de voir l'organisation : Trois auteurs vont se démarquer.

7 – Numérisation des lettres de Vincent van Gogh All the letters written and received by Vincent van Gogh are presented in this web edition: 902 letters and 25 'Related Manuscripts' (such as loose sheets and unsent drafts of letters). They can also be accessed by period, correspondent and place, or by selecting those containing sketches . The site can be searched using its simple or advanced search functions. The website also contains essays by the editors about Van Gogh and his letters, detailing their content and context, the artist's writing style and relation to his correspondents, as well as biographical information about him and his family and the publication history of the letters The working method is explained in 'About this edition' .

Théorie de la connaissance Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une partie de cet article porte sur la théorie analytique de la connaissance, discipline philosophique qui s'est pour l'essentiel développée dans le monde anglophone[1]. Le monde germanique, de par l'apport anglo-saxon a repris les résultats analytique pour les réunir dans une théorie globalisante. Le passage est très distinct de Locke, Berkeley, Hume à Kant pour l'analytique. Définition classique de la connaissance[modifier | modifier le code] Croyance vraie justifiée[modifier | modifier le code] L'approche classique définit la connaissance comme une croyance vraie et justifiée[2], et non seulement une croyance vraie. Le terme de « connaissance » a longtemps désigné, en philosophie, des croyances dont la vérité est justifiée de manière certaine. Le problème de Gettier et les analyses contemporaines de la connaissance[modifier | modifier le code] Dans un célèbre article intitulé « Is Justified True Belief Knowledge? Jean C.

3 – Eléments pour une sociologie des émeutes britanniques La censure des médias sociaux, prônée par David Cameron, empêcherait-elle les émeutes? Une simulation sociologique montre que cela ne ferait qu'augmenter le niveau général de violence, bien que réduisant l'acmé des crises. Les liens de cet article sont en anglais. Oh, sublime hypocrisie des médias traditionnels européens ! Même la BBC s’est mise, le 9 août, à adopter un discours diabolisant sur les réseaux sociaux et à parler du pouvoir qu’ils ont à rassembler pas cinq, mais 200 personnes pour former un « gang » d’émeutiers [rioting « mob »]. Oh, le raffinement exquis de l’art ancestral du deux poids deux mesures! Le fait est que la panique morale au sujet des réseaux sociaux est le reflet spéculaire de l’enthousiasme aveugle pour ces mêmes technologies. La meilleure approche est plus innovante et repose sur la simulation sociale. Le modèle de violence civile d’Epstein (revisité) L’attitude de l’agent est influencée par plusieurs variables. Observons les résultats dans la Figure 3 :

Méthodologie historique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En épistémologie et en histoire, la méthodologie historique désigne l’ensemble des réflexions qui portent sur les procédés, les moyens, les règles suivies et les contextes des travaux des historiens. Elle tend à cartographier comment les historiens produisent des interprétations historiques, voir à servir de matériel pour la définition des méthodes considérées déontologiques ou tout au moins valides. La recherche et la critique des matériaux[modifier | modifier le code] L'histoire, comme son origine le rappelle, est d'abord une enquête (Ἱστορίαι [Historíai] signifie « enquête » en grec). D'autre part, la recherche et la critique des matériaux ne devrait pas se limiter aux seuls documents écrits, ce qui serait une heuristique trop simple. La recherche des sources[modifier | modifier le code] Avant de se lancer dans la lecture des sources, l'historien réfléchit sur les documents qui pourraient répondre à la question historique qu'il se pose.

Related: