background preloader

Basic income

Basic income
An unconditional basic income (also called basic income, basic income guarantee, universal basic income, universal demogrant,[1] or citizen’s income) is a proposed system[2] of social security in which all citizens or residents of a country regularly receive an unconditional sum of money, either from a government or some other public institution, in addition to any income received from elsewhere. A basic income is typically intended to be only enough for a person to survive on, so as to encourage people to engage in economic activity. A basic income of any amount less than the social minimum is sometimes referred to as a 'partial basic income'. On the other hand, it should be high enough so as to facilitate any socially useful activity someone could not afford to engage in if dependent on working for money to earn a living.[citation needed] Basic income systems financed on returns to publicly owned enterprises are major components in many proposals for market socialism. Properties[edit]

FairTax Legislative overview and history[edit] Linder first introduced the Fair Tax Act (H.R. 2525) on July 14, 1999 to the 106th United States Congress and a substantially similar bill has been reintroduced in each subsequent session of Congress. The bill attracted a total of 56 House and Senate cosponsors in the 108th Congress, 61 in the 109th, 76 in the 110th, 70 in the 111th, 78 in the 112th, and 81 in the 113th (H.R. 25/S. 122). To become law, the bill will need to be included in a final version of tax legislation from the U.S. Tax rate[edit] The sales tax rate, as defined in the legislation for the first year, is 23% of the total payment including the tax ($23 of every $100 spent in total—calculated similar to income taxes). Sales tax rate[edit] Effective tax rate[edit] A household's effective tax rate on consumption would vary with the annual expenditures on taxable items and the fixed monthly tax rebate. Monthly tax rebate[edit] Presentation of tax rate[edit]

Allocation universelle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le revenu de base est un revenu versé par une communauté politique à tous ses membres, sur une base individuelle, sans conditions de ressources ni obligation de travail, selon la définition du Basic Income Earth Network (BIEN)[1]. Il reconnaît la participation de l'individu pour la société, indépendamment de la mesure de l'emploi. Cette proposition est aussi appelée : « revenu universel »[2], « revenu inconditionnel »[2], « revenu inconditionnel suffisant »[3], « revenu d'existence »[4], « revenu minimum d'existence »[5] « revenu social »[6], « revenu social garanti »[4], « allocation universelle »[4], « revenu de vie »[7], « revenu de citoyenneté »[8], « revenu citoyen »[9],[10], « dotation inconditionnelle d'autonomie »[11] ou « dividende universel »[4]. Le revenu de base a été expérimenté notamment au Canada, en Inde ou en Namibie. Montant[modifier | modifier le code] Financement[modifier | modifier le code]

Confessions of A Job Destroyer - Practical Elegance One of the most unfunny ironies of the rhetoric surrounding “job creators” in contemporary American politics is that most of the jobs being created (or at least, those with the greatest demand) are in the tech sector. Jobs like mine. Jobs that automate processes that used to be performed by people. So I’ll come out and say it: I’m not a job creator (which is, I suppose, why the Republicans aren’t too interested in cutting my taxes). I’m a job destroyer. We (programmers) all are, on some level or another; we’re taking mundane repetitive tasks and automating them with code. Marc Andreessen famously explained ‘Why Software Is Eating The World’ in the WSJ a couple of years ago. I’m not just an old-fashioned Job Destroyer, replacing secretaries and mid-level bureaucracy with CRM and accounting suites. With the exception of low-paying service jobs, most of the jobs we’re going to create in the coming years will be Job Destroyer jobs. Sure, we can’t destroy all the non-Job Destroyer jobs… yet.

Que cache le "revenu citoyen" de Dominique de Villepin ? - KillianSurf sur LePost.fr Dominique de Villepin enchaîne les interviews et pose les jalons de sa campagne pour les présidentielles de 2012. Le produit d'appel, qui fait son bien dangereux petit effet, le revenu citoyen fait penser au revenu d'existence... mais il n'en est rien. Le réel revenu d'existence Suffisant (se loger, se nourrir,...)Cumulable (non dégressif et certainement pas plafonné)Inconditionnel (sans contrepartie au sens d'un droit)Universel (de la naissance à la mort) Découvrir les mécanismes du réel revenu d'existence par un film de 1h36 : VIDEO Qu'est ce que le revenu citoyen de Monsieur de Villepin a de commun avec le réel revenu d'existence ? Absolument rien ! Certains supposent une mesure de gauche par un homme de droite, encore une fois... il n'en est rien. Il est d’autant plus dommageable aux partis de gauche l’absence de communication massive sur ce modèle durant les 10 dernières années qui leur aurait permis de se positionner fortement en rupture et de préserver les citoyens français. Le montant

Docs Should Say No to ADHD Meds for 'Focus,' says Neurology Group So-called neuroenhancement - giving ADHD medication to kids and adults who don't have the condition so they can focus better - is a trend that the American Academy of Neurology wants doctors to stop in its tracks. By Amir Khan, Everyday Health Staff Writer WEDNESDAY, March 13, 2013 — Doctors need to reconsider prescribing memory- and focus-enhancing ADHD drugs to healthy children and teens, the American Academy of Neurology said in a position statement in the journal Neurology. The statement addresses the growing trend of taking ADHD medication, such as Adderall or Ritalin, as a study aid – something the AAN says poses not only health risks for patients, but ethical risks for doctors. ADHD drugs help alleviate symptoms in people with ADHD, but more and more healthy people are using the drugs to help their school or work performance, according to the report. There are rare cases when prescribing ADHD drugs for neuroenhancement would be okay, said Dr. ADHD-Drug Use – A Growing Problem

Crédit social Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le crédit social est une idéologie économique et un mouvement social qui est apparu au début des années 1920. À l'origine, c'était une théorie économique développée par l'ingénieur écossais Clifford Hugh Douglas. Chaque citoyen reçoit chaque année un total de monnaie créée proportionnel à la croissance des biens et services, et inversement proportionnel au nombre de citoyens de la zone monétaire. Le nom « crédit social » dérive de son désir de faire que le but du système monétaire (« crédit ») soit l'amélioration de la société (« social »). Le crédit social est aussi appelé dividende universel, dividende social ou, de façon sans doute plus adaptée, dividende monétaire. Théorie[modifier | modifier le code] C. Le théorème A+B[modifier | modifier le code] Pour qu'un tel système soit soutenable, Douglas affirmait qu'une ou plusieurs des situations suivantes devait se produire : La solution du crédit social[modifier | modifier le code] Soient :

24 bisexual female with a question... NSFW : sex Revenu minimum Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le revenu minimum est un niveau minimal de revenu que les États décident de garantir à tous leurs citoyens. En pratique, l'État complète les revenus des individus jusqu'à atteindre ce seuil. Différence avec le revenu de base[modifier | modifier le code] Le revenu de base (ou allocation universelle) est un cas spécifique de revenu minimum. Selon les pays[modifier | modifier le code] En France[modifier | modifier le code] En France, le revenu minimum s'appelle RSA. Au Québec[modifier | modifier le code] Au Québec, l'équivalent du RMI est l'aide sociale. En Belgique[modifier | modifier le code] 1974 : loi sur le minimum de moyen d'existence (loi Minimex)Loi du 26 mai 2002 : droit à l'intégration sociale (DIS) Le revenu d'intégration est une des formes du DIS. Le revenu d'intégration est au 1er septembre 2013 de 544,91 € par cohabitant, 817,36 € pour les personnes seules et 1 089,82 € pour les personnes vivant avec une famille à charge.

On Why You Should Never Take Dating Advice from Women : seduction Dominique de Villepin: “Ich schlage die Schaffung eines Bürgereinkommens vor.” Dominique de Villepin, französischer Ex-Premierminister auf dem Ticket des konservativen Parteibündnisses Union pour un mouvement populaire und jetzt Präsident der von ihm im Juni 2010 neu gegründeten Partei République Solidaire, veröffentlichte in der französischen linksliberalen Tageszeitung Libération vom 1. März 2011 einen Vorschlag für ein Bürgereinkommen unterbreitet (der Artikel als pdf-Dokument auch hier und hier). Villepin begründet den Vorschlag so: „Jahrhundertelang hat die Menschheit kein anderes Ziel gehabt, als das eigene Überleben zu sichern. Die industrielle Revolution hat das innerhalb von zwei Jahrhunderten geändert. In einem Interview sagt Villepin zu seinem Vorschlag: „Ich schlage die Einführung eines Bürgereinkommens vor für alle Menschen, die in finanziellen Schwierigkeiten bzw. unter der Armutsschwelle leben. Es bleibt also abzuwarten, wie sich der Vorschlag von de Villepin entwickelt und vor allem, wie sich die französische Zivilgesellschaft dazu verhält.

Docs Should Say No to ADHD Meds for 'Focus,' says Neurology Group : TrueReddit Impôt négatif sur le revenu Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Taux équivalent d'un impôt négatif sur le revenu associant une allocation de 10 000 et un taux de prélèvement de 25 % L'impôt négatif sur le revenu est un système d'impôt unique appliqué principalement depuis les années 1990 et 2000 qui consiste en l’allocation à tout individu d’un montant fixe par l’État, un « impôt négatif », couplé à « impôt positif normal, progressif » à partir d’un certain niveau de revenu[1]. Juliet Rhys-Williams théorisa le concept dans les années 1940, puis il fut repris par l'économiste et « Prix Nobel » d'économie Milton Friedman en 1962 dans Capitalisme et liberté[2]. L'impôt négatif a été défendu par ce dernier afin de simplifier et démocratiser le versement des allocations en pénalisant moins l'activité économique. En France, l’impôt négatif fut introduit par Lionel Stoléru en 1974 dans le but de remplacer les dispositifs redistributifs existants. Présentation[modifier | modifier le code] Système d’impôt négatif[1]

Google Reader being laid to rest July 1st : chrome

Related: