background preloader

Restauration (histoire de France)

Restauration (histoire de France)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette période de restauration de la monarchie fut un temps d'expérimentation des débuts du parlementarisme, en préservant quelques acquis de la Révolution française. La période voit donc l'expérience d'une monarchie constitutionnelle, avec une période relative de paix dans un contexte international troublé. La Révolution industrielle provoque des bouleversements économiques et sociaux profonds. En politique intérieure, c'est un retour monarchique mais sous l'influence d'une vraie vie parlementaire, qui est marquée d'une oscillation entre ultra-royalistes et libéraux. Le comte de Provence étant retardé en Angleterre, c'est tout d'abord son frère, le comte d'Artois qui fait son entrée en France, et accepte sans grande conviction l'idée d'une constitution, sans pour autant prêter serment sur le texte[11]. Ces opposants, en particulier les militaires, placent leurs espoirs en Napoléon, symbole de leurs victoires passées. Related:  France19eme siècle FRANCE

Trois Glorieuses Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La Révolution de Juillet, révolution française à la faveur de laquelle un nouveau régime, la monarchie de Juillet, succède à la Seconde Restauration, se déroule sur trois journées, les 27, 28 et , dites « Trois Glorieuses ». Après une longue période d’agitation ministérielle puis parlementaire, le roi Charles X tente un coup de force constitutionnel par ses ordonnances de Saint-Cloud du . Charles X et la famille royale fuient Paris. La maison d’Orléans, branche cadette de la maison de Bourbon, succède à la branche aînée ; Louis-Philippe Ier est proclamé « roi des Français » et non plus « roi de France ». Causes[modifier | modifier le code] Raidissement de Charles X : constitution du ministère Polignac[modifier | modifier le code] L’opposition pousse des clameurs indignées : « Coblentz, Waterloo, 1815 : voilà les trois principes, voilà les trois personnages du ministère. Le prince Jules de Polignac Adresse des 221[modifier | modifier le code]

Premier Empire (1804-1814) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Empire françaisPremier Empire – &&&&&&&&&&&036189 ans, 10 mois et 26 jours – &&&&&&&&&&&&01093 mois et 17 jours Devise : Aucune[B] Hymne : Aucun[C] L’Empire à son apogée en 1812 (en bleu foncé, la France ; en bleu clair, ses territoires vassaux). Le Premier Empire se distingue des autres régimes politiques de l'Histoire de France d'abord par son originalité (il inaugure un système politique alors inédit en France, l'Empire), ensuite par sa belligérance (les guerres napoléoniennes voient la France affronter successivement cinq coalitions de 1805 à 1815). C'est le premier des deux empires français établis au profit de la dynastie des Bonaparte. L’Empire commence le , quand le sénatus-consulte proclame Napoléon Bonaparte « empereur des Français ». Histoire[modifier | modifier le code] Ingres, Napoléon sur son trône impérial. Du Consulat à l'Empire[modifier | modifier le code] En 1799, Napoléon Bonaparte est nommé Premier Consul.

Terreur blanche (France) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean-Lambert Tallien. Dans ce cadre, la presse modérée et royaliste se déchaîne contre les terroristes, de même que les pamphlétaires hébertistes, comme Gracchus Babeuf (du moins, jusque vers mi-, où l'on assiste à un retournement d'alliances, unissant jacobins et babouvistes). Le député Louis Fréron, représentant de la Convention dans le Midi avec Barras en 1793, où il s'était distingué par sa violence et ses rapines, fait reparaître à partir du l'Orateur du Peuple, dont il fait l'organe de la propagande réactionnaire et où il fait preuve d'un antijacobinisme virulent. Jean-Baptiste Louvet de Couvray. Les bagarres se multiplient entre la jeunesse dorée et les républicains, jacobins ou non, particulièrement avec les soldats permissionnaires ou de l'Hôtel des Invalides, notamment le , au Palais-Égalité (le Palais-Royal). Peu à peu, ces groupes s'enhardissent, attaquant de jour.

Révolution française Prise de la Bastille le 14 juillet 1789 par Hoüel. Les guerres de la Révolution française, qui ont touché une large partie de l’Europe continentale, ont propagé les idées révolutionnaires et contribué à l'abolition de la société d'ordres en Europe occidentale, dans les « républiques sœurs » puis dans toute l'Europe. La Révolution française diffère des autres révolutions par ses exigences universalistes en ce qu'elle est destinée à bénéficier à toute l'humanité[1]. Chronologie et périodisation La France dans les années 1780 La société française Organisation des trois ordres de la féodalité. Au XVIIIe siècle, l'essor de nouvelles catégories sociales dans les villes et dans les gros bourgs est indéniable. Cependant, face à cette concurrence, la noblesse réimprime le principe de la supériorité de la naissance sur la fortune et l'instruction : c’est la réaction seigneuriale et nobiliaire. Résistance à la monarchie absolue et désir de réforme 1789 : fin de la monarchie absolue et de l’Ancien Régime

Première Restauration Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le nouveau régime est constitutionnel : il s'agit en effet, pour réconcilier le pays, de mêler le retour à la monarchie avec certains des acquis majeurs de la Révolution française. Pour ce faire, le souverain octroie aux Français la Charte de 1814. Le pouvoir royal est rétabli tout en préservant une part des droits individuels acquis durant la Révolution. Durant sa courte existence, le régime tente de réconcilier le pays. Cette méthode déçoit les monarchistes les plus extrêmes, qui espéraient une vengeance pour les torts subis pendant la période révolutionnaire, tandis que le retour en puissance de l’Église et la réduction de la taille des armées créent rapidement des ennemis au régime. C'est dans ce contexte que Napoléon Ier débarque en France le 1er mars 1815. De l'Empire au retour de la monarchie[modifier | modifier le code] Une situation politique confuse[modifier | modifier le code] Les alliés ont quant à eux des intérêts divergents.

Louis-Philippe Ier Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Louis-Philippe Ier de France, né le à Paris, sous le nom de « Louis-Philippe d’Orléans » et mort le à Claremont (Royaume-Uni) est l’ultime roi ayant régné en France, avec le titre de « roi des Français ». Dix-huit ans à la tête d’un royaume en profondes mutations sociales, économiques et politiques, Louis-Philippe – par la monarchie de Juillet – a tenté de pacifier une Nation profondément divisée avec les armes de son époque : mise en place d’un régime parlementaire, accession de la bourgeoisie aux affaires manufacturières et financières, permettant un essor économique de première importance en France (révolution industrielle). Avant 1830[modifier | modifier le code] Naissance et éducation[modifier | modifier le code] Le partisan de la Révolution[modifier | modifier le code] Il tente de persuader son père de ne pas participer au procès de Louis XVI. Le proscrit[modifier | modifier le code] Prince du Sang (1814-1830)[modifier | modifier le code]

monarchie de Juillet Régime monarchique constitutionnel instauré en France après les journées des 27, 28, 29 juillet 1830 et dont le souverain, Louis-Philippe Ier, fut renversé par la révolution de février 1848. 1. Une monarchie bourgeoise Le nouveau régime est installé le 9 août 1830 après les journées insurrectionnelles des 27, 28 et 29 juillet 1830 (→ les Trois Glorieuses) qui ont suivi la publication des quatre ordonnances et provoqué ainsi la chute du régime de Charles X. Une proclamation rédigée par Thiers, rédacteur du journal le National, propose la nomination du duc d'Orléans et offre ainsi une solution aux députés de l'opposition libérale et à la nouvelle commission municipale qui ne veulent pas d'une république. Après une révision de la Charte approuvée le 7 août, le duc d'Orléans s'engage à la respecter, et, le 9 août, il est proclamé roi des Français sous le nom de Louis-Philippe Ier. 2. 2.1. 2.2. Le régime représentatif est étendu grâce à de nouvelles lois. 2.3. 3. 3.1. 3.2. 3.3. 4. 4.1. 4.2.

Cent-Jours Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Cent-Jours sont la période de l'histoire de France comprise entre le retour en France de l'empereur Napoléon Ier, le 1er mars 1815, et la dissolution de la Commission Napoléon II, chargée du pouvoir exécutif après la seconde abdication de Napoléon Ier, le [1]. Du 1er au 20 mars 1815, c'est la reconquête du pouvoir par Napoléon, après son débarquement dans le golfe Juan et sa marche vers Paris. Cette période est surnommée « le vol de l'Aigle » par l'historiographie favorable à l'empereur. Du 20 mars au 22 juin 1815, c'est le second règne impérial de Napoléon Ier. Le retour de l'empereur[modifier | modifier le code] La condamnation à l’exil[modifier | modifier le code] Napoléon quittant l’île d’Elbe, le 26 février 1815. En février et mars 1814, l'Empereur Napoléon défend ses possessions, contre toute l'Europe coalisée. Le voyage de retour[modifier | modifier le code] Grenoble, plaque de la route Napoléon.

Related: