background preloader

Http://​www​.france​-palestine​.org - Association France Palestine Solidarité

Http://​www​.france​-palestine​.org - Association France Palestine Solidarité
Confé­rence de presse : lan­cement de la cam­pagne fran­çaise pour la libé­ration de Marwan Bar­ghouthi et de tous les pri­son­niers poli­tiques palestiniens jeudi 10 avril 2014 Le lan­cement de la cam­pagne fran­çaise pour la libé­ration de Marwan Bar­ghouthi et de tous les pri­son­niers poli­tiques pales­ti­niens a eu lieu aujourd’hui dans le cadre d’une confé­rence de presse en pré­sence de Fadwa Bar­ghouthi, res­pon­sable de la cam­pagne inter­na­tionale et de Majed Bamya, chargé des pri­son­niers auprès du Ministère des (...) Toutes les actualités Toutes les analyses Littérature et poésie

http://www.france-palestine.org/

Related:  Israel/Palestine Partie 2

Naftali Bennett, ministre de l'Économie israélien: "J'ai tué beaucoup d'Arabes dans ma vie. Et il n'y a aucun problème avec ça" INTERNATIONAL - Alors que les négociations de paix directes entre Israéliens et Palestiniens, gelées depuis trois ans, reprennent lundi soir à Washington , le ministre de l'Economie israélien s'est fendu de propos d'une rare violence. Après que le gouvernement israélien a approuvé dimanche la libération de 104 prisonniers palestiniens en signe de bonne volonté, ouvrant la porte à ces nouvelles négociations, Naftali Bennett -qui dirige aussi le parti politique ultra-nationaliste et sioniste religieux d'extrême droite Le Foyer juif- a déclaré préférer que l'on tue ces prisonniers palestiniens plutôt que de les traduire en justice. LIRE AUSSI : Les négociations de paix israélo-palestiniennes reprennent

A propos du site : Mentions légales - Service-public.fr Les mentions légales obligatoires concernant service-public.fr et mon.service-public.fr sont indiquées sur cette page conformément à la loi pour la confiance dans l’économie numérique (LCEN) de juin 2004. Mentions légales obligatoires Identification de l’éditeur Direction de l’information légale et administrative 26, rue Desaix 75727 Paris Cedex 15 Standard : 01 40 58 75 00 N° SIREN : 130-009-186 N° SIRET : 130-009-186 00011 Code APE : 5813Z / Édition de journaux Directeur de la publication Israël Flash: informations et analyses sur Israël Terrorisme : Des criminels islamistes veulent faire la peau en France et en Europe à des opposants tunisiens dont Salem Benammar C’est avec stupeur que Salem Benammar m’a appris il y a quelques jours que sa tête était mise à pris, que des menaces de mort lui sont lancées par des islamistes tunisiens. Salem Benammar intervient sur le site Israël-flash, Dreuz, Europe-Israël, Riposte laïque, Tunisie info entres autres. Cet opposant au... Lettre ouverte à Monsieur le Président des Consistoires……. ………….à propos de la Lettre des Communautés juives du 20 mars 2014 – 18 Adar II 5774, concernant le rassemblement républicain de la Place du Trocadéro le 19 Mars 2014 à Paris Rassemblement républicain à la place du Trocadéro A 18 heures avait lieu, place du Trocadéro à Paris,... Vidéo du grand tunnel de la terreur a Gaza, le rêve des Arabes de détruire Israël Pauvres Gazaouis qui nous dit-on qui n’ont pas de béton pour construire des maisons, oui les pauvres !

Bientôt une loi pour condamner l'obsolescence programmée ? Et si la stratégie de réduire délibérément la durée de vie d'un produit devenait un délit passible de deux ans de prison et/ou d’une amende de 37 500 euros ? Voilà ce que propose le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé. Rappelez-vous la série de reportages TV qui pointaient du doigt les questions d'obsolescence programmée, notamment dans les téléviseurs, en accusant les constructeurs d'implanter délibérément des composants à durée de vie réduite, programmés pour mourir après le délai de garantie. Un constat dont nous n'étions pas les seuls à nous émouvoir et qui a, par ailleurs, donné naissance à un dossier dédié au nom évocateur : Réparations TV, SAV, extensions de garantie : faites réparer en cas de panne !

La Lutte contre les discriminations dans le domaine de l’emploi, du logement, de l’éducation et de l’accès aux biens et services, sur la base de 20 critères prohibés par la loi : La Lutte contre les discriminations Le Défenseur des droits combat les inégalités fondées à partir des 19 critères prohibés par la loi, comme l’origine ou le handicap, dans le domaine de l’emploi, du logement, de l’éducation et de l’accès aux biens et services. Discrimination sur l’engagement syndical dans une entreprise de fruits et légumes Le poète israélien Natan Zakh a déclaré : « J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste » Le 10 novembre 2013, le journal hébreu Yediot Ahronot a rapporté que le grand poète israélien Natan Zakh a déclaré que le sionisme a échoué à réaliser son objectif. Selon lui, « l’Etat du lait et du miel » promis n’est maintenant que mal et corruption. Il a par ailleurs appelé à boycotter les colonies sionistes. « Si j’avais su que le sionisme se concrétiserait dans un pays qui vit par l’épée, je serais resté en Europe. J’ai fui d’un Etat nazi pour me retrouver dans un Etat fasciste », dit-il.

Accord Haavara Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'accord Haavara (en hébreu הסכם העברה, Heskem Haavara, littéralement « accord de transfert ») est un accord signé le 25 août 1933 après trois mois de négociations entre la Fédération sioniste d'Allemagne, la Banque anglo-palestinienne (sous les ordres de l'Agence juive, une agence exécutive officielle en terre palestinienne) et les autorités économiques du régime de l'Allemagne nazie. L'accord a été conçu pour faciliter l'émigration des Juifs allemands vers la Palestine. Aidant les Juifs à émigrer, il les force à abandonner la plupart de leurs possessions à l'État allemand avant le départ. Ces actifs, selon l'accord, pouvaient être obtenus plus tard, en les transférant en Palestine comme biens d'exportation allemands. Les accords fonctionneront jusqu'en 1942.

Ça sent la relève : Haifaa Al-Mansour, réalisatrice de “Wadjda” - Cinéma Ironie de l’histoire : l'un des premiers films tournés en Arabie saoudite l’aura été par une femme, cette engeance à laquelle la monarchie islamique ne reconnaît pas même le droit de conduire. Nous avons rencontré Haifaa Al-Mansour, la réalisatrice de Wadjda ou l'histoire d'une jeune saoudienne qui voulait un vélo à tout prix. Comment devient-on une femme réalisatrice dans un royaume où le chromosome Y est souverain, et le cinéma, banni ? » Fusillade de Bruxelles : des ex-agents secrets israéliens parmi les victimes Attentat antisémite ou assassinat ciblé? Suite aux révélations de la presse israélienne, Panamza apporte de nouveaux détails au sujet de deux victimes de la fusillade perpétrée au Musée juif de Bruxelles. Le 26.05.2014 à 19h09 Ce lundi, The Forward, quotidien juif américain, évoque sur son site une piste troublante à propos de la tuerie survenue samedi au Musée juif de Bruxelles: celle d'un "assassinat politique". Le double motif d'une telle spéculation: le tireur muni d'une petite caméra GoPro s'apparenterait à un "tueur professionnel" selon certains experts sollicités et plusieurs médias israéliens ont divulgué -au cours des dernières heures- des informations particulières quant au profil de deux victimes (sur les quatre). Rédigé à partir d'une dépêche de Reuters, le papier de The Forward passe néanmoins sous silence certains éléments singuliers rapportés par l'agence de presse.

Déclaration Balfour de 1917 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Balfour et le texte de la Déclaration. La Déclaration Balfour de 1917 est une lettre ouverte adressée à Lord Lionel Walter Rothschild (1868-1937), publiée le par Arthur James Balfour, le ministre britannique des Affaires Étrangères, en accord avec Chaim Weizmann, alors président de la Fédération Sioniste[réf. nécessaire] et qui sera élu en 1948 président de l'État d'Israël. Par cette lettre, le Royaume-Uni se déclare en faveur de l'établissement en Palestine d'un foyer national pour le peuple juif avec le respect des communautés non juives sur le territoire. Cette déclaration est considérée de facto comme une des premières étapes dans la création de l'État d'Israël[1].

« Le malheur français, c’est quelque chose qu’on emporte avec soi » Claudia Senik, avril 2013 - Audrey Cerdan/Rue89 Claudia Senik est professeur à l’université Paris-Sorbonne et à l’Ecole d’économie de Paris (PSE, Paris School of Economics). Ses recherches portent sur un domaine singulier : « l’économie du bonheur ». Comme l’écrit Sylvie Kauffmann dans sa chronique du Monde (« La France ne fait pas le bonheur (suite) », mardi 2 avril), « nul n’est prophète en son pays ». Le 28 octobre 2011, Claudia Senik avait publié sur LeMonde.fr les premiers résultats de son étude rédigée en anglais, « The French Unhappiness Puzzle : the Cultural Dimension of Happiness » (« Le mystère du malheur français : la dimension culturelle du bonheur »), sans que cela ne fasse grand bruit. Le 24 mars dernier, The Observer, hebdo britannique, publie un article, également mis en ligne sur le site du Guardian, « C’est leur culture qui rend les Français moroses » ; un journaliste avait repéré que la chercheuse était invitée le 3 avril à donner une conférence à Londres.

Israël lâché par ses alliés Un mardi noir. C'est probablement ainsi que Benyamin Netanyahou se souviendra de ce 3 juin. En l'espace de quelques heures, et quasiment les unes après les autres, les grandes puissances ont annoncé soutenir le gouvernement palestinien d'unité nationale qui avait prêté serment la veille devant le président Abbas. Les premiers à ouvrir le bal de cette reconnaissance internationale furent les États-Unis. Vinrent ensuite l'Union européenne, les chefs de diplomatie de la France et de la Grande-Bretagne, le secrétaire général de l'ONU puis la Russie. Mais aussi la Chine et l'Inde.

Related:  MONDE