background preloader

Www.mediapart.fr/files/CastoriadisChrisMarker.pdf

Www.mediapart.fr/files/CastoriadisChrisMarker.pdf
Related:  Cornelius Castoriadis

Association Castoriadis «Chris Marker, en mémoire» Dialector - Thoma Vuille et Louise Traon Montréal 30s d’interlude - 2006 Portrait écrit : Remo Forlani Portrait photo : Sylvie Biscioni Extrait du livre “Changement de bobines” éditions Denoël oct 1995 Vidéo de Zoheir Mefti 15 minutes, 23 août 2012 Rire des enfants, discrétion des esclaves, austérité des vierges, horreur des figures et des objets d’ici… Voici le temps des Assassins. A l’aube du 22ème siècle, un homme, C711, est surveillé de près par les agents du gouvernement. Film hommage à Chris Marker, mort récemment, ce film s’inscrit dans la logique du cycle de science-fiction expérimentale. ——-At the dawn of the 22nd century, a man, C711, is closely monitored by government agents. Film tribute to Chris Marker, died recently, this film is part of the logic of the experimental cycle of science fiction. July 29th, 2012. A short documentary by Céline Balandard & Fabien Dapvril. with the voice of Vincent Remoissenet. Produced by Tepaklap.Written by Céline Balandard.

Insignifiance et capitalisme Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c’est l’insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens. Les uns et les autres disent la même chose. Depuis 1983, les socialistes français ont fait une politique, puis M. Balladur a fait la même politique ; les socialistes sont revenus, ils ont fait, avec Pierre Bérégovoy, la même politique ; M. Les responsables politiques sont impuissants. Il y a un lien intrinsèque entre cette espèce de nullité de la politique, ce devenir nul de la politique et cette insignifiance dans les autres domaines, dans les arts, dans la philosophie ou dans la littérature. La politique est un métier bizarre. Rien ne garantit que quelqu’un qui sache gouverner sache pour autant accéder au pouvoir. Il y a la merveilleuse phrase d’Aristote : « Qui est citoyen ? On observe un recul de l’activité des gens.

Chris Marker — Notes from the Era of Imperfect Memory Castoriadis : Stopper la montée de l’insignifiance | Blog officiel de Serge Letchimy Ce qui caractérise le monde contemporain ce sont, bien sûr, les crises, les contradictions, les oppositions, les fractures, mais ce qui me frappe surtout, c’est l’insignifiance. Prenons la querelle entre la droite et la gauche. Elle a perdu son sens. Les responsables politiques sont impuissants. La politique est un métier bizarre. Je dis « pseudo-démocratie » parce que j’ai toujours pensé que la démocratie dite représentative n’est pas une vraie démocratie. Il y a la merveilleuse phrase d’Aristote : « Qui est citoyen ? On observe un recul de l’activité des gens. Et que font beaucoup d’intellectuels ? Les libéraux nous disent : « Il faut faire confiance au marché. » Mais les économistes académiques eux-mêmes ont réfuté cela dès les années 30. Cornelius Castoriadis. Propos recueillis par Daniel Mermet.

Chris Marker - Cornelius Castoriadis : une leçon de démocratie Je viens de recevoir de plusieurs d'entre vous ce texte extra-ordinaire (qui court déjà sur le net, bien sûr). Je les en remercie vivement. Je vous parle souvent de Castoriadis lors de nos rencontres, et c'est donc encore de lui que je vais vous parler aujourd'hui, avec ce texte REMARQUABLE publié par Médiapart, au format PDF. Vous allez voir la quantité impressionnante de connexions qu'il y a entre cette pensée et la mienne ; il faut dire que je m'en nourris, littéralement, ceci expliquant cela Cornelius est un des philosophes dont je me sens le plus proche. Un grand homme. Allez, je me tais, et je vous laisse lire (et relire) cette merveille. Chris Marker - Cornelius Castoriadis : une leçon de démocratie C'était en 1989. (La transcription intégrale de cet entretien se trouve dans les pages suivantes et peut être téléchargée ici, en fichier PDF) L'invention grecque de la démocratie directe L'héritage de la chouette Il y a d’abord le mot lui-même : démocratie, démos, Kratos.

Castoriadis et l’autonomie, par Baptiste Eychart (Le Monde diplomatique, mars 2015) L’historien Pierre Vidal-Naquet écrivait de l’œuvre de son ami Cornelius Castoriadis (1922-1997) qu’elle pouvait être placée sous le « triple signe de Thucydide, de Marx et de Freud ». Philosophe français d’origine grecque, ayant exercé comme psychanalyste pendant de nombreuses années, Castoriadis a développé une pensée qui s’est voulue inextricablement philosophique, anthropologique et politique. En éclairant son cheminement intellectuel et l’élaboration de ses notions-clés, la riche biographie de François Dosse (1) permet de comprendre ce qui l’a mené de l’animation d’un groupe et d’une revue d’extrême gauche antistalinienne, Socialisme ou barbarie (1949-1967), à une rupture publique avec le marxisme, afin, selon ses termes, de « rester révolutionnaire ». Elle invite également à mesurer la pertinence de ses concepts, et leur influence. Une partie de l’œuvre de Castoriadis publiée chez 10/18 était épuisée. On peut ne pas être convaincu par la problématique d’une société « autonome ».

Marker est mort, chat alors ! Soyons respectueux, mais soyons prudents : Chris Marker est peut-être mort, dimanche 29 juillet, chez lui, à Paris, le jour même de son 91e anniversaire. Peut-être mort, car on aimerait en douter, mais aussi pour rendre un hommage approprié à sa très versatile personne, à sa très ondoyante identité, cette capacité qu’a toujours démontrée Chris Marker à organiser son propre effacement, sa propre disparition, bien avant que la mort n’en décide. Avant d’être une suite factuelle d’événements tangibles, la biographie de Chris Marker est donc à considérer d’abord comme le champ d’intervention, libre et mouvant, d’un artiste multipolaire, où les dédoublements, les inventions et les avatars se confondent avec les faits. Ceux-ci nous enseignent que Chris Marker est né sous l’état civil de Christian-François Bouche-Villeneuve, le 29 juillet 1921 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine), et non à Oulan-Bator, capitale de la Mongolie, comme il s’est amusé à le faire croire. Le militant L’éminence Grise ?

La politique est-elle un métier ? (3) : Castoriadis, la démocratie est-elle l’affaire de tous ? Que peut encore nous apprendre la démocratie athénienne, du temps où s'inventaient simultanément la philosophie et la démocratie ? Pour Castoriadis, ce temps de création collective, de vitalité politique et de remise en question des institutions incarne ce qu'il appelle "autonomie", la prise en charge par une société entière de son propre destin démocratique. D'où le problème que pose la bureaucratie, l'accaparement du projet politique entre les mains d'un petit nombre, faisant obstacle à l'avènement de la démocratie, au sens où celle-ci serait véritablement l'affaire de tous. Le texte du jour Mais il ne faudrait pas croire pour autant que les oligarchies dominantes, capitalistes ou politiciennes, violent partout et toujours un peuple innocent, à son corps défendant. Cornelius Castoriadis, Une société à la dérive, Seuil, 2005, « Les enjeux actuels de la démocratie » (1986), p. 157 Lecture - Cornelius Castoriadis, Ce qui fait la Grèce I. Extraits - Brazil, film de Terry Gilliam (1985)

Seuil - Hommage à Chris Marker Chris Marker au Seuil. Par Hervé Serry Chris Marker a été proche des éditions du Seuil durant une décennie. Après la guerre, les affinités qui le lient à cette jeune maison d’édition fondée en 1935 et marquée par son engagement catholique, à ses fondateurs et patrons, Paul Flamand et Jean Bardet à ses collaborateurs et auteurs, à ses réseaux, sont nombreuses. Paul Flamand et Jean Bardet réunis pour un portrait réalisé au milieu des années 1970. « Chris Marker est né le 21 juillet 1921 à l’Ile-aux-Moines. Divers témoignages révèlent que Christian Bouche-Villeneuve manifeste dès l’adolescence un vif intérêt pour la littérature[3]. Avant cela, durant les « années noires », installé à Vichy où son père travaille dans l’administration d’un ministère, il fonde et dirige sous le nom de Marc Dornier une éphémère revue d’étudiants, La Revue française. Couverture d'un volume de la série des livres de l'association "Peuple et culture" publiée par le Seuil. Chris Marker et Bégnigno Cacérès.

BALLAST | Castoriadis ou l'autonomie radicale Texte paru dans le n° 1 de la revue Ballast (hiver 2014) Penseur tout-terrain, colosse d’érudition, révolutionnaire un temps trotskyste — mais toute sa vie partisan de la démocratie directe, notamment au travers des Conseils ouvriers —, Cornélius Castoriadis nous donne du grain à moudre. Mais plus qu’à la simple réflexion, c’est avant tout à l’action politique qu’invite cet intellectuel d’origine grecque, disparu en 1997. Nous ne relèverons pas le défi. « Sa postérité intellectuelle a cela d’étrange qu’elle couvre une bien vaste partie de l’arc philosophico-politique, de gauche à droite. » Paradoxe de sa postérité : à la fois importante et méconnue. Postérités Extrait d’une peinture de Nicolas de Staël Nous voyons là le caractère difficilement classable d’un tel courant de pensée. « Rester marxiste ou révolutionnaire » « C’est bien par critique révolutionnaire qu’il se sépara définitivement de toutes les formes de marxisme existantes, comme de Marx lui-même. »

Related: