background preloader

8h15 6 AOUT 1945 : Hiroshima

8h15 6 AOUT 1945 : Hiroshima
Retour sommaire L'atome au service de la guerre Jamais une découverte scientifique n'a été si rapidement appliquée, jamais de tels moyens financiers et humains n'ont été mis au service d'une aventure techno-scientifique. Tout cela dans un seul but: la bombe atomique. Ce 6 août 1945 à 2 heures 30 locale, la météo sur Hiroshima étant satisfaisante, le bombardier B 29 Enola Gay décolle de l'aéroport militaire américain de Tinian, dans les îles Mariannes. Le commandant Tibbets, qui s'entraîne depuis des mois à cette mission, est le seul de l'équipage à connaître la nature de la bombe de quatre tonnes qu'il transporte dans ses soutes. A 8 h 15, la bombe est larguée sur Hiroshima; elle explose quarante-cinq secondes plus tard, à 600 m d'altitude au-dessus du centre de la ville. L'énergie née de la fission nucléaire se libère de trois façons: 35 % sous forme d'énergie thermique, 50 % emporté par l'onde de choc et le souffle, et 15 % émis sous forme de radiations nucléaires. Répétition générale Related:  2ème guerre mondialeGuerre 39 - 45 - A ClasserWW1///WW2....

Info Après la capitulation du Japon, en 1945, les responsables de ces crimes de guerre ont bénéficié de la protection des services secrets américains, en échange des informations résultant de leurs expériences. L’Armée américaine redoutait déjà une guerre avec l’Union soviétique et préférait garder secret ce qu’elle apprenait des scientifiques japonais en matière de guerre biologique. Au cours de la guerre de Corée, l’Armée des Etats-Unis, conseillée par les criminels de guerre japonais qu’elle avait protégés, a lancé des attaques biologiques contre les régions occupées par les troupes communistes. Les débuts flatteurs d’un savant fou japonais Né le 25 juin 1892, Shiro Ishii a suivi des études de médecine à l’Université impériale de Kyoto, au Japon. Ensuite, il s’est engagé dans la Garde impériale, en qualité de chirurgien militaire. A partir de 1924, Shiro Ishii s’est spécialisé dans la recherche bactériologique, la sérologie, la médecine préventive et la pathologie. Travaux secrets Shiro Ishii

Affiches Seconde Guerre < Archives nationales - Page d'accueil Affiches du ComitÉ d'histoire de la Seconde Guerre mondiale Le Comité d'histoire de la Seconde Guerre mondiale est né en décembre 1951 de la fusion de la Commission d'histoire de l'Occupation et de la libération de la France, la CHOLF, et du Comité d'histoire de la guerre, créés respectivement en octobre 1944 et en juin 1945 pour préserver la mémoire des années 1939-1945. Rattaché à la Présidence du Conseil et doté d'un important réseau de correspondants en province, ce nouvel organisme, animé par l'historien Henri Michel, était principalement chargé de susciter des témoignages sur divers aspects de la Résistance et de l'Occupation, tout en coordonnant des enquêtes et des publications sur la seconde guerre mondiale. Il avait aussi vocation à recueillir les archives personnelles des acteurs de la période.

Le monde sous les bombes : de Guernica à Hiroshima A l’heure où Donald Trump reçoit les codes de l’arme nucléaire, France 3 propose de voir le documentaire d'Emmanuel Blanchard, "Le Monde sous les bombes", de Guernica à Hiroshima A l’heure où Donald Trump reçoit les codes de l’arme nucléaire. A l’heure où les ruines d’Alep, ville foudroyée, rongent nos consciences, France 3 propose de revivre en archives les grands bombardements du XXe siècle, de Guernica à Hiroshima, à l’aune de deux critères qui échappent aux manuels d’Histoire : la bombe, dès ses balbutiements, serait arme de terreur psychologique. ► LE PROGRAMME Le Monde sous les bombes. La terreur que suscitent les bombes 26 avril 1937 : 24 bombardiers décollent pour une mission d’un nouveau type, objectif : tester l’effet du bombardement sur une petite ville sans importance militaire,Guernica. On commence par instaurer la terreur policière dans le ciel au milieu des colonies où s’essayent toutes les grandes nations européennes. L'expérimentation d’une forme de guerre à distance

Je déteste: Hiroshima et Nagasaki « Le dernier Québécois Il y a parfois des gens qui me demandent: « Louis, pourquoi sembles-tu détester les États-Unis à ce point? » Et je leur réponds: « Parce qu’ils sont parmi les pires criminels du dernier siècle et que leurs actions sont responsables de la mort de millions de personnes ». Et inévitablement, on cherchera des arguments pour disculper le pays en relatant les atrocités – réelles – commises par d’autres pays. Car si celles-là sont bien connues, relayées par des médias complaisants et un cinéma chauvin, on connaît bien moins les crimes commis par le pays de l’Oncle Sam. Voici donc le premier texte d’une possible série sur le sujet. L’Histoire officielle, c’est-à-dire celle des vainqueurs, nous a appris que ce seraient les deux bombes atomiques lâchées par les Etats-Unis sur Hiroshima et Nagasaki, les 6 et 9 août 1945, qui auraient mis fin à la seconde guerre mondiale. Rien n’est plus éloigné de la réalité. En effet, la guerre était déjà gagnée. Pourtant, il existait des alternatives.

Histoire. Unité 731. Les médecins maudits de l’armée japonaise. Terra Nova L’unité 731 C’est récemment seulement que l’ampleur et l’horreur des expériences menées ont été révélées. Les agissements de cette équipe de « savants » pervers n’ont d’égal que ceux des médecins nazis dans les camps de concentration. Le laboratoire de la mort est installé dans l’Etat du Mandchoukuo, à Pingfan, au sud de Harbin. Au plus fort de son activité, à partir de 1938, le complexe regroupe des milliers de collaborateurs. Dans un des bâtiments, le « bloc Rô », les chercheurs font des expériences sur des êtres humains. Harbin est une ville qui constitue la source de recrutement des victimes. Le général Shiro Ishii, bactériologiste et responsable de l'unité 731 Mais, on sait que des soldats Américains, Australiens, Néo-Zélandais et Anglais, incarcérés dans le camp de Moukden, à 500 km de Pingfan ont également été victimes de ces savants fous. Les cobayes humains Lorsque les prisonniers arrivent dans le bloc Rô, c’est pour ne plus en sortir vivants. La fin du cauchemar L'unité 731

Unité 731 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le complexe de l'Unité 731. Créée par mandat impérial, l'Unité 731 (731 部隊, Nana-san-ichi butai?) était une unité militaire de recherche bactériologique de l'Armée impériale japonaise. Officiellement, cette unité, créée en 1925 et dirigée par Shirō Ishii se consacrait « à la prévention des épidémies et la purification de l'eau », mais elle effectuait en réalité des expérimentations sur des cobayes humains comme des vivisections sans anesthésie ou des recherches sur diverses maladies comme la peste, le typhus et le choléra en vue de les utiliser comme armes bactériologiques[1]. Il est estimé que les expérimentations bactériologiques pratiquées au Mandchoukouo, notamment par largage par avion, ont produit entre 300 000 et 480 000 victimes[2]. Un projet secret d'armement bactériologique[modifier | modifier le code] Les cobayes humains de Shirō Ishii[modifier | modifier le code] Trois mille personnes furent sacrifiées à Pingfang.

Hiroshima, la véritable histoire Les noms sont entrés dans la mémoire collective, et ils résonnent encore de manière macabre. Le projet atomique américain s’appelait "Manhattan Project", la bombe "Little Boy", et l’avion qui a ouvert sa soute "Enola Gay". Le 6 août 1945, sur ordre du président Truman, un bombardier B-29 largue sur Hiroshima la première arme nucléaire jamais utilisée lors d’une guerre. "Il y eut un anneau de feu rouge et aveuglant. Je ne devrais pas le dire, mais c’était magnifique", dit aujourd’hui un des survivants. Test grandeur nature Cette investigation ambitieuse éclaire aussi bien les motivations réelles des Américains que les conséquences sociales, sanitaires et environnementales du désastre.

Bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki ont eu lieu les 6 et à l'initiative des États-Unis après que les dirigeants japonais eurent rejeté les conditions de l'ultimatum de Potsdam[1],[2]. C'est finalement le 14 août, entre autres à la suite de la destruction de ces deux villes[3], que le gouvernement japonais céda[4]. La Seconde Guerre mondiale se conclut officiellement moins d'un mois plus tard par la signature de l'acte de capitulation du Japon le . Ce sont les seules utilisations d'armes nucléaires en temps de guerre à ce jour. Le nombre de personnes tuées par l'explosion, la chaleur, et l'incendie géant consécutifs est difficile à déterminer et seules des estimations sont disponibles. Les justifications des bombardements ont été le sujet de nombreux débats et controverses. Les survivants des explosions, les hibakusha, sont devenus le symbole d'une lutte contre la guerre et les armes atomiques à travers le monde.

Shirō Ishii Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Shirō Ishii (石井 四郎, Ishii Shirō?, 1892-1959) était le lieutenant-général de l’unité 731, chargée de la recherche sur les armes bactériologiques pendant la Seconde Guerre sino-japonaise. Il poussa le Japon à adopter une stratégie de guerre bactériologique alors que le pays était signataire de la Convention de Genève de 1925 interdisant le recours aux armes chimiques. Il fut la clé de voûte de l'organisation de programmes massifs d'expérimentations biomédicales, sur des cobayes humains notamment[1]. Jeunesse et années d'études : 1892-1920[modifier | modifier le code] Shiro Ishii naît le 25 juin 1892 dans l’ancien village de Chiyoda dans la préfecture de Chiba au Japon (à deux heures de voiture du centre actuel de Tokyo[2]) dans une famille de riches propriétaires terriens[3]. Débuts dans l'armée : 1922-1932[modifier | modifier le code] En 1930, de retour d'Europe, Ishii est promu commandant. Le camp de Pingfang : 1938-1945.

Guerre du Pacifique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La guerre du Pacifique comprend les campagnes menées à partir de 1941 en Extrême-Orient, dans les pays bordant l’océan Pacifique et dans cet océan, dans le cadre de l'affrontement entre les Alliés et l'Empire du Japon. La politique expansionniste du Japon visait l'ensemble de la région. Cette guerre englobe l'ensemble des opérations militaires menées sur les fronts est-asiatique et océanien de la Seconde Guerre mondiale. L'extension du conflit à partir de sa base continentale en Chine et en Indochine, débute en décembre 1941, à partir de l'entrée en guerre officielle de l'Empire du Japon contre les États-Unis, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et l'Australie. Prélude[modifier | modifier le code] Rivalité entre le Japon et la Chine[modifier | modifier le code] Au Japon, les répercussions de la Grande Dépression et une série de coups d'état entrainent la chute du gouvernement civil et la prise de contrôle par les militaires.

Related: