background preloader

Le papier contre l’électronique (4/4) : Qu’est-ce que lire

Le papier contre l’électronique (4/4) : Qu’est-ce que lire
Dans cette bataille d’arguments sur les vertus de la lecture selon les supports, un excellent papier du New York Times essaye dépassionner le débat en se référant aux derniers travaux des chercheurs sur le sujet. Pour son auteur, Motoko Rich, tout l’enjeu consiste au fond à redéfinir ce que signifie lire à l’ère du numérique. Quels sont les effets de la lecture en ligne sur nos capacités de lecture ? A l’heure où les résultats aux tests de lectures des plus jeunes dégringolent, beaucoup enfants passent désormais plus de temps à lire en ligne qu’à lire sur papier. La tendance serait de lier l’un à l’autre, mais peut-on au contraire y trouver l’amorce d’une réponse ? On sait que, selon certaines statistiques fédérales américaines que cite l’auteur de l’article du New York Times, les jeunes qui lisent pour s’amuser, sur leur temps libre, ont un meilleur score à leurs tests de lecture que ceux qui ne lisent que dans le cadre scolaire. La fin de la lecture ? Hubert Guillaud

http://www.internetactu.net/2009/04/29/le-papier-contre-l%e2%80%99electronique-44-qu%e2%80%99est-ce-que-lire/

Related:  Lire ?Lecture numériqueAPRESUne baisse de la lecture ?

Le papier contre l’électronique (1/4) : Nouveau support, nouvelle culture Lit-on de la même manière sur un support de papier et sur un support électronique ? Le débat commence à être ancien : on pourrait le faire remonter aux critiques de Socrate à l’encontre de l’écriture à une époque où la transmission du savoir se faisait uniquement de manière orale. Elle se pose également en terme de conflit depuis la naissance de l’hypertexte, comme l’évoquait Christian Vandendorpe dans Du Papyrus à l’hypertexte. Un peu comme si deux mondes s’affrontaient : les anciens et les modernes. Le papier contre l’électronique (3/4) : Vers de nouvelles manières de lire Comme le résume bien le philosophe Larry Sanger – en réponse à l’inquiétude de Nicolas Carr se plaignant d’être devenu incapable de lire des documents longs à force de parcourir des formes courtes sur le web -, si nous ne sommes plus capables de lire des livres, ce n’est pas à cause d’un déterminisme technologique, mais uniquement à cause d’un manque de volonté personnelle. La question est alors de savoir : le média a-t-il un impact sur notre capacité de concentration ? Quel est l’impact du média sur notre capacité de concentration ? Pour l’écrivain Jeremy Hatch, qui pour seul bagage avance avoir lu les Confessions de Thomas De Quincey ou les mémoires de Tolstoy sur son PDA : « Notre capacité à nous concentrer sur un long texte ne dépend pas du média qui le délivre, mais de notre discipline personnelle et de l’objectif que nous avons quand nous lisons. « L’expérience de Jeremy est plutôt proche de la mienne », poursuit Kevin Kelly :

Ados : zéro de lecture ? Les études récentes sont formelles : bien souvent, arrivé à l'adolescence, un jeune abandonne le livre. Déplacement des centres d'intérêt ? Internet et autres écrans ? Explication d'un phénomène qui n'est pas sans paradoxe. Le papier contre l’électronique (2/4) : Lequel nous rend plus intelligent Suite de notre dossier sur ce qui oppose le papier à l’électronique. Après avoir constaté combien la question déclenchait de débats passionnés entre ceux qui viennent de la culture du livre et ceux qui vivent avec la culture du web, il est temps de nous mettre à comprendre l’impact des différences de support. Et notamment de nous demander vraiment si l’un des deux supports est capable de nous rendre plus intelligents. Le calme est bon pour l’esprit La psychologue et neurologue Maryanne Wolf est la directrice du Centre de recherche pour la lecture et le langage de la Tufts University.

Nicolas Carr : « Est-ce que Google nous rend idiot ? » En introduction à un dossier à paraître sur le papier contre l’électronique, il nous a semblé important de vous proposer à la lecture Is Google Making Us Stupid ?, l’article de Nicolas Carr, publié en juin 2008 dans la revue The Atlantic, et dont la traduction, réalisée par Penguin, Olivier et Don Rico, a été postée sur le FramaBlog en décembre. Dans cet article, Nicolas Carr (blog), l’auteur de Big Switch et de Does IT matter ?, que l’on qualifie de Cassandre des nouvelles technologies, parce qu’il a souvent contribué à un discours critique sur leur impact, part d’un constat personnel sur l’impact qu’à l’internet sur sa capacité de concentration pour nous inviter à réfléchir à l’influence des technologies sur notre manière de penser et de percevoir le monde.

Faut-il faire de la lecture une cause nationale? À quelques jours du salon du Livre, le Syndicat national de l'édition espère une mobilisation forte en faveur de la lecture. Le problème? De moins en moins de Français lisent des livres. C'est un paradoxe: moins de Français lisent des livres, mais leur attachement au livre reste exceptionnel. Le Syndicat national de l'édition (SNE), en partenariat avec le Centre national du livre, a fait ce constat lundi 17 mars à quelques jours de l'ouverture des portes du salon du Livre de Paris qui se tiendra du 21 au 24 mars. La baisse du nombre de lecteurs est rude: cinq points en trois ans, selon l'étude réalisée par Ipsos.

La convergence : des médias aux systèmes Henry Jenkins (blog, @henryjenkins) est professeur de communication, de journalisme et de cinéma à l’université de Californie du Sud. Longtemps directeur du programme d’Etudes comparées des médias au MIT, il est désormais responsable du projet New Media Literacies (que l’on pourrait traduire par “Alphabétisation aux nouveaux médias”). Il est surtout connu pour ses travaux sur les communautés de fans et la culture de la participation, mais également pour son analyse de la convergence médiatique. Sur ce sujet, son livre, Convergence Culture fait référence. Penser la (dé-)cohérence Dans leur grande majorité, les étudiants que nous accueillons dans nos formations universitaires à la « méthodologie universitaire » ou aux technologies de l’information et la communication (TIC) sont des « insérés » du numérique : ils écrivent des messages sur Facebook, ils envoient des e-mails et des SMS, ils utilisent fréquemment des moteurs de recherche. Conjointement, un grand nombre d’initiatives de formation de type C2i 1 ont visé une familiarisation avec les « techniques usuelles 2 » du numérique, structurées selon des compétences avant tout opérationnelles. Comme l’affirme Vincent Liquète, ces dispositifs de certification, instaurés depuis les années 1990 par les cours de TIC ou de méthodologie documentaire dans beaucoup d’universités, et souvent assurés en partenariat avec les bibliothèques, « s’inscrivent dans ce rapport mêlant préoccupations techniques et documentaires ». Expérimenter la lecture hypertextuelle

La lecture baisse-t-elle ? - La Croix On aimerait connaître comment évolue notre relation à l’écrit. On ne sait pas grand-chose sur l’écriture. Mais que sait-on sur la lecture dont l’évolution inquiète journalistes, libraires et enseignants ? "Le livre numérique de demain sera un livre Web" A quoi ressemble un livre numérique? La notion de "livre numérique" est un peu fourre-tout. On peut néanmoins distinguer deux grandes familles de livres numériques. Le nombre de lecteurs baisse de 5% en 3 ans en France Les Français restent attachés au livre papier. Doreen Salcher/shutterstock.com (Relaxnews) - "Alerte sur la lecture" titre Livres Hebdo dans son édition de vendredi 14 mars à propos des résultats d'une enquête exclusive effectuée par Ipsos pour le magazine spécialisé. Le taux de lecteurs en France a en effet chuté de 5 points, passant de 74% en 2011 à 69% aujourd'hui. Un constat qui s'explique par de nombreux changements dans les habitudes des Français. A quelques jours du Salon du livre de Paris qui se tient du 21 au 24 mars à la Porte de Versailles, le magazine Livres Hebdo publie une étude exclusive intitulée"Les nouveaux lecteurs", réalisée par Ipsos, avec le soutien du cercle de la librairie.

Related: