background preloader

Apparition de monnaies alternatives en Grèce boostées par le Net et l'Open Source

Apparition de monnaies alternatives en Grèce boostées par le Net et l'Open Source
Les systèmes d’échange local (ou SEL) existent depuis bien longtemps. Dans la situation actuelle de la crise européenne, ils pourraient bien retrouver une seconde jeunesse grâce au réseau et à son esprit libre. La montée des monnaies open source en Grèce Open-source currencies on the rise in Greece Zachary Caceres - 25 juillet 2012 - Radical Social Entrepreneurs(Traduction : Amine Brikci-N, brieuc, volk, Tonio, YoDigue, Mnyo, Gatitac, KarmaSama, Uflex) Dans l’ombre de la crise européenne, les habitants de la ville grecque de Volos prennent leur avenir monétaire en main. Theodoros Mavridis et d’autres Grecs à court d’euros ont mis en place un système de monnaie locale appelé TEM, acronyme pour « Unité Alternative Locale » en grec. Même si la Grèce est en panne d’euros, les Grecs ont encore des biens et des services utiles à s’échanger. C’est là que le TEM intervient Après avoir créé un compte, les membres échangent entre eux en utilisant les crédits TEM. Et si les choses empirent ?

« Voyageurs en transition Comment une ville peut devenir autosuffisante en fruits et légumes Cette histoire ressemble à une utopie, une ville imaginée par un sociologue pour décrire la communauté idéale, et pourtant tout est réel. A Todmorden, une commune d’Angleterre, les habitants cultivent leurs propres potagers dans des lieux publics qui le permettent avec l’objectif de devenir complètement auto-suffisant en quelques années. Aucun camion ou train ne transportera des légumes à Todmorden mais surtout, aucun citoyen ne récolte plus que ce dont il a besoin et tout le monde donne un coup de main en s’occupant régulièrement des différents espaces cultivés. Pour un horticulteur, visiter Todmorden est un plaisir pour les yeux, une ville tapissée de parterres et d’espaces verts où l’on peut admirer la croissance jour après jour de carottes, choux, laitues, oignons, pommes de terre et de potagers en tous genres, mais aussi d’arbres fruitiers et d’herbes aromatiques comme les framboises, les fraises, les abricots, le romarin, le basilic et bien d’autres.

Vivre sans argent : dans les Pyrénées, j'ai fait connaissance avec des néo-hippies Dans le jardin de Uli-Alto Uli-Alto est un village des Pyrénées espagnoles occupé depuis 4 ans par trois permanents français. Ils ont roulé leurs bosses, sont encore dans la première moitié de leur vie et relèvent chaque jour le pari fou de redonner vit à un village abandonné. Perché en haut de la vallée, c'est tout un monde qui vit là haut. Les gens de passage se suivent, se croisent, se ressemblent parfois et alimentent constamment ce manège aussi vital que l'eau qui coule dans la rivière en contrebas. En bon lieu ouvert, Uli s'enrichit de ses visiteurs et compense ainsi son isolement (13km de pistes de montagne pour atteindre la première route goudronnée). Une grande diversité qui m'a un peu perdu dans mon exploration des modes de vies alternatifs. Occuper l'inoccupé L’Espagne a connu un exode rural plus tardif qu'en France, particulièrement dans les années 70, laissant à l'abandon de nombreux villages. Un soir à Uli-Alto, un habitant originaire d'un squat de Barcelone

Grèce : l'autogestion en pratique, après un hôpital, un journal Les travailleurs d’Eleftherotypia sont de retour avec leur propre journal ! Ça y est ! C’est fait! Les travailleurs d’Eleftherotypia, un des plus grands et plus prestigieux quotidiens grecs, vont de l’avant dans la grande entreprise de l’édition de leur propre journal, “Les Travailleurs à Eleftherotypia” ! Depuis le mercredi 15 février, les kiosques dans tout le pays affichent à côté des journaux habituels un journal de plus, écrit par ses propres salariés. Les 800 travailleurs et travailleuses à l’entreprise X. Les travailleurs d’Eleftherotypia, voyant que le patron demande l’application de l’article 99 du code des mises en faillite, en vue de se protéger de ses créanciers, en réalité ses salariés auxquels il doit un total d’environ 7 millions d’euros en salaires impayés (!) L'affichette annonçant la sortie du journal chez les marchands de journaux : "Les travailleurs d'Eleftherotypia sont de retour - Le journal des rédacteurs est ici ! Le cas d’Eleftherotypia n’est pas unique.

Les conditions de vie digne ne sont pas négociables « Mon pays c'est la Terre « Dans la vie, il y a des droits, mais il y a aussi des devoirs. » On entend souvent cette expression, notamment dans la bouche des responsables politiques. Elle signifie que les droits des individus doivent leur conférer des devoirs, et même qu’à tout droit il faut en contrepartie un devoir. Je peux comprendre cette logique. J’ai longtemps moi-même adhéré à cette philosophie. Les personnes estiment que pour recevoir sa part de la société, on doit d’abord y contribuer (encore faudrait-il savoir de quelle contribution on parle). En réalité, cette vision est erronée : il existe des droits sans contrepartie. Au-delà de ces cas triviaux, l’article 25 de la DUDH nous précise que : Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement, les soins médicaux À aucun moment la DUDH ne soumet ces droits à contrepartie. Au-delà, éventuellement, on peut discuter. Like this:

Le revenu de base : utopie d'hier, révolution d'aujourd'hui, réalité de demain ? | ROL - Reportoutloud.org - Relayer infOrmer Lutter Revenu de base, allocation universelle ou revenu universel… tous ces termes désignent une vieille idée qui pourrait revenir au goût du jour : verser à chaque citoyen un revenu. Utopique ? Stanislas Jourdan, journaliste et promoteur de l’idée en France, revient sur l’histoire de l’idée, ses fondements économiques et philosophiques, et témoigne de la résurgence de l’idée à travers le monde. « Sans revenu, point de citoyen » s’exclamait en 1792 le philosophe Thomas Paine du haut de la tribune de l’Assemblée Nationale. Réprimé par la Terreur, Paine mourut quelques années plus tard, seul et pauvre aux Etats Unis où il s’exila. Bien au contraire, l’idée navigue entre les courants de pensée et traverse allégrement les frontières idéologiques et géopolitiques. Si la plupart d’entre eux partagent la conviction que le revenu de base est un moyen radical de combattre (voire anéantir) la pauvreté, chaque courant y apporte une vision et des arguments supplémentaires divers et variés. L’Utopie en 3D

Le revenu de base 10 (mauvaises) raisons de ne pas croire au revenu de vie Marc Vasseur a tristement raison : le « revenu citoyen de Villepin fait pour l’instant quasi lettre morte. Pourquoi ? Parce que le revenu de vie n’est pas une idée de loi de plus pour législateur ennuyé. Le revenu de vie est un véritable levier pour un changement de société. C’est une idée puissante dans un sens, mais également complexe à aborder car elle nécessite d’avoir une vision globale des problèmes de notre société. Clairement, les journalistes qui s’emparent aujourd’hui de la question sont largués car ils abordent le revenu universel avec leurs questions de journalistes c’est à dire des questions de tenants du système, et non de progressistes qui essayent d’en changer les règles. Bref, afin de mieux expliquer tout cela, je me suis lancé dans une petit « FAQ » visant à répondre aux 10 objections que j’entends le plus souvent. 1. Pour certains, le revenu universel est une idée libérale qui vise uniquement à se débarrasser de l’état providence. 2. 3. 4. 5. 6. Oui, et alors ? 7. 8.

Association pour l'Instauration du Revenu d'Existence LE REVENU D'EXISTENCE : Utopie ou nécessité ? Imaginez, imaginez un monde où chacun pourrait choisir son activité indépendamment du revenu qu'elle lui rapporte... Imaginez, Imaginez que chaque enfant, à sa majorité puisse partir dans la vie avec d'une part, un revenu d'existence jusqu'à sa mort lui permettant de satisfaire ses besoins de base et d'autre part, avec un petit capital pour démarrer sa vie d'humain. Imaginez, imaginez, en face de cette demande solvable enfin durable, tous nos producteurs, les vrais ceux qui produisent de biens et des services respectueux des hommes et de la nature, ne plus obligés de se battre en permanence pour ce partager les miettes (3%) d'une économie moribonde, de baisser leur prix au point de mettre en danger l'environnement et la société de laquelle ils tiennent leurs ressources et leur légitimité... oui, imaginez ... utopie ou nécessité ? Approchons nous d'un peu plus près ... chaque citoyen dès sa naissance s'est vu ouvert par ses parents un compte bancaire d'existence (CBE). Quelques sites :

fabriquer des bombes de graines Nous vous en parlions lors du premier volet de ce petit dossier, les bombes de graines, ou “seed bombs” ou “seed grenades” ont été utilisées (et nommées) la première fois par Liz Christy en 1973 quand on commencé à NYC les premières actions de Green Guerrilla destinées à re-végétaliser les espaces urbains inhospitaliers. Au tout début, ces armes de refleurissement massives étaient fabriquées à partir de préservatifs, de graines de fleurs sauvages et d’un mélange d’eau + engrais (ci dessous, la première recette des seeds bombs). Depuis , du chemin a été parcouru, et les seed bombs utilisées aujourd’hui s’inspirent d’une technique empruntée au japonais Masanobu Fukuoka (décédé en 2008) et père de l’agriculture du “non-agir”, encore appelée agriculture naturelle ou permaculture (nous y reviendrons dans le 3è volet de ce dossier). Toute bonne seed bomb est composée : d’un mix de grainesd’1/3 de lombricompostde 2/3 d’argile Etape 1 : mélangez le 2/3 - 1/3 d’argile et de lombricompost

Related: