background preloader

Eléments pour la réforme du droit d'auteur et des politiques culturelles liées

Eléments pour la réforme du droit d'auteur et des politiques culturelles liées
Après le rejet du traité ACTA par le parlement européen, une période s'ouvre dans laquelle il sera possible, si nous nous en donnons les moyens, d'installer un nouveau cadre réglementaire et politique pour l'ère numérique. Un grand nombre de citoyens et de députés européens adhèrent au projet de réformer le droit d'auteur et le copyright. Le but de cette réforme est que chacun d'entre nous puisse tirer tous les bénéfices de l'ère numérique qu'il s'agisse de s'engager dans des activités créatives ou d'expression publique, ou d'en partager les produits. Dans les mois et années qui viennent, les questions clés seront : quels sont les vrais défis de cette réforme ? Comment y faire face ? Ce texte, disponible en français, en anglais, et en espagnol fournit une réponse à la première question et un ensemble cohérent de propositions pour aborder la seconde. Ce texte est ouvert aux commentaires et à la discussion. Télécharger le texte (.pdf) Les objectifs Les composants d'une réforme 1. 2. 3. 4. Related:  Libre

Internet Archive: Digital Library of Free Books, Movies, Music & Wayback Machine De Notre-Dame-des-Landes à la vallée d’Humbligny : quelles possibilités d’instituer des lieux en biens communs La semaine dernière est paru un article sur le site de Libération qui montre que les opposants au projet d’aéroport occupant le site de Notre-Dame-Des-Landes sont déjà en train d’imaginer la suite, en se référant au vocabulaire des biens communs. L’idée est d’arriver à empêcher, au cas où le projet d’aéroport serait abandonné, que des gros exploitants ne s’approprient le terrain investi actuellement pour développer des cultures intensives : A la ferme de Bellevue, qui accueillera débats et concerts ce week-end, 120 hectares squattés sont cultivés depuis un an et demi par le collectif Copain (400 adhérents, plutôt jeunes, de la Confédération paysanne) et des paysans bio. Et, ici, l’objectif est de dépasser la propriété privée des terres pour privilégier les usages communs. Retour aux sources des communs «Communaux.» Libérer des lieux Aujourd’hui nous lançons un appel pour nous aider à réaliser une yourte contemporaine et sa documentation sous licence libre. De l’immatériel au matériel

« Brave », le navigateur Internet qui s’en prend à la publicité Brendan Eich ne veut rien de moins que « réparer le Web ». L’inventeur du Javascript et cofondateur de Mozilla, l’organisation à l’origine de Firefox, a lancé mercredi 20 janvier une toute première version d’un nouveau navigateur baptisé Brave. Son objectif : s’attaquer à la pub, ou tout du moins à certaines formes de publicité en ligne, qui collectent des données sur les internautes et ralentissent le chargement des pages Web. Brave inclut donc par défaut un bloqueur de publicités, qui s’attaquera aussi directement à certains cookies – des fichiers déposés dans le navigateur d’un internaute et qui mémorisent des informations le concernant. Mais toutes les publicités ne seront pas supprimées : celles qui « correspondent à nos critères de qualité (non intrusives, pas de « trackers »...) » pourront apparaître, peut-on lire sur le site du navigateur. Des critères qui ressemblent à ceux appliqués par le controversé bloqueur de publicités AdBlock Plus. Revenus partagés

Dans les « bibliothèques clandestines » du Net Ces sites sont discrets. Pour y accéder il faut connaître leur nom car ils n’apparaissent pas dans les résultats de recherche. Les adresses s’échangent entre amis, collègues et passionnés. En anglais, on les appelle joliment des « bibliothèques de l’ombre », des « shadow libraries ». Corne d’abondance pour certains, cauchemar des ayants droit, ce sont des sites web où l’on trouve des milliers et des milliers de livres numériques sous toutes leurs formes – des PDF, des ebooks, des epubs. Les pirates lambdas Illégal, le téléchargement de contenus protégés par le droit d’auteur est malgré tout entré dans nos vies numériques quotidiennes. Dans celles de Paul et Sergio par exemple. « Je pirate pour le travail, parce que j’ai souvent besoin de comparer des versions allemandes et françaises du même texte. Sergio, thésard en lettres, dit pirater régulièrement sur Sci-Hub : Et donc il cherche dans les bibliothèques clandestines du Web. « Sur Sci-Hub ou Bookfi, par exemple. Les débuts russes

Related: